AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2266271520
Éditeur : Pocket Jeunesse (05/01/2017)

Note moyenne : 4.07/5 (sur 183 notes)
Résumé :
Simon Snow est entré en dernière année d'école de magie à Watford. Il aimerait étudier tranquillement mais, dès son arrivée, Agatha rompt avec lui et le mage tente de l'isoler pour le protéger de Humdrum. Baz, son ennemi juré, arrive à l'école avec six semaines de retard et se rapproche de lui pour découvrir qui est responsable de la mort de sa mère.
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (105) Voir plus Ajouter une critique
jainas
  14 décembre 2015
Carry On pourrait simplement être abordé comme un bon roman de fantasy jeunesse avec un Élu et une l’école de magie… mais je trouve vraiment dommage de ne pas donner son contexte de création, qui du moins à mes yeux le rend incomparablement plus cool.
Si l’aspect meta ne vous branche pas, vous pouvez directement passer à la case de la critique.

Fangirl et la genèse de Simon Snow
Il était une fois Rainbow Rowell.
Rainbow est une auteur de littérature pour jeune adultes qui a déjà plusieurs best-seller a son actif et décide d’écrire un nouveau roman : Fangirl.
Dans Fangirl, on suit Cath, dont le fandom est Simon Snow, série de romans jeunesse au succès planétaire, écrit par la célèbre Gemma T. Leslie et qui raconte les aventures du héros éponyme, élu magique de son état, lors de ses années d’étude à l’école de magie Watford. Non seulement Cath écrit des fanfics sur Simon Snow, mais elle le slash avec son rival de toujours, Tyrannus Basilton Pitch, dit Baz. Sa fanfic fleuve intitulée Carry On est sa version du 8ème et dernier opus de la saga, qu’elle veut absolument finir avant la sortie de ce dernier tome et des petits extraits en parsèment le roman, familiarisant les lecteurs avec les personnages et les rendant attachant… et les laissant sur leur faim quand à la chute de Carry On !
Rainbow Rowell aurait pu s’arrêter là, mais elle a décidé de pousser la transformation plus loin et d’écrire un roman intitulé Carry On, se situant dans l’univers de Simon Snow. Le 8ème et dernier, pour être exact. Pas la version de Cath que l’on entrevoit dans Fangirl, pas la version -fictive- de Gemma T. Leslie non plus, mais la sienne.
Pour récapituler, Carry On est donc un roman inspiré par une fanfic slash épique jamais écrite, sur les personnages d'une œuvre qui n’existe pas : c'est à la fois fantastique et incroyablement meta. Je ne sais pas vous, mais moi, ça me fait tripper.

