AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Céline Zins (Autre)
ISBN : 2070371859
Éditeur : Gallimard (08/04/1980)

Note moyenne : 3.45/5 (sur 85 notes)
Résumé :
En six nouvelles, l'auteur de Portnoy et son complexe démonte la société américaine et ses rapports avec le monde juif.
Goodbye, Colombus raconte la brève aventure d'un jeune intellectuel avec une étudiante. Conversation des Juifs montre un rabbin victime d'une espièglerie d'enfant. Le Défenseur de la foi se déroule dans l'armée. L'habit ne fait pas le moine décrit l'amitié insolite entre un étudiant de bonne famille et deux jeunes dévoyés. Dans Eli le fanati... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacRakutenLeslibraires.frMomox
Critiques, Analyses et Avis (10) Voir plus Ajouter une critique
FredMartineau
  25 décembre 2016
Goodbye Columbus est un recueil de nouvelles qui préfigurent la carrière de Philip Roth ? Eh bien, il va me falloir lire une autre de ses oeuvres pour répondre à cette question. Sinon, ces tranches de vie de la communauté juive américaine de l'après-guerre n'ont qu'à la marge retenu l'attention du goyim que je suis...
Commenter  J’apprécie          180
helhiv
  06 septembre 2018
Il y a des auteurs du XXe siècle à côté desquels il semble incongru de passer parce que tout le monde loue leur oeuvre et que tout le monde ne peut pas avoir toujours tort. Philip Roth en fait partie, lui dont on a dit, lors de sa mort il y a quelques mois, qu'il aurait dû recevoir le prix Nobel de littérature et que nul mieux que lui n'avait interrogé l'identité américaine.
Goodbye, Columbus est un recueil de six nouvelles qui l'ont fait connaître et reconnaître. Les six histoires se déroulent durant les années 40 et 50.
J'arrive après la bataille, c'est-à-dire après qu'il a disparu, mais je me demande bien ce que le public a bien pu trouvé d'extraordinaire chez cet auteur. Je crois que je me le demanderai tant que je n'aurai pas lu autre chose de lui ...
La nouvelle éponyme Goodbye, Columbus est d'une lourde romance qui a bien mal vieilli. Deux gens se séduisent couchent ensemble et se sépare quand les parents de la jeune fille le découvre. Super ennuyeux. Les deux nouvelles suivantes passeraient à coup sûr pour antisémites si elles étaient écrites aujourd'hui par un non-juif. Dans La conversion des Juifs, un enfant fait du chantage au suicide sur sa mère et son rabbin s'ils ne reconnaissent pas les incohérences de la religion. Dans le défenseur de la loi, un conscrit juif essaie de jouer sur la fibre religieuse de son supérieur et coreligionnaire pour obtenir des avantages et tirer au flanc. Epstein est une sorte de vaudeville pâlichon, ça se chamaille, ça se trompe et ça se retrouve dans le drame. Bof. L'habit ne fait pas le moine, ce sont les souvenirs de lycée du narrateur qui a fréquenté de futurs malfrats. Et alors ? Uniquement pour amateurs d'anecdotes lycéennes. Eli le fanatique sauve un peu le lot même si cette nouvelle manque de réalisme. Elle pose le problème de la place de la religion et des coutumes associées dans une société. La conclusion, à laquelle j'adhère, semble être que la religion est un piège qui se referme sur celui qui s'y soumet.
Le jour où je ne saurais plus quoi lire (c'est pas demain la veille !), j'attaquerai un autre livre de Philip Roth. Sinon, comme c'est le cas chez d'autres auteurs, même du XXe siècle, Philip Roth semble être un auteur très masculin pour lequel les femmes n'ont qu'un rôle très décoratif. C'est étonnant pour un auteur newyorkais, réputé pour son expertise sociologique. Peut-être que ça ne se confirme pas dans la suite de son oeuvre ...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
Chiwi
  13 août 2014
1. Goodbye, Columbus : c'est le récit d'une aventure estivale entre une étudiante et un jeune bibliothécaire. C'est la nouvelle la plus longue du recueil, presque une novella. Difficile de s'accrocher aux personnages tant ils semblent renfermés sur eux-mêmes. Dès que leur conversation prend une certaine ampleur, ils finissent par s'engueuler. Bien sûr ils finissent par se quitter car ils ont eu des relations sexuelles, ce qui ne plait pas à la famille de l'étudiante qui semblait plutôt ouverte et tolérante.
