AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782075150552
392 pages
Éditeur : Gallimard Jeunesse (12/11/2020)

Note moyenne : 3.91/5 (sur 401 notes)
Résumé :
Haut comme deux chevaux. Des boules de feu étincelantes à la place des yeux. De longues griffes acérées telles des lames. L'Ickabog arrive...
La Cornucopia était un petit royaume heureux. On n'y manquait de rien, le roi portait la plus élégante des moustaches, et le pays était célèbre pour ses mets délicieux : Délice-des-Ducs ou Nacelles-de-Fées, nul ne pouvait goûter ses gâteaux divins sans pleurer de joie ! Mais dans tout le royaume, un monstre rôde : selon... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (124) Voir plus Ajouter une critique
NathalC
  12 avril 2021
L'ickabog est un vrai conte, une véritable histoire du soir, à lire jour après jour... à nos enfants, ou à l'enfant que nous sommes encore.
J'ai appréhendé ce livre avec une petite frayeur. Pas facile de lire du JK Rowling après les Harry Potter que j'avais adoré. Je n'avais pas aimé le livre suivant... Comment appréhender cette nouvelle histoire ?
Il faut prendre ce livre et s'y plonger... Ne pas comparer. Se laisser emporter. Et ça marche !
En tant qu'enfant, c'est une histoire à découvrir.
En tant qu'adulte, c'est aussi une histoire qui peut refléter nos sociétés, celle de la manipulation, une société où la terreur, l'insécurité est instaurée pour diriger, pour manipuler, pour que la manne dirigeante s'enrichisse aux dépens des autres.
Comme les contes classiques de notre enfance, il y a un message derrière l'histoire.
Bref, j'ai vraiment apprécié cette lecture, qui sort des sentiers battus par rapport à mes lectures habituelles.
Commenter  J’apprécie          663
Ileauxtresors
  02 janvier 2021
Pour les inconditionnels de Harry Potter que nous sommes, la sortie de ce nouveau roman jeunesse de J.K. Rowling était très attendue. Nous n'avons donc pas tardé à le découvrir, frémissant d'impatience mêlée, il faut bien le dire, de craintes qu'il ne soit pas à la hauteur des aventures du sorcier à lunettes…
« Il était une fois un tout petit pays qui avait pour nom la Cornucopia… »
L'Ickabog se démarque d'emblée en s'adressant à des lecteur.ice.s plus jeunes et se situant dans le genre du conte plutôt que celui de l'heroic fantasy. Nous voici donc dans un petit royaume qui pourrait rappeler la France avec ses divines spécialités gastronomiques ancrées dans différents terroirs. Tout serait idyllique en Cornucopia s'il n'y avait pas les Marécages ténébreux du nord où l'on raconte que sévit un monstre terrifiant, l'Ickabog. Conte pour enfants ou menace réelle ? L'intérêt des élites dirigeantes pour cette question déclenche une série d'aventures qui pourrait bien voir le mythe et la réalité s'entrechoquer… et transformer la Cornucopia à jamais.
J.K. Rowling connaît son affaire, ces 352 pages se lisent avec plaisir – plaisir de se laisser entraîner par une plume vive, traduite par la talentueuse Clémentine Beauvais ; plaisir de découvrir un univers plein de fantaisie qui fait tour à tour rêver, grincer des dents et frissonner ; plaisir de se laisser entraîner dans une aventure sur laquelle plane, jusqu'aux dernières page, un intrigant mystère. Cela dit, je n'ai pas retrouvé l'inventivité inouïe dont J.K. Rowling faisait preuve pour imaginer l'univers de Harry Potter dans ses moindres détails : la Cornucopia semble bien étroite, ses personnages très manichéens, si bien que l'essentiel de l'intrigue se déroule de façon linéaire et assez attendue.
Nous n'en avons pas moins adoré toute la fin et nous avons apprécié la réflexion à laquelle cette histoire nous invite à propos de l'irrationalité de certaines peurs et de leur instrumentalisation à des fins de pouvoir. Ça commence avec les Père Fouettard et autres mythes inventés pour impressionner les enfants, et ça finit avec les marchands de peur qui font leur commerce politique en pointant des menaces largement déconnectées de la réalité - quand il ne s'agit pas purement et simplement de fake news. Les dangers les plus grands ne sont pas toujours là on les attend.
Un conte politique plaisant que nous ne regrettons pas d'avoir lu. Mais qui souffrira de toute comparaison avec la saga culte de l'autrice.