Carry On Simon!
Nul besoin d’être une fangirl pour se rendre compte que Simon Snow est fortement inspiré de Harry Potter, que son meilleur ennemi (et peut-être plus si affinité) Baz est donc très logiquement Draco Malfoy et qu’à l’avenant, d’autres personnages et lieux trouvent une source plus ou moins flagrante dans la saga de JK Rowling. Penny pourrait être Hermione, le Mage Dumbledore, Agatha Ginny… Et Watford est bien évidemment Poudlard.
Sauf que non ! La fonction tenue dans le récit (mentor, meilleure amie, etc) peut sembler globalement la même, mais pour autant les personnages comme l’histoire sont bien loin d’être un simple copié-collé de l’univers Harry Potter. Rowell écrit des personnages bien distincts de leurs alter ego, ayant leurs personnalités et leurs défauts... ainsi que leurs problèmes bien à eux.
Carry on est drôle, bien pensé, plein d’aventures et d’un peu de romance, et apporte plein de twists très ingénieux à de nombreux éléments de l’univers Potterien.
Car Carry On a plein de point très réussit :
- le système de magie
La magie dans l’univers de Simon Snow est basée sur la parole, qui permet de façonner le pouvoir. Et plus les mots ont été répétés, plus ils sont chargés, efficaces. Les sortilèges dans le Simonverse sont donc des expressions, des paroles de chansons, des vers de Shakespeare ou des dialogues de films devenue cultes… C’est super ingénieux et ça donne quelques moments très drôles.
- l'exposition et l'univers
Le choix de situer le roman lors de la 8ème année de Sinon est plutôt culotté : pour faire la comparaison qui s’impose c’est un peu comme si quelqu’un n’ayant jamais lu Harry Potter attaquait la saga par les Reliques de la Mort ! Et pourtant cette entrée de plein pied dans l'univers marche. En partie parce que les archétypes sont déjà connus et que l’on n’a pas besoin de beaucoup pour accepter que Simon a été durant toute sa scolarité magique la cible d’attaques du mystérieux et maléfique Insidious Humdum. Mais surtout parce que c’est bien écrit, que le point de vue de Simon est tout de suite prenant et qu’il n’y a guère besoin de se faire prier pour se laisser entrainer dans son univers, à la rencontre de ses amis comme de ses ennemis.
On découvre progressivement l’univers, et si on a parfois des échos de lecture de fanfic au fil du roman je n’ai jamais trouvé cela vraiment gênant, et l’univers de Sinon est suffisamment fort et singulier pour se détacher de sa source.
- les personnages
Parlons en, justement, des persos.
Sans entrer dans les spoilers, j’ai adoré ce qu’a fait Rowell de certains personnages, c’est une auteur qui a le chic pour construire et caractériser des personnages qui semblent presque réels, dont les motivations et les actions ont un sens interne : Pénélope, indienne rondouillarde et talentueuse et ses parents qui sont top (je suis fan de Penny) ; Baz, beaucoup moins arrogant qu’il n’y parait et vampire présumé aussi obsédé par Simon que Simon l’est par lui ; le Mage (laissez-moi vous dire que Dumbledore s’en prend plein la tronche par procuration) ; Ebb la gardienne de chèvres de Watford ; Agatha, la petite amie de Simon… Et bien sûr Simon lui-même, sa magie explosive et le poids qui pèse sur lui, sa relation avec le Mage et celle avec Baz…

