AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2352947790
Éditeur : Bragelonne (19/11/2014)

Note moyenne : 3.59/5 (sur 87 notes)
Résumé :
La Musique du Silence est une histoire dont l’action se situe dans le même univers que celui de la trilogie en cours de publication. Et pour cause, c’est celle d’Auri, la pétillante jeune fille vivant dans les sous-sols de l’Université, et que Kvothe rencontre dans Le Nom du Vent.
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (19) Voir plus Ajouter une critique
Allison
  25 novembre 2014
La Musique du Silence, ou The Slow Regard on Silent Things en version originale, est une nouvelle sur Auri, un personnage secondaire de la saga Chronique du Tueur de Roi de Patrick Rothfuss. C'était un des livres que j'attendais le plus cette année, ayant plus qu'adoré les deux premiers romans de la trilogie de Rothfuss : le Nom du Vent et La Peur du Sage. Auri étant un excellent personnage secondaire, j'attendais beaucoup de cette nouvelle, tout en ayant très peur vu les nombreux avis négatifs que l'on peut trouver sur Goodreads.

Je regrette beaucoup d'avoir douté un seul instant de Patrick Rothfuss, et j'ai vraiment adoré cette nouvelle. Pour moi, et je l'espère, pour ceux qui connaissent l'univers de la saga et qui aiment Auri, ce court roman est absolument parfait. Différent de ce à quoi l'auteur nous avait habitué, différent par bien d'autres points techniques, comme le fait qu'il soit écrit à la troisième personne par exemple, il nous permet de découvrir aussi Rothfuss différemment. J'ai bien du mal à comprendre la vague de haine qui a accompagné la sortie de la Musique du Silence, probablement exacerbée par l'attente du tome 3, car j'ai été pour ma part plus que conquise.

Je ne sais vraiment pas comment critiquer ce livre... Je commencerai donc par vous parler de l'objet lui-même. Je me suis fait violence pour ne pas me jeter sur The Slow Regard on Silent Things dès sa sortie, préférant attendre un LONG mois la sortie française, et ce à cause de Marc Simonetti, une fois encore. Son illustration de couverture est absolument parfaite, à la fois en adéquation avec la nouvelle, le personnage d'Auri et les autres romans de Patrick Rothfuss. J'aurais été prête à l'acheter uniquement pour sa couverture. Et je ne vous parle pas des superbes illustrations intérieures qui lui font un merveilleux écho, toutes en noir et blanc dans un style de croquis parfait pour illustrer le texte. Je suis conquise à 100% et je suis vraiment ravie du travail de Marc et de Bragelonne. Bien sûr, vous n'êtes pas forcément comme moi, à la recherche d'un beau livre autant que d'une belle histoire. Auquel cas sachez que La Musique du Silence vaut 20€ pour 168 pages. C'est beaucoup pour un livre que vous risquez de lire en deux heures, certes. Mais une fois que vous l'aurez entre les mains, ça ne comptera plus du tout.

Essayons de parler de cette nouvelle, maintenant. Avant toute chose, ne découvrez pas Patrick Rothfuss avec La Musique du Silence, ce serait vraiment dommage. Et si vous ne me croyez pas, l'auteur lui-même vous préviendra dès les premières pages. Il est impératif d'avoir lu au moins le premier tome de la saga Chronique du Tueur de Roi pour apprécier pleinement l'histoire d'Auri, car l'action (enfin, l'action... j'y reviendrai) prends place en plein milieu de l'intrigue de Kvothe. En parlant de Kvothe, sachez qu'il n'apparaît pas dans la nouvelle, pas plus que n'importe quel autre personnage. Auri est seule avec elle-même, et ce durant une longue semaine. Vous trouverez donc peu d'action et aucun dialogue dans ce livre.

Vous vous demandez probablement ce que l'on trouve dans ce livre, dans ce cas. On y découvre le quotidien de Auri, dans le Sous-Monde, alors qu'elle attend que Kvothe vienne la voir. Il viendra dans sept jours, c'est donc le temps qu'il lui reste pour lui trouver un cadeau. Vous connaissez Auri (ou pas) et vous soupçonnez donc que sept jours à ses cotés se teinteront de magie, de mystères et d'étrange. En vivant quelques jours à ses cotés, on comprend un peu mieux sa vision du monde, une vision dans laquelle les objets ont une sorte d'âme, des pensées et même des envies et des traits de caractère. Ils sont son unique compagnie et ses journées n'ont pour but que de mettre les choses à leur place, comme il faut. Ça peut sembler fou, et ça l'est sûrement, car Auri est après tout une jeune fille touchée par la folie. Mais pour elle c'est absolument normal, c'est son quotidien et même si on voit clairement à quel point c'est fou, au fil des pages on en vient quand même à craindre qu'un objet puisse être mal placé, irrité ou brisé.

