AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizForum
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2226391924
Éditeur : Albin Michel (28/12/2016)

Note moyenne : 3.58/5 (sur 60 notes)
Résumé :
1993, Justine a 25 ans et rêve d’une grande histoire d’amour. Une nuit d’ivresse, elle rencontre deux frères, Alex et Nicolas, et tombe éperdument amoureuse d’Alex. Mais vingt ans plus tard, elle est mariée à Nicolas. Ils ont deux enfants et vivent un bonheur tranquille, jusqu’au jour où Nicolas est licencié et tout se détraque.
Comment un couple peut-il résister à l’adversité du temps ? Au chômage? À l’âpreté et à la matérialité de la vie ? Sans concession e... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle
Critiques, Analyses & Avis (51) Voir plus Ajouter une critique
Ydamelc
16 décembre 2016
Je suis bien contente que Babelio ait pensé à moi pour découvrir ce livre en avant première !
Je les remercie, ainsi que les éditions Albin Michel.
Je suis heureuse, parce que ce roman m'a beaucoup plu !
L'immersion au sein de la famille que composent Justine et Nicolas est très aisée.
Il est assez naturel de s'identifier à au moins l'un des personnages.
J'aime particulièrement cela dans mes lectures. Me sentir concernée, un peu comme si j'étais prise en otage par le déroulement de l'histoire.
Les événements qui se produisent sont d'actualités, font état de notre société.
C'est le quotidien de nombreux français.
Réaliste et criant de vérité.
Justine et Nicolas sont mariés et parents de 2 grands enfants, lorsque monsieur perd son emploi à l'aube de ses 50 ans.
Il ne réalise pas tout de suite, l'impact que ce bouleversement aura sur sa vie et celle de sa famille, de ses proches.
Tout ce dont on rêvait, c'est l'histoire d'une descente aux enfers, d'un combat aussi...
Un combat face à la conjoncture actuelle,
un combat face au regard des autres,
contre l'image que l'on renvoie,
contre soi,
surtout,
la baisse de l'estime et de la confiance en soi....
Comment surmonter une telle épreuve ?
Comment faire face quand on est confronté à cette situation ? Qu'on ne se sent plus utile à rien ?
Où trouver la force d'avancer et de conserver le peu qu'il nous reste ?
L'essentiel, sans aucune doute,d'ailleurs...
François Roux nous immerge au sein de cette famille, assez commune et nous plonge dans leur quotidien semé de doutes, de questionnements, de découragements, mais aussi d'espoir, d'envie... tout cela avec brio.
J'ai combattu avec lui,
j'ai tenté de comprendre et d'épauler avec elle,
j'ai soutenu et me suis révoltée aussi,
exprimé mes idées et balancé mes 4 vérités !
Et je me suis surtout posé de nombreuses questions... sur ma vie, mes à priori, mes convictions, ma situation, mes envies...
et... sur MA vie, oui... Ce qu'elle est et ce que j'ai envie d'en faire.
Vous l'aurez compris, ce roman m'a un peu secouée...
Je vous invite à le découvrir dès sa sortie, le 04 janvier 2017.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          533
Eve-Yeshe
27 avril 2017
Au travers de l'histoire d'une famille parisienne, bien contemporaine, l'auteur nous parle des plaies de notre époque : le couple, le chômage, les enfants qui grandissent, la famille…
On a un couple étrange, Justine ayant épousé Nicolas alors qu'elle était tombée amoureuse de son frère, Alex, lors de sa période alcool, boîtes de nuit, sexe à tout crin. Un couple où a priori tout va bien, l'argent entre à flots, l'appartement douillet… les enfants poussent bien, le dernier étant hyperactif sans que cela semble trop perturber tout le monde.
Mais, une ombre surgit sur ce tableau idyllique, un peu trop nombriliste : le chômage brutal de Nicolas qui se fait licencier, pour cause de doublon et trop vieux (49 ans), par un jeune homme dont les dents rayent le parquet ; du jour au lendemain il se sent devenir inutile alors que sa femme Justine est surchargée de travail.
Le personnage de Justine est intéressant : son père, Joseph, hyper autoritaire, pervers, et frontiste, (qui se dit artiste mais vit aux crochets de sa femme qu'il traite comme une servante), l'a rabaissée durant toute son enfance et adolescence, ce qui a provoqué bien sûr une estime de soi au ras de pâquerettes, qu'elle va tenter de sublimer par des études d'infirmière psy (pour fuir au plus vite la maison familiale) et reprendre des études de psychologie pour s'occuper de… personnes atteintes d'addictions diverses. Ce que j'appelle « le syndrome de Mère Térésa ».
« Contrairement à Joseph, Justine voulait être utile, donner du sens à ses actions et, pour y arriver, il n'y avait pas meilleur chemin à ses yeux que de s'engager dans une activité à caractère médical. » P 80
Le chômage va mettre en évidence ce qui était latent dans leur couple, les non-dits, les vieilles jalousies, les culpabilités enfouies ; de ce fait, la communication va devenir de plus en plus difficile.
Une mention spéciale pour le pseudo stage de réinsertion bidon, oups, pardon, on parle de « outplacement » !!!! avec son cortège de winners, killer… « vous n'êtes pas licencié, vous êtes sorti de l'entreprise. Vous n'êtes pas en recherche d'emploi, vous êtes en repositionnement professionnel »
François Roux décrit très bien la société urbaine actuelle, son nombrilisme, ses valeurs bien peu affirmées, enfermée dans métro boulot dodo et qui ne voit pas la détresse des laissés pour compte, des campagnes.
J'ai bien aimé, même si elle est souvent insupportable, le personnage d'Adèle, la fille de Justine car elle s'engage, elle ne reste pas passive devant l'évolution de la société (crise de la banque HSBC, attentat de Charlie Hebdo, la marche où on voyait trôner des dictateurs…), sans tomber dans la violence.
J'ai passé un bon moment avec ce livre mais j'ai moins accroché qu'avec le précédent de l'auteur : « le bonheur national brut », probablement car il parlait des années 80 donc plus proche de ma « jeunesse », avec un idéal politique alors que celui-ci m'a irritée par son côté autocentré, mais aussi désenchanté, branché fric et subissant sans espoir. Ceux qui ont un travail deviennent addicts et ne comptent plus leurs heures et les autres se sentent inutiles et perdent toute confiance en eux.
Une fracture entre deux mondes qui est le reflet de notre société et fait réfléchir… forcément on se sent responsable quelque part… « tout ce dont on rêvait », le titre sied à merveille….