Carry On n’est pas le premier roman à puiser dans ce que j’ai envie d’appeler la Matière Potterienne (on peut noter A hero at the End of The World et probablement d’autres qui ne me viennent pas en tête)... mais ce n’est probablement pas le dernier, et je trouve qu’il accomplit l’exercice avec beaucoup de créativité. Il n'est pas parfait évidemment, mais je lui pardonne bien volontiers ses défauts pour le grand plaisir de lecture que j'en ai tiré.
TL;DR : A lire si vous aimez l’une des choses suivantes :
- Harry Potter,
- la littérature YA avec de la magie et de l’aventure
- le meta et/ou les fanfics
- les bonnes histoires
- les romances gay
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          165
Mikasabouquine
  29 janvier 2017
Carry on, carry on
Cela fait un petit moment que j'ai terminé ce livre mais il m'a tellement habité après ma lecture que j'ai eu du mal à faire ma critique.
J'ai longuement hésité entre 4/5 et 5/5, car je l'ai absolument adoré mais il a quelques petits défauts… Entre temps est arrivé sur Babélio l'option de la demie étoile. Parfait ! Voilà qui m'enlève une épine du pied. Ce sera donc un 4,5/5.
Pour commencer, je suis obligée de replacer ce livre dans son contexte.
- « Carry on » c'est quoi ?
- C'est la fanfiction fictive d'une oeuvre fantastique fictive. (réponse à relire deux fois pour une bonne compréhension lol)
Délirant non ? Moi je trouve ça carrément génial et audacieux ! Rien que le concept j'adore !
Ce roman est donc étroitement lié (plus que ça même) avec le roman «Fangirl», de la même auteure, qui met en scène une jeune fille fan d'une série fantastique à succès qui souhaite écrire le 8ème et dernier tome de cette série avant que l'auteure ne le publie. « Carry on » est donc ce 8ème et dernier tome écrit par le personnage principal de «Fangirl».
La fameuse série fantastique à succès dont il s'agit est particulièrement proche d'Harry Potter. En effet, Rainbow Rowell dans son livre «Fangirl» fait une sorte d'hommage à Harry Potter, et a donc créé une saga fictive fantastique très similaire à notre sorcier mondialement connu. Mais attention, il ne s'agit pas d'un copié/collé, loin de là…
« Carry on » commence sur les chapeaux de roue avec une très belle énergie. C'est tout de suite dynamique et immersif. Les 50 premières pages m'ont fait une forte impression.
On peut associé dès le départ Simon Snow à Harry Potter, Baz à Malefoy, Penny à Hermione, le mage à Dumbledore, Watford à Poudlard…etc… La ressemblance est frappante et pourtant c'est un plaisir ! J'ai aimé les personnages dès le début, ils sont haut en couleur, ont du caractère et une vraie personnalité.
Premier petit défaut (et il n'y en a que deux), passé ce début très punchy j'ai ressenti quelques petites longueurs jusqu'à la page 180 (environ)… Mais rien d'insoutenable non plus, j'avais simplement très hâte de rencontrer Baz. Je sentais que son arrivée allait vraiment apporter un truc-en-plus au récit et je ne me suis pas trompée… En revanche, l'auteure m'a extrêmement surprise… !
Je n'ai plus pu lâcher le livre à partir de cet instant. Waouh. Mais quelle claque ! J'ai absolument adoré ma lecture (je sais je l'ai déjà dit, mais j'ai vraiment adoré ! lol). J'ai dévoré ce livre. À partir de cet instant, l'histoire prend un tournant auquel je ne me suis absolument pas attendu, et se détache d'Harry Potter. L'auteure a su, malgré de très fortes ressemblances, créer un univers avec une vraie identité. J'ai été complètement envoûtée. Dans « Carry on » il y a de très bonnes idées (la trouvaille des formules magiques par exemple : excellent !), l'humour est un vrai point fort également. Les répliques sont cinglantes, les protagonistes ont tous un répondant d'enfer. Ils sont tous très attachants d'ailleurs, sauf peut-être Agatha que j'ai trouvé insipide.
Mais ce que j'ai pu aimer suivre Simon et Baz dans leurs aventures !
Gros point fort également, l'auteure nous offre les points de vue de divers personnages. Ainsi, nous connaissons les ressentis et pensées de Simon, Baz, Penny, Agatha, Lucy, Ebb ou encore le Mage…etc et j'ai beaucoup apprécié être dans leur peau respective.
Dernier point fort ; c'est un tome 8. Et oui, un tome 8 ne l'oublions pas. Ce n'est pas le fait que ce soit le 8ème et dernier tome de la série qui est un point fort, mais le fait que l'on n'est pas eu droit aux 7 premiers (et quel dommage d'ailleurs, je me serai fait une joie de les suivre !) Je ne peux que saluer la performance. Fictivement, c'est un dernier tome et pourtant à aucun moment le lecteur n'est perdu. L'auteure a su parfaitement gérer son imagination, l'équilibre est parfait. On a vraiment l'impression de lire un dernier volume mais on a tout autant l'impression d'avoir vécu de nombreuses aventures avec eux. Bravo. En revanche, petit bémol (deuxième et dernier), il m'a manqué quelques réponses à la fin. Il y a certains points qui restent en suspens... Et certains autres où nous lecteur avons la réponse mais pas les protagonistes… et cela m'a un peu frustré.
Par contre, peut-être est-ce parce que l'auteure s'est laissé une fenêtre ouverte afin de poursuivre l'aventure si toutefois ce tome fonctionne ? Qui sait ? peut-être… ? Si c'est le cas, je serai au rendez-vous avec grand plaisir ! J'en redemande ! J'aimerai tellement repartir avec Simon et Baz l
« Carry on » est donc un coup de coeur, c'est un livre qui m'a habité. L'univers magique est envoûtant et la romance est sublime. À découvrir absolument !
Et en plus vous n'avez même pas besoin d'avoir lu «Fangirl» pour comprendre! À la base je ne connaissais pas. Mais j'ai du coup très envie de découvrir ce livre à l'origine de cette histoire et je le ferai!
Carry onRainbow Rowell!
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          133
Orphan
  17 février 2017
