AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 9782820503541
280 pages
Éditeur : Bragelonne (14/09/2016)

Note moyenne : 3.43/5 (sur 41 notes)
Résumé :
« Une superbe ghost story destinée aux amoureux de belles histoires, qui évoque des terreurs à la fois anciennes et modernes, et nous place au cœur d'un endroit où règne la peur, profonde, où passé et présent se croisent, faisant apparaître un monde obscur où les morts portent nos visages. Ou aucun. Un roman fantastique de première classe.» Clive Barker

Sur les rives désolées de Blackmore Island, Wild Fell tombe en ruine. La vieille demeure a résisté ... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (23) Voir plus Ajouter une critique
Antyryia
  24 septembre 2016

J'ai acheté ce livre comme j'achète chaque inédit de la collection "L'ombre de Bragelonne" ( une sorte de réflexe pavlovien ). Mais j'étais sceptique. Clive Barker a beau encenser ce livre sur l'attirante couverture ("Une superbe ghost story", "Un roman fantastique de première classe"), je suis toujours dubitatif face à ce genre de publicité. Et puis une histoire de fantômes, ça n'est pas le sujet le plus original qui soit, je n'allais probablement pas découvrir grand chose d'inédit.
C'est donc sans attente particulière que j'ai commencé les 270 pages du second roman du Canadien Michael Rowe ( le premier, "Enter, night" demeurant pour l'instant inédit en France ), composé de huit longs chapitres et d'un prologue de presque 40 pages. Je renouais ainsi avec le surnaturel que j'avais délaissé ces derniers temps.
La scène d'introduction était assez convenue. Deux adolescents de la commune d'Alvinia qui sortent en soirée dans la région de Blackmore Island dans l'Ontario, réputée pour ses lacs. Premiers émois amoureux, histoires de fantômes, tragédie teintée d'étrange ( et de papillons de nuit ) aux abords de la grande demeure victorienne de Wild Fell dans les années 60. Les lieux ont été inventés pour les besoins du roman tout en s'inspirant d'un manoir bien réel, juché sur une falaise, qu'a visité l'auteur. Pas de réelle originalité donc mais une bonne surprise avec une écriture ( et une traduction de Benoît Domis ) subtile, facile à lire sans être dépourvue de style.
Commence ensuite le premier chapitre et la narration du principal personnage, Jameson ( Jamie ). Contrairement à ce qu'on pourrait croire son histoire ne commence pas avec l'acquisition de la demeure de Wild Fell. Ce qui en soit est déjà un pied de nez à toutes les autres histoires de maisons hantées puisqu'on échappe à la trame linéaire classique des oeuvres de Shirley Jackson, James Herbert ou James Kahn ( Poltergeist ).
Pour parler de ce roman fantastique, je vais évoquer les différentes étreintes d'un père et de son fils, récurrentes dans l'histoire.
Page 63, Jaimie demande à son père
"- Reste juste un peu avec moi, d'accord ?
- Entendu, mais pas trop longtemps.
Il s'étendit à côté de moi et mit son bras autour de mes épaules, m'attirant contre lui."
Réservé, solitaire, Jamie est plutôt la tête de turc de ses camarades et ce rôle de souffre douleur est évoqué dès le début lorsqu'il se fait voler son vélo par un jeune voyou du quartier voisin puis durant les trois semaines où il sera la risée du groupe en colonie de vacances, au camp Manitou ( hommage déguisé à Masterton ?)
Je me suis pris d'affection envers cet enfant dont l'existence sonne terriblement vraie. Courageux malgré les obstacles, un père aimant qui le soutient et une mère à l'inverse distante, la perte douloureuse de sa tortue peinte si primordiale et symbolique m'a donné envie de hurler à l'injustice.
Et le fantastique dans tout ça ? Eh bien il y a du moins des éléments troublants. D'où lui est venue la force de vaincre ( de massacrer ? ) son plus grand tortionnaire ? Jaimie a une amie imaginaire, son "amiroir", le personnage imaginaire habitant du côté de son reflet, dans une glace aussi somptueuse qu'inquiétante. Mais qui semble parfois bien réel. Pure imagination que ce personnage d'Amanda parlant à travers sa voix ? Qui peut allumer des bougies à distance ? Pure coïncidence que le voleur de bicyclette soit hospitalisé suite à sa chute dans un nid de guêpe alors que, comme un voeu à un djinn, il exprimait la veille à Amanda le souhait suivant : "Je veux qu'il me rende mon vélo, c'est tout ! Et ... et qu'il la ferme ! Qu'il se taise et cesse de s'en prendre à plus petit que lui" ?
Cette silhouette fantomatique inquiétante semble en tout cas responsable d'évènements inexplicables, en savoir beaucoup plus qu'elle ne devrait, être liée à Jaimie d'une façon ou d'une autre, être animée d'une vie propre et être capable de se mettre très en colère si l'enfant ne suit pas ses consignes. Mais terrifié, le jeune garçon finira par recouvrir le miroir pour ne plus la croiser et l'oublier.
Difficile en tout cas pour le lecteur de distinguer ce qui est vrai de ce qui appartient à la fantasmagorie du jeune homme.
Page 144, le père à son fils , trente ans plus tard
