AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2368331522
Éditeur : Locus Solus Editions (24/03/2017)

Note moyenne : 3.62/5 (sur 8 notes)
Résumé :
Nathalie Lemel (Brest, 1826 - Ivry/Seine, 1921) est une militante et féministe ayant participé, sur les barricades, à la Commune de Paris de 1871.
Elle fut une extraordinaire témoin de son temps. Elle le doit à son compagnonnage avec l’un des leaders de la Commune, Eugène Varlin, à ses talents d’organisatrice en compagnie d’Elisabeth Dmitrieff, et à son amitié indéfectible avec Louise Michel.
À travers le destin de cette femme qui meurt presque centena... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (5) Ajouter une critique
cannelle124
  17 janvier 2018
1871 la Commune de Paris … une époque extrêmement troublée que j'avoue avoir totalement négligée … soit parce qu'abordée en coup de vent dans mon parcours scolaire, soit par désintérêt … Erreur de ma part … Cette BD à 2 mains, sur un scénario de Roland Michon et des dessins de Laëtitia Rouxel, m'a réconciliée avec cette période de notre histoire voire même a attisé ma curiosité …
« Des Graines sous la Neige » s'appuie sur la vie de Nathalie Lemel pour nous plonger dans le bouillonnement des idées révolutionnaires de cette décennie, comment et pourquoi cette explosion, quel en a été le déclencheur, quelles idées y étaient associées ?
La vie de Nathalie Lemel est très peu documentée, c'est pourquoi il s'agit ici d'une représentation « imaginée et imagée » de sa vie mais qui s'appuie sur de rares témoignages. Cette femme est née en 1826 à Brest où enfant elle était déjà curieuse de toute lecture … Brest une ville où elle assiste à des rassemblements de protestation ouvrière … mais aussi à la déportation d'insurgés … Elle se marie et part vivre à Quimper, où elle commence à participer à des réunions politiques où se partagent les prémices des nouvelles idées de république démocratique et sociale …
La faillite de la petite entreprise de la famille les entraine à la recherche de travail à Paris en 1861 (comme nombre de bretons) …. Ce seront des années de misère, de froid et de faim, comme pour de nombreux français à l'époque … le monde de la débrouille aussi, un monde « à la Zola » … Mais Nathalie continue sa recherche d'un idéal social : elle fréquente les cercles de l'époque qui revendiquent des améliorations des conditions des travailleurs : fin du travail de nuit, diminution du temps de travail, amélioration des conditions sociales mais surtout pour Nathalie une égalité entre les hommes et les femmes face au travail, notamment pour le salaire … Féministe avant l'heure Nathalie, d'un féminisme économique et social qu'elle revendiquera toujours … Ce sont aussi les premières grèves, les premières avancées dans les droits des travailleurs, suivies malheureusement des premiers reculs …. Et aussi le divorce …
Nathalie Lemel devient proche des militants de l'International des Travailleurs et participe au cours des années 1866-1868 à la création de la Caisse fédérative de prévoyance des cinq centimes » (qui aide les grévistes) mais surtout à la Société Civile d'Alimentation dite « la Ménagère » (accès à des produits à des prix raisonnables à l'encontre de la spéculation alimentaire de l'époque) et à l'ouverture des premières « Marmites » (sorte de soupe populaire … ) … Nathalie Lemel c'était les « Restos du Coeur » du XIXe siècle !!! un idéal social et une force d'agir ….
En 1870 c'est la guerre avec la Prusse dont les forces sont aux portes de Paris en septembre, la France capitule en janvier 1871 et le gouvernement s'installe à Versailles. En mars débute l'insurrection de Paris, la Commune est proclamée le 18 mars 1871. Nathalie Lemel participe à la création de l'Union des Femmes, une des plus grandes organisations de la Commune. Elles revendiquent des droits aux femmes mais pas seulement, des revendications qui sont la normalité de nos jours : création de crèches, égalité du salaire homme-femme, école laïque gratuite et obligatoire, fin du travail de nuit, suppression des maisons closes (Paris en comptait un nombre important dû à la pauvreté de l'époque) … elles sont convaincues que la Commune porte les germes de la Révolution Sociale … mais elles s'engagent aussi à aller défendre ces idées sur les barricades aux côtés des hommes !
