AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 9782890525955
178 pages
Éditeur : Boréal (14/03/1994)

Note moyenne : 3.81/5 (sur 21 notes)
Résumé :
Un jardin au bout du monde est né de la vision que je saisis un jour, en passant, d’un jardin plein de fleurs à la limite des terres défrichées, et de la femme y travaillant, sous le vent, en fichu de tête, qui leva vers moi le visage pour me suivre d’un long regard perplexe et suppliant que je n’ai cessé de revoir et qui n’a cessé, pendant des années, jusqu’à ce que j’obtempère, de me demander ce que tous nous demandons peut-être au fond de notre silence : Raconte ... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (2) Ajouter une critique
jmb33320
  30 mai 2020
"Ainsi, un jour que m'amenait sur cette route une étrange curiosité — mais plutôt une tristesse de l'esprit, ce goût qui assez souvent m'a prise de découvrir et de partager la plus totale solitude — j'ai vu devant moi, sous le ciel énorme, contre le vent hostile et parmi les herbes hautes, ce petit jardin qui débordait de fleurs."
J'ai découvert Gabrielle Roy, auteure canadienne francophone, grâce au merveilleux livre de Denis Grozdanovitch "Dandys et excentriques". Il y confessait son admiration pour son oeuvre, et particulièrement pour la longue nouvelle qui donne son titre à ce livre, qui en réunit quatre : "Un vagabond frappe à notre porte", "Où iras-tu Sam Lee Wong ?", "La vallée Houdou" et, donc, "Un jardin au bout du monde".

Le point commun de ces textes c'est l'immense plaine de l'ouest du Canada, ses solitudes et sa nature omniprésente et fatale dans ses excès (froid, sécheresses...). Les personnages principaux de ces nouvelles sont toujours très solitaires, par circonstances plus que par goût, Et le plus souvent immigrés, de Chine, ou bien d'Europe de l'est.
Le fond n'est pas à l'optimisme, mais effectivement le style de Gabrielle Roy transcende totalement ce que pourraient avoir de pathétique ces existences. Il n'y a pas à attendre de ces textes une "couleur locale", des retournements de situation... Un univers par si éloigné de celui de la grande Alice Munro, elle aussi canadienne mais anglophone.

+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          323
Biblio_Babelio
  12 septembre 2019
Un Jardin au bout du monde est un recueil de quatre nouvelles dans lequel, tous les personnages, excepté celui de la première nouvelle, sont des immigrants venus au Canada pour y retisser un autre chemin de vie. Ils occupent un espace fictif très large dans ce recueil et constituent, en effet, son thème unificateur.
La première nouvelle intitulée «Un vagabond frappe à notre porte» relate l'histoire de Gustave, le cousin Québécois, qui est accueilli au sein d'une famille manitobaine. La deuxième portant le titre « Où iras-tu Sam Lee Wong? » raconte l'expérience du racisme dans un village de la Saskatchewan vécue par le personnage Sam Lee Wong, le chinois. La troisième intitulée «La vallée Houdou» raconte l'établissement d'un groupe de Doukhobors arrivés dans le hameau de Verigin (Saskatchewan). En fin, la nouvelle éponyme du recueil, «Un jardin au bout du monde», narre l'histoire de Martha et Stepan Yaramko, un couple venu de la Volhymie, Ukraine. Mais elle est centrée sur Martha qui travaille dans son jardin durant toute l'année. Et qui est, en fait, le personnage clé de ce recueil. Car le profil psychologique qui se dégage de ce personnage ne met pas, en réalité, en scène la vieille Martha qui entretient les fleurs de son jardin, il met en scène l'entretien des fleurs de son âme. L'entretien dont chacun, d'ailleurs, a besoin à un certain moment de sa vie.
C'est ainsi, donc, que le bâti littéraire de Gabrielle Roy a pris en charge le combat des immigrés qui ont quitté leurs terres à cause de la misère ou tout autre type de souffrance. Et ce dans l'espoir de retrouver au Canada la vie que le destin a perdue de vue dans leurs pays d'origine.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30

Citations et extraits (6) Voir plus Ajouter une citation
MoanMoan   01 avril 2012
Mai le vent de Volhyn n'est pas longtemps l'ami des herbes, des fleurs et de l'âme qui aime et soigne la vie. Du côté des très lointaines montagnes Rocheuses, il arriva un jour en brûlantes rafales . Sous le ciel obscurci, il agita et roula la terre volante réduite en fine poussière. Martha, prise de chagrin pour le tourment qu'allaient subir ses fleurs, tenta de leur venir en aide
Commenter  J’apprécie          30
MoanMoan   01 avril 2012
Tôt ce matin-là, malgré la douleur qui à présent s'éveillait en son corps en même temps qu'elle, Martha sortit de la basse petite maison chaulée pour venir , en fichu blanc noué sous le menton, son tablier gonflé d'air, reconnaître en son jardin les plantules à peine dégagées de la graine, tout juste perçant à la vie. Car c'était le printemps revenu tout de même encore une fois, ce printemps qui, vers Volhyn, avait bien plus long et plus difficile trajet à accomplir que vers n'importe quel autre coin du monde.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
Madame_litMadame_lit   05 octobre 2017
L’aspirine en tout cas la soulageait un peu. Dans ce peu de bien-être, ses pensées, comme déjà libérées, s’élevaient, s’en allaient dans le passé rejoindre un air de musique lointaine. Un air qui avait trait à l’été- toujours donc l’été, saison de la vie, saison du cœur- qui exaltait la chaleur, les cerisiers en fleurs et parlait aussi de jeunes hommes et de jeunes filles réunis pour danser sur l’herbe d’un pré autour d’un arbre isolé. Ainsi, par quelques bribes de mélodie que retrouvait son souvenir, par quelques paroles lui revenant à l’esprit, elle se sentait rejointe mystérieusement par une âme inconnue d’elle, dont la nostalgique tendresse était toute vivante encore dans ce vieux chant d’Ukraine. L’immortalité, était-ce donc vrai?
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Biblio_BabelioBiblio_Babelio   12 septembre 2019
Dès l’automne nous vivions dans la grande salle; le petit appentis servant de cuisine en été devenait alors une sorte de pièce de débarras où s’entassaient les meubles et les outils dont nous n’avions plus besoin. Je traversai cette pièce glacée, soulevai avec peine le loquet rouillé. Un paquet de pluie me frappa au front.
Commenter  J’apprécie          10
Biblio_BabelioBiblio_Babelio   12 septembre 2019
Dehors, une plainte toujours! C’est le vent de plaine qui souffle ici comme vent de mer, en porte l’angoisse et, de même en effet que de l’eau, sans trêve rebrousse et agite les herbages.
Commenter  J’apprécie          00

Videos de Gabrielle Roy (7) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Gabrielle Roy
Sean Mills lit un extrait du texte ''Ma rencontre avec les gens de Saint-Henri'' de Gabrielle Roy.
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Littérature québécoise

Quel est le titre du premier roman canadien-français?

Les anciens canadiens
La terre paternelle
Les rapaillages
L'influence d'un livre
Maria Chapdelaine

18 questions
165 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature québécoise , québec , québécoisCréer un quiz sur ce livre