Lien : https://ileauxtresors.blog/2..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          607
Lucilou
  19 décembre 2020
J'avais envie d'un peu de magie après avoir enchaîné quelques romans, certes magnifiques, mais d'une noirceur à fendre l'âme, à mi-chemin entre la violence d'un film de Jacques Audiard et la douleur d'un de ceux des frères Dardenne.
Et puis, je suis de la génération de Harry, celle qui a découvert et adoré "Harry Potter à l'école des sorciers" lors de sa sortie française en 1998 -j'avais 10 ans, presque comme le rejeton des Potter-, celle qui a attendu les quatre derniers tomes comme d'autres attendent le messie, celle qui a rêvé sa lettre d'admission à Poudlard et mis des posters des films dans sa chambre de pré-ado.
Alors quand j'ai su que J.K. Rowling après ses incursions dans la littérature adulte s'offrait un nouveau détour du côté des romans jeunesse, j'ai succombé, surtout après avoir entendu dire de son nouvel ouvrage qu'il tenait diablement du conte et que le propos en était aussi engagé qu'intelligent.
Et cette couverture...
Certes, j'avais quelques craintes aussi en ouvrant "l'Ickabog": celle d'être déçue, celle de ne pas parvenir à attendre autres choses que variations poudlaresques, celle de me sentir trop vieille pour le livre, celle de réaliser que J.K. Rowling surfe sur sa popularité sans rien proposer de vraiment bon...
Et puis j'ai lu et c'est avec bonheur que je me suis sentie complètement happée par l'histoire: celle du royaume de Cornucopia dont tous les habitants -ou presque- vivaient dans le bonheur et l'abondance sous le règne du très beau et très aimé roi Fred-Sans-Effroi jusqu'au jour où un berger venu du nord du pays, là où la terre est infertile et brumeuse, s'en est venu annoncer que l'Ickabog, ce monstre de légendes destiné à faire peur aux enfants, était bel et bien réel et qu'il s'en prenait aux hommes (et aux chiens)...
A dater de ce jour funeste, plus rien ne fut jamais pareil en Cornucopia: des soldats partirent en guerre, le fils d'une pâtissière se fâcha avec la fille d'une couturière, un menuisier devint presque fou, les orphelins et les meurtres essaimèrent tandis que planait, comme une perpétuelle menace, l'ombre noire de l'Ickabog sanguinaire.
Il faudra tout le courage d'une poignée de sujets du roi Fred pour ramener la paix dans le petit royaume.
Pour y ramener aussi lucidité, réflexion et intelligence et pour y faire comprendre que les monstres ne sont pas toujours ceux qu'on croit.
"L'Ickabog" est un conte, un vrai de vrai avec son lot de personnages fantasques et un poil caricaturaux, la cartographie presque merveilleuse de Cornucopia et ses odeurs de fromages et de pâtisserie qui régalera les enfants, à n'en pas douter.
Il possède également cette touche d'humour propre à son auteur qui ne peut que réjouir chacun de ses lecteurs. Moi j'ai ri à chaque cocasserie.
L'intrigue est romanesque au possible, bien traitée et construite avec pas mal de finesse et beaucoup d'efficacité. La narration qui alterne points de vue et focalisation, qui sait doser et ménager le suspense à grands coups de "s'ils avaient su" et qui joue avec un art consommé des ellipses temporelles est un délice qui ne s'amoindrit qu'à la toute fin du roman que j'ai trouvé trop rapide et trop précipitée.
En sus de tout cela, de ces qualités littéraires, "L'Ickabog" est également et surtout une formidable fable politique sur les abus de pouvoir, les mensonges d'état, la terreur et la corruption entraînés par un régime autoritaire sinon totalitaire qui amène à réfléchir et à s'interroger; qui se fait aussi le chantre de l'esprit critique et de la réflexion.
Difficile de ne pas le lire à la lumière de notre époque pour le moins troublée, où les fake news fleurissent aussi vivement que les polémiques dont les journaux ne gardent souvent que l'aspect fracassant sans pousser plus loin la cogitation... Mal du siècle!
Cet aspect du roman est d'autant plus savoureux et intelligent qu'il ne s'encombre pas d'une gangue moralisatrice -ce que je supporte toujours assez mal- mais bel et bien d'une aura romanesque palpitante qui m'a personnellement fait passer un excellent moment plein de magie tout en me confortant dans quelques idées sur la vérité et le pouvoir et en me poussant à toujours vouloir encourager l'esprit critique, où qu'il veuille et puisse bien se loger.
