AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2072727324
Éditeur : Gallimard (04/01/2018)

Note moyenne : 3/5 (sur 4 notes)
Résumé :
"Le Ministère du Bonheur Suprême" nous emporte dans un voyage au long cours, des quartiers surpeuplés du Vieux Delhi vers la nouvelle métropole en plein essor et, au-delà, vers la Vallée du Cachemire et les forêts de l’Inde centrale, où guerre et paix sont interchangeables et où, de temps à autre, le retour à «l’ordre» est déclaré.
Anjum, qui fut d’abord Aftab, déroule un tapis élimé dans un cimetière de la ville dont elle a fait son foyer. Un bébé apparaît ... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle
Critiques, Analyses et Avis (3) Ajouter une critique
traversay
  17 janvier 2018
Vingt ans après ... La première fiction d'Arundhati Roy a été suivie de nombreux essais mais l'auteure indienne n'étais pas revenue au roman depuis le Dieu des petits riens pour lequel elle avait obtenu le prix Booker. C'est donc avec une impatience gourmande que l'on attendait son nouvel opus au titre alléchant : le ministère du bonheur suprême. Et là, c'est le drame. Ou presque. S'il est indéniable que Arundhati Roy reste une styliste hors pair, la déception n'en est pas moins au rendez-vous quant à la construction du livre et surtout à l'identification d'une véritable trame narrative. Certains lecteurs anglophones l'ont déjà souligné : c'est un livre sans histoire ! Ou il serait plutôt mieux de dire : avec des multitudes de scènes et d'évocations mais qui ont du mal à former une intrigue lisible et cohérente. Il y a bien deux héroïnes identifiables : Anjun (une transgenre) et Tilo (femme indépendante et rebelle) mais leurs destins sont enchevêtrés dans tout un tas d'événements dont on se demande parfois s'ils appartiennent au présent, au passé ou au futur. Et les personnages sont multiples, pas toujours reliés à ces deux figures centrales. Il en résulte une sorte de confusion et un sentiment de perdition pour le lecteur, même si celui-ci a quelques notions de l'histoire contemporaine de l'Inde. Et c'est sans parler de plusieurs passages que l'on qualifiera d'allégoriques, métaphoriques, voire amphigouriques. Il n'est pas question de remettre en cause l'action d'Arundhati Roy, militante depuis des années pour la paix, les femmes et contre les castes. mais ce combat imprègne trop le livre qui se rapproche de l'essai en s'éloignant du roman. Mais pour être juste, il faut tout de même préciser que les pages, nombreuses, consacrées au conflit au Cachemire sont puissantes et terribles. Malgré son titre, le livre ne raconte pas un pays heureux mais bien une nation déchirée et soumise à toutes les violences.
Lien : https://cin-phile-m-----tait..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          153
Drych
  13 janvier 2018
Un livre dans lequel le foisonnement des personnages est à l'image de ce pays continent où les religions, les ethnies et les classes sociales se mélangent à la façon d'une émulsion dans laquelle chacun des constituants n'aspire qu'a retrouver sa propre identité. Un pays ou la tolérance naturelle peut se transformer subitement en animosité, en oppression, avec tous ses excès. Des excès que dénonce l'auteur tout comme la montée des nationalistes hindous, ou le scandale de la répression au Cachemire. Un éclairage critique de l'Inde, à la fois spirituelle et violente, vu par les opprimés du bas de l'échelle du pouvoir. La lecture du livre est cependant difficile, impliquant une certaine connaissance de l'histoire de l'Inde et de ses traditions. le texte est aussi parsemé de mots intraduisibles, dont il faut laisser l'imagination deviner le sens. Enfin, je reconnais m'être trouvé un peu perdu et déconcerté à la lecture de certains passages allégoriques, ou dont le sens m'échappait. Sans doute me manque t'il encore quelques clefs pour apprécier totalement cet ouvrage.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          90
Atasi
  31 décembre 2017
"Le ministère du Bonheur Suprême" est une histoire tentaculaire et déroutante. Elle dépeint une Inde en pleine métamorphose tant au niveau religieux, politique et culturel. Arundhati Roy donne la voix à ceux qui n'ont pas droit de parler ou à ceux que l'on ne veut pas entendre ou écouter. Elle parle sans tabou de son pays qui vit une véritable mutation.
Dans "Le ministère du Bonheur Suprême", le lecteur suit deux protagonistes. Anjum est une hijra (le troisième sexe, un transgenre) qui lutte pour survivre à Delhi. Après avoir vécu une majeure partie de sa vie dans l'Old Delhi, elle s'est installée dans un cimetière où de fil en aiguille elle y a ouvert une guest house où elle y accueille des locataires à longue durée, des voyageurs et même des animaux.
Tilo est originaire du Kerala. Elle a rejoint Delhi lors de ses études d'architecture. Mais être une femme dans un métier d'homme, est loin d'être simple. En retrouvant son ami d'université Musa, un cachemiri vivant dans la clandestinité, elle devient une activiste. En plus que Musa, elle est convoitée par deux autres hommes qu'elle a également rencontré lors de ses études universitaires. Pourtant, sa vie est loin d'être un conte de fées.
"Le ministère du Bonheur Suprême" est un roman à l'image de son auteur. Il n'est pas une lecture évidente et pour l'apprécier vaut mieux connaître l'histoire indienne contemporaine écrite sous forme de métaphores.