" - Jamie, dit il de la voix hésitante et chevrotante d'un vieil homme. Tu veux bien rester avec moi? Jusqu'à ce que je m'endorme ? J'ai si peur.
- Bien sûr papa. Bien sûr. Ne crains rien, je suis là.
Je grimpai sur le lit pour m'étendre à côté de lui. Puis je passai mon bras autour de ses épaules et le tins tendrement."
Cette inversion des rôles est liée à la maladie d'Alzheimer dont souffre le père. Loin de n'être qu'un roman fantastique de plus, Wild Fell est une oeuvre pleine de sensibilité et de réalisme. Il évoque notamment cette maladie et ses ravages sur la mémoire mais aussi la famille, l'amour d'un père et de son fils et à l'inverse la sévérité et le désintérêt d'une mère, un certain chaos familial ainsi que l'inéluctable séparation des parents de Jamie.
Il y est question d'homosexualité également avec la meilleure amie de Jamie, véritable garçon manqué. Tous ces sujets sont évoqués avec finesse et ancrent l'histoire dans un environnement crédible, ce qui permet de continuer à y croire même lorsqu'intervient le surnaturel.
Devenu adulte, Jamie sera contraint de placer son père dans un centre de soin adapté à son état et par un nouveau coup du sort, il sera victime d'un grave accident qui le plongera dans le coma. L'indemnisation du chauffard lui permettra cependant d'être assez riche pour faire l'acquisition de Wild Fell.
Page 191
"Mon père était sur moi, à califourchon sur mes cuisses, frottant ses fesses contre mon ventre. Je sentis la pression des os de ses genoux pointus s'enfonçant dans mes côtés."
Première nuit à Wild Fell, premiers cauchemars venant souiller les souvenirs d'une si belle relation père / fils.
Le récit s'accélérera alors et basculera dans l'incompréhension et l'horreur. Sans trop en dévoiler vous ferez connaissance d'une étrange agente immobilière, vous verrez comment le temps peut se courber, vous verrez que rien de ce qui s'est déroulé depuis le début n'a été mis de côté et que tout trouvera son sens. Vous saurez qui était l'amiroir et vous découvrirez la reine des guêpes et des papillons de nuit. le final, l'apothéose devrais-je dire , est un feu d'artifice de révélations et d'horreur qui m'a tenu encore davantage en haleine que le reste du roman.
Wild Fell est présenté comme une Ghost story. Certes il y a bien tous les codes du genre ( la maison hantée, les évènements inexplicables, les présences fantomatiques ) mais Michael Rowe a créé une histoire bel et bien inédite et si on excepte quelques rares passages descriptifs de cette vieille et inquiétante bâtisse, j'ai lu une oeuvre unique, à la fois tendre, subtile et inquiétante que je ne peux que conseiller aux amateurs du genre, voire à toute personne non réfractaire à quelques éléments surnaturels.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          132
LePamplemousse
  29 octobre 2016
Prenez une très vieille bâtisse construite sur une île isolée du Canada, une famille avec un passé mystérieux, des décès tragiques, des accidents inexpliqués, un petit garçon qui a une amie imaginaire….et vous obtenez ce qui aurait pu être un excellent roman de terreur si l'auteur s'était donné la peine de ne pas bâcler la fin en cinq pages en laissant pas mal de questions sans réponses, dont le rôle du fameux papillon qui est sur la couverture du livre.
L'intrigue démarre lentement et nous emmène dans un univers proche de celui de Stephen King dans « ça » car on y suit la vie quotidienne d'un petit garçon de neuf ans qui a du mal à se faire des amis.
Il nous raconte avec ses mots la joie d'avoir eu son tout premier vélo, l'angoisse d'aller en colonie de vacances, les heures passés avec sa seule amie, une gamine du quartier, ses liens très forts avec son père….
Le côté fantastique de l'histoire arrive assez tardivement, et la fameuse maison prétendument hantée ne fait son apparition qu'au deuxième tiers du roman environ et là, tout s'accélère d'un coup.
L'ambiance devient étrange, des tas d'éléments arrivent les uns après les autres mais subitement, tout est fini en deux temps, trois mouvements, laissant le lecteur avec des questions sans réponses et certaines révélations arrivent d'un coup, comme des cheveux sur la soupe, n'étant d'ailleurs pas toutes crédibles.
La fin m'a grandement déçue, elle a un goût de « vite fait, mal fait », comme si l'auteur avait reçu un ultimatum de son éditeur et qu'il n'avait eu qu'une heure pour terminer son manuscrit.
Il y a donc de gros manques dans cette fin mais sans qu'un second tome ne soit nécessaire puisque la fin ne s'y prête pas vraiment.
En bref, j'ai pris du plaisir à lire cette histoire même si l'aspect fantastique du roman n'est finalement pas prédominant et que la fin est clairement ratée.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          192
Annabelle19
  29 août 2017
Une bonne histoire de fantômes comme je les aime, teintée de mélancolie, avec en toile de fond des tragédies, des existences tristes et des événements dramatiques.
