AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Marie-France Charrasse (Traducteur)
ISBN : 2070770842
Éditeur : Gallimard (29/04/2004)

Note moyenne : 3.46/5 (sur 13 notes)
Résumé :

" Theodor grandit dans la maison de son père, le contrôleur des Douanes et ancien adjudant Whilhelm Lohse. Le petit Theodor était un enfant blond, appliqué et bien élevé. Il désirait ardemment avoir l'importance qu'il acquit plus tard, mais sans jamais oser y croire vraiment. On peut dire : il dépassa les espérances qu'il n'avait jamais placées en lui. Le vieux Lohse ne vécut pas assez longtemps pour ... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (4) Ajouter une critique
Peteplume
  09 décembre 2013
Ce n'est pas un livre facile et bien qu'on y trouve d'excellentes descriptions tant des caractères que des évènements, le plus souvent tragiques, l'ensemble m'a paru un peu décousu, comme s'il manquait un peu de liant entre les chapitres et surtout de conclusion. Je l'ai lu dans une édition de 1991, la date de première publication mentionnée étant 1967. Aucune information complémentaire n'était donnée ce qui contribuait à épaissir le mystère de ce livre bizarrement construit: une oeuvre de jeunesse, publiée de surcroît près de trente ans après la mort de son auteur. Wikipédia nous apprend en effet que ce livre date de 1923. Publié alors sous forme de feuilleton, il n'aurait peut-être pas été achevé. Jacques Durand dans le roman d'actualité sous la République de Weimar, donne un peu plus de détails sur le fait que ce feuilleton n'a, à l'époque, pas été édité sous une autre forme et que sa réédition relativement récente tient un peu au hasard de la découverte d'une collection de journaux anciens.
Ces choses étant mises au point, le livre est remarquable en tant que témoignage froid et lucide de la montée du nazisme en Allemagne entre les deux guerres. Roth y décrit l'ascension sociale de Theodor Lohse, un jeune homme opportuniste, cynique, profitant du soutien du gouvernement envers les mouvements d'extrême droite. "National-socialisme était un mot comme un autre. Il n'impliquait pas nécessairement de conviction." (page 103) Cette phrase résume assez bien l'état d'esprit de notre anti-héros, pour qui le national-socialisme est un levier pour satisfaire son ambition personnelle. Le roman regorge de personnages : ceux sur lesquels s'appuie Lohse pour parvenir à ses fins, ceux qu'il n'hésite pas à éliminer... Bref, on reconnaît dans cette oeuvre à la fois le talent d'un véritable écrivain et la lucidité quasi prophétique du journaliste Roth dès les années 20; mais le roman est dur, à tous les sens du terme, et il n'a pas réussi à m'enthousiasmer. Peut-être est-ce une lecture de spécialiste (de cette époque ou de cet auteur) et je ne suis qu'un amateur un peu déconcerté.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          72
cf31
  15 janvier 2013
Je viens de lire ce livre que j'ai trouvé très intéressant. Je le considère comme un témoignage remarquable sur l'Allemagne au lendemain de la guerre de 14, dans les milirux nationalistes. Mais je l'ai lu dans une version Gallimard , L'étrangère de 1991 sans la moindre note informative, ce qui, à mes yeux, pour un tel bouquin, est scandaleux. La date de première publication donnée est 1967 !
En cherchant des infos sur Wikipedia, il en est vaguement question. Ce livre aurait été publié en 1923 , sous forme de feuilleton et n'aurait pas été achevé.
D'autre part, il semblerait qu'il y ait pas mal d'éléments autobiogaphiques dans ce récit, mais jusqu'à quel point. Wiki pedia le dit de manière générale : la question peut se poser pour toute son oeuvre.
Si quelqu'un a des infos sur la question, merci de les diffuser. Inversement, inutile d'écrire pour des banalités.
Commenter  J’apprécie          11
Evelol
  15 janvier 2018
Ce pur chef d'oeuvre de Joseph Roth dresse une topologie du nazisme vu de l'intérieur. Un livre dur et salutaire à lire et à relire.
Commenter  J’apprécie          60
Sasha1979
  29 août 2016
C'est un livre qui n'est pas facile à lire... on en sort déprimé, désespéré et pourtant ... il est quais prophétique. Joseph Roth est un de mes écrivains préférés, lucide et désespéré par la montée inexorable du nazisme. Theodor Lohse est un homme insignifiant, rongé par la haine qui se complait dans une posture victimaire et qui va profiter du national-socialisme pour se hisser et se faire une carrière. Comme le souligne Benjamin Lenz, agent double voire triple, la médiocrité est en train de triompher et c'est elle qui mènera l'Europe à la guerre. C'est un livre très noir, sombre dont on ne sort pas indemne mais tellement puissant. A lire !!!
Commenter  J’apprécie          00
Citations et extraits (5) Ajouter une citation
SachenkaSachenka   17 mai 2018
La mère était égrotante, les sœurs jaunissaient, elles se faisaient vieilles et ne pouvaient pardonner à Theodor de n'avoir pas accompli son devoir, de n'être pas tombé au champ d'honneur, sous-lieutenant et deux fois cités à l'ordre de l'armée. Un fils mort serait resté à jamais l'orgueil de la famille. Mais un sous-lieutenant démobilisé et victime de la révolution, les femmes le trouvaient encombrant. Theodor vivait parmi les siens comme un vieux grand-père que l'on aurait vénéré s'il avait été mort, mais que l'on méprisait parce qu'il restait en vie.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          190
Sasha1979Sasha1979   29 août 2016
Benjamin n'entendait pas, le profond regard de Benjamin se perdait quelque part, au loin, il pensait à Lodz, à l'échoppe crasseuse de son père et voyait l'unique miroir du magasin, terni par les ans. Comme les paroles des vieux Juifs de Lodz étaient simples et sages, leur esprit juste, leurs rires mesurés, leur nourriture savoureuse - la nourriture des Juifs méprisés, battus, barbares, des Juifs qui ne portaient pas de casque et ne pouvaient ni étinceler ni faire de bruit.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Sasha1979Sasha1979   29 août 2016
Theodor avait toujours reconnu l'autorité étrangère, toute autorité qui se dressait face à lui. Il n'y avait qu'à l'armée qu'il était heureux. Il était obligé de croire ce qu'on lui disait, et quand c'était lui qui parlait, les autres aussi devaient le croire. Theodor serait bien resté à l'armée pendant toute sa vie.
Commenter  J’apprécie          00
WilkinsonWilkinson   08 août 2012
"National-socialisme était un mot comme un autre. Il n'impliquait pas nécessairement de conviction."
Commenter  J’apprécie          10
Sasha1979Sasha1979   29 août 2016
C'était l'homme nouveau de l'Europe : nationaliste et intéressé, sans foi, sans loyauté, sanguinaire et borné? C'était la nouvelle Europe.
Commenter  J’apprécie          00
Videos de Joseph Roth (5) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Joseph Roth
Le 21.05.19, dans Brouillon de culture (Radio Judaica), Micheline Weinstock présentait “L'Autodafé de l'esprit” de Joseph Roth.
>Littérature (Belles-lettres)>Littérature des langues germaniques. Allemand>Romans, contes, nouvelles (879)
autres livres classés : littérature autrichienneVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Quelle guerre ?

Autant en emporte le vent, de Margaret Mitchell

la guerre hispano américaine
la guerre d'indépendance américaine
la guerre de sécession
la guerre des pâtissiers

12 questions
1849 lecteurs ont répondu
Thèmes : guerre , histoire militaire , histoireCréer un quiz sur ce livre