AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 270731627X
Éditeur : Editions de Minuit (27/02/1998)

Note moyenne : 3.42/5 (sur 50 notes)
Résumé :
« Elle ne lira pas ces lignes, notre miraculée des bombardements de Nantes, la jeune veuve d’un lendemain de Noël, qui traversait trois livres sur ses petits talons, ne laissant dans son sillage qu’un parfum de dame en noir. Même si sa vie ne se réduisait pas à cette silhouette chagrine, comprenez, il m’était impossible d’écrire sous son regard. Cet air pincé par lequel se manifestait son mécontentement, j’avais dû l’affronter pour avoir ravivé, en dépit d’une prude... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (3) Ajouter une critique
cicou45
  01 février 2013
Voici en quelque sorte l'histoire de la famille Brégeau, tout d'abord celle d'une lignée mais s'attardant particulièrement sur le portrait d'Annick, la mère du narrateur puisqu'il lui dédie ce livre, tout en sachant qu'elle ne le lira jamais.
Cela se déroule durant les années '50, juste après la guerre (pour ce qui est de l'action -enfin, si on peut dire- principale) dans un petit village de Vendée. le narrateur nous retrace un peu le parcours de ses parents mais particulièrement de sa mère, qui est devenu tragiquement veuve à 41 ans, se retrouvant à élever seule ses trois enfants et à tenir le commerce de porcelaine dont son défunt mari était propriétaire. C'est donc essentiellement l'histoire de cette femme, qui n'a jamais voulu s'arrêter de travailler, dont nous parle l'auteur.
Pour ma part, j'ai été assez déçue par cette ouvrage car j'ai trouvé l'histoire sans grand intérêt (excepté peut-être sur le plan historique) avec des phrases bien souvent trop longues. le lecteur (je fais référence à moi, bien évidemment) à tendance à se perdre dans la chronologie et surtout en ce qui concerne la généalogie de cette famille. Un ouvrage bien écrit mais qui ne me laissera pas des souvenirs indélébiles ! Pour les plus curieux d'entre vous, à découvrir, peut-être l'apprécierez-vous à sa juste valeur !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          150
Herve-Lionel
  13 juin 2014
NOVEMBRE 1999
N° 215

