AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2862312800
Éditeur : Maurice Nadeau (07/06/2019)

Note moyenne : 4/5 (sur 3 notes)
Résumé :
Quatre textes, La Vie privée des mots, Lettres d'amour, L'ordinaire la métaphysique et La poignée de porte composent ce recueil d'essais littéraires d'Alain Roussel.
Analysant la structure des mots, l'agencement des lettres, l'auteur déchiffre avec beaucoup d'humour les sens dissimulés derrière leurs apparences courantes ou anodines. En collectionnant et jouant avec ceux qui lui plaisent le plus, Roussel tisse une représentation de l'esprit, sensuelle où les... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (1) Ajouter une critique
ChryseiaVonSourde
  19 juillet 2019
"Nous avons beau assigner des règles au langage, essayer de lui faire entendre raison par la grammaire, la logique et autres astuces destinées à le faire entrer dans un cadre, rien n'y fait. Les mots continuent de ricaner dans l'ombre, à nos dépens. Dans ces conditions, sommes-nous condamnés à parler à côté ? Sans doute. Mais si cette condamnation devenait une chance, si elle nous permettait une plus grande liberté, de prendre le large par la parole ?" (Préface, p. 8-9)
Voici un livre que l'on ne peut écrire qu'au terme d'une longue fréquentation des mots. À travers les quatre textes réunis dans ce recueil (un inédit, les autres déjà parus, indépendamment les uns des autres, et dont l'un a été remanié) éclate en effet l'intimité tout à la fois joyeuse et savante d'Alain Roussel avec la langue française.
Les textes sont présentés selon une gradation vers l'abscons, l'absent, l'abstrait.
D'abord, on découvre « La vie privée des mots », ou la très personnelle collection de mots du narrateur, qui s'exprime à la première personne et nous invite à pénétrer son univers mental, ses rêveries langagières. Prêtant sa voix – sa plume – aux mots devenus vivants (enfin, ils le sont déjà, n'est-ce pas ? Disons qu'ils acquièrent ici un supplément d'être), il invente leur histoire, leur caractère, leur généalogie en convoquant divers domaines et centres d'intérêt qui lui sont propres, tels l'ésotérisme, l'alchimie, les spiritualités, la poésie… Il joue encore sur les rapprochements sémantiques, étymologiques, phonétiques (pratique de la cabale phonétique), s'appuie sur la forme même des lettres, qui devient signifiante, comme un hiéroglyphe nouveau. Il s'inscrit, ce faisant, dans une lignée d'écrivains penseurs des mots, des lettres en tant que signes, et de leur rapport au réel : Nodier, Hugo, Rimbaud, Raymond Roussel, Leiris, entre autres. Certains passages expliquent ce travail ; ainsi, p. 64 : "À une certaine façon de réveiller les vocables par la sonorité, de les secouer dans leur graphie, de les démasquer par tous les moyens, y compris l'étymologie, la mythologie, voire l'ésotérisme et l'hermétisme, de les mettre à nu – avec l'espoir de découvrir mon propre visage –, je ne peux nier sans mauvaise foi que j'en suis l'auteur [de cette collection de mots]."
D'un mot au suivant, d'un développement aux notes surréalistes à l'autre, on rebondit, glisse dans une spirale qui finit par réunir tous les acteurs-mots de ce drame malicieux, comme dans les comptines de notre enfance qui formaient une boucle infinie. Au fil de ces vies farfelues, des artistes pointent leur nez, des personnalités comme Freud aussi (qui apparaît ici bien polisson, auprès de la joycienne Miss Molly aux beaux mollets, et des filles linguistiques de la psych-ana-lyse, Anna et Lise). Des souvenirs se mêlent à des aventures amoureuses fantaisistes nées de l'étude des mots, parsemés de citations et évocations littéraires. Finalement, la réalité finit par être subjuguée aux mots et aux lettres, qui deviennent, si j'ose dire, l'alpha et l'oméga du monde.
Après ces visions – au sens où le narrateur se fait voyant, à la manière d'un Rimbaud facétieux – poétiques et drolatiques, aux accents quelquefois rabelaisiens, une deuxième section, « Lettres d'amour », met en scène la liaison épistolaire et amoureuse entre deux lettres, l et r. C'est l'occasion d'une débauche de mots passionnés autour des… mots. Les lettres présentent toutes les étapes d'une histoire d'amour qui finit mal : la séduction, la passion charnelle, la trahison et, enfin, la rupture. le vocabulaire, parfois très cru, et l'imaginaire érotique ne manqueront pas de rappeler au lecteur quelques correspondances fameuses entre lettrés d'antan.
La partie suivante, joliment intitulée « L'ordinaire, la métaphysique », manifeste un certain parti pris des choses. Chaise, fenêtre, pied, chemin… sont explorés par la pensée, dégagés de leur réalité physique. C'est l'occasion d'une nouvelle réflexion à la première personne, qui semble offrir au narrateur la possibilité de s'explorer lui-même à travers cette vie abstraite des choses les plus banales. Par moments, des images, des mots, des objets affleurent, qui avaient été étudiés dans les textes précédents, créant une forme de continuité dans cet ensemble en apparence disparate, et trahissant les intérêts récurrents de l'auteur.
Le recueil se clôt sur « La poignée de porte », audacieuse tentative d'exprimer ce qu'il y a d'insaisissable et d'inaccessible en toute chose. Une résistance au dire et à la connaissance qui est aussi constante qu'ignorée dans nos vies quotidiennes peu sensibles à ces questions, non ?
Lien : https://litteraemeae.wordpre..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
Citations et extraits (5) Ajouter une citation
coco4649coco4649   02 août 2019
Ainsi, j'ai pénétré les mots…