Fin mai 1871, les troupes régulières reprennent les barricades … Nathalie Lemel conformément à son engagement en défendait une avec d'autres femmes …. Elle est arrêtée …. Les idéaux des communards sont condamnés, notamment les avancées réclamées par les femmes … En septembre 1872 elle comparait devant un Conseil de Guerre et est condamnée à la déportation à perpétuité … Elle est ainsi envoyée en Nouvelle-Calédonie en 1873, condamnation qu'elle partage avec Louise Michel. Elle bénéficie d'une grâce partielle en 1879 et peut rentrer en France.
En 1914 elle apparait avec d'autres anciens communards dans un film tourné par la coopérative le Cinéma du Peuple ayant pour sujet la Commune. Atteinte de cécité et très pauvre, elle entre à l'hospice en 1915 … où elle côtoiera des soldats gazés …. Elle décède en 1921 et est inhumée dans une fosse commune …
Ce livre réhabilite une partie des communards, je ne m'avancerai pas à tous les réhabiliter …. Mais en nous montrant le foisonnement des idées, les aspirations de ces cercles politiques et sociaux … on ne peut que penser aux fondements de notre actuelle République … le titre de cet ouvrage est donc doublement évocateur : « Des Graines sous la Neige » …. Des idéaux de ces froids hivers de la fin du XIXe siècle ont germé les bases de notre démocratie et de notre république ….
La grande qualité de cette oeuvre est donc sa richesse historique et politique. On suit l'évolution des idées de cette fin de siècle je viens d'en parler … mais aussi une évolution architecturale de la ville de Paris (avec les travaux d'Haussmann …) dont on arpente les rues et les quartiers, des moeurs de l'époque (le petit monde de Zola aurais-je tendance à l'appeler), des conditions de vie des classes ouvrières, et on entraperçoit certains cercles intellectuels et artistiques …
Un petit mot sur la forme : le récit se passe sur 2 niveaux … un premier correspond à une sorte de dialogue en 1914 entre le réalisateur du film sur la Commune et Nathalie Lemel, qui permet de marquer différentes étapes dans la vie de celle-ci, le tout laissé brut dans un dessin noir et blanc (une pause plus légère par rapport au reste) … le second correspond à la représentation des différentes grandes périodes de cette vie, avec des couleurs assez sombres pour l'ensemble et des visages très durs auxquels personnellement j'ai eu du mal à m'habituer …. Peut-être est-ce justement nécessaire pour se concentrer sur le contenu qui est assez dense …
Bref Merci à Masse Critique de Babelio et aux Editions Locus Solus pour une découverte très intéressante d'un personnage qui m'était inconnu et d'une période de l'histoire qui mériterait qu'on s'y intéresse beaucoup plus.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
christinebeausson
  30 avril 2019
Des dates, des lieux et des événements qui ont marqués notre histoire commune :
Le premier journal féministe "la femme libre" a été réalisé et publié uniquement par des femmes en 1832,
Le livre "Napoléon le petit" de Victor Hugo a été écrit en exil en 1852,
Julie Victoire Daubié est la première femme française à avoir obtenu le droit de se présenter au baccalauréat et à l'obtenir en 1861,
La "Ménagère" coopérative de consommation, un regroupement de consommateurs pour acheter en gros a été créé en 1866,
Octobre 1868 ouverture de la première marmite, restaurant coopératif,
Montreuil sous bois, le long des murs de plâtre, la culture notamment fruitière a été une des richesses de la ville,
Le 28 mai 1871 chute de la dernière barricade à Belleville,
Découvrir à quoi servait la capture de l'albatros, ce tueur des marins tombés à l'eau, la peau de ses pattes peut être transformé en blague à tabac, son bec peut être transformé en pommeau de canne, ....
Et un devoir de mémoire,
Aller vérifier si à Brest on peut apercevoir sur le mur de la cafét' d'Ahmed, 3 rue Sisley la fresque de Guy Denning et Shoof représentant Nathalie Lemel.
Une BD comme une urgence pour retrouver la mémoire perdue de ces combattantes qui ont participé à la commune, qui ont fait qu'en 1871, la lutte des femmes a permis la réalisation de beaucoup de rêves .... Liberté, Égalité, Fraternité pour tous mais aussi pour les femmes qui ne sont pas des citoyens de seconde zone.
Un texte très documenté qui nous permet de remonter le temps.
Des dessins harmonieux, illustrant bien le propos ... à la fois des planches en noir et blanc permettant de situer l'action en 1914, et les planches colorées de l'histoire de la commune.
Un dossier revient sur beaucoup des noms cités durant l'histoire en précisant une petite partie de leur aventure, il nous donne la chronologie de la vie de Nathalie.
