AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2745937286
Éditeur : Milan (20/05/2009)

Note moyenne : 4.17/5 (sur 29 notes)
Résumé :
Octobre. Les vacances. Pour Violette, c'est l'exil: dix jours chez le tío Ernesto, au fin fond des Corbières, loin de tout signe de civilisation. Une planète où même les portables ne passent pas...
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle
Critiques, Analyses et Avis (5) Ajouter une critique
LoupAlunettes
  22 octobre 2012
Violette : Partie passer ses vacances d'été chez le vieil Ernesto, Violette franchira le pas de l'amour à deux avec le sosie évocateur de l'acteur Louis Garrel, un film personnel dont elle ne souhaitera pas connaître la fin. Entre romantisme et réalité, il y a plus d'un pas. Les garçons et les filles ne sont pas toujours dans les mêmes attentes et ne partagent pas souvent les mêmes mythologies de l'amour, on le voit bien ici.
Sans fard, ne présentant pas les filles dans un politiquement correct dépeignant de jeunes naïves vivant de poésie et d'eau fraîche, appelant un chat un chat sans vulgarité aucune, Cécile Roumiguière raconte avec Violette ce passage délicat vers l'amour avec un A, celui des histoires sérieuses comme les jeunes l'imaginent, une majorité sexuelle désirée et souvent hâtivement franchie dès lors que la loi le permet. A l'instar d'un adolescent fantasmant son statut de pilote avec un permis fraîchement acquis, l'exaltation et l'impulsivité peut conduire à de tristes désillusions sur les terrains de l'amour lorsque la maturité n'est pas encore là pour aiguiller des décisions aussi importantes. Heureusement, Violette trouvera le réconfort attendu auprès de son grand-père d'adoption Ernesto. Un lien qui invite les ados à se reposer sur l'expérience d'adultes de confiance et de bons conseils.

Zik : En mal de son amie Violette absente du groupe des quatre "cerises", Soizik « Zik », grande métisse, ne sait pas vers qui se tourner. Humiliée publiquement lors d'un contrôle de titre de transport, s'abandonnant désespérément dans les bras de David par dépit, Zik se sent blessée dans sa chair et son coeur. Trouvant l'oxygène qui lui manque sur les toits, elle fait la rencontre d'un mystérieux jeune homme, chevalier de liberté, bel oiseau de nuit qui lui fera oublier l'absence des amis et la mélancolie.
Maryvonne Rippert choisit l'ambiance Rock 'n Roll seventies comme fond, chantant une jeunesse désabusée et révoltée à laquelle Zik pourrait appartenir. Un nuage planant et envoûtant duquel Zik va atterrir en douceur grâce à un ami inattendu. L'univers seventies n'est pas choisi uniquement que pour sa musique, on l'aura compris par le biais de quelques indices laissées par l'auteure, ceci expliquant la bulle de silence dans laquelle s'est tranquillement isolée Zik. Heureusement, la vie est pleine de bonnes surprises, l'issue en témoigne.


Satya: Il est l'homme à tout faire de ses mamies adorées Madeleine et Solange ,« Ying » et « Yang » comme il aime à les surnommer. Depuis la prime enfance de Satya, « La malle de l'ange », la librairie jeunesse de « ses anges gardiens », est un refuge, une seconde maison dont il apprécie chaque recoin, de la cave au grenier. Un jour pourtant, une intruse se glissera dans son paradis. Mais l'amour ne comporte t-il pas sa part de risque ? Depuis sa rencontre avec Indiana, une jolie « diablesse » aux cheveux rouges, s'installe un jeu malicieux du chat et de la souris dont l'Art sera témoin, se cherchant à la librairie, se trouvant au musée.
Indiana est un esprit libre et rebelle, un fantôme mystérieux et séduisant qui cache un terrible secret. Tout en continuant de veiller sur les autres, comme un héritage reçu, Satya tente de résoudre l' « équation Indiana» afin de goûter à l'alchimie d'un amour possible.