Lien : https://leslivresdeve.wordpr..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          500
jeunejane
12 décembre 2016
"Tout ce dont on rêvait", le titre du roman sauf que Justine, mon personnage préféré, ne rêvait à rien.
On la rencontre jeune tout à fait perdue dans les désillusions, détruite par un père négatif à son égard, loser, révolté. Elle vit une vie débridée, dégoûtée par les hommes, et elle rencontre Nicolas, le frère de celui qu'elle convoitait.
Ils se marient, ont deux enfants. Nicolas dirige un service financier dans un palace, Justine est infirmière en psychiatrie.
Elle veut se rendre aussi utile que son père a été inutile.
Justine montre une face extérieure rassurante et cache une face intérieure tourmentée.
C'est un personnage étonnant.
Je ne dévoile pas la suite, ce serait gâcher le plaisir du lecteur.
J'ai beaucoup apprécié le style de l'auteur qui analyse en profondeur les personnages et la société dans laquelle ils évoluent .
J'ai par exemple beaucoup aimé la scène où Justine se rend à une réunion de l'extrême droite avec son père pour observer l'auditoire. C'est plein d'empathie pour ces personnes déçues par la société .
François Roux n'est jamais ennuyeux même quand il aborde les conversations politiques à travers la bouche de Joseph, le grand-père, et Adèle, la petite-fille.
Il est très réaliste, il me semble.
Je remercie Babelio et les éditions Albin Michel pour m'avoir permis de découvrir l'auteur et son livre.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          500
QueLire
12 février 2017
Avec Tout ce dont on rêvait, François Roux nous montre comment le chômage modifie la perception que l'on peut avoir de nous. Il nous dépeint aussi le quotidien d'un couple qui s'unit plus par raison que par amour.
Une histoire passionnelle, puis un mariage de raison
Justine aime la fête, elle enchaîne les liaisons sans lendemain jusqu'au jour où elle rencontre Alex. Il est très séduisant, et elle tombe immédiatement sous le charme. Mais le jeune homme aime séduire... 20 ans plus tard, Justine est mariée avec Nicolas, le frère d'Alex. Plus discret, que son frère, il a su conquérir Justine. le couple mène une vie tranquille jusqu'au jour où Nicolas perd son emploi. Au fur et à mesure que les mois passent, l'homme perd confiance en lui et les liens qui unissaient le couple semblent se distendre
Mon avis :
Tout ce dont on rêvait aborde 2 thèmes, le chômage et l'amour.
Commençons par l'amour qui au début du roman se traduit par une forte passion. Justine est complètement sous le charme d'Alex qui lui est encore très immature. Elle ne vit que pour leurs rendez-vous, alors qu'il se contente de l'appeler épisodiquement. Cette histoire sera classée sans lendemain et c'est une Justine mariée et mère de deux enfants que l'on retrouve 20 ans après cette première rencontre. Elle aura choisi d'épouser le frère d'Alex. Plus sérieux, l'homme est fortement épris de son épouse, mais un spectre rôde... celui d'un amour que l'on a pourtant tenté d'étouffer. Difficile toutefois d'oublier un homme qui fait partie de la famille.
Le chômage est le drame de ce roman. Nicolas cadre dans une grosse entreprise, se fait remercier. Les mots sont clairs, il faut optimiser les coûts, le lean management vient de mettre un terme à 20 ans d'une carrière brillante. le bourreau de Nicolas prend la forme d'un jeune salarié sans scrupule qui lui renvoie l'image de ce qu'il n'a jamais su être. Nicolas quitte l'entreprise avec comme seul bagage, un stage de coaching personnalisé et ses indemnités de chômage. Les mois passent, la confiance baisse, les amis se font rares, les relations de travail font partie du passé et la pression sociale se fait de plus en plus forte. On assiste à lente dégringolade d'un homme, à qui un jour on dit qu'il faisait partie des « âgés », dur à comprendre à 44 ans.
