AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2070197182
Éditeur : Gallimard (03/01/2017)

Note moyenne : 3.3/5 (sur 22 notes)
Résumé :
«Au lit, il y a les femmes fleuves, alanguies et somnolentes ; il y a les femmes fleurs, odorantes, fragiles et fades ; les femmes pieuvres, souples, silencieuses et avides, qui s’enroulent sur un corps comme autour d’une proie. Et puis, il y a les femmes tempêtes, violentes, bruyantes, acharnées au plaisir. Valentina était une femme tempête.»
Le narrateur anime une revue d’art à la réputation internationale, qui lui donne une certaine surface sociale dont il... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacRakutenLeslibraires.frMomox
Critiques, Analyses et Avis (10) Voir plus Ajouter une critique
pilyen
  17 janvier 2017

Un vieux beau qui ne supporte pas que le regard de jeunes et jolies ne glisse plus sur lui (les vieilles de son âge et de 20 ou 30 ans de moins, beurk !) traîne son mal de vivre entre la rédaction en chef d'une revue d'art d'un certain renom et son splendide appartement parisien avec personnel de maison dévoué. Même les déjeuners chez Lipp, à la maison du caviar ou une boisson revigorante au café de Flore n'arrivent pas à chasser cette sacrée impression de ne plus être qu'une masse de chair molle et guère séduisante. Mais, le hasard mettra sur sa route une dénommée Valentina Orlov, russe incendiaire bien sûr jeune et sculpturale, qui l'aimera comme une femme tempête. Petite définition de la femme tempête pour ceux et celles qui ne connaîtraient pas le jargon des alcôves bourgeoises : femme violente, bruyante, acharnée au plaisir ou si vous préférez, femme à l'humeur changeante et calculée totalement consciente de ses charmes. On devine la suite. La chair qui s'avachit la met en transe, enfumant le cerveau du mâle bien crédule...
Jean-Marie Rouart, plume encore alerte, cynique par moment, trousse un roman qui dégage des parfums incommodants, un peu comme ces vieux séducteurs inondés d'une eau de toilette entêtante. le sujet vieux comme le monde, la faiblesse et la déchéance d'un homme qui croit possible l'amour d'une ( très jolie) jeunette pour lui, aurait pu donner lieu à quelque chose de mordant, de sexy, voire de drôle ou de tragique mais ici il est traité de façon assez convenue. le lecteur ne gagne rien à batifoler avec lui, il voit les ficelles, soupire devant la candeur du personnage, s'énerve un peu devant cette suffisance de nantis même si parfois on sent un frémissement critique ( autocritique ?). On nage dans l'infatuation bourgeoise, dans une misogynie certaine. Cela à fait naître dans ma tête de lecteur le cliché du vieil académicien libidineux qui rêve encore, de par sa position honorifique à trousser, sur une méridienne signée, quelque jeunesse délicieuse.
Et derrière cette histoire aux parfums surannés, se dégage une morale à géométrie variable. Si par hasard quelques jeunes lecteurs devaient se plonger dans cet ouvrage ( incertain, mais allez savoir...), ils apprendront, que pour peu qu'ils ne soient pas trop moches, il vaut mieux offrir ses fesses ( dans les bons endroits seulement) plutôt que de faire des études et de prouver sa valeur par sa culture et son travail.
La suite sur le blog
Lien : http://sansconnivence.blogsp..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80
Verdure35
  01 février 2017