Alors que rien au début du recueil ne semblait le présager, Satya se montre en définitive le personnage fédérateur du groupe des « Cerises ». Attentionné, protecteur et fidèle, il veille comme un ange sur ses ouailles, associant ses amis à une seconde famille. Se trouvant la victime et le spectateur des « attentats » d'Indiana, maîtresse du happenings de révoltes artistiques et des joutes amoureuses, Satya fait l'expérience douce-amère des amours contrariées, se heurtant ainsi aux vicissitudes de l'existence. «... Je ne te dis pas adieu car adieu, c'est la nuit ! Pouf ...! ». Ceci est un attentat d'Indiana !
L'histoire de Satya nous démontre que les jeunes peuvent parfois aussi se montrer bien plus forts que les regards adultes peuvent le supposer. Ils aiment, souffrent et vont de l'avant, il est des blessures issues de la petite boîte de Pandore qu'est le monde qui font grandir.
Jean-Michel Payet choisit d'offrir un univers référencé plus intellectuel, même si dans chaque volume les références classiques cinématographiques et musicales, en relation avec les ambiances proposées, ne manquent pas. Des ponts invisibles s'établissent entre des générations de jeunes, des sentiments communs se retrouvent, des cycles se révèlent.
Un fil conducteur continue de se tisser sur les quatre titres, un secret que garderait le groupe des "Cerises", un lien de plus, lié à une certaine Olivia dont on ignore tout, pour l'instant.

Amos : Jouant du tir à l'arc sur ses temps libres, le réservé Amos se verra faucher en plein coeur par l'objet de ses attentions. Contre toutes attentes, depuis l'annonce du déménagement familial au Québec, loin de ses amis de toujours, malgré les coups de fil anonymes incessants , la vie semble enfin lui sourire. Amos comme amour, rimant comme éros, le jeune copain des « Cerises » décide de saisir enfin sa chance et accepte de se laisser approcher par Lucas , mais la vérité est tout autre.

Vrais sentiments, faux-semblants, Amos ne sera pas non plus épargné par les désillusions sentimentales. L'âge adolescent en revers de sa surface de légèreté, à également sa face puérilement impitoyable. Mais qui ne l'a pas été, insouciant, fous, capricieux, stupides car jeunes et intouchables se protégeant des contraintes de l'âge adulte.... Heureusement, Amos pourra compter sur l'oreille attentive de sa jumelle Chani, d'un taxi « confidence »avec sa tante Elena et des sorties avec ses meilleurs amis pour relativiser et aller de l'avant.

Sigrid Baffert offre un cadre doux-amer mais rassurant, sans tomber dans le sujet de fond sur l'Homophobie beaucoup plus dur. C'est une petite tranche de vie avec son temps de pluie comme d'autres peuvent en connaître, une normalité rassurante malgré tout. Restant sur le même ton que les autres récits, tendres et mélancoliques. Ses références cinématographiques des « Liaisons dangereuses » viennent suggérer l'univers de manipulations potaches et parfois cruelles qui fait loi sur les bancs du lycée. Une jeunesse en découverte d'une palette de sentiments plus large, un pouvoir qui peut blesser, une façon d'être et d'exister. Un entourage, de l'écoute et de l'amour sont les meilleurs remèdes aux jeunes déceptions.

L'annonce du départ d'Amos sera une révélation à découvrir dans le Tome 2 des « compils ». L'absence de Violette était assez frustrant qu'en sera t'il d'un départ?
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
Saiwhisper
  29 juillet 2016
"L'amour basta" est le dernier livre des "Blue cerises" que la médiathèque possède... Je ne connaîtrais donc pas la fin de cette petite saga ! En effet, il existe une saison 2 qui semble plus que nécessaire, car les quatre ouvrages ont une fin ouverte et se concluent tous sur l'annonce du départ d'Amos. Etant donné que j'ai surtout aimé le récit des garçons, je ne pense pas acheter la suite. Peut-être que la médiathèque en fera l'acquisition ? On verra. Revenons à cette chère Violette dont on entend beaucoup parler, mais que l'on ne croise pas, car elle est partie en vacances chez son grand-oncle Ernesto. Au programme : détente, vélo et... drague !
C'est amusant tout de même : les récits des filles sont beaucoup plus tournés vers la relation sexuelle (souvent par dépit ou non consenti), alors que les garçons sont animés par des sentiments nouveaux, ont des relations très fortes voire poétiques... Tout l'inverse des filles ! Est-ce un parti-pris des quatre auteurs ? Une chose est sûre, cela m'a perturbée. Certes, les demoiselles sont sensées être plus matures que le sexe opposé, mais tout de même... Entre l'une qui veut coucher avec n'importe qui et l'autre qui se fait toucher et forcer à faire une fellation, il y a presque tout un monde... Ce qui me gène surtout, c'est que l'on oublie assez vite ce qu'il s'est passé, on passe à autre chose, comme s'il fallait parvenir à tout boucler avant les soixante pages. Je trouve cela dommage...
En acceptant de sortir avec Constant, un étudiant plus âgé qui lui fait plus que du rentre dedans, Violette a fait preuve d'une grande naïveté (comme n'importe jeune fille de son âge). Il faut avouer que les attentes des uns et des autres ne sont pas toujours les mêmes. Si elle s'attendait à une jolie amourette d'été, la pauvre s'est mis le doigt dans l'oeil... Elle a plus qu'appris la désillusion liée à l'Amour. Il n'empêche qu'elle m'a fait de la peine, cette gamine. Même s'il faut apprendre de ses erreurs, je vois aisément quelques ados à sa place... Et sur ça, Cécile Roumiguière a réussi à rendre son histoire totalement crédible.
Si les sentiments et les émotions sont bien dépeints, je regrette toutefois certaines idées qui m'ont laissé un sentiment d'inachevé. Violette est la seule protagoniste qui parle vraiment d'Olivia. Si on a lu les autres tomes, on sait qu'il s'est passé quelque chose, mais ici, on en apprend un peu plus. On sait par exemple qu'ils connaissaient à peine cette fille et que tout s'est passé très vite. Peut-être que la saison 2 apportera d'autres éclaircissement. de plus, Violette est régulièrement suivie pendant tout le début du roman. En partant chez Ernesto, l'inconnu ne la suit plus... Mais qui est donc cette personne dont on parle énormément dans les premiers chapitres, puis que l'on oublie aussi vite ? Heureusement, le dynamisme de la plume de Cécile Roumiguière permet rapidement de passer à autre chose.
Globalement, la série est plutôt intéressante. Certes, elle comporte ses forces et ses faiblesses, cependant les personnages sont tout de même assez crédibles. Les quatre auteurs ont fait du bon travail en proposant ces récits qui s'entrecroisent sans pour autant être redondants. de plus, l'idée de site internet et de blog pour chaque protagoniste est un extra très sympathique. Ma préférence va à "L'attentat" et à "Cibles mouvantes" que je vous recommande fortement.