Oh, par Crowley... ! Si vous saviez combien j'ai aimé ce livre. Et je le relis sans cesse encore maintenant. Tous les soirs je m'endors en lisant une des citations que j'ai surligné dans le bouquin, pour vous dire combien j'en suis devenue folle.
Si vous saviez mon Dieu. Je n'ai même pas les mots, je vais tout de même essayer de formuler une critique constructive, même si je dois bien l'admettre, l'amour que je porte à ce livre va obscurcir mon jugement, et bon nombre d'entre vous ne seront peut-être pas d'accord avec moi.
Rares sont les fois où je me plonge autant dans un livre, où je m'immisce totalement dans un monde, magique ou non. Mais dès les premières lignes de Carry On, j'ai plongé, tête baissée, jusqu'à me dire que j'étais un personnage à part entière, moi aussi.
Simon Snow n'a rien, mais alors vraiment rien de l'Élu. Tout le monde n'a de cesse de lui répéter qu'il est le magicien le plus puissant du monde, mais il n'a jamais cru personne. Il ne maitrise pas ses pouvoirs, et pour ne rien arranger, sa vie prend une tournure tout à fait inattendue.
Après avoir trouvé sa petite amie main dans la main avec son pire ennemi, Baz, au fond de la foret de Wavering, et que le Mage n'est pas vraiment présent pour lui ces derniers temps, Simon a l'impression d'être seul. Mais deux choses lui donne envie de ne pas perdre totalement espoir : Pénélope, et son irrépressible obsession pour Baz.
Je ne connaissais même pas Rainbow Rowell avant d'avoir lu Carry On, je n'avais jamais lu Eleanor & Park ou Fangirl, du coup, je ne savais pas que l'univers de Simon Snow était tiré d'un précédent bouquin de l'auteure.
Je ne regrette pas, vraiment pas de ne pas avoir connu Rainbow avant. Car Carry On a laissé en moi une marque indélébile que j'aurais sans doute moins apprécié si j'avais lu Fangirl avant.
Il est vrai que l'histoire fait énormément pensé à Harry Potter, ça ne m'a absolument pas dérangé en fait, sachant que j'adore les livres de JKR, j'étais au contraire enchantée de pouvoir de nouveau me plonger dans un monde magique et inconnu. de plus, il y a quand même des différences remarquables entre les deux univers, donc pour moi, aucun soucis.
Dès les premiers chapitres, je ne savais pas pourquoi mais je VOULAIS que Baz et Simon soient ensemble. Ils le devaient, c'était une évidence, mais seul eux ne le voyaient pas.
Je répète que je n'avais pas lu Fangirl avant, ce qui prouve bien que Rainbow Rowell a su parfaitement placé quelques sous-entendus par-ci par-là avant même que Baz parle de ses sentiments pour Simon.
Je vais m'attarder davantage sur l'évolution des personnages, que j'ai trouvé magique. Quoi qu'UN POIL cliché quelques fois, mais sans pour autant que ça devienne lourd.
Je vais commencer par Baz, l'amour de ma vie de ce putain de livre, excusez moi l'expression. Son cynisme et son arrogance n'ont cessé de me faire rire. Au début, on ne l'aime pas plus que ça, parce que c'est l'ennemi de Simon, et que Simon est la seule personne de confiance à laquelle on se raccroche. Mais dès que j'ai commencé à voir son point de vue, je l'ai a-do-ré. Il donne, certes, l'air de se sentir supérieur et égoïste, en réalité il n'en est rien. Il aime sa famille, plus que tout, et il ferait n'importe quoi pour la protéger. Et on comprend qu'il a un coeur, un vrai, et malgré le fait qu'il soit un vampire, il est bien vivant. (Mais bon, il aime tout de même se sentir supérieur, et il aime aussi le rappeler)
Simon. Ah. Simon. Je l'ai aimé quand Baz a touché à lui. Ce que j'ai le plus aimé dans leur relation aussi fusionnel que cassante, c'est qu'ils se transforment de manière positives l'un pour l'autre, chose qu'ils croyaient totalement impossible. Et pourtant...
On pourrait penser à une histoire d'amour un peu cucul entre deux ados. Et sur ce point je ne vais pas vous contredire, il est vrai qu'il y a des scènes un peu "clichés". Mais l'humour de Baz et l'honnêteté de Simon donne un mélange délicieux au livre et à ces fameux moments de tendresse. Dans les scènes romantiques, on peut se retrouver à rire bêtement avec eux, dans des scènes qui semblent futiles, on peut y trouver des phrases très symbolique au final.
Je vous donne un exemple parmi des milliers : A un moment, Baz et Simon se retrouvent en costume pour un diner, et ils se trouvent charmant mutuellement. Mais ce qui rend cette scène adorable, c'est que jamais ils n'oseront se le dire parce qu'ils sont comme ça; bornés. de plus, l'auteure décrit cette scène de façon très subtile, de fait, si on est pas totalement imprégné de l'histoire, on a surement pas pu comprendre la scène et comment l'auteure avait placé le sous-entendu.
Quand enfin ils osent se dire qu'ils se trouvent beaux dans leur costumes, cela donne un moment romantique, tendre, frais, sexy. Bref, le contraire d'une scène lourde à la Bisounours.
Il y a des personnages que j'ai détesté, comme Agatha. Et d'autres que j'ai adoré, comme Nicodemus. Comme dans tous les bons bouquins au final. Vous êtes tellement ancré dans l'histoire que vous vous retrouvez parfois à crier dans votre lit contre des personnages fictifs. Ridicule, mais merveilleux en même temps.
Si il y a une chose, une toute petite chose que je pourrais reproché à Carry On, c'est la rapidité de la fin. Sans doute parce que j'aurais voulu que ce livre ne se termine jamais à dire vrai.
J'aurais voulu avoir le point de vue de Nicodemus sur la mort de sa soeur, ou même en savoir un peu plus sur sa relation avec la tante de Baz par exemple... Je pense qu'il y a plein de petits détails assez futiles qui auraient pu être rajouté dans cette fin.
Malgré tout, elle n'en reste pas moins riche en sagesse et en leçon de vie. C'est ce que j'aime le plus dans les livres de Rainbow Rowell : sa façon d'écrire, et la morale. Cette façon qu'elle a de nous faire oublier tous les petits défauts du livre en une phrase finale parfaite. Qui vous fait regretter de l'avoir déjà terminé. (C'est pourquoi je le lis une troisième fois en ce moment d'ailleurs...)
