AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2842630610
Éditeur : Le Dilettante (29/08/2002)

Note moyenne : 4.48/5 (sur 23 notes)
Résumé :
"Dans le monde du cirque, un sujet est un animal hors du commun, un animal qui prend plaisir à travailler et qui apprend tout seul. C'est très rare et nous avons eu la chance d'en rencontrer un. Grâce à ce chien, nous nous sommes dit que, peut-être, on pourrait monter notre propre cirque. Qu'enfin la chance nous souriait et qu'on allait devenir nos propres patrons. Vous comprenez, avec un chien pareil et le dresseur qu'on a avec nous, on a un numéro superbe. Hier on... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (6) Voir plus Ajouter une critique
brigittec
  29 mai 2014
C'est une bande de gars aux vies amochées devenus baldringues entendez monteurs de chapiteaux. Leur chef Marco, ancien dompteur, rêve de créer son propre cirque. La chance se présente avec Chaipas un chien arrivé de nulle part. Chaipas montre des qualités naturelles pour les tours de cirque et le rêve fou de Marco va devenir celui de toute la troupe.
Ecrit dans la langue d'Audiard, on croise dans ce roman des personnages hauts en couleurs, on se laisse entraîner dans une intrigue bien ficelée bien documentée sur le cirque. Une histoire qui touche au coeur.
Commenter  J’apprécie          40
mgeffroy
  11 janvier 2008
Les baltringues sont des personnes qui montent les chapiteaux du cirque. Plutôt que des longs discours, un bon extrait pour vous donner envie de lire ce livre qui m'a fait hurler de rire (même si c'est pas toujours drôle ce que vivent les personnages, le ton et les situations font que...)
Donc, voir plutôt les citations...
Commenter  J’apprécie          30
Olivier03
  11 septembre 2014
magnifique roman, une très belle histoire d'amitié dans le monde du cirque.
Belle écriture un peu rude qui s'adapte parfaitement aux personnages assez rustres mais très attachant.
Commenter  J’apprécie          30
mpgeffroy
  12 mai 2008
Il y a de\" la picole\" sous le chapiteau du cirque, mais l'humour, le rêve, l'amitié.... plusieurs ingrédients réunis pour un livre réussi.
Commenter  J’apprécie          10
patonio
  06 février 2017
Ce livre a été un vrai choc pour moi, je l'ai lu, relu et encore, j'en fait la publicité autour de moi. Je crois que c'est le livre que j'ai le plus recommandé.
Commenter  J’apprécie          00
Citations et extraits (2) Ajouter une citation
mgeffroymgeffroy   11 janvier 2008
Leponte, patron de Balard comme il l’avait été de Pantin, avait eu une idée. D’après lui toute la partie ouverte du bâtiment pouvait, avec quelques travaux bien sûr, devenir une salle de réception très correcte.

– Et d’ailleurs il l’a déjà louée au parti communiste pour le 24 ! nous a annoncé Marco. (En fait, il l’avait louée à la section communiste du quartier mais pour nous c’était le parti et c’est ainsi qu’on en parlait entre nous.)

– Il a loué quoi ? Y a rien comme salle, a dit le Belge.

– C’est pour ça qu’il va falloir bosser toute la nuit pour qu’elle soit prête demain à dix-huit

heures. Faut poser une cloison et un parquet.

Tony va s’occuper de l’électricité et du chauffage. Vous autres, vous courrez à la cabane me trouver de quoi monter la cloison. Pour le parquet, je vais aller le chercher à Pantin avec d’Artagnan.

– Y me font chier, les cocos. Moi, je les emmerde. Et puis d’abord pourquoi ils fêtent Noël, ces cons? Je croyais qu’ils n’y croyaient pas au bon Jésus.

– Me fais pas chier, le Belge, ce n’est pas le moment. Alors arbeit et fissa.

Marco nous a donné ses consignes et il est parti.

Alors on est allé à la cabane chercher la cloison. La cabane c’était l’ancienne usine Citroën qui bordait notre terrain et qui servait en partie de fourrière à la préfecture de Paris. Dans le fouillis à l’abandon de l’autre partie on trouvait tous les matériaux de

construction nécessaires à nos travaux. Bois et ferraille surtout. En un peu plus d’une heure de temps, nous avions trouvé tout ce dont nous avions besoin pour monter une cloison digne de ce nom. Quand Marco et d’Artagnan sont revenus de Pantin, nous avions fini de monter et fixer la structure métallique sur laquelle nous allions poser la cloison. Il était pas loin de huit heures du soir et on avait faim.

– Et où il est ton parquet ?

– Y en a pas. Y a des vandales qui nous l’ont taxé.

+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
mgeffroymgeffroy   11 janvier 2008
Qui avait eu l’idée saugrenue d’envoyer le Belge faire les courses pour le déjeuner ? Mystère. Mauvaise idée en tout cas. Ce type était une calamité sans cervelle et totalement pochetron. Une fois, un matin, on l’avait envoyé en course chez Massila…
De toute la journée plus de nouvelle du Belge. C’est le soir, quand on avait traversé le terrain vague sur lequel on montait notre chapiteau pour aller claper chez Maman Rose, qu’on l’avait enfin retrouvé. Il y était bien allé chez Massila… mais en s’arrêtant dans presque tous les troquets pour des blancs secs ou des rouges lime.

Toute sa paye de la semaine y était passée. Une fois sa commission faite, il était revenu à Balard en titubant mais sans trop de retard. Il devait être alors dans les deux heures à ce qu’il nous raconta. Sur le terrain vague à cause de sa démarche et de son esprit embrouillé d’alcool, il n’avait pu éviter de tomber dans un trou rempli de vieux bouts de grillage et de fil de fer. Il s’était tant tortillé pour en sortir qu’il s’était retrouvé saucissonné comme un jésus. Au début, sans paniquer, il avait récupéré de sa balade en piquant un roupillon.

À son réveil, il s’était mis à brailler qu’on vienne le libérer de sa prison. Mais impossible pour nous de l’entendre : la distance d’abord et puis le tintamarre des outils qu’on utilisait. Alors il avait passé toute son après-midi à beugler...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
Video de Ludovic Roubaudi (1) Voir plusAjouter une vidéo

Ludovic Roubaudi : Les Baltringues
Olivier BARROT interviewe Ludovic ROUBAUDI pour son roman "Les Baltringues". Lieu de tournage : café le Rostand, place Edmond Rostand, Paris 6ème.
autres livres classés : cirqueVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

Compléter les titres

Orgueil et ..., de Jane Austen ?

Modestie
Vantardise
Innocence
Préjugé

10 questions
15062 lecteurs ont répondu
Thèmes : humourCréer un quiz sur ce livre