AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Céline Zins (Autre)
ISBN : 2070371859
Éditeur : Gallimard (08/04/1980)

Note moyenne : 3.46/5 (sur 92 notes)
Résumé :
En six nouvelles, l'auteur de Portnoy et son complexe démonte la société américaine et ses rapports avec le monde juif.
Goodbye, Colombus raconte la brève aventure d'un jeune intellectuel avec une étudiante. Conversation des Juifs montre un rabbin victime d'une espièglerie d'enfant. Le Défenseur de la foi se déroule dans l'armée. L'habit ne fait pas le moine décrit l'amitié insolite entre un étudiant de bonne famille et deux jeunes dévoyés. Dans Eli le fanati... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (13) Voir plus Ajouter une critique
FredMartineau
  25 décembre 2016
Goodbye Columbus est un recueil de nouvelles qui préfigurent la carrière de Philip Roth ? Eh bien, il va me falloir lire une autre de ses oeuvres pour répondre à cette question. Sinon, ces tranches de vie de la communauté juive américaine de l'après-guerre n'ont qu'à la marge retenu l'attention du goyim que je suis...
Commenter  J’apprécie          190
Idl
  17 février 2019
Goodbye, Columbus est un recueil de six nouvelles écrit par l'Auteur américain Philip Roth. Il y a un moment que je voulais lire du Philip Roth, j'ai donc commencé la découverte de son oeuvre par le début. Ce livre a reçu le « National Book Award 1960 ».
Il s'agit du premier livre de Philip Roth, et je dois avouer que je suis un peu restée sur ma faim ... j'ai mis du temps à « rentrer dans cette vie américaine », mais je dois reconnaître que c'est là la « patte » de Philip Roth, j'y serai préparée pour la prochaine fois, car oui, il y aura une prochaine fois ! Il décrit un univers qui lui est proche, et qu'il tourne en dérision, celui de la société juive américaine dans les années 1950.
Les six nouvelles qui composent le recueil sont :
* Goodbye, Columbus,
Neil Klugman, jeune juif américain, va essuyer bien des déboires dans la relation qu'il noue avec Brenda, jeune fille bien sous tous rapports.
* La Conversion des Juifs,
Dans cette nouvelle un petit garçon apprend la religion auprès d'un rabbin, apprentissage douloureux pour ce jeune garçon, qui met au défi son instructeur.
* Défenseur de la foi,
Le Défenseur de la foi se déroule dans l'armée, où un « petit malin », tente de manipuler sa hièrarchie, au titre d'une solidarité « juive », pour abtenir des faveurs.
* Epstein,
« Epstein » est une histoire qui dépasse largement l'univers juif car il s'agit de l'histoire d'une femme qui s'aperçoit de l'infidélité de son mari suite à une irrition intime.
* L'Habit ne fait pas le moine,
Il s'agit de l'histoire toujours d'un étudiant américain, juif, et de ses « amitiés ».
* Eli le fanatique,
Enfin, pour finir, une nouvelle que j'ai particulièrement aimée. Ici, on se retrouve confronté au rejet, à la non-acceptation de la différence.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
helhiv
  06 septembre 2018
Il y a des auteurs du XXe siècle à côté desquels il semble incongru de passer parce que tout le monde loue leur oeuvre et que tout le monde ne peut pas avoir toujours tort. Philip Roth en fait partie, lui dont on a dit, lors de sa mort il y a quelques mois, qu'il aurait dû recevoir le prix Nobel de littérature et que nul mieux que lui n'avait interrogé l'identité américaine.
Goodbye, Columbus est un recueil de six nouvelles qui l'ont fait connaître et reconnaître. Les six histoires se déroulent durant les années 40 et 50.
J'arrive après la bataille, c'est-à-dire après qu'il a disparu, mais je me demande bien ce que le public a bien pu trouvé d'extraordinaire chez cet auteur. Je crois que je me le demanderai tant que je n'aurai pas lu autre chose de lui ...
La nouvelle éponyme Goodbye, Columbus est d'une lourde romance qui a bien mal vieilli. Deux gens se séduisent couchent ensemble et se sépare quand les parents de la jeune fille le découvre. Super ennuyeux. Les deux nouvelles suivantes passeraient à coup sûr pour antisémites si elles étaient écrites aujourd'hui par un non-juif. Dans La conversion des Juifs, un enfant fait du chantage au suicide sur sa mère et son rabbin s'ils ne reconnaissent pas les incohérences de la religion. Dans le défenseur de la loi, un conscrit juif essaie de jouer sur la fibre religieuse de son supérieur et coreligionnaire pour obtenir des avantages et tirer au flanc. Epstein est une sorte de vaudeville pâlichon, ça se chamaille, ça se trompe et ça se retrouve dans le drame. Bof. L'habit ne fait pas le moine, ce sont les souvenirs de lycée du narrateur qui a fréquenté de futurs malfrats. Et alors ? Uniquement pour amateurs d'anecdotes lycéennes. Eli le fanatique sauve un peu le lot même si cette nouvelle manque de réalisme. Elle pose le problème de la place de la religion et des coutumes associées dans une société. La conclusion, à laquelle j'adhère, semble être que la religion est un piège qui se referme sur celui qui s'y soumet.
Le jour où je ne saurais plus quoi lire (c'est pas demain la veille !), j'attaquerai un autre livre de Philip Roth. Sinon, comme c'est le cas chez d'autres auteurs, même du XXe siècle, Philip Roth semble être un auteur très masculin pour lequel les femmes n'ont qu'un rôle très décoratif. C'est étonnant pour un auteur newyorkais, réputé pour son expertise sociologique. Peut-être que ça ne se confirme pas dans la suite de son oeuvre ...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