POUR VOS CADEAUX - Jean ROUAUD - Éditions FERYANE-BP 314 78003 VERSAILLES.
*
C'est vrai qu'ils sont rares les écrivains qui savent m'émouvoir. Jean Rouaud est de ceux là.
Et pourtant je n'aime pas beaucoup son style fait de phrases à n'en plus finir et dont j'ai du mal, parfois, à suivre le cours. Je goûte peu leur longueur excessive, leurs apartés... Cependant, je dois bien reconnaître que c'est un texte qui gagne à être lu à haute voix. On en apprécie davantage les nuances, l'humour, le sens de la formule qui font dire que, quand même c'est bien écrit!
Il reste cependant l'émotion, à cause de cette ambiance lentement tissée, cette histoire qui vous prend aux tripes à force d'être simple, presque banale, mais qui devient passionnante par le miracle de l'écriture.
Jean Rouaud à choisi de nous faire partager celle de sa parentèle, d'évoquer le passage sur terre de gens qui ne sont plus, mais dont, grâce à lui, le souvenir demeure.
Mais qu'y a-t-il de plus ordinaire que l'histoire de cette famille avec ses secrets, ses moments d'orgueil, ses soupçons et ces instants de joie? Les personnages, certains falots, d'autres écrasants par leur présence même sont évoqués ici à leur tour. le lecteur à l'impression de les avoir croisés, connus! Il devient, malgré lui le témoin des grands moments de leur vie, complice de leurs actions, compatit à leurs malheurs et à leurs peines.
L'auteur a choisi celui de sa mère qu'il fait revivre au long de ces pages. C'est vrai que son vécu est simple, celui d'une épouse de commerçant en porcelaine d'un gros bourg du département de Loire-Inférieure qui n'était pas encore Atlantique. Elle devient brutalement veuve à l'aube de la quarantaine et doit faire face au quotidien de trois enfants désormais à sa seule charge. Elle doit reprendre le commerce à son compte. le lecteur partage son désarroi, son calvaire devant la solitude, le silence et les responsabilités auxquelles elle n'était pas préparée. du même coup elle devient gardienne du foyer, chef de famille, chef d'entreprise, prend la place de ce mari dont elle devient le double malgré sa silhouette fragile.
C'est qu'elle doit faire tout cela malgré son envie inextinguible de rejoindre son époux dans la mort... Elle porte ostensiblement son deuil au point de faire teindre en noir la totalité de sa garde-robe qui jadis fut plus colorée et refuse tout ce qui peut ressembler à une nouvelle vie, avec un autre homme par exemple. C'est que la fidélité pour elle s'entend dans la mort comme dans la vie.
L'auteur nous décrit sa laborieuse remontée vers le monde des vivants pour, pénétrer de nombreuses années plus tard, de l'autre côté de la vie aussi simplement qu'elle avait vécu, presque en silence.
Cette mort est omniprésente autours des personnages de Jean Rouaud qui nous rappelle d'ailleurs que lorsqu'il prend la plume pour évoquer cette mère, elle a déjà plongé dans le néant de l'au-delà : « Elle ne lira pas ces lignes, la petite silhouette ombreuse... »
Sa vaste démarche d'écriture ressemble à un long travail de deuil, comme si chaque livre consacré à un des membres de cette famille n'avait d'autre but que d'éponger ses larmes, d'exorciser son chagrin au rythme des mots. C'est un peu comme l'exploration d'un cimetière dont chaque tombe est le prétexte à un roman, une sorte de saga dont chaque livre compléterait le puzzle.
Jean Rouaud a été révélé par le Prix Goncourt qu'il obtint en 1990. Je m'en suis félicité au moment de cette distinction (La Feuille Volante n°55). Ce prix a souvent laissé un goût amer à ceux qui ont été ainsi distingués. Je suis heureux que, en ce qui le concerne, les jurés ne se soient pas fourvoyés.
©Hervé GAUTIER
Lien : http://hervegautier.e-monsit..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
BVIALLET
  16 mai 2012
Ayant miraculeusement échappé à la mort lors des bombardements de l'aviation américaine à Nantes, la mère de l'auteur, jeune fille petite, mince et plutôt jolie, rencontra Joseph, un grand costaud qui s'impliqua dans la Résistance et passa ensuite une année à l'armée. Ils furent amoureux, se marièrent, eurent trois enfants et tinrent un commerce de porcelaine, objets de table et autres à l'enseigne « Pour vos cadeaux » dans un petit village vendéen. A la mort prématurée du père, alors que l'auteur n'a que neuf ans, c'est la mère qui, seule, tient courageusement la boutique tout en s'occupant de ses enfants...
Une chronique familiale d'une totale banalité, parfaitement représentative de la vie des petites gens de la seconde moitié du siècle dernier. Quelques personnalités tel l'oncle à la fois horloger et magicien ou telle la mère Courage dont la figure illumine l'ouvrage donnent un attrait particulier à ce texte à la condition que le lecteur ne soit pas trop rebuté par un style lourd, cumulatif voire carrément filandreux, fait d'interminables phrases remplissant une demie page au minimum, bourrées de conjonctives, relatives et autres appositions diverses sans aucun dialogue ni temps de respiration. Lire du Rouaud demande un petit effort.
Lien : http://www.etpourquoidonc.fr/
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          11
Citations et extraits (7) Voir plus Ajouter une citation
cicou45cicou45   31 janvier 2013
"Il apparaît que c'est un talent de savoir cajoler un enfant, le bercer, inventer pour lui une foule de diminutifs, lui chantonner des chansons douces, attendre patiemment qu'il ait fini de mastiquer avant de lui tendre une nouvelle cuiller, c'est un don, comme le dessin, la poésie ou l'art d’accommoder les restes."
Commenter  J’apprécie          190
cicou45cicou45   31 janvier 2013
"D'ordinaire, une vie s'incrit entre deux nombres qui délimitent le parcours terrestre, l'entrée et la sortie, à charge de celui-là, l'évoqué mathématique, de résoudre cette équation pleine d'inconnu que pose l'entre-deux."
Commenter  J’apprécie          120
Herve-LionelHerve-Lionel   25 mai 2017
Elle ne lira pas ces lignes la petite silhouettre opiniâtre qui courait après le temps pertdu, traversant la vie à sa manière, toujours pressée, en trotinant sur ses inévitableds petits talons, la tête rentrée dans les épaules, le front volontaire, les bras le plus souvent chargés de colis, comme si elle cherchait à combler son retard, ayant tellement mieux à faire que de prendre littéralement la pose, nous suggérant à son passage éclair, dans le couloir, par la porte ouverte sur la cuisine où nous sommes attablés, tandis qu'elle court chercher dans l'entrepôt le verre manquant d'un service vendu dix ans plus tôt...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
cicou45cicou45   31 janvier 2013
"Mais c'est l'unique précepte de vie qu'elle nous ait jamais dispensé. D'où l'on comprenait aussi que la simplicité est un but et que, quand elle n'est pas un don, elle peut s'apprendre."
Commenter  J’apprécie          10
PigranellePigranelle   21 mai 2013
C'est une caractéristique que l'on retrouve chez ceux qui ont l'habitude de ne rien dévoiler d'eux-mêmes, ou du moins s'en persuadent, et qui, au moment de faire part de ce qu'ils ressentent, craignant de ne pas être suffisamment explicites et de demeurer incompris, faute de naturel, empruntent à la technique du mime les expressions les plus appuyées.
Commenter  J’apprécie          00
Videos de Jean Rouaud (28) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Jean Rouaud
La vie poétique. Volume 5, Kiosque Jean Rouaud
Grasset, (janvier 2019)
Résumé
Cinquième volet de la série dans lequel l'auteur retrace son expérience de kiosquier de presse de 1983 à 1990. Alors apprenti écrivain, il voit défiler une foule de personnages : le gérant du dépôt, un anarcho-syndicaliste, un peintre maudit, un oracle autoproclamé, un rescapé de la Shoah... Tous ces personnages inspirent et inquiètent l'écrivain débutant de 36 ans à l'ambition encore obscure. ©Electre 2019
autres livres classés : mèreVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Les écrivains et le suicide

En 1941, cette immense écrivaine, pensant devenir folle, va se jeter dans une rivière les poches pleine de pierres. Avant de mourir, elle écrit à son mari une lettre où elle dit prendre la meilleure décision qui soit.

Virginia Woolf
Marguerite Duras
Sylvia Plath
Victoria Ocampo

8 questions
854 lecteurs ont répondu
Thèmes : suicide , biographie , littératureCréer un quiz sur ce livre