AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

François Bonfils (Éditeur scientifique)Emmanuelle Hénin (Éditeur scientifique)
ISBN : 2080710524
Éditeur : Flammarion (15/10/1999)

Note moyenne : 3.16/5 (sur 22 notes)
Résumé :

Rotrou, dramaturge adulé au XVIIe siècle, donne ici son chef-d'œuvre. Pièce baroque chrétienne, Le Véritable Saint Genest, nous convie au vertige de l'illusion et nous révèle pourtant la vérité : un acteur se convertit en plein théâtre. Dieu descend sur scène.

Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (2) Ajouter une critique
5Arabella
  23 juin 2017
C'est une des dernières pièces de Rotrou, sans doute jouée en 1645 et publiée en 1647. C'est une des rares pièces de l'auteur encore un peu connue de nos jours, accessible en livre de poche. Elle relève du genre de la tragédie religieuse, genre peu pratiqué en France, un peu plus par les protestants.
Genest était un comédien, de la fin du IIIe ou début IVe siècle, qui s'est converti au christianisme et qui a été martyrisé, à une date incertaine. Rotrou s'est sans doute inspiré de Sirius, moine chartreux allemand du XVIe siècle auteur d'un recueil de la Vie des Saints, qui a précédemment servi de source à Corneille. Sirius indique dans son ouvrage que ce Genesius, avait été chargé par l'empereur Dioclétien d'infiltrer les chrétiens pour ensuite jouer de façon parodique les pratiques et cérémonies chrétiennes sur scène et les ridiculiser. Mais il finit par se convertir lui-même et proclamer sa foi.
Rotrou transforme quand même beaucoup cette trame de départ (par exemple, il n'y a pas de mention explicite à des actions d'espionnage de Genest dans la pièce), et il prend d'assez grandes libertés avec l'histoire (son César s'appelle Maximin par exemple), qui est une époque plutôt mal connue du public, du temps de Rotrou comme de maintenant.
Saint Genest avait déjà inspiré le théâtre avant Rotrou, un mystère du moyen-âge lui était consacré. Lope de Vega a également écrit une pièce sur le sujet, dont Rotrou s'est en partie inspirée, comme il s'est inspiré d'une tragédie latine d'un jésuite, Pierre Cellot, tout particulièrement pour la pièce dans la pièce, celle que St Genest est censé jouer, et qui narre le martyre de St Adrien. Et enfin, une pièce de Desfontaines a été jouée sur le sujet peu de temps avant celle de Rotrou.
La pièce a une structure complexe, et on peut y trouver un certain nombre d'invraisemblances et incohérences. A l'occasion du mariage de Maximin (Galère) ; qui Dioclétian (Dioclétien) veut associer à l'empire avec le titre d'empereur ; et de Valérie le fille de l'empereur, Genest, acteur renommé doit jouer une pièce. le choix se porte sur une pièce racontant la mort d'Adrien après sa conversion au christianisme. Pendant la représentation, Genest est en quelque sorte saisi par la grâce, et se convertit, puis il est martyrisé, comme le personnage de la pièce qu'il jouait. Nous sommes encore une fois dans le théâtre dans le théâtre, qui n'était pas un procédé exceptionnel au XVIIe siècle. Les longs débats théoriques sur le théâtre, ses formes, les règles qui doivent l'ordonner, qui ont été si essentiels dans l'évolution du genre, rendent en quelque sorte naturel le questionnement sur la nature de la représentation théâtrale, de ses liens avec le réel.