Extrait 2

Des significations usuelles, il ne reste que la cendre. Attisé par le vent, l'esprit s'envole de flammes en flammes, relançant la quête toujours plus loin, toujours plus haut. Du moins c'est ce que je voudrais. Cette activité intense m'a ouvert à la vision. Je vois des choses que je n'avais jamais vues. J'entends des choses que je n'avais jamais entendues. La pensée, dont la mienne n'est qu'un fragment, rayonne. S'il y a de ma part une recherche sur la langue, elle relève de la poésie et non de la linguistique. À quelques exceptions près, je n'ai qu'une attirance restreinte pour les travaux de ces spécialistes qui relèvent de l'autopsie. Je les ai lus ou essayé de les lire. La plupart du temps, dans leurs livres, les mots s'ennuient à mourir. Ils voudraient être ailleurs. Les seuls qui m'inspirent, dont j'ai l'impression qu'ils me rendent plus intelligent à chaque lecture, qu'ils m'emmènent en voyage, ne sont pas vraiment des linguistes, à peine des sémiologues (ou autrement). Il y a en eux une sensualité des signes qui les rend fréquentables. Je pense tout particulièrement à Roland Barthes, avec L’Empire des signes et à Umberto Eco.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
coco4649coco4649   02 août 2019
Ainsi, j'ai pénétré les mots…


Extrait 1

Ainsi, j'ai pénétré les mots à la recherche de la « substantifique moelle ». Mais pas seulement. Je n'ignore pas que la cabale phonétique a souvent été utilisée pour dissimuler volontairement aux profanes un sens caché. J'ai lu Paul de Gourcy, Grasset d'Orcet, Raymond Roussel, Fulcanelli, sans oublier Brisset que je préfère mille fois à ses rieurs. J'ai même relu ce grand précurseur qu'a été Platon pour la langue grecque avec son Cratyle qui reste un chef-d’œuvre du genre. Si je cherche un sens caché, c'est surtout celui qui échappe à toute préméditation, à toute volonté de cryptage. Je cherche bien davantage, par une méthode basée sur des connotations phonétiques et des allusions graphiques, à inventer un sens, à donner du sens à ma pensée, à ma vie, dans une perspective à la fois ouverte et ramifiée. Je frotte des lettres, des syllabes, à l'intérieur des mots, libérant l'étincelle.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
gillesnadeaugillesnadeau   06 août 2019
Les lettres sont vivantes. Si elles se plient au sens courant et respectent généralement les règles de l’orthographe, elles mènent aussi leur existence avec indépendance et panache. Elles voyagent d’un mot à l’autre, fraternisent, conspirent, se combattent, se risquent souvent à des liaisons dangereuses dont nous ne savons rien. Dans ce texte, « Lettres d’amour », j’explore d’une façon ludique les relations tumultueuses entre la lettre l et la lettre r, par le biais d’une correspondance passionnée qu’elles entretiennent à notre insu, dans le secret de notre intimité mentale, pendant que nous vaquons aux occupations ordinaires de la pensée ou que nous nous laissons porter par la réflexion la plus métaphysique... (Présentation de l’auteur à Lettres d’amour)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
laurent34danlaurent34dan   30 août 2019
« Ô ma Lise, malicieuse, licencieuse, je monte aux cieux. Du vol de huppe de mes doigts je soulève ta jupe, voluptueuse relique, je te reluque, nues tes cuisses, nue l’anse où je m’élance, où je sens, où je hume l’anis – avec un je-ne-sais-quoi d’un parfum de thé – jusqu’au vertige, jusqu’au râle, dans le grand lit à spirales qui m’aspire. Tu es nue, oui, tu es nuit, inouïe, alors je viens boire le vin, tabou, de ta bouche et te mordiller tendrement l’or, l’orée à l’aube, le lobe de l’oreille sur l’oreiller, en te disant des mots doux : c’est ainsi qu’un homme aime une femme ! »
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
laurent34danlaurent34dan   03 septembre 2019
Aujourd’hui je suis divisée entre la loyauté que je dois
Au tabac d’en face, chose réelle au-dehors,
Et la sensation que tout est rêve, chose réelle au-dedans.

Fernando Pessoa. " Bureau de Tabac".
Commenter  J’apprécie          00
Video de Alain Roussel (1) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Alain Roussel
Interview d'Alain Roussel (http://www.editions-apogee.com/auteurs-1/r-1/alain-roussel.html) par Michel Ogier (2 avril 2015) à propos de son dernier livre paru tout récemment aux Éditions Apogée : le Labyrinthe du Singe http://www.editions-apogee.com/labyrinthe-du-singe-le.html Autre titre d'Alain Roussel publié chez Apogée : Chemin des équinoxes (2012) http://www.editions-apogee.com/chemin-des-equinoxes.html Notre site : http://www.editions-apogee.com/ Abonnez-vous ici pour visionner nos futures vidéos : https://www.youtube.com/channel/UC_kKh3XLssOCE7RUGFDGmyA?view_as=public
autres livres classés : poésieVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Testez vos connaissances en poésie ! (niveau difficile)

Dans quelle ville Verlaine tira-t-il sur Rimbaud, le blessant légèrement au poignet ?

Paris
Marseille
Bruxelles
Londres

10 questions
754 lecteurs ont répondu
Thèmes : poésie , poèmes , poètesCréer un quiz sur ce livre