Le fait qu'on change de point de vue très souvent donne beaucoup de dynamisme, ceci ajouté à la plume de RR, c'est un livre qui se lit très rapidement malgré ses nombreuses pages.
Que pourrais-je vous dire d'autres pour vous convaincre d'acheter ce livre ? Je ne sais pas. Je pense qu'avec ce type d'oeuvres, soit ça passe, soit ça casse.
Mais si vous aimez la magie et les romances pas comme les autres, alors foncez, n'hésitez pas. Et plongez, tête la première, avec Simon Snow et Tyrannus Basilton Pitch dans le Monde des Mages.
Vous n'en sortirez jamais totalement.
Simon Snow n'a rien, mais alors vraiment rien de l'Élu. Et pourtant, Baz l'a élu, lui.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          93
Clem_5
  13 septembre 2017
Après Eleonor & Park, me voici avec un deuxième gros coup de coeur pour un roman de Rainbow Rowell : Carry On. A partir d'un certain stade de l'histoire on peut même dire que ce livre a hanté mes journées. Je n'avais qu'une seule hâte c'était de m'y replonger.
Je tiens à préciser que je n'ai pas lu Fangirl. J'avais vaguement entendu parler du fait que Carry On était un livre dont il était question à l'intérieur de l'histoire de Fangirl, mais le temps que je le lise j'avais totalement oublié qu'il s'agissait d'un livre fictif dans une autre fiction de l'auteur. J'ai donc lu Carry On comme un roman à part entière, totalement séparé de toute autre histoire.
Carry On c'est comme si Harry Potter (Simon Snow) commençait à raconter son histoire lors de sa dernière année à Poudlard (Watford), qu'il avait comme colocataire Drago Malefoy (Baz) et que ce dernier en plus d'essayer constamment de l'éliminer depuis des années avait jeté son dévolu sur Ginny (Agatha). Hermione (Penelope), l'élève brillante, est toujours là pour venir en aide à Harry/Simon qui est un sorcier (mage) superpuissant, mais qui n'a aucun contrôle sur ses pouvoirs. de son côté Dumbledore (Le Mage) essaie de protéger Harry/Simon de Voldemort (The Humdrum) qui fait petit à petit disparaître la magie de la terre tout en essayant de le tuer.
Les rôles par rapport à l'intrigue "magique" sont calqués sur le roman de J.K. Rowling, mais le parti pris de Carry On est différent. On s'en fiche presque de la magie et de The Humdrum. Rainbow Rowell a choisi de se concentrer sur les relations entre les personnages. C'est là qu'est ce petit truc en plus chez elle qui m'avait déjà fait chavirer pour Eleanor & Park. Carry On est donc davantage un roman "sentimental" qu'un roman fantastique. Ce n'est pas pour autant cul-cul et il y a aussi beaucoup d'humour dans la manière d'écrire de l'auteur.
J'ai beaucoup aimé l'univers magique où il faut utiliser des phrases célèbres comme sorts pour qu'ils soient puissants. Mention spéciale au "Have a break, have a Kit Kat" qui m'a bien fait rire. Je suis curieuse de voir comment toutes ces phrases ont été traduites en français. On entre très rapidement dans l'univers des mages puisqu'on le connait déjà avec Harry Potter, mais à aucun moment le fait que ce soit largement inspiré de J.K. Rowling ne m'a posé problème, ça reste une autre histoire.
Mon personnage préféré est sans aucun doute Baz, j'ai adoré son côté torturé. L'histoire prend tout son sens au début du livre 2. le livre 1 n'est pas pour autant inintéressant et inutile au reste de l'histoire, il nous permet de bien entrer dans la peau de Simon, mais c'est à partir du livre 2 que l'on comprend les vrais enjeux de l'histoire. J'ai d'ailleurs été étonnée que ce roman soit découpé ainsi, en livres, ça aurait très bien pu être différents tomes séparés, surtout qu'il s'agit d'un gros pavé. C'est peut être pour garder de la cohérence avec Fangirl. Ceci dit heureusement que le livre était assez gros, sinon j'aurais pu le lire d'une seule traite. L'écriture de Rainbow Rowell est particulièrement fluide, c'est difficile de lâcher son roman.
Je me suis beaucoup attachée à Simon et Penelope aussi. le premier qui subit la pression d'être l'Elu sans parvenir à maîtriser sa puissance et la deuxième qui est elle une sorcière très douée et prête à tout pour venir en aide à son ami. Tous les personnages prennent part à la narration, même certains secondaires - c'est peut être un peu trop d'ailleurs - mais personnellement j'attendais toujours avec beaucoup d'impatience celles de Baz et Simon. Ils vivaient les choses très différemment, Penny aussi ceci dit, ça donnait du relief aux relations entre les personnages. Je n'appréciais pas Agatha, mais sa narration apportait un point de vue totalement différent sur tout ce qui se passait dans leur monde donc pourquoi pas.
J'ai tout de même un petit bémol à signaler - il n'est pas si dérangeant vu le "coup de coeur", "5/5", "roman qui hante mes journées" - : la fin est beaucoup trop rapide et je n'ai pas aimé l'épilogue . ça m'embête de laisser les personnages comme ça. le dénouement m'a plu - c'est pas une grosse surprise pour le lecteur, mais ce n'est pas vraiment ce qui importe dans ce roman -, ce qui m'a un peu dérangée c'est que l'histoire de pas mal de personnages n'était pas totalement terminée. La fin d'Agatha était logique, celle de Baz aussi ça pouvait aller, mais quid des autres personnages ? Pas mal d'entre eux restent dans l'ombre d'éléments importants de ce qui les a amenés dans cette guerre. Seul le lecteur est dans la confidence. J'aurais aimé voir comment ils réagissaient à de telles informations. le titre du livre n'est pas forcément transcendant non plus, mais ça ne change rien au coup de coeur.
Bref, j'ai maintenant très envie de lire Fangirl, dans l'espoir de retrouver Baz et Simon. Je ne relis quasiment jamais de livres, mais là j'ai bien envie de m'y remettre immédiatement. Je suis officiellement fan de Rainbow Rowell, encore un 5/5 pour elle !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
BOOKSANDRAP
  16 février 2017
> https://booksandrap.wordpress.com/2017/02/16/carry-on-rainbow-rowell/

