AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 9782253120186
411 pages
Éditeur : Le Livre de Poche (02/04/2008)

Note moyenne : 3.17/5 (sur 78 notes)
Résumé :
Au Muséum national d’Histoire naturelle de Paris, les sommités scientifiques sont en émoi : une météorite antérieure à la création du système solaire apporterait la preuve de l’origine extraterrestre de la vie. Les vieilles querelles resurgissent. L’homme est-il le produit accidentel de l’évolution ou le fruit d’un « dessein intelligent », autrement dit de Dieu ? Le directeur du Muséum sollicite alors le paléontologue et géologue américain Peter Osmond, un athée con... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (18) Voir plus Ajouter une critique
domisylzen
  07 mars 2017
En Bretagne une météorite manque d'écrabouiller une mamie. Une météorite qui remettrait en cause les fondements de l'humanité. Aux dernières nouvelles la mamie va bien, merci. le Muséum nationale d'Histoire naturelle de Paris convoque alors deux éminents spécialistes de la question, chacun avec des convictions différentes : un italien le père Magnani et un américain paléontologue Peter Osmond.
Vous la voyez venir l'intrigue ? Un joli débat entre darwinistes et créationnistes, avec une touche de Teilhard de Chardin, normal il fait partie des deux communautés. Bah c'est pas seulement ça.
A peine les deux spécialistes débarqués, une série de meurtres se succède. Ajoutez-y une malle au contenu précieux que personne ne retrouve, la météorite qui disparait et vous avez un scénario prêt à vous tenir en haleine.
Justement avec de tels fils conducteurs cela aurait pu être un excellent policier mais y a quelque chose qui manque. Peut-être une certaine crédibilité à l'histoire : une ribambelle de meurtre et tout un chacun continue son petit train train comme si de rien n'était. Incorporez-y quelques scènes d'amour un peu trop chaste et vous avez un livre qui m'a gardé à distance. Oh je ne dis pas que c'est un mauvais livre, que nenni. Un polar dans la bonne moyenne avec des personnages plus ou moins consistants.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          290
LePamplemousse
  21 juillet 2014
Un bon polar qui mêle des meurtres atroces mais originaux dans le cadre du Muséum d'Histoire Naturelle de Paris et des théories mi-scientifiques mi-religieuses.
Les personnages sont intéressants bien qu'assez caricaturaux : la plupart ressemblent à des hurluberlus en blouse blanche, à des siphonnés du ciboulot, à de doux excentriques habillés comme en 1970, voire carrément à des sociopathes.
J'ai beaucoup aimé découvrir le Muséum d'Histoire Naturelle de l'intérieur, que ce soit les différents laboratoires, les sous-sols plein de trouvailles extraordinaires, la bibliothèque regorgeant d'ouvrages rares et anciens, l'ambiance très particulière du lieu qui semble ne jamais connaître de repos. On a l'impression de pouvoir y croiser aussi bien un éthologue dans les couloirs sombres d'un étage désert tard dans la nuit qu'un botaniste dans les archives du sous-sol à l'aube.
L'intrigue policière en elle-même est assez peu crédible mais elle a le mérite de nous faire réfléchir car elle est plutôt tirée par les cheveux et il n'y a pas de temps mort du tout.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          190
Fredo_4decouv
  07 juillet 2012
Décembre 2006 : J'ai terminé ce livre cette semaine et je ne me suis pas ennuyé une seconde. Et je peux enfin confirmer mes premières impressions : oui, Museum a sa place dans votre bibliothèque aux côtés des livres du duo Douglas Preston et Lincoln Child.
C'est un plaisir de découvrir de la sorte les méandres du Musée National d'Histoire Naturelle de Paris. Je passe tous les jours devant, en voiture et c'est assez fun de voir les rues et les lieux utilisés dans le roman.
On y trouve une superbe gallerie de personnages, certains très attachants, d'autres ambigus, ou vraiment têtes à claques !
J'ai adoré une des particularité du livre de Miss Roy : elle se met en quelques sortes en scène dans le roman en assumant entièrement le rôle du narrateur et en parlant régulièrement directement à son lecteur. Et je trouve que c'est un très bon effet, qui accapare un peu plus le lecteur.
"..., renonça à se livrer à un examen attentif. Avec les conséquences que nous verrons."
"Ce qui est une heure étrange pour déposer le courrier, convenons-en."
"Les faits qui suivirent parlent suffisament d'eux-mêmes pour ne pas nécessiter de commentaires indiscrets. [...] Nous devons admettre que cette question, si ellemanque de sentimentalisme, s'avère bigrement darwinienne."
"Profitons de cet épisode pour rendre hommage au génie scientifique d'Isaac Newton..."
Et le point culminant de ce dialogue avec son lecteur, dans les dernièrs pages de l'épilogue :
"Il tient, comme vous venez de le lire, la chronique précise de la vie du Museum."
Je trouve que c'est une bien belle manière de lier l'auteur à son lecteur. Je pense justement que ce n'est pas "too much", comme pourrait le dire Osmond, et que j'apprécie d'être pris par la main de la sorte, d'être finalement guidé, comme dans un museum quoi ! Cela crée une connivence avec le lecteur qui est très appréciable.