Ce bout d'histoire prenant place bien après la première rencontre de Kvothe et Auri, nous en apprenons finalement peu sur le passé de la jeune fille. Nous ne pouvons que spéculer sur certains points, et si La Musique du Silence nous permet tout de même de la connaître bien mieux, elle reste extrêmement mystérieuse. Cela ne m'a pas du tout déçu, j'en aurais au contraire voulu à l'auteur de trop nous en révéler, lui qui entretient précautionneusement le mystère depuis le début. Et même si le récit est à la troisième personne, il est suffisamment bien mené pour que l'on ait vraiment l'impression de vivre les événements à travers les yeux de l'héroïne. Ce que je veux dire, c'est qu'à aucun moment le concept de folie est abordé, tout est raconté de façon neutre, comme si la façon de vivre d'Auri était tout ce qu'il y a de plus naturel. Cela permet de rester en surface, de ne pas analyser le coté triste et sombre de son état, et de nous concentrer sur sa quête et son univers. C'est très bien joué de la part de l'auteur, tout dans l'émotion et dans la retenue, ce qui rend le tout passionnant et attendrissant alors qu'il ne se passe finalement pas grand chose.

Enfin, on visite tout de même le Sous-Monde, ce fameux labyrinthe sous l'Université où vit Auri, et on le découvre sous un nouveau jour. J'avoue l'avoir trouvé plus accueillant qu'il ne l'était dans les autres romans, avoir eu l'envie de suivre Auri alors que j'aurais lâchement fui auparavant. Elle ne le voit clairement pas comme Kvothe le voit, c'est son foyer, son refuge, sa mission.

Et puis il y a ces quelques « révélations » qui est un bien trop grand mot mais je n'en trouve pas d'autres. Ce sont des détails, quelques phrases lâchées innocemment, qui nous font élaborer des théories sur ce personnage bien mystérieux, des phrases qui m'ont fait réfléchir, qui m'ont fait changer d'idées sur certaines choses. J'aime Auri encore plus, je l'admire beaucoup plus. Elle me fait aussi un peu peur et elle me rend aussi un peu triste. C'est un personnage tout en nuance avec beaucoup de potentiel. Mais je ressors de cette lecture avec l'envie d'en savoir plus tout en étant ravie que ce ne soit pas le cas. Je ne suis pas claire, et je m'en excuse. Mais c'est un livre bizarre pour les gens bizarres, et même un peu tout cassés, comme le dit l'auteur à la fin.

