AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet
EAN : 9782956517375
164 pages
Gorge Bleue (07/01/2022)
4.18/5   11 notes
Résumé :
Cette nuit en bordure du village, la maison se tient un peu à l'écart ; presqu'endormie, elle soupire, espère de la visite. En face, au bout du chemin mal éclairé, Isabeau est sur le retour : la maison, c'est celle de son enfance, c'est surtout celle de sa tante décédée quelques semaines plus tôt. En revenant sur ses pas, Isabeau remarquera que ses pieds ne correspondent plus exactement aux empreintes laissées en partant, des années auparavant. Est-ce parce que trop... >Voir plus
Que lire après EntreVoir plus
Critiques, Analyses et Avis (6) Voir plus Ajouter une critique
« Toi qui gardes la nuit, où es-tu ? »
« Entre »
Entrez subrepticement dans ce livre étoilé puisqu'il est l'heure de revenir vers l'originelle histoire.
Madeleine Roy cède la place à Isabeau, narratrice, jeune femme homosexuelle, mariée depuis deux ans avec Paola. L'amour plus fort que la mort. Celui qui retient les liens de ce récit bleu-nuit, tremblant, superbe et attachant.
Isabeau voyage, dans l'avion qui l'emmène dans la maison fermée de son enfance. Les jambes serrées, le coeur lourd, « tout le voyage me revient en pleine face et m'écrase… Où sont les lumières de la ville ? »
Isabeau revient trois semaines après le décès de sa tante. Un message sec, aigre, sans aucune compassion, par son cousin (le fils de la tante) pour lui annoncer l'irrévocable. Elle se doit de ranger la maison. Il a fait sa part dit-il. Puisqu'elle était la dernière à vivre dans cet antre. Plus que tout, c'est la rupture brutale avec sa tante qui glace cette jeune femme en proie à la culpabilité immense. Elle ne lui a pas rendue visite depuis un an.
« Coup d'oeil général. Je n'ai jamais vidé une maison, je ne sais pas comment on fait… Quels vêtements portaient elle à la fin ? »
Tout lui revient en pleine figure comme un boomerang. Les visites espacées, puis abolies. Ne plus oser revenir sans Paola l'intruse et l'indésirée. Isabeau voulait le calme, la sérénité, protéger Paola des regards baissés et des lèvres closes. le cousin jaloux de cette gamine qui lui a pris sa chambre dans l'enfance. Petit oisillon tombé du nid, orpheline qui ne mange que des petites miettes de pain écrasées dans un bol de porcelaine. La discrétion.
« Un frisson remonte le long de mon échine, celui-là je le ressens jusque dans mes os. Ma faute. La honte… »
Un homme frappe à la porte dans le plein désarroi d'Isabeau. Volkan, l'aide soignant, celui qui a accompagné sa tante, l'altruisme et la magnanimité (la plus belle des qualités humaines). La tendresse comprise des regards alliés. Il va lui proposer son aide pour ranger. Il doit bien ça à Sylvie Chevalier (1942-2015). Sa présence est salutaire. Il brusque les souvenirs et les repentances. Il comble les angoisses et laisse Isabeau plonger en elle jusqu'au paroxysme de la douleur.
« Absorbe-toi, ma fille et souviens-toi. » Rémanence, lait chaud et pansement sur la brûlure, petite fille-femme au manteau gorgé de pluie. Paola, un peu, beaucoup, passionnément, à la folie, et pourtant Isabeau ne l'appelle pas. Laisse l'abîme se creuser. L'espace-temps est déplacé. Isabeau subit les épreuves d'un non-retour. Elle doit expirer les remords et laisser remonter les réconciliations.
Ce récit est un huis-clos des intériorités. Mais son vaste rédempteur est immensité. « Entre », on imagine la porte en bois, lourde de silence. L'apaisement du salvateur et la communion chapelle d'Isabeau et De Paola. On l'aime, on l'imagine guerrière et princesse, amoureuse triste mais confiante.
« C'est que tout redevienne comme avant. »
Initiatique, profondément féminin, dans cette splendeur d'une renaissance. « Entre » de Madeleine Roy, est « trop tôt pour la neige »,et le trésor trouvé au pied de l'arc-en-ciel.
On est en plongée dans ce quelque chose qui échappe à l'idée même d'un roman. Ici, c'est la vie, entre et tu trouveras. Publié par les majeures Éditions Gorge Bleue, en lice pour le Prix Hors Concours 20222-2023.


