AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio

Claude Demanuelli (Traducteur)Frédéric Maurin (Traducteur)
EAN : 9782070302819
400 pages
Gallimard (16/10/2003)
4/5   8 notes
Résumé :
Ce recueil regroupe l'intégralité des essais et articles politiques, pour la plupart inédits en langue française, que l'écrivain d'origine indienne Arundhati Roy a écrits depuis 1998Dans un style clair et passionné, l'auteur du Dieu des Petits Riens - Booker Prize 1997 - prend position sur les grandes questions qui, selon elle, façonneront le visage du XXIe siècle naissant : le risque d'un conflit nucléaire entre l'Inde et le Pakistan ; la dégradation de l'environne... >Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura
Critiques, Analyses et Avis (1) Ajouter une critique
tolbiac
  22 mars 2013
pas envie d'acheter le monde diplo? Envie d'avoir un autre angle d'approche? Très à gauche, les articles qu'on lit là, sont tous sensibles, intelligent, pertinent. Sa tirade sur la bombe atomique et la montée des extrêmes entre le Pakistan et l'Inde est diablement bien menée. Mais on assiste aussi à la défense des valeurs dans un pays de tous les possibles...
Commenter  J’apprécie          30

Citations et extraits (4) Ajouter une citation
NatnatNatnat   05 septembre 2012
Notre stratégie ne doit pas se limiter à résister à l’Empire, mais bien à en faire le siège. À le priver d’oxygène. À lui faire honte. À le ridiculiser. Avec notre art, notre musique, notre littérature, notre opiniâtreté, notre joie de vivre, notre éclat, notre implacable détermination – et notre aptitude à raconter nos histoires à nous. Et pas celles dont on nous matraque quotidiennement.
La révolution de la mondialisation échouera si nous refusons d’acheter ce qu’elle a à nous vendre – ses idées, Sa version de l’Histoire, ses guerres, ses armes, sa notion de l’inéluctable.
Et souvenez-vous d’une chose : nous sommes nombreux, et ils ne sont qu’une poignée. Et ils ont besoin de nous plus que nous n’avons besoin d’eux.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
lanardlanard   08 janvier 2020
Nous avons la liberté de parole. Sans doute. Mais est-ce une liberté authentique? Si ce que nous avons à dire ne "se vend" pas, le dirons-nous quand même? Le pouvons-nous? Ou bien tout le monde ne cherche-t-il à dire que ce qui "se vend"? Se pourrait-il que les écrivains finissent en amuseurs de cour? Ou bien, plus subtilement, en eunuques royaux version XXIe siècle, pourvoyant aux plaisirs de nos P-DG en exercice? Vous voyez ce que je veux dire... des garçons plutôt lestes, mais gentils. Au comportement osé peut-être, mais sans risque.

La parution de mon premier roman, et, à ce jour [2001], unique roman, Le Dieu des Petits Riens [Booker Prize 1997], remonte à plusieurs années. Dans les premiers temps, on me décrivait - on me présentait - comme l'auteur d'un premier roman dont le "succès" (passez-moi l'expression) était une bizarrerie de l'édition. Aujourd'hui, c'est moi qui suis bizarre. Je suis, apparemment, ce que le jargon du XXIe siècle appelle communément un "écrivain-militant". (Sur le modèle de banquette-lit.)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          31
lanardlanard   08 janvier 2020
Dans de telles circonstances, l'étiquette d'"écrivain-militant" censée rendre compte de mes activités professionnelles me fait doublement sourciller. D'abord, parce qu'elle vise à diminuer à la fois les écrivains et les militants. Elle cherche à réduire les potentialités de l'écrivain, son ampleur, son envergure. Elle suggère, d'une certaine façon, qu'il est par définition trop veule pour faire preuve de la clarté d'esprit, de la rigueur, du raisonnement, de la passion, du courage, de l'audace et, si besoin est, de la vulgarité que suppose une prise de position publique sur des questions politiques. Inversement, l'étiquette suggère, que les militants se situent à l'extrémité la plus grossière, la moins raffinée du spectre intellectuel. Qu'ils sont des "preneurs de position" professionnels, et que, par conséquent, ils sont incapables de complexité et de subtilité intellectuelle, ne manifestent qu'une compréhension des choses primaire, simpliste et partisane. Mais ce que je reproche le plus à ce terme, c'est qu'en s'efforçant de "professionnaliser" le militantisme, il a pour effet de restreindre le problème et de suggérer qu'il appartient aux seuls professionnels, autrement dit aux militants et aux écrivains engagés, d'y faire face.