Un autre passage que j'ai apprécié, c'est lorsque Peter Osmond se retrouve face à une célèbre peinture de Jérôme Bosch : le Jardin des Délices. Les amateurs de Michael Connelly connaissent déjà ce peintre qui porte le nom du héros de Connelly et dont une peinture sert de "toile" de fond à "l'Oiseau des Ténèbres", si je ne me trompe pas.
Mes petits reproches :
On n'échappe pas à l'exposition super importante qui arrive bien sûr au point culminant de l'intrigue ... Et puis je reste un peu sur ma faim avec l'histoire de cette malle qui me semble être un peu trop vite "expédiée" ( Rolling Eyes ) à la fin.
PAGE 224. Je n'ai pas compris l'utilisation d'un mot anglais dans le texte :
"Peter Osmond tendit la main. le père Magnani la serra. Comme si ce simple shake-hands avait insufflé une énergie renouvelée à lAméricain..."
Alors c'est vrai que dans le roman, Peter Osmond lâche quelques "of course" mais ci-dessus, c'est le narrateur qui parle pas Osmond.
J'espère que Véronique Roy ne m'en voudra pas en parlant d'une sorte d'Univers cohérant dans lequel gravite des auteurs de romans de "sciences-adventures", où elle a sa place aux côtés de Lincoln Child & Douglas Preston, John Darnton, Michael Crichton ou Steve Alten.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          34
fee-tish
  13 septembre 2011
Un roman qui avait tout pour me plaire : thriller, intrigue se déroulant dans un muséum, de la science, des questions sur l'évolution de l'espèce. Bref, le quatrième de couverture m'a promis un bel assortiment ! Et la lecture ne m'a pas déplu, mais j'ai eu quelques déceptions. Surtout sur un point : la météorite dont il est question dans le résumé. Malheureusement, on ne la voit que très peu. J'aurais aimé qu'il ait des discussions poussée à son sujet et une réflexion plus en profondeur sur l'évolution. En fait, il s'agit principalement du problème qu'il y a à allier science et religion. Un chercheur peut-il être croyant sans que cela affecte ses recherches ? Vous noterez que c'est quand même un thème très intéressant. Mais encore une fois, je n'ai pas eu l'impression que c'était assez approfondie. En même temps, l'idée était quand même de faire un thriller. Et c'est assez réussi à ce niveau-là, sauf peut-être quelques faits incongrus : lorsque des meurtres sont perpétrés dans un lieu, les forces de l'ordre devraient le fermer pour effectuer l'enquête et non laisser les personnes y circuler librement.
Enfin, notons quand même que j'ai beaucoup aimé les personnages principaux :
- Léopoldine Devaire : elle est chargée de faire un inventaire des collections de muséum.
- Peter Osmond : archéologue américain, il est convoqué à Paris pour examiner cette fameuse météorite et se retrouve embarqué dans les malheurs qui vont toucher le muséum.
- Marcello Magnani, religieux : il est envoyé à Paris par le Vatican. Il est un formidable exemple d'un homme croyant passionné par la recherche scientifique.
Ces trois personnages sont crédibles et servent bien l'intrigue. Ils forment les électrons libres du récit. Ce sont les seuls qui ne sont pas au muséum chez eux.
Le roman ne souffre pas de longueurs mais il manque quelque chose pour en faire un très bon thriller de ce genre. A noter que j'avais deviné l'identité du tueur bien avant la fin ! Mais ça, c'est une des causes de la lecture presque intensive de polars ! A force, on réfléchit en enquêteur (une enquête qui porterait sur le sens caché de certaines phrases, des situations décrites par l'auteur !). Bref, c'est un point que je voulais soulever (oui, je suis fière de moi !) mais ça n'a pas franchement dérangée.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
paleoliticgirl
  22 janvier 2019
Bon on est très loin du coup de coeur, ça ne m a vraiment pas convaincue.
L histoire à la base, est pourtant attirante mais le style et l écriture ne m'ont pas du tout plu. On y découvre par moment un style très recherché mais l'histoire étant bourré de stéréotype, ce langage riche ne sert pas à grand chose et je vais même dire, fait tache.
les stereotypes sont classiques, l américain débraillé qui parle fort ( tout le long du livre j avais l'idee d'un accent yankee démesuré...), le prêtre scientifique envoyé par le Vatican et la petite française trop gentille au milieu.... je continue, des scientifiques qui se tapent dessus comme des gamins et q7e même des meurtres n empêchent pas de travailler et bien sûr, bien sûr il fallait qu'on tombe sur une gueguerre Darwin/ creationniste, rajouter à ça un petit chaînon manquant et vous tenez le jackpot.
Le style est parfois aussi très déroutant et c est là qu on voit le côté scénariste de l auteur, puisqu à la fin d une scène, d un dialogue... apparaît un commentaire de l'auteur comme s il fallait une précision pour un hypothétique cameraman, j imagine bien « le zoom sur le livre pose le bureau qui disparaît sous des documents sans que Léo fasse attention et.... coupe ». Je ne sais pas si je suis très claire mais c est très surprenant.
Bon ça a le mérite de se lire vite et sans grande concentration. Entre deux lectures plus prenantes çà passe.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40