Des notes historiques nous permettent de revenir sur certains termes employés parfois peu connus.
Une BD historique que l'on peut mettre entre toutes les mains !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
AliceW
  18 janvier 2018
En 1913, le cinéaste et militant Armand Guerra contacte la communarde Nathalie Lemel pour son film sur La Commune de Paris. La militante est devenue une femme âgée de 87 ans mais elle a gardé la même étincelle dans le regard. Avec le jeune homme, elle revient sur sa vie, son parcours de militante sur près de trente ans, dévoilant un pan de l'histoire de France et de l'idéal libertaire.
Née à Brest en 1821, Nathalie Lemel était une militante pour l'association internationale des travailleurs et féministe. Si elle n'a eu la renommée de Louise Michel, elle a participé au même titre à la libération de la parole des femmes et a été un personnage tout aussi emblématique dans la libération de la parole des femmes, portant des combats égalitaires qui raisonnent encore aujourd'hui. Les deux femmes ont été déportées ensemble en Nouvelle-Calédonie en 1873.
Le propos de Roland Michon et Laëtitia Rouxel est clairement documentaire. Par le biais de la BD, ils retracent le saisissant parcours d'une combattante l'ombre qui a consacré sa vie à la défense des droits humains et sociaux.
La narration est à la fois assez dense et assez lente. de nombreux épisodes sont évoqués, permettant de parfaitement situer le contexte de l'époque. C'est aussi l'évolution d'une conscience politique qui est décrite, qui s'étend davantage, plongeant le récit dans l'atmosphère plutôt que dans l'action. C'est un parti pris original et intéressant qui peut dérouter mais qui est aussi essentiel pour rendre compte de ce qu'à été La Commune. Les illustrations sont très réalistes avec des tons sépias ou noir et blanc selon le contexte, avec un attachement particulier à la restitution des lieux. Certaines planches valent franchement le détour.
En annexe, les auteurs approfondissent encore avec un certain nombre de notes historiques qui éclairent le récit, une chronologie historique en lien avec Nathalie Lemel, une biographie des personnages secondaires et des éléments bibliographiques et filmographiques sur La Commune.
Une BD très riche, instructive et foisonnante pour qui s'intéresse à La Commune ou souhaiterait en savoir plus.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Biancabiblio
  16 janvier 2018
Des graines sous la neige retrace la vie de Nathalie Lemel, une militante de l'Association internationale des travailleurs et féministe qui a participé, sur les barricades, à la Commune de Paris de 1871.
A ce titre, elle sera condamnée à la déportation et sera la compagne de captivité en Nouvelle-Calédonie de Louise Michel. Sa longue vie commencée à Brest le 24 août 1826 et achevée le 8 mai 1921 à Paris, sera consacrée au militantisme.
Elevée dans le café de ses parents, elle quitte les bancs de l'école à 12 ans pour devenir relieuse, un métier qu'elle exercera pendant de longues années. Après son mariage avec Jérôme Lemel, relieur lui aussi, elle s'installe à Brest et donne naissance à trois enfants tout en travaillant dans la boutique de Lemel.
En 1861, ils font faillite et rejoignent la capitale pour trouver du travail. Elle avait déjà une conscience politique mais c'est en rejoignant Paris qu'elle devient réellement militante. Nathalie adhère alors à l'Internationale et devient déléguée syndicale, fait exceptionnel à l'époque.
Elle se bat notamment pour la parité des salaires entre hommes et femmes, fréquente des clubs et se révèle une opposante farouche au Second Empire. Elle participe à la création de la Ménagère, une coopérative d'alimentation et de la Marmite, un restaurant ouvrier (qui comptera au total 4 établissements pour 8 000 ouvriers). Elle y est employée à la préparation des repas.
Nathalie Lemel fréquente alors celles et ceux qui vont devenir les grandes figures de la Commune : Louise Michel, Elisabeth Dmitrieff, Eugène Varlin
Cette bande dessinée retrace fidèlement ce destin de femme hors du commun. Bien qu'on en sache assez peu sur Nathalie Lemel, Roland Michon s'est formidablement bien documenté sur cette époque et sur la semaine sanglante. le scénario restitue le parcours militant d'une ouvrière impliquée dans la première internationale socialiste et dans la commune de Paris, son combat pour le féminisme et l'égalité homme / femme.
Personnellement je ne connaissais absolument pas cette grande figure du féminisme qui a dédié toute sa vie aux causes qui lui tenaient à coeur et je suis heureuse que cet ouvrage la mette ainsi dans la lumière.