Chiwi
  13 août 2014
1. Goodbye, Columbus : c'est le récit d'une aventure estivale entre une étudiante et un jeune bibliothécaire. C'est la nouvelle la plus longue du recueil, presque une novella. Difficile de s'accrocher aux personnages tant ils semblent renfermés sur eux-mêmes. Dès que leur conversation prend une certaine ampleur, ils finissent par s'engueuler. Bien sûr ils finissent par se quitter car ils ont eu des relations sexuelles, ce qui ne plait pas à la famille de l'étudiante qui semblait plutôt ouverte et tolérante.
2. La conversion des Juifs : dans un cours d'enseignement religieux, un élève cherche à démonter ce que lui apprend le professeur. Celui-ci sous le coup de la colère le gifle et l'enfant se réfugie sur le toit en faisant croire qu'il va se jeter dans le vide. Heureusement que c'est une nouvelle plutôt courte car les considérations religieuses sont assez vite devenues ennuyantes. Heureusement que le comique de la situation permet de relativiser l'impression ressentie.
3. le défenseur de la foi : A la fin de la Seconde Guerre Mondiale, un conscrit juif fait pression sur son sous-officier, juif lui aussi, pour que soit reconnu les caractéristiques les plus élémentaires de sa religion. C'est peut-être la nouvelle la plus intéressante, celle qui pourrait facilement alimenter un débat sur la laïcité . Ce soldat par ses revendications fait le jeu du communautarisme. le pire c'est que son sous-officier pendant un long moment va accepter les demandes du soldat alors que l'on se rend bien compte qu'elles sont souvent injustifiées et pour en faire le moins possible par rapport aux autres soldats.
4. Epstein : Epstein est un commerçant juif qui a de plus en plus de mal à supporter ce qu'est devenue sa femme. Un jour elle découvre qu'il a une rougeur sur le sexe et elle va le soupçonner d'avoir eu une relation sexuelle avec une autre femme. Encore une nouvelle qui m'aura moyennement emballé. Ça crie dans tous les sens, pour tout et n'importe quoi. Et quand l'un commet l'irréparable tout le monde se rabiboche. Mouais, classique.
5. L'habit ne fait pas le moine : un étudiant de bonne famille raconte comment il a été brièvement ami avec deux jeunes de son école qui avait un passé criminel. Ici je n'ai pas compris où Philip Roth voulait en venir. Il conclut sa nouvelle d'une manière plutôt énigmatique, ça laisse en suspens le récit.
6. Eli le fanatique : La communauté juive d'une petite ville veut empêcher la création d'une école par des rescapés des camps de concentration. Ici on a droit à une confrontation entre des Juifs intégrés à la société américaine et des Juifs orthodoxes qui refusent de vivre dans leur époque. C'est plutôt intéressant mais la transformation du modéré Eli en juif ultra orthodoxe semble de trop.
Lien : http://lecturesdechiwi.wordp..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
MarcelP
  31 janvier 2019
Nom d'un bagel ! Avec cet ensemble de six formidables nouvelles, Roth fait une entrée remarquée en littérature. On aurait tort de considérer ce recueil, irrésistible de drôlerie, comme un dépliant touristique sur la vie du Juif américain des sixties car le romancier en portraiturant quelques-uns de ses coreligionnaires, touche à l'universel et, l'air de rien nous questionne subtilement.
Dans la novella qui donne son titre au recueil, au-delà de la fracture sociale conséquente entre Neil Klugman, jeune Juif d'origine modeste et la fifille gâtée d'une famille d'arriviste, les Patimkin, qui ébauchent une histoire d'amour, ce qui nous touche c'est surtout la peur du héros au moment de quitter l'adolescence. Finalement les modèles qu'on lui propose (travail, famille et vacuité) semblent tellement sclérosants, qu'il préfèrera surseoir à un avenir tout tracé pour choisir les chemins buissonniers. Dérisoire métaphore de l'étanchéité entre aspirations à la liberté et uniformisation stérile, un diaphragme (le contraceptif féminin) deviendra l'instrument de l'affranchissement définitif du jeune Klugman.
Avec "La conversion des juifs", l'implacable remise en question d'un rabbin dogmatique par un enfant questionneur se terminera par une pirouette burlesque. le jeune Ozzie (y'en a même qui disent qu'ils l'ont vu voler...), par sa fraîcheur ingénue, se dressera en rempart contre l'obscurantisme.
Eli Peck, l'avocat d'une communauté de juifs intégrés ulcérés par la présence dans leur quartier d'une yeshiwa (école consacrée à l'étude de la Torah) et d'un mystérieux hassid (dont l'orthodoxie est surtout vestimentaire), est confronté, à son corps défendant, à la Shoah. Endossant littéralement les affres d'un rescapé, "Eli le fanatique" gagnera un coeur mais y perdra la raison.
Dans "Défenseur de la loi", le sergent Marx est la victime d'un odieux chantage à l'appartenance religieuse. La nouvelle affûtée constitue une fable cynique.
Quant à "Epstein" ou l'hilarante déconvenue d'un brave père de famille tenté par l'extra-conjugalité, c'est une perle !
Un joli collier.

