AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2368121986
Éditeur : Charleston (10/04/2018)

Note moyenne : 3.54/5 (sur 23 notes)
Résumé :
Paul Strom a une vie parfaite. Et il est lui-même un mari parfait. C'est pour cette raison qu'il planifie un week-end romantique pour sa femme, Mia, dans leur maison de campagne, juste tous les deux. Et il promet que cette journée sera exceptionnelle.
Mais alors qu'ils sont en voiture, en train de rallier leur lieu de villégiature, la tension commence à monter et minute après minute, le doute s'installe. Leur mariage est-il aussi parfait que Paul le dit ? Se... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (26) Voir plus Ajouter une critique
Kittiwake
  17 juin 2018
Une Journée exceptionnelle peut-elle rendre une lecture exceptionnelle?
Cela commence doucement. le narrateur semble un peu imbu de lui-même mais très prévenant pour sa tendre épouse. Une escapade est prévue , sans les deux adorables enfants du couple, dans leur maison au bord du lac Erié. Tout va bien. Et puis peu à peu, et c'est le mot crescendo qui me vient, l'histoire dérape et le lecteur n'est pas au bout de ses surprises. L'angoisse monte peu à peu, pour enfin arriver à des pages que l'on tourne le plus vite possible pour espérer arriver à la solution la moins catastrophique.
Peu de personnages, on est presque dans un huis-clos, avec la sensation d'enfermement qui en est le corollaire. le narrateur est peut-être un peu trop caricatural, mais quand on a eu l'occasion de croiser sur son chemin des individus de ce genre, on se dit qu'on est peut-être pas si loin que ça de la réalité.
Le roman est rédigé comme un scénario, et on imagine aisément une version cinématographique de ce thriller domestique. Sauf que la narration est menée presqu'exclusivement par le monologue intérieur du personnage principal, qui contribue donc aux suspens en ne partageant que sa propre interprétation de l'histoire. C'est d'ailleurs ce qui fait l'originalité du roman.
On passe donc un bon moment, stressant à souhait. il faut peu de temps pour choisir son camp.
Merci à Explorateurs du polar via lecteur.com et aux éditions Charleston noir pour leur confiance


Lien : http://kittylamouette.blogsp..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          420
Labibliothequedemarjorie
  18 avril 2018
Etats-Unis, ville de Colombus dans l'Ohio.
Paul et Mia sont mariés et ont deux enfants. Paul occupe un poste à responsabilités dans une agence commerciale et Mia est mère au foyer. Ils vivent dans une belle demeure dans un quartier chic de Colombus et disposent d'une maison secondaire à la campagne.
A l'occasion d'un week-end, Paul organise une journée "exceptionnelle" avec son épouse, sans les enfants, dans leur cottage au bord d'un lac. Lors du trajet en voiture, la tension monte au fil des heures. Paul et Mia semblent se contenir pour ne rien gâcher mais l'homme se révèle un peu plus à chaque page tant dans le discours qu'il tient avec son épouse que dans ses pensées.
Est-ce vraiment si parfait ? Quels sont les projets de Paul au cours de ce week-end en amoureux ?
[...]
"Une journée exceptionnelle" est le tout premier Charleston noir à être publié. Il s'agit d'un thriller domestique touchant deux personnages, dans un huis-clos bien construit. Les pages se tournent et l'histoire devient de plus en plus oppressante.
Le récit se déroule sur une seule journée. Il commence lors du départ en voiture un matin pour finir le même jour dans la nuit, le tout sur presque 400 pages. le personnage de Paul semble s'adresser et se confier directement au lecteur. Entre le déroulement de la journée et les conversations qu'il tient avec sa femme, ce sont ses pensées qui sont inquiétantes. C'est un homme qui éprouve le besoin de tout contrôler et de manipuler son entourage. Tout est calculé à l'avance, il n'aime pas perdre la face, il est menteur, infidèle et psychopathe. Ses seuls intérêts sont l'argent et l'image qu'il donne à la société.
[...]
Mia est une femme au foyer depuis la naissance de ses enfants. Elle s'ennuie depuis qu'ils vont à l'école et elle souhaite reprendre une activité quelques heures par semaine, une idée qui contrarie fortement son époux. Paul veut la savoir à la maison, il a ce besoin constant de contrôler ses relations et sa vie sociale.
Au fil des pages, on constate que c'est un homme solitaire dont l'ascension professionnelle est très importante. Il a un réel besoin de montrer que tout est parfait aux yeux de tous. Mais sont-ils vraiment heureux ? Paul a-t-il des projets et des secrets bien enfouis ? Pourquoi tant de mystères ?
Mia a de plus en plus de mal à le comprendre, elle pose des questions, certaines dérangent. La tension monte et le trajet en voiture devient lourd, voir étouffant.
En lisant "Une journée exceptionnelle", nous découvrons une vision désolante du mariage. Deux êtres qui se soupçonnent et ne se font plus confiance, dans un quotidien qui devient pesant et où la routine est exaspérante pour tous.
Un thriller prenant, touchant la famille et les relations de couple.
On est embarqué dans une relation malsaine palpable surtout dans les non-dits d'un couple donnant l'illusion de la famille parfaite mais dont les intentions de l'un font froid dans le dos.