Ce n'est pas tout à fait du Voltaire mais on s'en rapproche un peu, les effluves de nacelles-de-fées et les grands yeux tristes de l'Ickabog en plus.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          290
Bazart
  04 février 2021
Autrefois le royaume de Cornucopia était le plus heureux du monde et il n'y avait aucun habitant mécontent pas car il ne manquait de rien d'excellentes spécialités culinaires, de l'argent et un roi avec de belles moustaches que tout le monde aimait.
Tout était parfait : à part les Marais brumeux du Nord, où l'on raconte que vivait un monstre - le terrible Ickabog, qui dit on sortait la nuit pour dévorer les petits .
Nul ne l'ignore : J .K. Rowling est l'autrice des sept tomes de Harry Potter, parus entre 1997 et 2007. Traduite en 80 langues, vendue à plus de 500 millions d'exemplaires et adaptée en 8 films à succès, la saga est aujourd'hui un véritable phénomène littéraire et l'une des oeuvres les plus lues au mondes.
Son dernier roman à ce jour L'Ickabog. paru en décembre dernier en France en version "papier" a été imaginé il y a plus de dix ans, alors qu'elle écrivait encore la saga Harry Potter.
En 2020, alors que la crise du coronavirus confinait les enfants de par le monde, J.K. Rowling a eu l'idée de reprendre cette histoire.
Elle a replongé avec bonheur dans l'univers de L'Ickabog pendant plusieurs semaines pour parfaire le texte, aidée de ses enfants devenus adolescents.
Dans une démarche solidaire face à la pandémie, J.K. Rowling a voulu que L'Ickabog existe d'abord en ligne, accessible gratuitement par épisodes jusqu'au mois d'août 2020. Elle a aussi imaginé qu'il soit l'objet d'un concours de dessins pour les enfants
Notre avis
L'Ickabog. est un joli conte de fées a priori destiné aux jeunes lecteurs mais que les adultes ne bouderont pas vu que les différents degres de lecture sont évidents avec des références assez claires à la situation politique et sociale actuelle ( le fameux monstre pourrait être un ancien président des USA et que la fable est traversé de thématiques intemporelles comme l'amitié, la peur et la trahison.
JK Rowling confirme qu'elle n'a rien perdu de son talent de conteuse et raconteuse hors pair !
Lien : http://www.baz-art.org/archi..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          310
Gaphanie
  08 février 2021
C'est un vrai conte de fées que nous offre JK Rowling cette fois-ci. Sur le fond, il m'a un peu rappelé Les Habits neufs de l'Empereur, d'Andersen. Et c'est une petite merveille !
Il était une fois donc, le Roi Fred-Sans-Effroi, de Cornucopia, qui avait la chance immense de régner sur un domaine prospère et heureux. Egoïste et vaniteux, vexé par la remarque d'une petite fille, il décide de se montrer altruiste, et écoute la requête d'un berger venu des marais du Nord : son chien a été mangé par l'Ickabog ! Ni une, ni deux, voilà Fred, son commandant des armées Beamish et ses deux meilleurs amis Crachinay et Flapoon, partis chasser l'Ickabog... Mais arrivé dans les marais, déboussolé dans le brouillard, voilà que Fred est persuadé d'avoir vu la mythique créature... Et son "ami", Lord Crachinay, convaincu que la Bête n'existe pas, va attiser la peur du monstre chez son souverain pour s'accaparer le pouvoir et... les impôts collectés pour se protéger des attaques de ce monstre sanguinaire.
Et peu à peu, le malheur s'abat sur la Cornucopia... Heureusement, quelques âmes courageuses veillent, et les actions conjuguées de Daisy et son menuisier de père, de Bert et sa cuisinière de mère, de Martha, de Roderick, du Capitaine Bonamy, de Lady Eslanda et de l'Ickabog lui-même auront raison des imposteurs !
Dans l'Ickabog, on retrouve tout le talent de JK Rowling, que ce soit dans la construction de l'histoire, dans les caractères des personnages, dans les quêtes individuelles qui viennent compléter la principale, et toujours ces noms de pâtisseries qui font saliver rien qu'à y penser : songes de Donzelles, nacelles de fées, Espoirs du Paradis... Bref, un régal !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          200