Alors... Alors j'ai adoré ce livre. Je ne pense pas que beaucoup de gens l'aimeront, parce qu'il ne s'y passe pas grand chose, parce qu'il n'y a aucun dialogue, parce qu'il ne répond pas aux questions qu'il pose. Mais si vous aimez Auri, je pense que vous y trouverez quand même quelques petites choses qui vous plairont. À tous ceux qui sont tombés sur cette page sans avoir lu le Nom du Vent, je vous conseille de commencer par là et de découvrir le premier tome de la meilleure saga que j'ai lu. C'est bien plus terre à terre, mesuré et pensé que La Musique du Silence qui n'est pas vraiment une histoire. J'espère en tout cas que l'auteur nous offrira d'autres nouvelles, et que Bragelonne sortira bientôt celle sur Bast... *supplication*
Lien : http://allison-line.blogspot..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          340
Shenandoah
  24 février 2015
Auri est sans aucun doute le personnage le plus étrange de la série du Nom du Vent. Il est donc assez logique que cette novella centrée sur le personnage soit également étrange, et ne fasse pas l'unanimité parmi les lecteurs. D'ailleurs, Patrick Rothfuss en est tout à fait conscient et avertit lui-même le lecteur qu'il risque de ne pas apprécier ce texte.
Mais que se passe-t-il donc dans ce récit si controversé ? Eh bien pour être honnête, il ne s'y passe en effet pas grand-chose, et ceux qui cherchent de l'action peuvent passer leur chemin sans regret. Nous suivons simplement Auri pendant 7 jours alors qu'elle attend la visite de Kvothe, et occupe son temps en lui cherchant un cadeau dans les profondeurs du sous-monde.
Cependant, l'intérêt de cette novella n'est pas l'action, mais la fascination que l'on peut ressentir à pénétrer dans l'univers de cette étrange jeune fille et à la voir agir et penser d'une façon totalement différente de la notre.
On navigue avec Auri dans cet univers dont elle est la seule à comprendre les règles, ses actions n'ont pour nous aucune logique, et pourtant à aucun moment elle ne nous est présentée comme folle. Elle est attachante, imprévisible, et parcourir le sous-monde en sa compagnie est une agréable promenade. C'est lent, doux et poétique, et même si on ne comprend pas tout, ça n'a pas la moindre importance.
Je trouve sincèrement que l'auteur a réussi un véritable tour de force pour parvenir à nous présenter la vision du monde d'un tel personnage, et nous décrire un monde si poétique que des objets finissent par en devenir attachants (j'ai versé une petite larme à la fin, c'est pour dire...).
Je l'admets, quand j'ai appris la sortie de ce livre, j'espérais avoir des explications sur qui est Auri, en apprendre davantage sur sa vie avant qu'elle ne s'installe dans le sous-monde, mais au final je trouve cette novella parfaitement adaptée au personnage. Cette histoire ne nous donne aucune réponse, mais est une magnifique illustration de l'esprit d'Auri, une véritable prouesse de la part de l'auteur.
Je comprends que certains n'aient pas aimé, je pense que ce récit nous touche plus ou moins selon notre vécu, mais pour ma part j'ai beaucoup aimé. Je ne conseillerais donc pas ce livre, mais me contenterais de le déconseiller absolument aux personnes qui n'ont pas lu au moins le premier tome de la série d'origine. Il faut être déjà imprégné de l'atmosphère du Nom du Vent pour apprécier cette ambiance étrange, et même dans ce cas vous n'êtes pas sûrs d'aimer. Bref, à vous de voir si vous voulez tenter cette expérience !
Challenge Petits Plaisirs 2014-2015
Challenge Variétés 2015
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          283
boudicca
  28 décembre 2014
« Vous n'aurez peut-être pas envie d'acheter ce livre. Même si vous avez lu mes livres précédents, je crois qu'il est plus honnête de vous avertir que c'est une histoire un brin étrange... différente. Elle ne fait pas tout un tas de choses qu'un récit classique est censé faire. » Dès la préface écrite de la main de Patrick Rothfuss lui-même les choses sont claires, et pourtant je ne m'attendais pas à être aussi déçue par cette novella (vendue au prix d'un roman, bien sur...). Avec « La musique du silence » l'auteur revient sur un personnage secondaire mais très atypique de sa série « Chroniques du tueur de roi », la petite Auri, étrange jeune fille résidant dans le Sous-Monde, un dédale de tunnels et de pièces abandonnées situées sous l'université. Grande amatrice des précédents romans de l'auteur, c'est avec enthousiasme que je me suis plongée dans ce court récit censé nous en apprendre plus sur ce personnage et nous permettre de retrouver l'espace de quelques pages l'univers de la fabuleuse université de magie d'Imre. Or dans les deux cas, mes espoirs ont été lourdement déçus et l'avertissement lancé dans la préface me semble donc tout à fait approprié : il n'est pas dit que ceux qui ont adoré suivre les aventures de Kvothe montreront autant d'enthousiasme à la lecture de « La musique du silence ».
C'est donc une histoire bien atypique que nous relate Patrick Rothfuss puisqu'elle a la particularité de ne contenir ni action, ni dialogue et de ne comprendre qu'un seul personnage. Pourquoi pas... le parti pris est originale mais le récit atteint vite ses limites. Auri est certes un personnage intéressant et plutôt attachant, mais on apprendra finalement rien de plus sur elle que ce qu'on avait déjà pu entrevoir dans les précédents tomes de la série. Dès le début du récit le lecteur est bien au fait qu'il va suivre un protagoniste au comportement étrange et qui entretien une relation très particulière avec le monde qui l'entoure mais aucune information supplémentaire ne sera donnée. On ignore pourquoi elle se soucie tant de « la bonne marche du monde » ou pourquoi elle accorde tant d'importance et d'affection aux objets inanimés qui l'entourent (l'accumulation d'adjectifs du style « charmante », « isolent » ou encore « rieuse » pour qualifiés les-dits objets peut au passage devenir un peu lassant). Ces sept jours passées au côté de la jeune fille ne tardent donc pas à devenir un peu longuets, d'autant qu'effectivement, l'action est réduite à peau de chagrin et que le moment le plus palpitant du récit se résume à assister à la confection de savons. Je ne suis pas contre un rythme plus lent et des scènes d'action réduites au minimum mais tout de même...
Patrick Rothfuss signe avec « La Musique du Silence » une novella très particulière qui, bien que située dans l'univers de la série « Chroniques du tueur de roi », ne ravira pas nécessairement les fans des précédents romans. le personnage d'Auri est intéressant, mais de là à lui consacrer un récit à part entière... Ne reste plus maintenant qu'à attendre le troisième tome des aventures de Kvothe qui devraient se montrer plus palpitants.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          213
BlackWolf
  23 novembre 2014
En Résumé : J'ai passé un sympathique moment de lecture avec cette novella qui nous fait découvrir Auri, personnage secondaires des Chroniques du Tueur de Roi. Un texte étrange, nous faisant découvrir une tranche de vie sur 7 jour de l'héroïne. Se dévoile au fil du récit sa vision du monde, complètement différente de la nôtre, ainsi que son comportement assez protecteur vis-à-vis de ce qui l'entoure et qui possède une certaine féerie et une certaine magie. Par contre si vous cherchez des rebondissements ou de l'action, passez votre chemin. On découvre au fil des pages une jeune fille, marquée par la vie, qui se révèle un minimum attachante et accroche le lecteur, même si je trouve que l'auteur la protège peut-être un peu de trop, surtout concernant sa « folie » dont il ne parait garder que les aspects les plus magiques. le sous-monde gagne ici en profondeur, offrant un lieu labyrinthique assez intéressant à arpenter. Après ce livre est loin de se révéler être le meilleur de Rothfuss, lui offrant plus de développer un peu un personnage qu'il affectionne, offrant un divertissement agréable mais loin de ce qu'il peut proposer dans son cycle. La plume est complètement différente de ses autres écrits, se décalant ver le poétique, et même s'il n'atteint pas le niveau de certains auteurs il s'en sort honorablement bien. Au final je ne suis pas déçu de ma lecture, même si je m'attendais à mieux, en tout cas de quoi patienter en attendant la publication du troisième tome des aventures de Kvothe.