Le prologue donne le ton de cette histoire de fantôme fidèle aux classiques du genre avec la mort mystérieuses d'un couple d'amoureux, aux abords d'un lac et en pleine nuit, dans les années 60.
Une bonne histoire de fantômes comme je les aime, teintée de mélancolie, avec en toile de fond des tragédies, des existences tristes et des événements dramatiques.
Le prologue donne le ton de cette histoire de fantôme fidèle aux classiques du genre avec la mort mystérieuses d'un couple d'amoureux, aux abords d'un lac et en pleine nuit, dans les années 60.
On entre ensuite dans l'histoire proprement dite avec le narrateur, Jamie. J'ai adoré la première partie, sur l'enfance d'un garçon solitaire et qui a du mal à trouver sa place parmi les enfants de son âge. Un petit garçon qui a tissé un lien très fort avec son père et qui est devenu l'ami d'une petite fille nommée Amanda, qui parle par sa bouche et qui vit dans le miroir de sa chambre. Je me suis trouvée immergée dans l'atmosphère de ce chapitre, où l'innocence d'un enfant est confrontée aux problèmes de couple de ses parents, aux brimades des autres et à la difficulté de s'intégrer. On s'attache à cet enfant qui s'efforce de ne pas décevoir ses parents, dont les émotions sont à fleur de peau et qui devra faire face à la cruauté des autres.
Ce que je préfère, dans les histoires de fantôme, c'est quand les fantômes en questions sont présents de manière subtile, à peine détectable, et c'est ce qu'on a ici. L'important est de suivre ces moments de la vie d'un petit garçon, et le surnaturel ne se manifeste que par des touches de mystère, d'événements incompréhensibles et parfois effrayants. Pour le petit Jamie, le surnaturel dans sa vie prend donc la forme d'Amanda, petite fille qui apparaît dans le miroir de l'enfant mais qui semble capable d'influer sur le monde réel, en s'en prenant violemment à ceux qui font du mal à Jamie, par exemple.
Dans la deuxième partie, Jamie est adulte, et le roman prend une nouvelle dimension, toujours aussi portée sur la sensibilité, avec le père de Jamie qui souffre de la maladie d'Alzheimer. C'est assez symbolique, dans un roman où la mémoire a une grande place : les papillons de nuit qui semblent être les émissaires des fantômes dans ce roman, sont dits capables d'apporter l'oubli, et Jamie a lui-même tout oublié de ses rencontres avec son amie imaginaire à partir du jour où il a brisé le miroir.
Le récit s'accélère brusquement au moment où Jamie achète la fameuse demeure de Wild Fell. le roman prend une tournure de plus en plus inquiétante, même effrayante, lorsque Jamie s'aperçoit qu'il est peut-être le jouet de fantômes qui l'ont manipulés pour le faire venir jusqu'ici. Peu à peu, tout se trouve expliqué, de l'enfance de Jamie avec son amie Amanda jusqu'aux secrets horribles enfouis dans la mémoire de Jamie, en passant par la vérité sur les derniers occupants de Wild Fell. La toute fin prend une dimension presque horrifique avec la confrontation entre Jamie et ses fantômes.
En conclusion, Wild Fell est une bonne histoire de fantômes, mais pas que. En effet, je l'ai trouvée un peu à part, grâce à ce côté très humain et sensible, qui donne du réalisme aux personnages et les rends touchants.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
CarolinaBouquine
  25 octobre 2017
J'ai choisis ce livre pour ma PAL spéciale Halloween. Son résumé me donnait envie, ça parle de fantôme, de maison hantée et c'est tout ce que j'aime.
Dans « Wild Fell », on va suivre Jameson, qui va faire l'acquisition d'une demeure inhabitée depuis des années et dont les propriétaires sont morts depuis bien longtemps. A son grand étonnement, Wild Fell (le nom de la maison) est plutôt bien conservée, c'est donc rapidement qu'il décide d'y emménager. Seulement voilà, un mystère plane autour de cette propriété ainsi qu'autour de Jameson puisqu'il qu'au moment où il entre dans la maison, il a comme un sentiment de déjà vu.
Il faut savoir que cette histoire est divisée en trois grandes parties.
Dans la première l'auteur nous présente la demeure. On va en apprendre un peu plus sur l'histoire ainsi que les légendes qui planent autour de « Wild Fell ». Dans la deuxième partie l'auteur nous présente le personnage de Jameson. Ici, on va suivre Jameson depuis son enfance. Et il s'avère que des phénomènes étranges se produisaient autour de lui. On va aussi apprendre qu'il avait une amie particulière, une amie qui vivait dans un miroir et qui s'appelait Amanda. Et enfin, dans la troisième partie, tous se relie. Jameson achète Wild Fell et des choses étranges vont lui arriver.
Si vous aimez l'horreur, les histoires de fantômes ou si tout simplement vous souhaitez lire un livre d'épouvante pour cette période d'Halloween, alors lisez « Wild Fell » de Michael Rowe !