critiques presse (4)
Elbakin.net   07 avril 2021
L’Ickabog est une belle réussite. Il n’ira pas bousculer les codes, on pourra lui trouver mille et uns petits défauts, mais force est de constater que nous prenons plaisir à suivre l’intrigue rythmée de l’auteure. Sa plume nous happe, nous saisit et nous conduit d’une main de maître vers la morale de l’histoire.
Lire la critique sur le site : Elbakin.net
Ricochet   27 janvier 2021
Avec cette sympathique histoire, J. K. Rowling explique avoir voulu parler de l’énigme du pouvoir sur les peuples, des dérives de ce même pouvoir et de la façon dont nos peurs reflètent nos inconscients. De très jolies trouvailles – la néance des Ickabogs – prennent des allures philosophiques.
Lire la critique sur le site : Ricochet
LeFigaro   27 novembre 2020
L’auteur de Harry Potter publie un conte politique passionnant sur la vérité et les abus de pouvoir.

Lire la critique sur le site : LeFigaro
LePoint   08 juin 2020
La maman des « Harry Potter » fait paraître un conte en ligne, gratuit, qui ressemble à s'y méprendre à une critique du pays et des indépendantistes.
Lire la critique sur le site : LePoint
Citations et extraits (38) Voir plus Ajouter une citation
NathalCNathalC   11 avril 2021
Parfois, deux personnes peuvent se dire davantage de choses en un seul regard que d'autres en une vie entière de paroles.
Commenter  J’apprécie          350
Laliecorne_150Laliecorne_150   31 mars 2021
Cela peut vous paraître curieux, mais Mrs Beamish fut heureuse d'entendre pleurer Mr Doisel, car les larmes, tout comme le rire, ont le pouvoir de soigner l'esprit.
Commenter  J’apprécie          30
Plume_de_lainePlume_de_laine   31 mars 2021
Les humains sont-ils réellement néantés des Ickabogs ?
Je ne suis pas en mesure de vous le dire. Peut-être traversons-nous une sorte de néance chaque fois que nous changeons, pour le meilleur ou pour le pire.
Commenter  J’apprécie          00
Plume_de_lainePlume_de_laine   31 mars 2021
Les mensonges s'ajoutaient aux mensonges qui s'ajoutaient aux mensonges.
Commenter  J’apprécie          00
EleanorTilneyEleanorTilney   15 décembre 2020
Elle s'efforça de se consoler en pensant que, puisque la terre ne les retenait plus, ses parents pouvaient exister n'importe où, y compris dans son cœur à elle, et qu'elle devait garder vivant leur souvenir en elle, comme une flamme. Tout de même, c'était difficile d'avoir des parents à l'intérieur de soi, quand tout ce qu'on désire vraiment, c'est qu'ils reviennent et vous prennent dans leurs bras.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          120

Videos de J. K. Rowling (39) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de J. K. Rowling
Un interview de J.K. Rowling sur Les Animaux Fantastiques : Les Crimes de Grindelwald ( 2018 ). Cette vidéo est en VOSTFR.
autres livres classés : contesVoir plus
Notre sélection Jeunesse Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox

Vous aimez ce livre ? Babelio vous suggère




Quiz Voir plus

Harry Potter pour les nuls (niveau facile)

Combien de tomes contient la série Harry Potter

6
7
8
9

7 questions
13635 lecteurs ont répondu
Thème : Harry Potter, tome 1 : Harry Potter à l'Ecole des Sorciers de J. K. RowlingCréer un quiz sur ce livre

.. ..