Lien : https://lespagesquitournent...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          140
lilimarylene
  05 mai 2010
Je viens de découvrir une mini-série de livres pour ados : Blue cerises. le principe ? Une trame globale qui concerne quatre personnages : Violette, Zik, Satya et Amos. Ils sont liés par l'amitié, bien-sûr, mais aussi par un lourd secret qui concerne Olivia, une fille qui a mystérieusement disparu...
Mais l'originalité, c'est qu'il ne s'agit pas d'un roman avec quatre personnages. Non. L'éditeur a publié quatre petits livres, dans lequel chaque personnage raconte son histoire, à la première personne. Chaque volume peut être lu séparément, mais lorsqu'on lit les quatre, l'histoire s'enrichit et se complète : ce qui n'était qu'allusion dans l'histoire de Violette sera développé dans l'histoire de Zik. Et vice-versa.
Autre détail intéressant : chaque personnage est "pris en charge" par un auteur différent. Ce qui se ressent dans les styles d'écriture, qui changent entre chaque titre. Et du coup, on y croit encore plus, puisque la personnalité des personnages est ainsi très marquée.
La série fonctionne par saisons, un peu comme les séries télé. Et d'ailleurs, tout comme les séries télé, ces mini-romans se savourent très vite, en une petite demie-heure. Un mode de consommation de la lecture adapté aux ados, en somme.
L'écriture est travaillée, sophistiquée mais fluide. Cette première saison (octobre) se lit toute seule : j'adore ! J'ai hâte de lire la suite, et d'en savoir plus sur cette mystérieuse Olivia...
A savoir : le réalisme est poussé loin, jusqu'à avoir créé un blog par personnage. On s'y croirait, mais derrière ces blogs se cachent les auteurs de chaque livre...A visiter !
Le blog de Violette : http://violetteorlach.blogspot.com/
Le blog de Satya : http://satya-tempsdescerises.blogspot.com/
Le blog de Zik : http://zik-hoareau.blogspot.com/
Le blog d'Amos : http://amos-galian.blogspot.com/
Lien : http://surlestracesduchat.bl..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
bouma
  21 mai 2012
Ah Octobre et ses vacances de Toussaint. Pour Amos, Zik, Violette et Satya, nos quatre héros, c'est la recherche de l'amour, les liens de l'amitié, de la famille… beaucoup d'expériences. Un fil rouge apparaît tout de même après lecture, un évènement passé avec une certaine Olivia, un drame qui les a soudé.
Les livres peuvent se lire indépendamment les uns des autres puisque chaque adolescent raconte son histoire, à la première personne. Mais certains instants de leur vie sont vécus ensemble, on retrouve alors ces passages dans chaque roman, racontés d'une manière différente par chacun. Les moments se croisent et on ne comprend tout qu'une fois les quatre lus.
Lien : http://boumabib.fr/2010/04/2..
Commenter  J’apprécie          20
Vivrelivre
  06 avril 2015
http://vivrelivre19.over-blog.com/2015/04/blue-cerises-saison-1-4-romans-des-14-ans.html
Lien : http://vivrelivre19.over-blo..
Commenter  J’apprécie          00