Si le scénario m'a beaucoup plu, cela n'a pas été le cas des dessins de Laëtitia Rouxel qui alternent de crayonnés en noir et blanc pour l'année 1914 où Nathalie Lemel se confie au réalisateur socialiste Estivalis qui tente de la convaincre d'apparaître dans son film consacré à la Commune, et des planches en couleur qui relatent tous les évènements de la vie de l'héroïne. Elle a une très jolie maîtrise des couleurs et des décors mais pour moi c'est au niveau des visages que ça se gâte, les traits sont grossiers, comme déformés, je n'ai pas aimé du tout.
Vous l'aurez compris, même si je n'ai pas aimé les dessins de Laëtitia Rouxel, je ne peux que vous encourager à découvrir cette féministe totalement oubliée que fut Nathalie Lemel, à travers Des graines sous la neige !
Lien : https://deslivresdeslivres.w..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Bdziles97
  23 mai 2017
(SC971) le parcours de Nathalie Lemel, militante féministe, compagne de lutte de Louise Michel avec qui elle sera d'ailleurs déportée au bagne. Album fort bien documenté, qui met en lumière la période de la Commune de Paris. C'est très détaillé et résolument engagé. Cela a pour conséquence un rythme assez lent et une lecture longue et difficile.Plutôt favorable pour le Prix mais niveau Lycée, même si le sujet pourrait être aussi intéressant à traiter en collège.
(SD976) Le titre est porteur de sens et exprime très bien avec cette analogie avec le printemps, l’espoir d’un renouveau. Cette BD traite en effet des premières luttes organisées par le peuple pour gagner des droits élémentaires – de soins, d’éducation, de liberté d’expression et de réunion, droits de la femme à une époque où le viol conjugal n’existait pas … - ce qu’on nommera la Commune. C’est surtout le destin de Nathalie Lemel, bretonne de naissance qui est mis en exergue. Cette femme de combat, pionnière de son temps, s’est illustrée par son engagement, pour lequel elle a payé le prix fort, puisqu’elle a été envoyée au bagne à Nouméa.
Le dessinateur a choisi des couleurs sépia, aux tons « passés » pour illustrer le caractère historique de l’album, mais peut-être aussi pour que le regard du lecteur reste concentré. Tout ceci donne une impression de cartes postales d’époque. Certaines pages sont particulièrement belles.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Citations et extraits (6) Voir plus Ajouter une citation
christinebeaussonchristinebeausson   28 avril 2019
Janvier 1871, Marmite des Blancs Manteaux, 4e arrondissement.
Consommé de cheval au millet, brochette de foie de chien à la maîtresse d'hôtel, émincé de râbles de chat à la mayonnaise ...
Épaule de filet de chien sauce tomate, civet de chat aux champignons, côtelette de chien aux petits pois, salami d ....
Commenter  J’apprécie          10
christinebeaussonchristinebeausson   28 avril 2019
La question de l'héritage est source de querelles et de divisions permanentes, elle produit ce monstre qu'on appelle égoïsme. C'est une injustice évidente ! Une inégalité qui s'impose dès la naissance.
Commenter  J’apprécie          20
christinebeaussonchristinebeausson   28 avril 2019
N'oubliez pas, les guerres sont menées par des gens de pouvoir pour qui la vie humaine a peu de valeur, mais aussi par ceux assez idiots pour aller risquer leur vie sur les champs de bataille !
Commenter  J’apprécie          00
cannelle124cannelle124   17 janvier 2018
La Revolution ne se résume pas à une réorganisation de la société. C'est surtout l'apparition d'une nouvelle idée de la vie.
Commenter  J’apprécie          00
AliceWAliceW   18 janvier 2018
C’est vrai qu’une barricade ferme la rue, mais elle ouvre aussi la voie vers la joie, l’abondance, la beauté…
Commenter  J’apprécie          00
autres livres classés : CommuneVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

Les écrivains et le suicide

En 1941, cette immense écrivaine, pensant devenir folle, va se jeter dans une rivière les poches pleine de pierres. Avant de mourir, elle écrit à son mari une lettre où elle dit prendre la meilleure décision qui soit.

Virginia Woolf
Marguerite Duras
Sylvia Plath
Victoria Ocampo

8 questions
772 lecteurs ont répondu
Thèmes : suicide , biographie , littératureCréer un quiz sur ce livre