Retrouvez ma chronique complète sur mon blog.
Lien : http://www.blog-o-livre.com/..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          210
bran_601
  27 janvier 2015
"Lorsque Auri s'eveilla, elle sut qu'elle disposait de sept jours.
Oui. Elle en etait tout à fait sûr. Il lui rendrait visite le septième jour."
La musique du silence est un petit roman de quelque 155 pages qui s'adresse exclusivement aux lecteurs des chroniques du Roi et encore pas à tous.
C'est un texte à aborder uniquement si l'on accepte le parti pris de l'auteur qui est pour l'occasion de lever un peu plus le voile sur Auri, l'une des personnalités les plus marquantes des romans des "chroniques du tueur de Roi".
Auri est une jeune fille livrée à elle-même dans ce que l'on nomme le "sous monde", une sorte de ville sous la ville constitué d'un réseau de couloirs, salles et autres conduits en ruine.
Ce qui la caractérise c'est bien entendu son côté un peu Tom Bombadil, cette gentille folie qui la fait voir tout sous un filtre different d'une personne normal.
Elle croit profondément au pouvoir des noms sur les êtres mais aussi sur les choses et ainsi tout ce qui peut-être nommé acquiert forcément une âme et donc une forme de conscience et d'existence.
Elle se sent gardienne du bien-être de tous les objets inanimés qui "peuplent" son domaine où elle seule réside.
C'est ainsi que dans son monde souterrain elle s'est battit une forteresse de solitude où son existence est la recherche permanente d'un équilibre pour le bien-être des objets dont elle se sent la responsabilité et envers laquelle elle développe une empathie "fantome".
Par exemple dans ce qui lui fait office de chambre à coucher, elle pourra passer toute une soirée à changer de place les objets dont elle perçoit la détresse et le mal-être dans l'obscurité, et le lendemain alors qu'elle redécouvre la pièce éclairé et donc sous un autre point de vue, son appréciation du bien-être de ses objets change et la voila qui recommence à tout ranger de nouveau.
Le roman nous propose donc de partager pendant sept jours le quotidien, pour le coup chamboulé, d'Auri alors qu'elle doit se préparer à recevoir un invité de marque, Kvothe pour qui elle nourrit une obsession débordante depuis qu'elle est tombé sous le charme de ses chants au clair de Lune.
Clairement il n'y a pas d'histoire autre que celle de marcher dans ses pas et d'observer dans le silence les manifestations de sa perception tronqué de la réalité.
"De joie, Auri se mit à rire, et chaque éclat de son rire était comme un petit oiseau fusant de sa gorge pour s'élancer dans le salon."
Ça reste une lecture sympathique, Auri nous apparaît plus fragile et plus attachant encore sans que l'auteur ne soit tombé dans le piège d'un développement de ses origines alors que clairement le charme du personnage réside dans le mystère qui accompagne son passé.
Il y a un peu un côté Alice au pays des Merveilles finalement dans cette musique du silence avec une héroïne qui dans les deux cas évolue dans une autre réalité avec d'autres repères et d'autres codes.
L'écriture de Patrick Rothfuss est toujours aussi belle, plus lyrique et métaphorique que jamais pour servir finalement un roman, qui tient plus d'une oeuvre conceptuelle, expérimentale qu'autre chose.
Pour ma part j'ai bien apprécié l'effet de style et l'atmosphère générale littéralement envoutante mais il n'aurait pas fallu que ça traine sur 100 pages de plus ...
Lien : http://david-gemmell.frbb.ne..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          100