Citations et extraits (17) Voir plus Ajouter une citation
CormorobinCormorobin   05 juillet 2016
- Regarde-moi ces crétins... Ils n'ont jamais rien vu ?
- Il faut avouer que c'est spectaculaire... Comment fait-elle tenir tout ça sans soutien-gorge ?
- C'est parce qu'elle est jeune. Tu verras, dans quelques années...
- C'est peut-être de la magie...
Commenter  J’apprécie          70
domdu84domdu84   12 novembre 2011
Les protagonistes de cette histoire passèrent une nuit courte et agitée. Léopoldine, pour sa part, ne ferma pas l'oeil. Elle tenta bien de se plonger dans un roman, mais son esprit butait sur les mots comme une roue dentée ripe sans trêve sur l'engrenage. Seule dans l'obscurité, elle revoyait le corps inerte d'Anita Elberg et l'Américain subtilisant l'étiquette mortuaire.
Commenter  J’apprécie          40
AuroraeLibriAuroraeLibri   30 août 2018
Au lecteur sceptique, l'auteur de ces lignes répondra pourtant ceci : il aurait préféré ne jamais avoir à écrire ce livre. On pense que l'horreur, à l'instar de la science, a des limites. On se trompe. L'horreur n'a pas de limites.

Prologue
Commenter  J’apprécie          30
cvd64cvd64   02 février 2018
Au terme d'une course approximative de 3 000 milliards de kilomètres qui le vit frôler Jupiter à moins de 500 000 kilomètres de distance et traverser sans encombre les anneaux de Saturne, un astéroïde de 13,724 kg pénétra dans l'atmosphère terrestre et termina sa course ce samedi 27 août, aux alentours de 16 heures 51, dans le jardin de Madame Aurélie Leroch, retraitée à Saint-Cast-le-Guildo, charmante bourgade bretonne perchée à deux pas d'une falaise.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
raynald66raynald66   13 avril 2014
Le changement des corps en lumière et de la lumière en corps est tout à fait conforme aux lois de la Nature, car la Nature sera ravie par la transmutation
(Isaac Newton)
Commenter  J’apprécie          40

Video de Véronique Roy (1) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Véronique Roy
Mon fils djihadiste est aussi une victime du terrorisme.
autres livres classés : darwinVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Retrouvez le bon adjectif dans le titre - (6 - polars et thrillers )

Roger-Jon Ellory : " **** le silence"

seul
profond
terrible
intense

20 questions
1912 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , thriller , romans policiers et polarsCréer un quiz sur ce livre

.. ..