critiques presse (1)
Lecturejeune   17 février 2012
Lecture Jeune, n°132 - décembre 2009 - Les Blues Cerises sont quatre amis : Amos, Satya, Violette et Zik, aux personnalités diverses. Ils se sont eux-mêmes surnommés ainsi, après un drame vécu ensemble, dont on ne saura que très peu de choses. Depuis, ils se retrouvent régulièrement, et essaient de vivre pleinement leur adolescence. Quatre romans, pour quatre ados, écrits par quatre auteurs différents. Ces quatre récits sont simultanés. On peut les lire indépendamment les uns des autres, mais ils prennent pleinement sens quand on a lu les quatre. Dans cette première saison, Amos est amoureux d'un garçon et apprend qu'il va déménager, Violette vit une déception amoureuse, Zik expérimente une rencontre mystique avec un inconnu, et Satya tombe amoureux d'une fille pas comme les autres.
L'écriture à quatre mains donne une identité propre à chacun des personnages. Le principe de ces romans croisés fonctionne bien : les situations sont crédibles, et les adolescents attachants et sympathiques. L'ensemble est conçu comme une série télé, et le lecteur a hâte de retrouver ses héros dans la saison 2. Blue Cerises est résolument ancré dans la culture adolescente d'aujourd'hui. Pour leur donner quasiment vie, un site Web leur est consacré et chaque ado a un blog et un Twitter. Le format des romans (format poche peu épais) et leur prix attractif en font des livres clairement destinés aux ados. Une bonne série qui a tous les ingrédients pour séduire les lecteurs les plus réticents. Marilyne Duval
Lire la critique sur le site : Lecturejeune
Citations et extraits (5) Ajouter une citation
lilimarylenelilimarylene   04 mai 2012
L'amour, c'est que des emmerdes. Même quand c'est plutôt une affaire qui tourne rond, l'ennui envahit tout. Le début de l'histoire, c'est l'amour glamour. Ensuite, derrière le glacé de la photo, de jour en jour se révèlent les poils sous les bras et les odeurs qui tuent. Amour toujours...tu parles. Alors, à quoi bon ?
Commenter  J’apprécie          50
SaiwhisperSaiwhisper   28 juillet 2016
- Tu sais, le lendemain, on part établir un camp dans la Montagne Noire, je ne sais pas si je te reverrai... Allez, dis-moi !
Il ne peut pas partir sans que je le revoie. C'est impossible.
- Après le tournant de Saint-Pierre, le troisième raidillon, au bout du chemin de terre.
- Génial ! Je te trouverai. Demain soir, huit heures.
- Fais attention, il y a un chien...
- Parce que tu crois qu'un chien peut m'empêcher d'arriver jusqu'à toi ?
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
lilimarylenelilimarylene   04 mai 2012
Ça y est, mon nez me démange. La perle en acier cloutée sur ma narine gauche me titille, un peu comme une antenne, une parabole entre moi et les ennuis à venir.
Commenter  J’apprécie          30
lilimarylenelilimarylene   04 mai 2012
Ici, les vignes se sont faites belles pour moi, pour mes yeux fatigués de gris. Rouge, ocre, vermillon, or, c'est un festival.
Commenter  J’apprécie          20
lilimarylenelilimarylene   04 mai 2012
Ernesto, faut pas le chercher. Le tio, c'est un concentré d'Espagne dans un bouillon pimenté de vie d'immigré.
Commenter  J’apprécie          20
Videos de Cécile Roumiguière (4) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Cécile Roumiguière
La chronique albums jeunesse de Marie-Françoise Ten, de "Lis avec moi", dispositif de l'association La Sauvegarde du Nord. Dans l'émission La Vie des Livres du 02 novembre 2016, sur Radio Plus Douvrin, Marie-Françoise livre son coup de c?ur pour "Dans le ventre de la Terre", de Cécile Roumiguière et Fanny Ducassé (Seuil Jeunesse). Pour en savoir plus sur Lis avec moi : http://www.lasauvegardedunord.fr/etablissements/lis-avec-moi/ La page Facebook de Lis avec moi : https://www.facebook.com/lisavecmoi/ La page Facebook de la Vie des Livres : https://www.facebook.com/laviedeslivres62/
autres livres classés : adolescenceVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle





Quiz Voir plus

Une princesse au Palais

Elle, elle est assise à une table. Qui attend t-elle ?

son père
sa mère
sa grand-mère

5 questions
1 lecteurs ont répondu
Thème : Une princesse au palais de Cécile RoumiguièreCréer un quiz sur ce livre