critiques presse (1)
Elbakin.net   27 novembre 2014
Le texte a beau être court, il n’en propose pas moins de très jolies scènes, comme toutes celles en rapport avec la fabrication de pains de savon. Présenté ainsi, voilà qui peut surprendre mais Rothfuss n’a en tout cas pas tort en affirmant que cette histoire possède quelque chose de singulier. C’est sans doute ce qui fait sa force. Mais aussi sa limite.
Lire la critique sur le site : Elbakin.net
Citations et extraits (8) Voir plus Ajouter une citation
boudiccaboudicca   22 décembre 2014
On ne désirait pas de choses pour soi-même. Ça vous rendait humble. Ça vous gardait sain et sauf. Ça voulait dire qu'on pouvait se mouvoir de par le monde sans tout chambouler sur son passage. Et si on était scrupuleux, si on faisait partie intégrante des choses, alors on pouvait aider. Réparer ce qui était fêlé. Réparer les choses trouvées de guingois. Et l'on comptait sur le monde pour qu'en retour il mette sur votre chemin de quoi se nourrir. C'était la seule façon gracieuse de se mouvoir. Tout le reste n'était qu'orgueil et vanité.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          130
tearslesstearsless   07 décembre 2014
Elle leva les yeux pour jeter un coup d’œil. Puis regarda plus attentivement. Alors elle vit les morceaux, et son cœur chavira dans sa poitrine. Non. Pas en éclats. Brisé. Il s'était brisé.
Lentement, le visage d'Auri se fendit lui aussi. Il se fendit en un sourire si large qu'on aurait pu croire qu'elle gobait la lune. Oh oui. Fulcrum s'était brisé mais il n'y avait là rien de mal. Les œufs de brisent. Les cœurs se brisent. Les vagues se brisent. [...] Certaines choses étaient tout simplement trop parfaite pour demeurer intactes.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
FaelivrinFaelivrin   18 décembre 2014
Certains jours se contentaient de peser sur vous comme des pierres. D'autres étaient capricieux comme des chats, se défilant quand vous aviez besoin de réconfort puis faisant leur réapparition quand vous ne vouliez plus d'eux, vous bousculant, volant votre souffle.
Commenter  J’apprécie          30
Acr0Acr0   30 novembre 2014
De joie, Auri se mit à rire, et chaque éclat de son rire était comme un petit oiseau fusant de sa gorge pour s’élancer dans le salon.
Commenter  J’apprécie          60
elhoraelhora   24 juillet 2018
Si vous faîtes partie de ceux qui ont trouvé cette histoire déconcertante, rebutante ou déroutante, je vous présente mes excuses. En fait, elle n'était sans doute pas pour vous. La bonne nouvelle, c'est qu'il y a beaucoup d'autres histoires de par le monde qui ont été écrites juste pour vous. Des histoires que vous apprécierez bien d'avantage.
Cette histoire est destinée à tous ceux qui sont cabossés ici-bas.
Je suis l'un de vous. Vous n'êtes pas seuls. Vous êtes tous magnifiques à mes yeux.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Videos de Patrick Rothfuss (5) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Patrick Rothfuss
1008-sdcc-rothfuss-weeks .Conférence donnée par Patrick Rothfuss, Brent Weeks et Brandon Sanderson durant la dernière édition de la San Diego Comic Con !
autres livres classés : fantasyVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

La fantasy pour les nuls

Tolkien, le seigneur des ....

anneaux
agneaux
mouches

9 questions
1247 lecteurs ont répondu
Thèmes : fantasy , sfff , heroic fantasyCréer un quiz sur ce livre
.. ..