AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet
EAN : 9782372581158
278 pages
Taurnada Éditions (16/03/2023)
4.29/5   113 notes
Résumé :
Quand Nathalie Lesage, commandant à la PJ de Lyon, reçoit un appel au secours de l'un de ses amis, elle n'hésite pas une seconde et part aussitôt pour Albi afin de l'aider à retrouver sa jeune sœur.
Une banale disparition qui, très vite, va se transformer en course-poursuite, jonchée de cadavres et de mystères : un dangereux et insaisissable « Monsieur Étienne », une obscure école de magie, d'étranges disparitions…

Un thriller palpitant, aussi ... >Voir plus
Que lire après NéréidesVoir plus
Critiques, Analyses et Avis (87) Voir plus Ajouter une critique
4,29

sur 113 notes
5
50 avis
4
34 avis
3
1 avis
2
0 avis
1
0 avis
Merci à babelio pour l'envoi de ce livre de poche après une masse critique. Merci à l'éditeur.
C'est un thriller d'anticipation, qui navigue entre réalité et fiction. Les explications de fin d'ouvrage de l'auteur sur ses sources d'inspiration quant à la partie imaginaire m'ont un peu refroidi. C'est sans doute l'une des causes de ma non adhésion pleine et entière au scénario. Suffisamment documenté par l'auteur pour croire cela possible, mais tout de même trop loin de mon univers mental pour y adhérer pleinement, en bien ou en mal. Dans un thriller, un polar, on a toujours les rouages du cerveau qui se mettent en branle pour imaginer le déroulement possible, trouver le coupable etc... Cela fait partie du plaisir de lecture de ce genre distractif. Ici, on le découvre petit à petit mais sans illumination, sans le "Ah, je m'en doutais bien !" ou son équivalent "P....., j'le crois pas ! "
Pour moi ça a été : "Ah bon? je ne le crois pas".
Les dialogues ont été pour moi le deuxième point d'achoppement. J'ai eu du mal à les considérer comme possibles, les ai trouvés artificiels. Or, dans ce type de récit, si on ferme les yeux (et les neurones) sur certaines invraisemblances de scénario (c'est la loi du genre), la saveur vient souvent des échanges, des pensées, des personnages principaux. Ici, le pauvre frérot m'a gavé de bout en bout, sa copine flic pareil.
Voilà, c'est écrit correctement, le rythme est soutenu, le jeu de décalage temporel (prévisible en ces temps de généralisation) bien organisé.
Il m'a manqué la foi.

Commenter  J’apprécie          220
Oh... Mon... Dieu...


Je pourrais m'arrêter là et vous dire de le lire parce qu'il est génial, débrouillez-vous avec cela, mais comme je ne suis pas aussi sadique (quoique...) je vais tout de même lâcher quelques mots. Et pour ceux qui me suivent depuis un moment, vous savez que cela sera plus que 3 lignes. Déjà un grand, GRAND, merci à la maison d'éditions pour l'envoi de ce titre. Néréides, dans la mythologie Grecque il s'agit de nymphes marines, filles de Nérée et de Doris, au nombre de cinquante, qui formaient le cortège de Poséidon, et représentées assises sur des hippocampes. Pour le coup, un thriller de Christophe Royer avec de la mythologie ? du fantastique ? Que nenni, ici il ne s'agit pas de nymphes des bois ou de la mer, mais bien de disparitions et d'un peu de magie malgré tout. Une école de magie (Potter, me voila !) des gens "hors normes" qui disparaissent sans qu'on ne trouve de véritables traces, et la soeur de Samir qui a disparu. Ce n'est pas la première enquête du commandant Lesage que je lis, mais ce que j'apprécie par-dessus tout c'est que même si vous n'avez pas lu les précédentes, vous pouvez vous lancer dans celle-ci sans problème. L'auteur nous donne assez d'éléments pour que nous ne soyons pas perdu, le petit plus serait vraiment de débuter par sa carrière et ainsi d'avoir tous les éléments en main afin de mieux comprendre certains sentiments de notre héroïne. Autrement, vous ne pouvez pas vous perdre de toute manière.