Avis : Je louchais sur Carry On depuis sa sortie. Je n'avais jamais lu de Rainbow Rowell, mais j'en avais entendu beaucoup de bien, et pour le coup j'étais vraiment curieuse de voir ce que pouvait donné cette histoire. Je vous rassure, on peut parfaitement le lire sans avoir au préalable découvert Fangirl. Ça ne pose aucun soucis !

Pour être honnête j'avais un peu peur de ce que ça allait donner, j'avais peur de ne pas accrocher ou d'avoir eu trop d'attentes.. Et au final j'ai adoré !
J'ai savouré ce bouquin. J'aurais pu le lire en 2 jours tant c'est addictif et prenant, mais j'avais envie tout particulièrement de prendre mon temps avec cette histoire et de ne pas me précipiter. Et qu'est-ce que j'ai eu raison.
L'auteur crée un univers qui m'a complètement subjuguée. C'était véritablement immersif, et ça c'est génial dans le sens où quand on rentre dans un monde fantastique comme celui de Simon avec des créatures et de la sorcellerie on à besoin d'y être plongés à 100%, on a besoin que ce soit visuel et que le lecteur arrive à y croire sinon on peut vite décrocher. L'univers est riche, complexe et merveilleusement magique. Une réussite.

Ça à beau être une jolie petite brique de plus de 500 pages, on ne s'ennuie jamais.
Et on ne s'ennuie jamais car il y a énormément de rythme. Et ça c'est un bon point. On tourne les pages à une vitesse folle, les chapitres défilent et en un rien de temps et sans s'en rendre compte on à dévoré la moitié du livre. Il se passe toujours quelque chose. On suit plusieurs intrigues à la fois, et ça j'aime bien dans les romans jeunesse car ça apporte vraiment ce petit piquant, et ce coup de fouet quand parfois l'histoire aurait tendance à trop trainer en longueurs.