Lien : http://labibliothequedemarjo..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          150
LettresItBe
  13 mai 2018
Habituée des romans pétillants et résolument « girly », la collection Charleston se diversifie et ose le roman noir ! C'est avec Une journée exceptionnelle, le premier roman de Kaira Rouda, que cette collection s'ouvre en optant pour des thrillers domestiques où les auteurs s'invitent dans la vie courante des foyers et où les personnages féminins ne sont désormais plus destinés à une éternelle position de victime. C'est du moins une partie de l'argumentation pour défendre cette nouvelle frange du roman noir qui émerge parution après parution et semble rencontrer un franc succès. Qu'en est-il de cette Journée exceptionnelle ? Lettres it be vous dit tout !

# La bande-annonce

Paul Strom a une vie parfaite. Et il est lui-même un mari parfait. C'est pour cette raison qu'il planifie un week-end romantique pour sa femme, Mia, dans leur maison de campagne, juste tous les deux. Et il promet que cette journée sera exceptionnelle.

Mais alors qu'ils sont en voiture, en train de rallier leur lieu de villégiature, la tension commence à monter et minute après minute, le doute s'installe. Leur mariage est-il aussi parfait que Paul Le dit ? Se font-ils réellement entièrement confiance ? Paul est-il vraiment la personne qu'il semble être ? Et quels sont ses projets pour ce week-end ?

Une journée exceptionnelle nous force à nous demander à quel point nous connaissons ou non nos proches... Méfiez-vous des mariages trop parfaits...

# L'avis de Lettres it be

Vingt-quatre heures dans la vie d'un drame. C'est, en très peu de mots, le résumé de ce premier roman traduit en France de Kaira Rouda, une auteure déjà bien connue outre-Atlantique et lauréate de nombreux prix reconnus au pays de l'Oncle Sam. Avec Une journée exceptionnelle, son roman le plus primé jusqu'à présent, l'auteure nous invite à faire la connaissance de Paul Strom, narrateur de cette histoire et personnification parfaite du « vrai mec ». Mari parfait, séduisant, plein de réussite et de projets, Paul Strom est trop parfait pour être honnête. Et c'est à notre dépend que nous allons prendre la mesure, petit à petit, de ses différentes zones d'ombre…

Dans un thriller original, bien construit suivant le découpage heure par heure d'une journée comme les autres, Kaira Rouda parvient à tenir en haleine son lecteur de bout en bout. L'intrigue tient la route, sur le fond, c'est indéniablement une réussite. Gros point noir tout de même sur certains passages : forte de l'assurance prêtée par un genre littéraire en plein essor mercatique (le thriller domestique où la femme n'est plus nécessairement victime et l'homme obligatoirement coupable), l'auteure nous gratifie de plusieurs passages… à couper le souffle.

Morceau choisi :

« Nous sommes tous comme moi, Mesdames, mais à des degrés différents. Nous sommes plus que partants pour supporter vos émotions, à condition que vous respectiez votre part du contrat. Soyez belles, prenez soin des enfants, veillez à ce que la maison soit propre, faites l'amour quand on vous le demande, et pour l'amour de Dieu, ne nous remettez pas en question et ne doutez pas de nos motivations. Jamais. »

Et Kaira Rouda ponctuant son roman de plusieurs passages de la sorte, très clairement dispensables. Mais peu importe, l'essentiel n'est pas là : le roman reste une réussite et c'est un plaisir de découvrir, traduite en français, une auteure qui séduit tant outre-Atlantique.

Pour son premier roman traduit en France, Kaira Rouda « fait le job ». Un thriller domestique bien dans l'ère du temps, qui ne s'épargne pas quelques lieux communs fort répandus mais qui n'en demeure pas moins extrêmement haletant et prenant. Plus le fil de l'histoire se déroule devant nos yeux, plus il devient difficile d'abandonner la lecture et de quitter cette journée qui s'approche petit à petit du précipice. Un premier coup de plume plutôt réussi pour inaugurer une collection toute jeune et qui, sans nul doute, saura nous surprendre par des parutions différentes et jamais identiques.