Tout ce dont on rêvait de François Roux, c'est une satire du monde actuel. de l'employé interchangeable, des certitudes qui s'ébranlent, de la perte de confiance en soi, de la reconnaissance sociale que nous vaut notre situation professionnelle. Ce roman aborde également des histoires de famille, de jalousie et de domination.
J'ai beaucoup aimé cette lecture et ai même été agréablement surprise par la façon dont a été abordé le sujet. Je m'attendais à lire un roman d'amour basé sur une histoire de jalousie et je me suis retrouvée plongée dans une histoire beaucoup plus profonde qui aborde plus d'un sujet de société.
A noter, la fragilité des personnages qui semblent chercher leur équilibre sur un fil que le vent ballote comme bon lui semble. Même les personnages secondaires ont des failles qui apportent encore de la profondeur à ce roman.
Lien : http://que-lire.over-blog.co..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          290
Myriam3
11 décembre 2016
Difficile de faire plus contemporain que ce livre qui se termine quelques mois après l'attentat de Charlie Hebdo. C'est toute une famille qui passe au scalpel, une famille normale, peut-être vous, vos voisins, vos amis.
François Roux passe presque tout en revue des dernières décennies: mai 68, le socialisme, puis la crise, le chômage, la radicalisation, la pollution, la frontière entre trois générations, l'une engagée, la deuxième désabusée, affaiblie par tous ces messages médiatiques qui nous sautent à la figure, et une troisième qui apparaît plus sûre d'elle, unie par les réseaux sociaux et un nouveau modèle d'engagement.
Heureusement, ce roman n'est pas juste un kaléidoscope de ce qui a fait les années 90 et 2000; Justine, Nicolas, leur fille Adèle existent réellement dans ses mots et souffrent, pensent, changent, espèrent, se dépatouillant tant bien que mal dans ce monde moderne étriqué. Bien que commençant par Justine, c'est la perte d'emploi de Nicolas qui devient le sujet principal du roman. le sujet n'est sans doute pas nouveau, mais la manière dont l'auteur nous mène à considérer la lente chute de Nicolas et de son couple est tout simplement bouleversante. Pas d'exagération, de trémolo ni de pathétisme dans ces quelques années qui vont peu à peu détruire le couple, seulement une étude de cas lucide et déprimante.
Et puis il y a le père de Justine, aigri, devenu fasciste et qui n'a jamais eu un mot encourageant envers sa fille; sa mère, qui accepte de sacrifier sa vie à cet homme repoussant. Il y a Adèle, jeune adolescente porteuse d'espoir et de maturité, et Alex, le frère de Nicolas par qui tout a commencé, séduisant et sûr de lui. Au centre de tout ça, il y a surtout Justine elle-même, révoltée, porteuse d'une colère qu'elle ne sait plus vers quoi diriger, embourbée dans la surcharge des problèmes dont nous assènent les médias jour après jour.
J'ai eu peur en lisant les premières pages du livre qui ne font pas honneur au reste, trop caricaturales et dures quand la suite est tellement plus travaillée. C'est un constat malheureusement bien déprimant de la société actuelle mais pas défaitiste ni moraliste.
Je ne sais pas si ce roman franchira les années tellement il est ancré dans une période bien précise, donc je vous conseille fortement de le lire aujourd'hui, tout de suite, parce que c'est à nous qu'il parle.
Lien : http://pourunmot.blogspot.fr..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          302

