AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2020788527
Éditeur : Seuil (08/01/2009)

Note moyenne : 4.5/5 (sur 3 notes)
Résumé :
Tout le monde connaît aujourd'hui la photographie de l'enfant juif du ghetto de Varsovie : au fil du temps, elle a transformé son protagoniste en " icône " de la Shoah.
Fréquemment reproduite en une des magazines et sur des couvertures de livres, source d'inspiration pour les artistes, elle a aussi subi des recadrages qui, peu à peu, en ont fait une image de compassion, dépouillée de toute référence aux bourreaux. Frédéric Rousseau déconstruit et interprète c... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (1) Ajouter une critique
Pasoa
  14 septembre 2017
Qui n'a pas déjà vu une fois cette photographie en noir et blanc de ce jeune garçon, vêtu d'un manteau et d'une casquette, avancer les mains en l'air, sous le regard de soldats allemands armés ?
Sa datation est imprécise mais l'événement auquel elle appartient est clairement identifié : la prise et de la destruction du ghetto de Varsovie par les troupes allemandes en avril et mai 1943.
Cette photographie a une histoire bien singulière. Elle a été trouvée après guerre dans un rapport rédigé par celui qui mena les opérations d'attaque du ghetto, le général SS Jürgen Stroop. Ce cliché figurait parmi de nombreux autres et portait le n°14 avec pour légende : "Extraits de force des bunkers".
Dans son livre, Frédéric Rousseau, reprend une à une les cinquante-quatre photos que compte le rapport et en fait un récit très instructif. Il retrace par le détail le soulèvement des mouvements juifs de résistance du ghetto de Varsovie durant les mois d'avril et mai 1943 et la répression terrible des troupes SS qui s'ensuivit. Si nul aujourd'hui n'oublie tout à fait le sort tragique des Juifs d'Europe durant la Seconde guerre mondiale, on connait peu ce que fut l'attention portée à tous ceux et celles qui furent déportés et exterminés dans les camps. Si les mouvements de résistance juifs furent élevés au rang de véritables héros, la mémoire des victimes des camps fut durant de nombreuses années mise de côté. Jugées passives, incapables de se battre contre leur sort, leur mémoire fut reléguée y compris par le pouvoir du tout jeune État d'Israël.
C'est au milieu des années 50, que les travaux d'historiens et d'intellectuels (je cite les exemples en France du film "Nuit et brouillard" d'Alain Resnais sorti en 1955 et en Allemagne, du livre événement "Der belge stern" (l'Étoile jaune) de Gehrard Schoenberner, ouvrage édité en 1960, qui retracent tous les deux la destruction des Juifs d'Europe dans les camps) vont aller à l'encontre de cette tendance.
C'est aussi l'arrestation du haut fonctionnaire nazi Adolf Eichmann en mai 1960 et son procès retentissant à Jérusalem l'année suivante qui va éveiller les consciences et faire naître le travail de mémoire, s'écrire l'histoire et l'hommage de toutes les victimes disparues et des rescapés des camps de concentration et d'extermination.
C'est dans cette nouvelle approche de l'Histoire et de sa mémoire que va surgir des archives la photo de ce jeune garçon du ghetto de Varsovie. Jusque là occulté, oublié, ce cliché pris par un soldat nazi va, presque à elle seule, incarner le destin tragique des Juifs arrêtés et déportés. Souvent utilisée pour illustrer des couvertures de magazines, des films documentaires, des manuels scolaires, des expositions, reprise par des artistes, etc. Si elle porte en elle un évident sentiment de compassion, elle est paradoxalement totalement dépouillée de son histoire, de sa singularité.
Dans "L'enfant juif de Varsovie", Frédéric Rousseau rétablit cette part défaite, oubliée de cette photographie, en fait le récit particulier mais interroge aussi notre rapport aujourd'hui sur le sort des Juifs arrêtés et déportés dans un monde actuel dominé par les images.
Fasse que la connaissance soit toujours plus forte que l'oubli. Ce livre y contribue grandement.
A lire vraiment.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          120
Citations et extraits (1) Ajouter une citation
SZRAMOWOSZRAMOWO   21 juin 2016
Imaginons un texte écrit, un récit composé de cinquante-trois phrases relatant l'insurrection et la liquidation du ghetto de Varsovie d'avril-mai 1943. Imaginons que l'on s'autorise à mélanger encore et encore et les phrases de ce récit, que l'on s'autorise à bouleverser leur ordre initial pour le recomposer sans cesse, que l'on se permette d'en extraire quelques-unes en délaissant les autres, quitte à modifier le sens premier du récit, quitte à se servir des mots pour leur faire dire et montrer autre chose que ce qu'ils disaient et montraient à l'origine. En fait, depuis sa confection en 1943, l'album Stroop est comme un jeu de cartes où les cartes à jouer sont des photographies ; sans cesse battues, rebattues, sélectionnées et disposées, exposées selon un ordre choisi pour servir le récit de tel ou tel utilisateur. Subrepticement, toutefois, une carte a fini par éclipser toutes les autres. A tel point que sa citation, qui est aussi comparution, suffit à raconter toute l'histoire... Enfin, sans jeu de mots, il faut voir...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Lire un extrait
autres livres classés : shoahVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

Quelle guerre ?

Autant en emporte le vent, de Margaret Mitchell

la guerre hispano américaine
la guerre d'indépendance américaine
la guerre de sécession
la guerre des pâtissiers

12 questions
1661 lecteurs ont répondu
Thèmes : guerre , histoire militaire , histoireCréer un quiz sur ce livre