Dès les premières pages le ton est donné et le lecteur est plongé dans l'univers sombre et angoissant de l'auteur. L'intrigue est bien menée, j'ai beaucoup aimé la façon dont l'auteur amène les choses. le fait d'avoir trois parties distinctes mais qui finalement se rejoignent accentue le côté suspense ainsi que le côté mystérieux de cette histoire. Jusqu'à la toute fin Michael Rowe nous tient en haleine. Dans la forme c'est un livre original, unique, plutôt bien exécuté et la plume de l'auteur est agréable. Les détails sont impressionnants, la description de la demeure est magnifique, on s'y croirait presque et en terme d'horreur vous ne serez pas déçue.
L'horreur, l'épouvante sont des genres que j'aime bien lire mais qui parfois sont bien en dessous de mes attentes. Alors certains livres donnent des frissons, d'autres sont dérangeant, d'autres sont gores ou bien malsain etc… Et bien Wild Fell c'est un mélange de tout ça (hormis le côté gore). C'est une histoire angoissante, qui personnellement m'a fait vraiment peur. L'ambiance de ce livre est dérangeante, pesante, on se sent mal à l'aise, on a le coeur qui s'emballe, la chair de poule. C'est une histoire qui ne vous laissera pas de marbre j'en suis certaine. J'ai eu l'idée stupide de lire ce bouquin le soir et je peux vous dire que j'ai dormi avec la veilleuse allumée (Si, si, je vous jure !). Et pourtant je ne suis pas froussarde.
C'est un livre qui, globalement, est très captivant. Cela dit il a un défaut pour moi c'est que certains passages, certaines scènes, notamment dans la deuxième partie, sont beaucoup trop longues. L'auteur s'attarde sur des détails pas spécialement insignifiants car ils sont pour la plupart nécessaires pour comprendre la suite des événements, mais disons qu'il aurait pu aller directement à l'essentiel. Les chapitres sont terriblement longs aussi donc difficile de faire une pause. J'ai vraiment pensé à un moment, qu'il brodait des pages et pages et que la fin aller être décevante, mais heureusement ça n'est pas le cas. Une autre petite chose aussi m'a fait tiquer dans ce récit c'est le manque d'explications. J'ai trouvé l'histoire originale, bien menée, flippante, là dessus pas de soucis mais à la fin j'avais des dizaines de questions qui sont restées sans réponses et du coup je suis un peu sentie frustrée. La notion du temps et de la réincarnation ici méritaient un peu plus de détails pour le coup. Et je n'ai toujours pas compris pour quelle raison Brenda et son petit ami sont morts. Je ne suis même pas sûre qu'il y en ait une ou alors je suis passée à côté ce qui est peut-être possible.
En conclusion je dirai que Wild Fell en terme d'horreur et d'épouvante rempli amplement son job. C'est le premier livre qui m'a réellement donné la chair de poule, la vrai. Croyez moi, j'ai sentie mon coeur s'emballer plus d'une fois. Cela dit il y a eu quelques petites longueurs et des questions sont restées sans réponses. Ça méritait peut-être un peu plus d'explications et d'approfondissement sur la fin. Mais globalement c'est un excellent livre d'horreur que j'ai beaucoup apprécié et que je recommande vivement surtout pour la période d'Halloween. Vous ne serez pas déçus !
Lien : https://carolinabouquine.wor..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
EstelleRokweel
  21 novembre 2017
Etrange histoire dont la fin me laisse perplexe.
En guise d'ouverture nous avons la mort tragique de Brenda et Sean, devant Wild fell, dans les années 60, puis le chapitre 1 s'étale curieusement sur presque la moitié du roman.
On y fait connaissance de Jameson, Jamie pour les intimes, qui est un jeune garçon presque effacé en société car sa carrure frêle lui attire des brimades des autres garçons. Nous sommes dans les années 70. Jameson est très proche de son père, à peine de sa mère, et a pour meilleure amie une fille qui aime se faire appeler Hank.
Jameson a 9 ans quand il découvre Amanda dans son miroir. Une sorte d'amiroir comme il aime l'appeler, car c'est pour lui une amie imaginaire avec laquelle il discute par le biais de son miroir. Imaginaire ? peut-être pas tant que ça quand des faits étranges se produisent et qu'elles les revendiquent.
Enfin arrive LE moment d'évoquer sérieusement Wild fell !
Pendant quelques rapides chapitres malheureusement. Jameson a la quarantaine désormais et devient le nouveau propriétaire de la demeure du XIXè et de l'île sur laquelle elle est bâtie.
Les rencontres étranges s'enchaînent, l'ambiance glauque est parfaite, entraînant Jamie, et nous par la même occasion, dans une confusion des plus totales.
Mais quand les explications (plus que des révélations) tombent, je suis totalement larguée !
Je me suis accrochée tant bien que mal, mais j'ai fini par laissé tomber. Je n'ai pas saisi tous les mystères de Wildfell, ce qui ne m'a pas dérangée plus que ça, en revanche, ne pas savoir ce qu'il advient de Jameson est particulièrement cruel à mes yeux et me laisse une impression d'inachevé.
Par curiosité vous pouvez lire cette Ghost Story, mais n'en attendez pas trop selon moi. Par contre, si les histoires de miroirs hantés vous intéressent, je vous recommande un film plutôt pas mal, The Mirror, sorti en 2013.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20

