AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
>

Critique de LivresdAvril


LivresdAvril
  08 décembre 2021
L'imagination débordante de J. K. Rowling parvient une nouvelle fois à me surprendre : étonnante idée que ce Pays des Choses Perdues. D'autant qu'on y trouve aussi bien des objets que des émotions ou des mauvaises habitudes. 

La nuit où Jack s'y rend, c'est avec le fol espoir de retrouver LC (Le Cochon pour les intimes), perdu par la faute de la fille du nouveau compagnon de sa mère. Ça semble compliqué ? C'est parce que la vie de Jack est devenue drôlement compliquée depuis la séparation de ses parents. C'est pour cela qu'il a besoin de LC, le seul qui le comprenne vraiment.

Le voilà donc au Pays des Choses Perdues. Saviez-vous qu'une fois passée la salle des Égarés vos Objets pouvaient être envoyés à différents endroits ? Jetable-City accueille les Objets sans valeur, facilement remplaçables, alors que la bien nommée Zutcéouça rassemble les Objets auxquels leur propriétaires sont suffisamment attachés pour continuer à les chercher. Mais le must reste la cité des Regrettés, sorte de Venise où les Objets de valeur (bijoux, mais aussi Talents, Émotions, Qualités et Principes) attendent patiemment d'être retrouvés.
Tout ce petit monde est sous la coupe du Grand Perdeur, sorte de robot monstrueux qui aime à détruire les Objets qui ont le malheur de lui tomber sous la pince.
Jack devra donc affronter mille dangers pour rétrouver son LC adoré. Heureusement, il est aidé par le Cochon de Noël (remplaçant de LC n'ayant pas fait l'affaire mais beau joueur) et quelques autres Objets rencontrés en chemin. 

Ce conte de Noël est parfois sombre, une constante chez J. K. Rowling ! Clairement, ce qui l'intéresse n'est pas de proposer une lecture douillette mais un récit qui invite à réfléchir et à grandir. Doucement, à son rythme, mais tout de même. 
Au-delà de l'histoire, elle propose une réflexion sur la valeur des objets (valeur objective ou sentimentale), leur destinée à long terme (le don ou le recyclage seraient un avenir bien plus enviable que la rocaille) et l'acceptation de la perte. 

Bon, je ne suis pas très fan des illustrations de Jim Field, trop proches d'un film d'animation. Mais c'est une question de goût !
Commenter  J’apprécie          80



Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura
Ont apprécié cette critique (6)voir plus