AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782897864859
328 pages
Éditeur : Ada éditions (09/07/2018)

Note moyenne : 4.08/5 (sur 12 notes)
Résumé :
Elle m’a rendu fou. Complètement fou. » Le cadavre d’une femme est découvert dans son appartement, sa tête remplacée par celle d’un grand chien noir. Parallèlement, une patiente souffrant de schizophrénie paranoïde dessine avec obstination des corps mutilés, munis de parties animales. Des hybrides. Le lieutenant-détective Marc Vézina mène l’enquête, l’obligeant à s’égarer dans les méandres d’un esprit dément et méthodique : celui de la bête originelle.
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (4) Ajouter une critique
Verdorie
  19 août 2019
Un polar québécois captivant et divertissant (si on ne craint pas quelques mises en scène sordides de meurtres et une louche de sexe débridé), « avalé » en deux jours.
Les dialogues souvent en joual et les nombreuses expressions en québécois ne m'ont aucunement gênée, le style d'écriture restant très fluide.
Bon nombre de rebondissements, des protagonistes-enquêteurs attachants et crédibles, une relation père-fille démontrant beaucoup de tendresse et de compréhension, une intrigue basée sur la folie et une jeunesse violentée, un monstre humain imbibé de littérature de l'imaginaire... sont quelques ingrédients de cette histoire à l'épilogue peut-être guère probable, mais peu importe...
Je me suis laissée prendre au jeu et j'ai passé un bon moment !
Commenter  J’apprécie          172
Mrphilcastedey
  20 décembre 2020
Je ne mentirai pas, au début du livre, j'avais peur que la magie de Simon Rousseau, que j'avais appris à apprécier grandement grâce aux contes interdits, n'ait pas la même portée que dans ces autres romans. Je m'attendais à un certain crescendo mais, même si les premières pages de la bête originelle étaient intéressantes, le style me rejoignait plus ou moins, les enquêtes de détective c'est bien mais on dirait que c'est difficile de décrire une équipe originale ou un personage principal qu'on n'ait pas l'impression d'avoir déjà vu 100 fois. C'est donc sans un trop grand enthousiasme que je continuais de tourner les pages. Et puis vint un moment intéressant au Lupanar, véritable déclencheur? Pas nécéssairement mais un bon pas dabs la bonne direction. Alors, je me suis obligé à la patience, appréhendant une suite plus explosive. Et Boom! Les quelques 100-150 dernières pages ont eu l'effet escompté. Et c'est là que se démarquent les grands auteurs. Ils arrivent à tout recouper les éléments un peu éparpillés précédemment. Et c'est d'une plume époustouflante dont j'ai été une fois de plus témoin. de surprise en surprise, les coups de massue ont commencé à me marteler le crane sans s'arrêter. Impossible donc de délaisser la bête originelle sous aucun prétexte. C'est donc d'une traite que je me suis rendu au bout. Quand des mots couchés sur du papier t'atteignent assez pour que ton poil s'hérisse et que tu ressentes un buzz d'adrénaline similaire à une récompense d'endorphine, c'est que l'auteur a réussi sa mission de diverissement. du pur génie, déjà hâte au prochain Simon Rousseau! À lire, vous ne serez pas déçu!
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Deej1223
  26 octobre 2020
« La bête originelle » de Simon Rousseau, polar québécois qui respire l'effroi, la décadence, qui en vaut certes le détour, où l'abîme des uns devient inévitablement l'horreur des autres.
Commenter  J’apprécie          30
Bibi011
  09 mars 2020
Excellent livre policier.
Commenter  J’apprécie          00

Citations et extraits (5) Ajouter une citation
Deej1223Deej1223   26 octobre 2020
Vézina songea que ce n’était pas la première fois qu’il apercevait ce genre de symbole: les dieux égyptiens, sous leur forme humaine, étaient souvent dessinés de cette manière, pourvus de ce genre de couvre-chef. Sauf qu’il ne se souvenait pas en avoir jamais remarqué avec un pénis aussi déterminé à forniquer.
Commenter  J’apprécie          00
Deej1223Deej1223   26 octobre 2020
On dit que Dieu a façonné l’homme à son image. Ben moi, je réussis à façonner l’homme d’après ce qu’il est vraiment, à l’intérieur. Je fais en sorte que, juste avec le physique, on puisse découvrir la part animale de chacun d’entre nous. Tu trouves ça malade, toi ?
Commenter  J’apprécie          00
Deej1223Deej1223   26 octobre 2020
Annie n’était pas la plus belle ni la plus intéressante des femmes, mais nous partagions un point commun: nos marriages battaient de l’aile. Son homme était un peu trop violent, mon épouse m’en voulait constamment de ne pas lui offrir d’enfants.
Commenter  J’apprécie          00
Deej1223Deej1223   26 octobre 2020
Comment un être humain pouvait-il faire aussi mal à d’autres avec autant de passion, autant d’euphorie sans prendre conscience de sa propre folie ? Le visage dément du psychopathe ne quitterait pas l’esprit de Vézina avant un bon moment...
Commenter  J’apprécie          00
Deej1223Deej1223   26 octobre 2020
Je n’ai plus ma place dans ce monde. Je vais rejoindre un autre néant, un abîme où je serai sûr de ne plus faire de mal à quiconque. Je suis devenu fou, mais au moins, je mourrai en toute lucidité.
Commenter  J’apprécie          00

autres livres classés : polar québécoisVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Littérature québécoise

Quel est le titre du premier roman canadien-français?

Les anciens canadiens
La terre paternelle
Les rapaillages
L'influence d'un livre
Maria Chapdelaine

18 questions
171 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature québécoise , québec , québécoisCréer un quiz sur ce livre