Lien : http://atasi.over-blog.com/2..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60

critiques presse (2)
LaLibreBelgique   18 janvier 2018
L’écrivaine indienne revient au roman 20 ans après "Le Dieu des petits riens". Avec tous ses crocs.
Lire la critique sur le site : LaLibreBelgique
LaPresse   04 janvier 2018
Vingt ans après le succès planétaire de son «Dieu des Petits Riens», l'écrivaine et militante de gauche indienne Arundhati Roy revient à la fiction avec un très attendu second roman, plus brûlant et politique que jamais.
Lire la critique sur le site : LaPresse
Citations et extraits (2) Ajouter une citation
nadejdanadejda   13 janvier 2018
A l'heure magique où la lumière survit au soleil, des armées de roussettes se décrochent des Banyans dans le vieux cimetière et dérivent comme fumée à travers le ciel. Quand les chauves-souris s'en vont, les corbeaux s'en viennent. Le vacarme de leur retour au nid ne suffit pas à combler le silence creusé par la disparition des moineaux et l'absence des vieux vautours à dos blanc, gardiens des morts depuis plus de cent millions d'années, qui ont été exterminés. Empoisonnés au diclofénac. Le diclofénac ou aspirine des vaches, administré au bétail comme décontractant pour atténuer les douleurs musculaires et augmenter la production de lait, agit -- ou plutôt agissait -- à la façon d'un gaz neurotoxique sur les vautours à dos blanc.
(...) L'extinction des vieux rapaces aimables passa inaperçue au plus grand nombre, qui regardaient ailleurs. Il y avait tant à attendre des lendemains.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          110
AtasiAtasi   25 décembre 2017
Elle vivait dans le cimetière à la façon d'un arbre. A l'aube, elle assistait au départ des corbeaux et accueillait le retour des chauves-souris. Au crépuscule, c'était l'inverse. Entre leurs allées et venues, elle s'entretenait avec les fantômes des vautours qui hantaient ses branches hautes. L'accroche délicate de leurs serres lui causait la douleur légère que ressent un membre amputé. Elle en déduisait qu'ils n'étaient pas vraiment fâchés d'avoir pris congé, de s'être absentés de l'histoire.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
Videos de Arundhati Roy (7) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Arundhati Roy
Portrait d'Arundhati Roy
autres livres classés : cachemireVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle





Quiz Voir plus

La littérature indienne : etes-vous intouchable ?

Quel est le nom de l'ancienne propriétaire de la maison qu'occupe le couple dans "Loin de Chandigarh" de Tarun Tejpal ?

Fizz
Karine
Catherine
Angela

10 questions
73 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature indienne , indeCréer un quiz sur ce livre