Malgré quelques maladresses, Rotrou arrive à donner par moments quelque chose de vertigineux à cet acteur qui devient le personnage qu'il joue. Un acteur d'exception, acclamé, considéré comme le meilleur des meilleurs dans sa profession. Ce qui pose aussi la question de l'identification comme d'un préalable à être un bon acteur, crédible, parce qu'il devient le personnage. Quand on sait à quel point le jeu des acteurs était codifié à l'époque, en particulier dans la déclamation, qui faisait parler les comédiens en prononçant très différemment du langage ordinaire par exemple, avec une grande emphase, cette idée de s'identifier au personnage que l'on joue n'est pas du tout de son temps. Elle le deviendra bien plus tard seulement. C'est aussi passionnant d'avoir des indications sur la préparation de la représentation théâtrale, la mise en place des décors. Puis cette représentation devant le souverain, à la cour, fait aussi partie de la réalité du théâtre de l'époque de Rotrou, où les rois ou les premiers ministres, étaient des mécènes indispensables à la vie des troupes, et dont les auteurs dépendaient en grand partie pour leurs ressources. Et nous sommes dans une pièces qui pourrait faire qu'un roi assiste à une pièce dans laquelle un souverain commande une représentation dans laquelle il est lui-même représenté, et dans laquelle il réagit à cette représentation...Les frontières entre le réel et le théâtre s'estompent, se brouillent…
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
Augustin334
  11 janvier 2017
Encore un exemple de mise en abyme (théâtre dans le théâtre) ! La pièce traite de la conversion et du supplice du comédien romain devenu chrétien. La persécution sous Dioclétien (vers 303) est la dernière en date après celles de Dèce (vers 250) et de Valérien (257-258) qui ont suivi les folies homicides de quelques empereurs renommés dont Néron et Caligula. La religion monothéiste remet en cause le polythéisme ambiant. Alors que les autres civilisations du pourtour méditerranéen ont allégrement cultivé des panthéons dotés d'un kyrielle de divinités (vernaculaires et importées lors de conquêtes), le christianisme avec son dieu unique est considéré comme une secte- d'autant plus qu'elle ose prôner la désobéissance et la révolte face aux autocrates du moment. Rotrou fait dire à Dioclétien que les chrétiens reviennent en nombre ("Ils sont légions") malgré les persécutions. Cette expression lourde de sens est généralement employée dans la Bible pour désigner la multiplication des démons...
Commenter  J’apprécie          00
Citations et extraits (9) Voir plus Ajouter une citation
julienraynaudjulienraynaud   08 juillet 2015
Les martyrs, animés d'une sainte fureur,
En rougiront de honte et frémiront d'horreur ;
Contre toi dans le ciel, Christ arme sa justice ;
Les ministres d'enfer préparent ton supplice
Commenter  J’apprécie          70
5Arabella5Arabella   18 juin 2017
Dieux ! vous avez un foudre, et cette félonie
Ne le peut allumer, et demeure impunie !
Vous conservez la vie et laissez la clarté
A qui vous veut ravir votre immortalité !
Commenter  J’apprécie          20
5Arabella5Arabella   18 juin 2017
Ce monde périssable et sa gloire frivole
Est une comédie où j'ignorais mon rôle
Commenter  J’apprécie          50
Augustin334Augustin334   30 décembre 2016
Dioclétien
Mais j'ai beau leur offrir de sanglantes hosties*, et laver leurs autels du sang de ces impies ; en vain j'en ai voulu purger ces régions, j'en vois du sang d'un seul naître des légions...
(NB : aux dieux romains).
Commenter  J’apprécie          10
julienraynaudjulienraynaud   08 juillet 2015
Est-ce là ce martyr, ce vainqueur des enfers,
Dont l'illustre courage et la force infinie
De ses persécuteurs bravaient la tyrannie ?
Commenter  J’apprécie          10
Lire un extrait
Video de Jean de Rotrou (1) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Jean de Rotrou
Jean de ROTROU - Le Véritable Saint Genest : adaptation radiophonique de France Culture (1971)
autres livres classés : théâtreVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

Couples célèbres de la litterature

Julien Sorel

Louise de Renal
Maguerite Gautier
Ariane
Camille
Celimene

10 questions
474 lecteurs ont répondu
Thèmes : roman , théâtreCréer un quiz sur ce livre