Lien : http://lavieerrante.over-blo..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
Citations et extraits (4) Ajouter une citation
FredMartineauFredMartineau   25 décembre 2016
Ce dimanche matin, en se réveillant, Epstein sentit monter l'odeur du café. Lorsqu'il se glissa au bas de l'escalier, passant devant la cuisine - on lui avait donné l'ordre d'utiliser la salle de bains du sous-sol jusqu'à ce qu'il ait vu un médecin - il sentit l'odeur du saumon fumé.
Commenter  J’apprécie          120
GanameraGanamera   31 janvier 2013
- Je t'aimais, Brenda, je n'étais donc pas indifférent.
- Moi aussi je t'aimais. c'est pour ça d'ailleurs que j'ai acheté ce fichu truc.
Puis nous réalisâmes quel temps nous venions d'employer et nous rentrâmes en nous-mêmes et dans le silence.
Quelques minutes plus tard, je ramassai ma valise et mis mon manteau. Il me semble que Brenda aussi pleurait lorsque j'ouvris la porte.
Commenter  J’apprécie          10
GrouchoGroucho   28 décembre 2014
- Que diable essayez-vous de faire, Grossbart ? Je vous ai vu manger. Vous le savez ? J'ai dit au capitaine que je ne savais pas ce que vous mangiez, mais je vous au vu avaler comme un ogre à l'ordinaire.
Commenter  J’apprécie          20
CeCedilleCeCedille   10 janvier 2019
Je glissais mes mains sous ses bras, puis sur son dos. Je sentis les taches humides des ses omoplates et en dessous, j'en suis persuadé, une légère vibration, comme si quelque chose remuait dans sa poitrine, si fort qu'on pouvait le sentir à travers sa chemise. Cela ressemblait à un battement d'ailes, de toutes petites ailes, pas plus grosses que ses seins.
Commenter  J’apprécie          00
Videos de Philip Roth (50) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Philip Roth
Cette semaine dans Livres&Vous, un immense écrivain est au « Centre » de notre émission ! Philippe Sollers romancier, essayiste et éditeur qui fait paraitre « Centre » chez Gallimard. Philippe Sollers fait fi depuis quelques décennies de la bienséance, promenant sa plume et son ?il du côté d'une littérature obscure, éloignée de la morale. Le Marquis de Sade, Louis-Ferdinand Céline, Michel Houellebecq et bien d'autres... Il se livrera généreusement sur tous ses auteurs fétiches et n'oubliera pas d'évoquer l'auteur américain Philip Roth disparu en mai dernier. Avec : Philippe SOLLERS : Écrivain.
Retrouvez toute l'actualité politique et parlementaire sur http://www.publicsenat.fr Suivez-nous sur les réseaux sociaux : Facebook : https://www.facebook.com/publicsenat Twitter : https://twitter.com/publicsenat Instagram : https://instagram.com/publicsenat
+ Lire la suite
autres livres classés : nouvellesVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

Jésus qui est-il ?

Jésus était-il Juif ?

Oui
Non
il était Zen
Catholique

10 questions
1088 lecteurs ont répondu
Thèmes : christianisme , religion , bibleCréer un quiz sur ce livre
.. ..