Commenter  J’apprécie          40
Bonsoir, j'ai terminé hier soir pour clôturer le mois de Janvier le roman suivant. Il s'agit de Entre de Madeleine Roy.
Malheureusement, je suis passée à côté de ma lecture. le roman est très court 159 pages et je l'ai trouvé très long. Trop de longues descriptions et de métaphores à mon goût.
La quête d'ISabeau est intéressante mais pas assez développé. Tout est suggéré et cela m'a un peu dérangé.
Je vous conseille de vous faire votre propre avis.
Les avis sur Babelio sont très bon, j'ai peut être raté quelque chose qui a fait que je suis passée à côté du roman, c'est dommage.
.
Résumé :

Cette nuit en bordure du village, la maison se tient un peu à l'écart ; presqu'endormie, elle soupire, espère de la visite. En face, au bout du chemin mal éclairé, Isabeau est sur le retour : la maison, c'est celle de son enfance, c'est surtout celle de sa tante décédée quelques semaines plus tôt. En revenant sur ses pas, Isabeau remarquera que ses pieds ne correspondent plus exactement aux empreintes laissées en partant, des années auparavant.
Est-ce parce que trop de temps a passé ? Ou parce qu'Isabeau est une toute autre personne ? Avec Entre, Roy lance une invitation à son personnage : il lui faudra contempler ses propres traces, faire face à ce qui aurait pu être, ce qui a été laissé derrière et qui aura continué à avancer, changer, vieillir en son absence.
Commenter  J’apprécie          10
📝 Isabeau apprend le décès de sa tante, tante qui l'a élevé.e. Elle doit retourner dans sa maison d'enfance pour faire du tri. L'autrice nous donne à voir les méandres des réflexions d'Isabeau, envers soi, envers le monde, envers Paola.

« C'est toujours une maison, mais c'est aussi un musée maintenant - celui de mes souvenirs. »

❤ Plus globalement, Entre est une réflexion sur soi, sur le souvenir, sur l'ancrage que chacun.e peut avoir. Vis-à-vis d'elle-même, vis-à-vis des autres, vis-à-vis de son passé. Ce récit offre aussi un regard sur l'identité, qui sommes-nous pour nous, pour eux ? J'ai beaucoup aimé ce personnage d'Isabeau, qui délivre un vrai mystère.
J'ai lu ce livre en une journée, j'étais pressée de retrouver Isabeau et la maison, à traverser le temps.
Commenter  J’apprécie          10
Alors qu'Isabeau apprend le décès de sa tante survenu quelques semaines auparavant, elle part dans la maison de la défunte.
En arrivant en pleine nuit dans la maison de son enfance , c'est un retour en arrière et les souvenirs qui lui reviennent.
C'est pour Isabeau une introspection sur son passé et son présent. Sur ses choix et ses envies , au point de peut-être en remettre en question.
Une lecture courte mais riche sur un personnage complexe mais d'une grande sensibilité.
Commenter  J’apprécie          30
Entre est un roman tout en douceur, dans lequel on se laisse glisser et prendre comme Isabeau se laisse glisser dans la maison, happer malgré ellui. le temps passe plus lentement dans cette maison, jusqu'à s'arrêter. le roman suit ces quelques semaines de la vie d'Isabeau et nous montre la douleur silencieuse et cotonneuse d'un deuil mais aussi le chemin d'une vie, les voies que l'on emprunte pour être soi. Avec les autres ou sans elleux.
Commenter  J’apprécie          00

Citations et extraits (1) Ajouter une citation
C’est toujours une maison, mais c’est aussi un musée maintenant - celui de mes souvenirs.
Commenter  J’apprécie          00

autres livres classés : romanVoir plus
Les plus populaires : Littérature française Voir plus

Autres livres de Madeleine Roy (1) Voir plus

Lecteurs (17) Voir plus



Quiz Voir plus

Retrouvez le bon adjectif dans le titre - (2 - littérature francophone )

Françoise Sagan : "Le miroir ***"

brisé
fendu
égaré
perdu

20 questions
3591 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , littérature française , littérature francophoneCréer un quiz sur ce livre

{* *}