Retrouvez la chronique en intégralité sur Lettres it be
Lien : https://www.lettres-it-be.fr..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
Khalya
  25 mai 2019
Une journée exceptionnelle est un récit à la première personne. L'originalité tient dans la nature du narrateur.
Paul Strom se décrit lui-même comme le mari parfait.
Il a organisé un week-end en amoureux avec sa femme dans leur maison de vacances au bord du lac Erié. Il tient à ce que tout soit absolument parfait. Parfait comme ses deux enfants, parfait comme sa femme, comme lui-même, en un mot comme en cent, parfait comme son mariage.
Mais comme l'histoire est écrite à la première personne, on se trouve donc dans la tête de Paul qui partage ses sentiments et ses pensées avec nous, comme s'il était conscient de notre présence.
Seulement, dès les toutes premières lignes, on peut constater que Paul n'est pas si parfait que cela. Déjà, il est d'une arrogance incroyable. Par exemple, il explique qu'il pourrait se montrer serviable avec sa femme mais qu'il ne tient pas à ce qu'elle s'y habitue, il explique de manière très claire à quel point sans lui sa boîte est vouée à couler car il est le meilleur élément, le seul à savoir y faire, meilleur encore, bien sûr que les fondateurs. Il explique d'ailleurs sans honte qu'il trouve normal d'écraser tous ceux qui pourraient se poser en obstacle entre lui et son objectif, qu'il soit professionnel ou personnel.
Paul apparaît comme un mégalomane qui se croit au-dessus des hommes et des lois. Plusieurs fois, je me suis demandé s'il n'était pas psychopathe ou sociopathe, je ne me rappelle jamais la différence entre les deux.
En tout cas, il n'inspire aucune sympathie, bien au contraire, je n'ai jamais détesté autant un personnage. Jamais je n'ai autant espéré voir quelqu'un tomber de son piédestal, de préférence en se faisant très, très, mal (Et de se faire rouler dessus par un 30 tonnes pour faire bonne mesure… plusieurs fois…).
Je l'aurais trouvé ridicules si ces actes n'étaient pas si effrayants.
On cerne donc assez rapidement le caractère de Paul, mais ce n'est pas pour autant qu'on anticipe toutes ses actions. J'ai passé autant de temps à me dire : « pff, tu vas voir que ce cinglé va faire ça… » qu'à m'exclamer : « Non, mais pour de bon, mais il est malade !!! ».
L'autre inconnue, dans cette histoire, c'est sa femme, Mia.
Selon la description qu'en fait Paul, Mia serait en adoration devant son mari. Femme au foyer, privée d'un troisième enfant sur décision du « maître », elle ne se plains pas, ne demande rien, est docile, avenante, conciliante…
Mais on va très vite se rendre compte que Mia n'est pas aussi prévisible que Paul Le prétend et on passe la quasi-totalité du roman à se demander ce qu'elle sait de la situation et de son mari.
Au fur et à mesure que Paul nous dévoile ses pensées et ses intentions, on peut voir la tension monter entre les époux. Pourtant, les trois quart du roman se passent sans violence, avec le sourire, dans une discussion à bâtons rompus. Tout passe vraiment au travers de cette tension psychologique dont on ne connait pas vraiment la source.
Ce roman ne fait pas peur, il est dérangeant. Et très difficile à lâcher.
Les droits du roman ont été achetés pour le grand écran.
Je suis vraiment très curieuse de voir ce que cela va donner et si le rendu à l'écran sera aussi prenant qu'à l'écrit.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
paulmaugendre
  29 avril 2018
Pour commencer tout d'abord, une petite réflexion qui n'a rien à voir avec le roman, que je ne qualifierais pas d'exceptionnel mais d'excellent, c'est de lire ce genre d'accroche qui me fait fuir :
Le nouveau roman noir à lire de toute urgence !
Ce genre de petite phrase est réservée aux rédacteurs pressés de boucler la partie dite culturelle d'un média, et qui rédigent leurs chroniques concernant des romans qu'ils n'ont probablement pas lu en quatre lignes. On ne lit pas en urgence, mais on déguste sa lecture, on ne se jette pas dessus comme un mort de faim qui risque de s'étouffer. Quand je remarque cette invitation qui est presqu'une objurgation, je fuis et je vais voir ailleurs. Cela dit, et ça m'a fait du bien, passons donc à la partie rédactionnelle de ma chronique, qui ne sera pas aussi succincte.