2. La conversion des Juifs : dans un cours d'enseignement religieux, un élève cherche à démonter ce que lui apprend le professeur. Celui-ci sous le coup de la colère le gifle et l'enfant se réfugie sur le toit en faisant croire qu'il va se jeter dans le vide. Heureusement que c'est une nouvelle plutôt courte car les considérations religieuses sont assez vite devenues ennuyantes. Heureusement que le comique de la situation permet de relativiser l'impression ressentie.
3. le défenseur de la foi : A la fin de la Seconde Guerre Mondiale, un conscrit juif fait pression sur son sous-officier, juif lui aussi, pour que soit reconnu les caractéristiques les plus élémentaires de sa religion. C'est peut-être la nouvelle la plus intéressante, celle qui pourrait facilement alimenter un débat sur la laïcité . Ce soldat par ses revendications fait le jeu du communautarisme. le pire c'est que son sous-officier pendant un long moment va accepter les demandes du soldat alors que l'on se rend bien compte qu'elles sont souvent injustifiées et pour en faire le moins possible par rapport aux autres soldats.
4. Epstein : Epstein est un commerçant juif qui a de plus en plus de mal à supporter ce qu'est devenue sa femme. Un jour elle découvre qu'il a une rougeur sur le sexe et elle va le soupçonner d'avoir eu une relation sexuelle avec une autre femme. Encore une nouvelle qui m'aura moyennement emballé. Ça crie dans tous les sens, pour tout et n'importe quoi. Et quand l'un commet l'irréparable tout le monde se rabiboche. Mouais, classique.
5. L'habit ne fait pas le moine : un étudiant de bonne famille raconte comment il a été brièvement ami avec deux jeunes de son école qui avait un passé criminel. Ici je n'ai pas compris où Philip Roth voulait en venir. Il conclut sa nouvelle d'une manière plutôt énigmatique, ça laisse en suspens le récit.
6. Eli le fanatique : La communauté juive d'une petite ville veut empêcher la création d'une école par des rescapés des camps de concentration. Ici on a droit à une confrontation entre des Juifs intégrés à la société américaine et des Juifs orthodoxes qui refusent de vivre dans leur époque. C'est plutôt intéressant mais la transformation du modéré Eli en juif ultra orthodoxe semble de trop.
Lien : http://lecturesdechiwi.wordp..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
lecturesdamerique
  07 juin 2016
Comme l'a affirmé Saul Bellow, « Goodbye, Columbus est un premier livre mais ce n'est pas le livre d'un débutant ». En 1956, à la parution de cette novella*, Philip Roth, souvent présenté comme le meilleur écrivain américain, n'avait que 26 ans.
Neil Klugman, le jeune narrateur, vit avec son oncle et sa tante dans un quartier ouvrier de Newark et travaille à la bibliothèque. Il est diplômé de Rutgers, l'université d'État du New Jersey. Alors qu'il passe une journée au country club, invité par sa cousine, il y rencontre la belle et athlétique Brenda Patimkin, qui fait ses études à Radcliffe (annexe d'Harvard pour les femmes à l'époque) et dont la famille aisée vit dans un quartier huppé.
Neil est de suite attiré par cette jeune fille longiligne aux cheveux courts, rencontrée au bord de la piscine. Goodbye, Columbus n'est que l'histoire d'une romance d'été mais avec l'oeil acéré de Philip Roth aux commandes, ça change tout.
Les dialogues sont affutés et drôles et les descriptions scrupuleuses et sans égales. Personne n'est épargné : de la tante juive surprotectrice qui prépare quatre repas différents pour les quatre membres de la famille et qui se soucie de la propreté des sous-vêtements de Neil jusqu'au frère de Brenda, beau gosse et sportif accompli, qui écoute en boucle le disque offert par son ancien lycée dans lequel on peut entendre « Goodbye Columbus. »
Dans ce premier texte, il y a certainement beaucoup du jeune Philip Roth, lui-même issu d'une famille juive et né à Newark en 1933. Goodbye Columbus parle de religion, d'intégration à la société américaine, du sexe pré-marital dans les années 50 et des relations entre individus issus de classes sociales différentes. Ainsi, la famille juive de Brenda, plus fortunée que celle de Neil, semble mieux intégrée à la société américaine.
Autant de thèmes qui seront également abordés dans son oeuvre ultérieure.
Pour conclure, cette petite amourette de vacances est une lecture drôle et plaisante.
*dénomination anglo-saxone pour les romans courts