Avant de commencer par l'enquête je dois vous dire que je me suis attachée à cette femme qui a un sacré vécu. Même sans avoir lu toutes les histoires, vous le ressentirez forcément, alors en ayant eu ses débuts entre les mains, c'est encore plus prenant. Difficile de ne pas avoir envie de la prendre entre ses bras pour lui dire qu'un jour tout s'arrangera. Les coups durs, la famille, les amis, c'est une femme accomplie sur beaucoup de points, fragiles à d'autres. Elle est humaine de part ses actes, son impulsivité, sa façon de jouir de la vie ou au contraire de la croquer par les deux bouts quitte à se faire du mal. Ce personnage, je l'attends toujours et je suis ravie quand je vois qu'elle va avoir d'autres aventures. Femme flic au grand coeur même si elle ne le montre pas, Nathalie Lesage est un être humain, autant que possible provenant d'un récit avec ses failles, ses certitudes, son besoin de trouver des réponses que ce soit pour les enquêtes ou sa vie privée. Et dans cette histoire, il s'agit des deux, même si l'enquête est très présente, sa vie privée n'en reste pas moins importante. Une histoire d'enlèvements de jeunes femmes, nous pensons de suite à certaines histoires réelles. La traite des femmes, des hommes, des enfants, trafic d'organes aussi et puis d'autres chose encore. N'importe quel trafic est bon pour les puissants de ce monde qui sont de véritables pervers. Ici je ne vos raconterais pas le pourquoi les enlèvements se font, ni pourquoi certains sont retrouvés d'une certaine manière et d'autres non.


La perversité n'a pas de prix ni de limite. Nous pouvons imaginer tout ce que nous désirons, l'auteur va plus loin encore que notre imagination et pourtant la mienne n'est pas bridée. C'est un concept qu'il nous expose d'une manière rationnelle et si cela existe réellement, le frisson que j'ai dans le dos de dégout deviendra de la peur réelle. L'enquête dure sur un peu moins d'une semaine, mais elle n'est pas expéditive, loin de là. Nous débutons sur une planque avec Lesage et son collège de travail Cyrille, pour la retrouver le lendemain dans une autre ville. Lyon est mis de côté pour nous montrer les trésors de la ville d'Albi (que je ne connais absolument pas !) Pour le peu que j'ai regardé sur mon meilleur ami google, les descriptions de l'auteur lui rende justice et je serais très heureuse de pouvoir la visiter (sans les trucs bizarres bien entendu). Une ville quasiment de lumière surtout lorsque le soleil tombe sur sa cathédrale, un lieu que nos personnages vont visiter pour l'enquête, pas pour le tourisme. Bien que Nathalie soit là en temps que vacancière, ne pouvant pas faire autrement, elle met les pieds dans le plat dans les services de police de Albi et cela ne plaît pas du tout. Guerre de territoire ? Il est vrai qu'il est rare de voir débarquer un autre confrère pour une enquête et leur dire quoi faire, surtout lorsque c'est votre ville... Pourtant, il s'agit de sauver des vies, de retrouver des coupables, alors pourquoi est-ce si difficile d'avoir de l'aide ? OK, celle de Lesage est un peu (beaucoup cavalière), mais elle est ainsi, imparfaite et prête à tout pour ses proches. Nous visitons donc un peu la ville et j'ai retrouvé avec joie Samir, un ancien personnage d'une autre histoire qui m'avait touché par son passé. La différence d'âge s'oublie vite, les moments passés non.


Revenons à cette école de magie qui a tout l'air d'une secte en extérieur (Est-ce le cas ? Je vous laisse le découvrir par vous-même) Toujours est-il que cela ressemble à un attrape nigaud, ou attrape pognon, mais si derrière tout cela il y avait quelque chose de plus puissant ? Les rebondissements viennent, se suivent et les cadavres tombent comme des mouches aux pieds d'escaliers véritablement dangereux. Point de gore dans les scènes, un peu de sang, juste peut-être la dernière et encore en version film nous aurions juste un jet sur un mur, rien de plus. Parce que oui, je vois bien ce récit en film, j'avais les images tout le temps qu'a duré la lecture et même encore en écrivant ma chronique. Je comprends beaucoup mieux la couverture une fois le livre terminé et je ne la regarde plus de la même manière. Je me suis posée de nombreuses questions et maintenant que je sais, waouh, je veux savoir la suite ! Car il faut bien être honnête, même si cette enquête est terminée, l'auteur nous laisse avec de quoi nous dire qu'une suite viendra d'une manière ou d'une autre et que notre cher Nathalie Lesage va encore morfler, pour ne pas changer. En attendant, l'intrigue est plus complexe qu'il n'y parait. Les personnages secondaires ne sont pas là pour la dentelle ou faire potiche, ils servent et certains ont vraiment des gouts pervers en matière. Et puis si l'enquête dure un peu moins d'une semaine, la soeur de Samir n'est pas la première. Depuis combien de temps est-ce que tout ce manège existe ? Ce n'est plus du dégout, mais de la terreur qui se met en place lorsqu'un personnage un peu plus âgé entre en action. Un rythme soutenu qui bien que bloquée par la police locale n'empêche pas Nathalie de mettre son nez où il ne faut pas et de jouer ses cartes de manière peu judicieuses parfois, mais elle n'aura pas le choix, si elle veux tenter de sauver un maximum de gens.