Le fait est que ce qui se produit aujourd'hui n'est pas un "problème", et que les questions que certains d'entre nous soulèvent ne sont pas des "causes". Il s'agit de véritables cataclysmes politiques et sociaux qui ébranlent le monde. On ne se sent pas engagé parce qu'est écrivain ou militant, mais parce qu'on est homme. Militer par le biais de l'écriture est ce qu'un écrivain peut faire de mieux. Il est vital de déprofessionnaliser le débat public sur des sujets qui affectent directement la vie des gens ordinnaires. Il est grand temps d'arracher notre avenir aux "spécialistes". Grand temps de poser, dans le langage de tous les jours, la question publique et d'exiger, dans le même langage, une réponse publique.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          11
lanardlanard   08 janvier 2020
Dans les circonstances actuelles, je dirai que la seule chose qui vaille la peine d'être mondialisée, c'est la contestation. Et c'est là ce que l'Inde peut exporter de mieux.
Commenter  J’apprécie          11

Videos de Arundhati Roy (9) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Arundhati Roy
8 février 2013 :
- "Indigo", Catherine Cusset, Gallimard -
Un festival culturel rassemble pendant huit jours en Inde quatre Français, deux hommes et deux femmes, qui ne se connaissent pas. Une surprise attend chacun d'eux et les confronte avec leur passé. Cette semaine bouleverse leur vie. de Delhi à Kovalam, dans le Sud, ils voyagent dans une Inde sur le qui-vive où, juste un an après les attentats de Bombay, se fait partout sentir la menace terroriste. Une Inde où leur jeune accompagnateur indien déclare ouvertement sa haine des États-Unis. Une Inde où n'ont pas cours la légèreté et la raison françaises, où la chaleur exacerbe les sentiments, où le ciel avant l'orage est couleur indigo. Tout en enchaînant les événements selon une mécanique narrative précise et efficace, ce nouveau roman de Catherine Cusset nous fait découvrir une humanité complexe, tourmentée, captivante.
- "Le Dieu des petits riens", Arundhati Roy, Gallimard -
Rahel et Estha Kochamma, des jumeaux de huit ans, vivent en Inde, entourés de leur grand-mère, Mammachi, qui fabrique des confitures trop sucrées, de l'oncle Chacko, un coureur de jupons invétéré, esprit romantique converti au marxisme pour les besoins de son portefeuille, de la grand-tante Baby Kochamma, qui nourrit un amour mystique pour un prêtre irlandais, et de leur mère Ammu, abandonnée par son mari, qui aime secrètement Velutha, un Intouchable. Un drame va ébranler leur existence et les séparer. Comment réagir quand, à huit ans, on vous somme de savoir «qui aimer, comment et jusqu'où» ? Comment survivre quand, après un événement affreux dont on a été témoin, on vous demande de trahir la vérité pour l'amour d'une mère ?
+ Lire la suite
Dans la catégorie : 2000Voir plus
>Histoire générale du monde>Histoire générale depuis 1800>2000 (18)
autres livres classés : écrivainVoir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura





Quiz Voir plus

La littérature indienne : etes-vous intouchable ?

Quel est le nom de l'ancienne propriétaire de la maison qu'occupe le couple dans "Loin de Chandigarh" de Tarun Tejpal ?

Fizz
Karine
Catherine
Angela

10 questions
90 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature indienne , indeCréer un quiz sur ce livre