Lien : https://lectures-d-amerique...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
Groucho
  28 décembre 2014
Première publication de Philip Roth, et il s'agit de nouvelles, non d'un roman. le style de l'auteur apparaît distinctement, même s'il ne s'agit que d'une première oeuvre.
Commenter  J’apprécie          50
Citations et extraits (3) Ajouter une citation
FredMartineauFredMartineau   25 décembre 2016
Ce dimanche matin, en se réveillant, Epstein sentit monter l'odeur du café. Lorsqu'il se glissa au bas de l'escalier, passant devant la cuisine - on lui avait donné l'ordre d'utiliser la salle de bains du sous-sol jusqu'à ce qu'il ait vu un médecin - il sentit l'odeur du saumon fumé.
Commenter  J’apprécie          120
GanameraGanamera   31 janvier 2013
- Je t'aimais, Brenda, je n'étais donc pas indifférent.
- Moi aussi je t'aimais. c'est pour ça d'ailleurs que j'ai acheté ce fichu truc.
Puis nous réalisâmes quel temps nous venions d'employer et nous rentrâmes en nous-mêmes et dans le silence.
Quelques minutes plus tard, je ramassai ma valise et mis mon manteau. Il me semble que Brenda aussi pleurait lorsque j'ouvris la porte.
Commenter  J’apprécie          10
GrouchoGroucho   28 décembre 2014
- Que diable essayez-vous de faire, Grossbart ? Je vous ai vu manger. Vous le savez ? J'ai dit au capitaine que je ne savais pas ce que vous mangiez, mais je vous au vu avaler comme un ogre à l'ordinaire.
Commenter  J’apprécie          20
Videos de Philip Roth (50) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Philip Roth
Cette semaine dans Livres&Vous, un immense écrivain est au « Centre » de notre émission ! Philippe Sollers romancier, essayiste et éditeur qui fait paraitre « Centre » chez Gallimard. Philippe Sollers fait fi depuis quelques décennies de la bienséance, promenant sa plume et son ?il du côté d'une littérature obscure, éloignée de la morale. Le Marquis de Sade, Louis-Ferdinand Céline, Michel Houellebecq et bien d'autres... Il se livrera généreusement sur tous ses auteurs fétiches et n'oubliera pas d'évoquer l'auteur américain Philip Roth disparu en mai dernier. Avec : Philippe SOLLERS : Écrivain.
Retrouvez toute l'actualité politique et parlementaire sur http://www.publicsenat.fr Suivez-nous sur les réseaux sociaux : Facebook : https://www.facebook.com/publicsenat Twitter : https://twitter.com/publicsenat Instagram : https://instagram.com/publicsenat
+ Lire la suite
autres livres classés : nouvellesVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacRakutenLeslibraires.frMomox





Quiz Voir plus

Jésus qui est-il ?

Jésus était-il Juif ?

Oui
Non
il était Zen
Catholique

10 questions
1048 lecteurs ont répondu
Thèmes : christianisme , religion , bibleCréer un quiz sur ce livre