Certains peuvent être dérangé par le côté remake de Harry Potter, moi c'est justement ce que j'ai adoré.
Je ne lis que très peu, ou même quasiment jamais de fantasy. Les seuls livres fantastique que j'apprécie vraiment sont les HP et quand je me suis plongée dans Carry On, on ne peut que faire le rapprochement. Un trio haut en couleur, de la romance, du danger, une école magique, un Elu, des créatures. Et pourtant c'est très différent.
Si vous avez peur de commencer cette histoire uniquement car vous pensez que c'est une copie de la célèbre saga, vous passez vraiment à côté de quelques chose.
Moi aussi j'avais quelques craintes, mais une fois plongée dans l'histoire tout est mit de côté car Simon n'est pas Harry et l'univers à ses propres codes bien à lui. Bien sur que ça ressemble mais il y a également tellement de choses qui diffèrent. Ils n'utilisent pas la magie de la même manière, ils ne la ressentent pas non plus de façon identique. Les créatures sont inventées, le grand danger n'est pas ce qu'on attendait… Même la romance est particulière ! Ne soyez pas freinés, ne vous mettez pas des barrières. le schéma est le même mais tout est radicalement différent alors ne restez pas bloqués sur vos aprioris.
Je voudrais rapidement parler de Baz qui à été mon plus gros coup de coeur avec Pénélope. C'est un personnage qui m'a énormément fait penser à Drago Malefoy, qui était mon petit préféré. J'ai trouvé que c'était un parfait mélange d'arrogance et de gentillesse. Je suis totalement tombée sous le charme malgré sa condition (et ouais j'ai peur de rien haha). Je ne vous en dis pas plus vous le découvrirez bien vite dans le roman.

Je suis peut-être un poil déçue par le côté trop jeunesse de l'histoire.
Je m'attendais peut-être à quelque chose qui envoyait plus du paté. J'ai passé un super moment, ça je ne le retirerais pas, mais j'ai trouvé que c'était peut-être un peu moins poussé que ce que je m'attendais à découvrir. Ca reste un peu trop enfantin dans le déroulement des choses, dans les affrontements… Dans les sorts également ça faisait vraiment trop jeunesse, mais tout se goupille bien, et de manière crédible et ça c'est important de le souligner. L'auteur part dans tout les sens mais suit quand même un fil conducteur, et pour le coup en tant que lecteur on arrive à suivre. Il y a des révélations que je n'avais pas vu venir, j'ai été surprise et vraiment enchanté par certains passages.