Voilà un court roman délicieux . Peut-être les lecteurs se reconnaîtront-ils pour certains dans le   bouleversement qu'est pour l'homme la prise de conscience que vouloir n'est plus synonyme de pouvoir...
J.M.Rouart excelle dans cette description du désir qui taraude l'homme vieillissant, toujours émoustillé par une fraîche jeunesse qui passe, mais sans aucun regard de retour .
C'est aussi une occasion de parler du couple prétendument aguerri aux bourrasques, mais qui finissent mal quand même ;
C'est aussi la démonstration   que certaines folies amoureuses parfois dangereuses peuvent
s'emparer d'un homme mûr, et que certains l'assument jusqu'au bout.
Comme quoi l'andropose est aussi un moment perturbant.
Mais quelle écriture et quelle élégance !
Commenter  J’apprécie          82
nanek
  17 juillet 2018
Lecture agréable en raison d'une plume mettant à l'honneur cette jolie langue française.
Cette illustration du fait de vieillir et la perte du pouvoir de séduction de l'homme m'a plu . La déraison qui accompagne cette déliquescence physique rend le combat perdu d'avance et confronte l'ego masculin au leurre du dominant dominé.
Commenter  J’apprécie          90
Shambala
  16 février 2017
Tout est dit dans le titre. Un homme, directeur d'une grande revue d'art, « vient de franchir une importante frontière », celle de l'âge. Il se rend compte qu'il ne plaît plus aux jeunes femmes... Il reçoit un jour une demande de publication, écrite par une femme. Il juge cet écrit vraiment mauvais et la refuse. Jusqu'à qu'il la rencontre, et se retrouve face à une très belle créature. Il va avoir avec elle une liaison orageuse, et se fait … escroquer.
Tant mieux, suis-je tentée de dire. Ce vieil homme en transe devant les jeunes femmes me met un peu mal à l'aise. Les émois de ce sexagénaire (au moins) en mal d'amour m'a laissée de marbre, et le fait qu'on puisse se faire éditer quand on a une plastique magnifique n'est pas très moral. L'écriture est néanmoins très belle (ce qui lui vaut deux étoiles) mais ce livre a pour moi peu d'intérêt.
Commenter  J’apprécie          50
Patricia2705
  01 juin 2017
Le sujet traité n'est pas nouveau, même si le récit est fort bien mené et la réflexion toujours pertinente.
Mes 5 étoiles sont motivées par la qualité de l'écriture dans laquelle on reconnaît bien le niveau de plume d'un membre De l'Académie Française. Quel bonheur !
Certains trouveront le style trop ampoulé ; moi je me suis régalée de ce français recherché et impeccable, tant c'est devenu rare chez nos contemporains.
Commenter  J’apprécie          71