Les critiques presse (1)
Lexpress30 janvier 2017
François Roux dresse un portrait sensible de la France actuelle.
Lire la critique sur le site : Lexpress
Citations & extraits (29) Voir plus Ajouter une citation
QueLireQueLire12 février 2017
Le plus pénible maintenant, c'était d'être seul chez soi, tout le temps, à ne rien faire ou presque. L'appartement était devenu son ennemi, sans cesse il semblait désigner Nicolas et le convier à admettre qu'il n'aurait jamais dû se trouver là, en cet endroit, à cette heure, sur cette chaise, dans ce fauteuil, sur ce lit, affalé devant cet ordinateur ou télévision. Les déjeuners par exemple, qui constituaient une transition naturelle, un sas légitime dans la journée bien remplie de n'importe quel travailleur, stigmatisaient pour lui l'infinie lenteur d'heures passées sans aucun projet, sans aucune perspective, la répétition ininterrompue d'une même vacuité, un mitan douloureux où la moitié de la journée était encore à affronter alors que l'autre moitié venait à peine de péniblement se conclure.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          180
jeunejanejeunejane12 décembre 2016
Comme vous n'êtes jamais arrivé à rien, ça vous ennuie que les autres arrivent à quelque chose. C'est même ce que vous détestez le plus chez eux, il me semble. Et pire encore chez vos enfants. Vous êtes maladivement jaloux de tout.
En fait, je crois que vous n'êtes pas méchant, Joseph, vous êtes juste un raté malheureux et aussi un raté très seul.
Commenter  J’apprécie          284
Myriam3Myriam310 décembre 2016
Au fond, c'était une intelligence imbécile, se disait Justine quand elle en avait assez de se battre. En tout état de cause, une intelligence stérile qui n'avait pour seul but que d'écraser les gens et de les spolier de leur capacité à réfléchir et à comprendre. Il n'y avait rien de bon dans cette intelligence-là, elle ne voulait rien engendrer hormis la haine et la discorde. Impossible de l'ébranler, impossible de la faire reculer, c'était un bloc inaltérable et la seule chose envisageable était de s'y casser les dents.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          160
YdamelcYdamelc11 décembre 2016
Et puis arriva la fin du mois de juillet, et, avec elle, le temps des vacances. Ce mot révulsait Nicolas, il le renvoyait à son étymologie : vacance, à l'origine, ne signifiait pas autre chose qu'être sans. Sans, Nicolas l'était depuis trop longtemps. Sans travail, sans joie, sans désir. Inutile d'adjoindre le moindre vide à un vide déjà considérable.
Commenter  J’apprécie          240
AelaAela05 février 2017
Au fur et à mesure, cependant, à force d'échouer à évoquer brutalement son licenciement auprès de ses meilleurs alliés, il ressentit le désir d'en parler enfin ouvertement.
A quelques occasions, il se montra un peu trop insistant, un peu trop maladroit, il commença à en ennuyer certains, les déjeuners devinrent moins drôles, quelques bons amis se révélèrent en réalité beaucoup plus frileux - et donc beaucoup moins bons amis - que Nicolas s'y attendait.
"Ecoute Nico, je veux bien te refiler le nom de leur DRH mais surtout, surtout, tu ne mentionnes pas que cela vient de moi!"
Nicolas réalisa petit à petit qu'il avait échoué à convoquer sur son sort l'attention de ces personnes qui lui paraissaient auparavant si proches.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          110
Videos de François Roux (11) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de François Roux
Dans les années 90, Justine, vingt-cinq ans, rêve d?une grande histoire d?amour. Elle tombe éperdument amoureuse d?Alex, mais vingt ans plus tard, c?est avec son frère, Nicolas, qu?on la retrouve mariée et mère de deux enfants. Elle vit un bonheur tranquille, jusqu?au jour où Nicolas est licencié et plonge irrémédiablement. Le talent de François Roux est de s?emparer de l?histoire immédiate et d?en faire le récit, au plus près de la réalité sociale, affective et politique. Après le bonheur national brut, fresque virtuose des années Mitterrand, il poursuit la chronique de notre époque, minée par le chômage et les compromis idéologiques, avec une lucidité et une sensibilité de grand romancier. du mariage pour tous à la tuerie de Charlie-Hebdo, le portrait sans concession de notre société à travers l?histoire, la chute et la rédemption d?un trio amoureux.
http://www.albin-michel.fr/ouvrages/tout-ce-dont-on-revait-9782226391926
+ Lire la suite
autres livres classés : chômageVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle





Quiz Voir plus

Famille je vous [h]aime

Complétez le titre du roman de Roy Lewis : Pourquoi j'ai mangé mon _ _ _

chien
père
papy
bébé

10 questions
862 lecteurs ont répondu
Thèmes : enfants , familles , familleCréer un quiz sur ce livre
. .