Citations et extraits (13) Voir plus Ajouter une citation
alberthenrialberthenri   22 juillet 2020
Pour ceux qui savent écouter, une maison n'est jamais silencieuse dans le noir ; on murmure dans les pièces lointaines, une main mystérieuse tourne la poignée d'une fenêtre, la clenche se soulève. les fantômes ont été créés quand le premier homme s'est réveillé pendant la nuit.
J.M Barrie, "The little minister".
Commenter  J’apprécie          150
AntyryiaAntyryia   19 septembre 2016
Le corps paraissait enveloppé dans un voile blanc. Armellini crut d'abord avoir affaire à une sorte de gaze, avant de comprendre qu'il avait sous les yeux des milliers de papillons de nuit noyés, pattes et ailes entrelacées ; accrochés les uns aux autres et au cadavre de la fille, ils formaient un genre de linceul et tressaient des guirlandes mortuaires dans ses cheveux.
Commenter  J’apprécie          90
AntyryiaAntyryia   19 septembre 2016
Pourtant, ce que Brenda voyait était impossible, elle le savait. Ce n'était pas réel. Personne ne marchait sur l'eau. A part Jésus, peut être, mais c'était il y a longtemps. Et Jésus n'avait certainement pas choisi de faire son grand retour dans ce lieu perdu, bien en vue de Blackmore Island et de la maison cachée derrière la petite forêt de pins blancs balayée par le vent. Pas cette nuit, pas ici.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
AntyryiaAntyryia   23 septembre 2016
Si la nécessité est vraiment la mère de l'invention, alors le désespoir est peut-être le père de la mémoire.
Commenter  J’apprécie          140
marlene50marlene50   09 mai 2018
De tous les fantômes, ceux des amours perdus sont les pires ".
( Arthur Conan Doyle "les mémoires de Sherlock).
Commenter  J’apprécie          80

autres livres classés : maison hantéeVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox

Autres livres de Michael Rowe (1) Voir plus




Quiz Voir plus

Famille je vous [h]aime

Complétez le titre du roman de Roy Lewis : Pourquoi j'ai mangé mon _ _ _

chien
père
papy
bébé

10 questions
1140 lecteurs ont répondu
Thèmes : enfants , familles , familleCréer un quiz sur ce livre

.. ..