La journée, qui devait être exceptionnelle dans l'esprit de Paul Strom, le narrateur, débute par un léger désagrément. Lui qui est habitué à tout prévoir, à tout planifier, afin de tout se déroule comme il l'a décidé, un appel téléphonique vient de l'importuner et de retarder le départ en amoureux pour cette journée, qui se devait être une journée exceptionnelle, je sais je me répète mais dans l'esprit de Paul c'est comme un mantra qu'il ne cesse d'asséner, en compagnie de sa femme Mia.
Il a quarante-cinq ans, douze de plus que Mia, ils sont mariés depuis dix ans et ont deux garçons. Une famille américaine classique, sauf qu'il a refusé un troisième enfant alors que Mia aurait aimé avoir une fille. Il travaille dans une agence de publicité, occupant le poste de directeur conseil, et là qu'il a connu Mia. Elle était jeune rédactrice et a travaillé sous ses ordres. Une fois mariés, il l'a obligée à quitter son emploi afin de s'occuper des garçons et de la maison.
Ils sont propriétaires d'une belle maison, dans le quartier huppé de Granville, banlieue de Colombus dans le Connecticut, ainsi que d'un cottage à Lakeside, sur les berges du lac Erié.
Peu à peu, alors qu'ils se rendent pour passer un week-end en amoureux dans leur cottage, une forme de tension insidieuse puis palpable monte entre les deux époux. Paul rabroue sa femme, pour diverses petites raisons, sans importances, une attitude habituelle chez lui. Toujours avec le sourire. Mais Mia regimbe un peu, pas trop, car c'est quand même lui le mâle dominant, le chef.
Le lecteur le découvre au fur et à mesure du trajet un personnage imbu de lui-même, dominateur, suffisant, égoïste, manipulateur, mégalomane, mythomane, et autres divers défauts qu'il assume avec le sourire. S'il se comporte ainsi, c'est pour le bien de tous. Car il se considère comme un homme, un mari parfait. Parfaitement parfait !
Et il vitupère contre ses voisins, un peu trop curieux à son goût, qui nichent eux aussi à Lakeside. Au début ils les fréquentaient assidûment, mais pour une sombre raison de tricherie à un jeu de cartes, les liens se sont distendus. C'est la vie normale. Contre ses beaux-parents aussi, juste un peu, car ils distribuent quand même quelques largesses à Noël.
Depuis quelques mois Mia a maigri, elle fait un régime se plaignant de maux d'estomac. Les spécialistes n'ont rien trouvé d'anormal, alors elle limite sa consommation alimentaire à de l'eau en bouteille, en verre les bouteilles, et à des salades élaborées sans viande ni poisson. Quant à Paul, ce serait plutôt le contraire, quelques bourrelets ornent sa ceinture abdominale.
Les petits reproches cèdent le pas à des récriminations, de part et d'autre, avec le sourire. Forcé parfois.
La suite ci-dessous :
Lien : http://leslecturesdelonclepa..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
Citations et extraits (4) Ajouter une citation
LabibliothequedemarjorieLabibliothequedemarjorie   18 avril 2018
Le mariage, c'est donnant-donnant. Un jour j'impose ma volonté, le lendemain je me fends d'une attention touchante pour ma femme. C'est comme ça. Je puise au plus profond de mes réserves de patience et je m'aperçois qu'elles sont presque à sec. Presque
Commenter  J’apprécie          90
brinvilliersbrinvilliers   12 août 2018
Elle tapote ma jambe et je manque de bondir. Un frisson me parcourt, je agrippe au volant. Je sens qu'elle me nargue. Quand Mia est-elle devenue si sûre d'elle, et comment ? D'où sort cette nouvelle femme ? Et surtout : qu'est-ce qu'elle sait, exactement ?
Commenter  J’apprécie          10
Lilypuce19Lilypuce19   03 juin 2018
Nous sommes tous comme moi Mesdames, mais à des degrés différents. Nous sommes plus que partants pour supporter vos émotions, à condition que vous respectiez votre part du contrat. Soyez belles, prenez soin des enfants, veillez à ce que la maison soit propre, faites l'amour quand on vous le demande, et pour l'amour de Dieu, ne nous remettez pas en question et ne doutez pas de nos motivations. Jamais.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
LourseLitLourseLit   30 décembre 2018
Comment se fait-il que certains d'entre nous font le ménage et d'autres encadrent des équipes ? Encore un coup de l'univers. Tout le monde n'a pas droit à un cerveau, un physique agréable et du charme. Nous avons vraiment de la chance.
Commenter  J’apprécie          00
Video de Kaira Rouda (1) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Kaira Rouda
Best Day Ever - Book Trailer
Livres les plus populaires de la semaine Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox




Quiz Voir plus

Retrouvez le bon adjectif dans le titre - (6 - polars et thrillers )

Roger-Jon Ellory : " **** le silence"

seul
profond
terrible
intense

20 questions
1707 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , thriller , romans policiers et polarsCréer un quiz sur ce livre
.. ..