critiques presse (1)
LeFigaro   13 janvier 2017
Un abîme baudelairien à l'image de ce livre aux parfums capiteux.
Lire la critique sur le site : LeFigaro
Citations et extraits (4) Ajouter une citation
SZRAMOWOSZRAMOWO   02 mars 2017
J’aurais pu avoir recours à des professionnelles pour quêter quelques illusions. La morale ne m’arrêtait pas. Il y avait bien longtemps que cette digue fragile avait cédé. Elle résiste rarement quand on doit affronter des choix essentiels, quand il s’agit de vie ou de mort. C’est un recours pour les temps faciles aux enjeux bénins. À quoi bon me duper dans un marchandage sans équivoque ? Je ne cherchais pas seulement du sexe, mais à me convaincre que l’heure fatale n’avait pas encore sonné. Je ne voulais pas non plus tromper ma hantise en me collant avec des femmes quelconques, des esseulées en manque d’âme sœur, celles que taraudait la même obsession que moi : vieillir. Tant qu’à me noyer, je préférais me noyer seul. Et puis si injuste et même ignoble que soit ce constat, l’amour est indissociable de la jeunesse, et je n’avais aucune envie de joindre mon infortune à celle de quelqu’un qui me ressemblait.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          112
michelekastnermichelekastner   25 juin 2017
Soudain, je me sentis pris d'un malaise : des sueurs froides, des palpitations, un étau sur la nuque. Sa présence me devint pesante comme si elle s'était importunément imposée à moi. Je résistai à l'envie de la congédier sous un vain motif. Un sentiment proche de la répulsion et du dégoût m'envahit. La cause de ce malaise m'apparut : ce que je détestais en elle, ce que je ne supportais pas de voir, c'était le spectacle de ce que j'étais moi-même. Un exilé du désir.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
CharmaineCharmaine   11 février 2018
Rien n’est plus banal que la nouveauté. Il faut une disposition particulière
de l’esprit pour y être sensible. Avoir la foi en ce qu’on fait. Je ne l’avais plus. Les innovations artistiques les plus débridées me paraissaient conventionnelles et laborieuses.
Commenter  J’apprécie          00
ricamet62ricamet62   14 janvier 2018
J’avais construit autour d’elle un édifice qui la protégeait des défauts inhérents à la plupart des femmes- toutes?-: le mensonge, la lubricité, l’adultère.
Commenter  J’apprécie          00
Videos de Jean-Marie Rouart (30) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Jean-Marie Rouart
Émission complète à découvrir sur : http://www.web-tv-culture.com/la-verite-sur-la-comptesse-berdaiev-de-jean-marie-rouart-1268.html
Entrer chez Jean-Marie Rouart, c?est entrer dans un autre monde. Celui de la peinture avec des tableaux accrochés sur tous les murs et qui rappellent la place de l?art dans sa famille. le père de Jean-Marie Rouart était peintre lui-même mais aussi collectionneur. Rappelons également que Jean-Marie Rouart compte parmi ses aïeux Julie Manet, la fille de Berthe Morisot et nièce d?Edouard Manet. L?univers de Jean-Marie Rouart, ce sont aussi les livres, omniprésents, ceux des auteurs d?aujourd?hui comme ceux des classiques qui l?ont fait grandir et lui ont ouvert les portes du destin qu?il s?est construit. Et s?il reconnait qu?il a choisi l?écriture comme une sorte de refuge et une façon de fuir la peinture et peut-être par là-même sa famille, force est de constater que la plume et le pinceau gardent chez lui de nombreux points communs. Journaliste pendant des années, Jean-Marie Rouart est aujourd?hui un académicien assidu, heureux et fier de côtoyer la fine fleur de la littérature française contemporaine mais aussi d?avoir sa place sous cette coupole qui vit défiler tant de grands noms. Avec son nouveau roman, « La vérité sur la comtesse Berdeïev », l?auteur nous entraine dans la France des années 50, celle qui se reconstruit après la guerre, celle qui s?enlise en Algérie, celle qui se morfond dans une IVème République finissante. Et au c?ur de cette France, il y a Paris où les politiques jouent des coudes, où tous les coups sont permis. Alors qui est-elle cette mystérieuse comtesse Berdaïev ? de sa Russie d?origine, que la famille a fuie en 1917, elle a gardé une beauté fascinante et une nostalgie toute slave. Surtout, par sa grâce, son charme et son élégance, elle a construit les remparts qui la protègent et l?emprisonnent. Femme fatale, les hommes sont fous d?elle, elle se retrouve au c?ur d?un scandale national qui la dépasse et va faire vaciller le pouvoir en place. S?inspirant librement de l?affaire des ballets roses qui défraya la chronique en 1959, le roman de Jean-Marie Rouart est avant tout un formidable portrait de femme mélancolique, sur qui l?étau se referme. C?est aussi une belle peinture du Paris des années 50 où l?auteur nous entraine, des ors de la République aux nuits interlopes. Enfin, c?est également une vision acerbe de la politique d?alors même si les coups bas, les trahisons et les petites phrases assassines ne sont pas sans nous rappeler quelques histoires plus récentes. « La vérité sur la comtesse Berdaïev » de Jean-Marie Rouart est publié chez Gallimard.
+ Lire la suite
autres livres classés : vieillesseVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacRakutenLeslibraires.frMomox





Quiz Voir plus

Les Amants de la Littérature

Grâce à Shakespeare, ils sont certainement les plus célèbres, les plus appréciés et les plus ancrés dans les mémoires depuis des siècles...

Hercule Poirot & Miss Marple
Pyrame & Thisbé
Roméo & Juliette
Sherlock Holmes & John Watson

10 questions
2965 lecteurs ont répondu
Thèmes : amants , amour , littératureCréer un quiz sur ce livre