Je terminerais par vous parler de l'aspect romance du livre.
Elle ne prends absolument pas le pas sur l'intrigue et sur l'action. Elle n'apparait déjà que tardivement dans le livre et ça reste relégué en second plan, n'ayez pas peur du côté niais et guimauve, c'est une histoire d'amour hors du commun qui se développe dans Carry On. C'est un couple que je n'avais pas vu venir. Une histoire d'amour lumineuse, volcanique et tellement inattendu !
On se laisse carrément surprendre et ça marche ! C'était un vrai plaisir de les voir s'appréhender et s'aimer. Une grande réussite et une mention spéciale pour l'audace qu'à eu l'auteur. C'était vraiment brillant.

« Carry On » est lecture addictive, rythmée, tendre et renversante.
Un Young-adult fantastique mêlant à la perfection magie et suspense qui vous fera oublier pendant plus de 500 pages le monde autour.Vous n'aurez pas envie de quitter ces pages, pas envie de quitter Simon, Penny, Baz, le château. Pas envie de le refermer et passer à autre chose. J'ai été terriblement nostalgique en le terminant, j'avais cette joie de l'avoir lu et cette petite pointe au coeur de savoir qu'il n'y a plus rien après.
C'est une histoire que je vous recommande chaudement si vous êtes fan d'Harry Potter (ou pas), « Carry On » est un joli clin d'oeil à la saga de renom. Reprenant les mêmes codes tout en créant un univers propre à l'auteur.
C'est un bouquin que je suis heureuse d'avoir découvert ! Foncez si vous n'avez pas encore sauté le pas !
Pas un coup de coeur comme pour beaucoup de monde, mais tout de même une lecture formidable, qui m'a, durant quelques jours, laissé la tête dans les nuages et le sourire aux lèvres.

Lien : https://booksandrap.wordpres..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
Citations et extraits (42) Voir plus Ajouter une citation
Koneko-ChanKoneko-Chan   26 janvier 2017
Je me suis laissé glisser. Pour ne pas devenir fou. Pour réussir à tenir le coup. Et au moment où je sentais que j’allais trop loin, je me raccrochais à la seule chose dont je suis toujours certain…
Les yeux bleus.
Les boucles cuivrées.
Le fait que Simon Snow est le magicien le plus puissant au monde. Que personne ne peut lui faire de mal. Même pas moi.
Que Simon Snow est vivant.
Et que je l’aime d’un amour désespéré.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          220
OrphanOrphan   19 février 2017
Pendant un instant — même pas un instant, juste un quart de seconde — je l'imagine me lançant : « En réalité, je suis terriblement attiré par toi. » Puis je me vois en train de lui cracher à la figure. Et ensuite, je lèche sa joue et je l'embrasse. (Parce que je suis légèrement dérangé.)
Commenter  J’apprécie          230
MikasabouquineMikasabouquine   14 janvier 2017
- Ma mère dit que personne ne sait vraiment d'où tu viens et que tu es peut-être dangereux.
- Et pourquoi tu ne l'as pas écoutée?
- Justement parce que personne ne sait d'où tu viens, et que tu es peut-être dangereux!
- Tu as l'instinct de survie le plus catastrophique du monde.
Commenter  J’apprécie          230
SaiwhisperSaiwhisper   02 avril 2017
Baz est en train de faire rouler un tableau noir devant nos lits.
- D'où ça vient ? dis-je.
- D'une salle de classe. [...]
- Pourquoi ?
- Parce qu'on doit résoudre un mystère, Snow. J'aime mettre mes idées au clair.
- C'est comme ça que tu fais quand tu complotes contre moi ?
- Oui. Avec des craies de toutes les couleurs. Arrête de te plaindre.

Commenter  J’apprécie          110
OrphanOrphan   17 février 2017
Évidemment que je devrais me marier avec Wellbelove. Mon père serait aux anges.
L'épouser. Lui donner ce dont elle a envie. Puis noyer mon chagrin auprès d'un millier d'hommes qui ressemblent à ce foutu Simon Snow et leur briser le cœur de toutes les manières possibles.
Commenter  J’apprécie          60
Videos de Rainbow Rowell (17) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Rainbow Rowell
Vidéo de Rainbow Rowell
autres livres classés : fanfictionVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Eleanor and Park

Comment s'appelle le beau-père de Eleanor ?

Mouse
Richie
Ben

10 questions
131 lecteurs ont répondu
Thème : Eleanor and Park de Rainbow RowellCréer un quiz sur ce livre
.. ..