Le récit est à la troisième personne, mais pas uniquement en suivant Nathalie et son ami Samir. Nous avons également d'autres personnages que nous suivons dans leur enlèvement. le flou autour de ces personnages et de ce qu'ils vivent est angoissant, encore plus que de les savoir à la merci, mais de qui en fait ? La lumière ne s'éclaire pas de suite, nous n'avons que le fin mot de l'histoire à la toute fin de ce récit et c'est d'autant plus énervant de ne pas avoir trouvé (ce qui aurait été trop facile, donc pas drôle) mais surtout de comprendre en même temps que Nathalie certains faits. Bon sang, mais c'est bien sur ! Pas besoin de journal pour le comprendre, surtout que nous n'avons pas le journal, mais de petites choses me titillaient les yeux. C'était louche, c'était étrange, c'était illogique et pourtant une parcelle de vérité se trouvait déjà sous nos yeux. Ah cette école de magie liée à une autre entrée ne faisait pas tout. Cet auteur arrive à me faire entrer dans la tête de certains de ses personnages sans avoir besoin d'être à la première personne et j'adore cela. Être aux côtés de notre commandant et vivre dans sa bulle un peu plus intime que d'habitude, de voir ses rouages se faire, comprendre qu'elle est à la fois une mère ou une grande soeur pour certains de ces collègues, une amie ou plus pour d'autres, c'est une joie, mais également un moment intime rare que l'on garde précieusement. C'est ce qui me fait aimer ce personnage et depuis le début de ses enquêtes. Sa froideur cache souvent des blessures profondes et à force de la "connaître", on ne peut que l'aimer. Et puis elle a beau ne rien vouloir montrer, si ses collègues répondent présents, ce n'est pas pour une femme sans coeur. Malgré le danger, les ennuis qui peuvent aller plus loin, Cyrille n'hésite pas à l'aider comme il peut. C'est un collègue de travail que j'apprécie de plus en plus, il est capable de s'amuser et de redevenir sérieux en moins d'une seconde.


En conclusion, parce que oui, il faut savoir s'arrêter à un moment donné, c'est un thriller, un policier qui ne ménage personne. Les protagonistes vont vivre une aventure les emmenant plus loin que la folie même puisse exister. La fluidité de la plume est entrainante, comme toujours et j'ai adoré revoir le personnage de Nathalie Lesage, de continuer à découvrir des éléments sur elle, sur sa capacité à s'ouvrir également. La vie n'a pas été tendre pour elle et chaque enquête nous montre bien son fonctionnement pour ne pas souffrir ou faire souffrir quelqu'un de son entourage, mais par-dessus tout, nous apprenons à la connaître et à lui souhaiter de pouvoir dormir en paix un jour. Beaucoup de mystères autour de ses enlèvements, des victimes que l'on ne peut pas toujours sauver, des criminels qui ne sont pas forcément sains d'esprits. C'est un récit qui mêle un peu plus de vie privée de Nathalie, qui nous ouvre un peu plus de sa personne, avec des disparitions inquiétantes. L'auteur a su garder le mystère jusqu'au bout et j'ai hâte de connaître la future enquête de notre commandant ! Allez, au boulot xD

http://chroniqueslivresques.eklablog.com/nereides-christophe-royer-a214022047
Lien : http://chroniqueslivresques...
Commenter  J’apprécie          30
Si par les temps qui courent certaines actions de la police prêtent à caution, certains de leurs membres savent pourtant faire preuve d'abnégation.
C'est le cas ici de la commandante à la PJ de Lyon , Nathalie Lesage, qui part aider l'un de ses amis à retrouver sa fille disparue. Elle quitte son équipe après un coup de filet en banlieue lyonnaise dans le milieu des trafics illégaux. Samir Palatil est un ancien amant qu'elle a plaqué sans aucune explication et qui l'appelle à l'aide maintenant. Louna est étudiante à Albi et elle n'a plus donné signe de vie depuis plusieurs jours. Samir ne croit pas à une fugue et craint le pire. Alertée par Nathalie, la police locale représentée par le lieutenant Champignol semble vouloir ne faire aucun effort pour s'intéresser à cette affaire.
Se retrouvant seuls, le duo n'a alors pas d'autres solutions que de mener une enquête officieuse de leur côté. Leurs futures découvertes vont les mener dans l'antichambre du mal absolu, de celui qu'on n'ose imaginer dans ses pires cauchemars.

Même s'il manque encore un peu de corps et de crédibilité, le récit ne manque ni de rythme ni d'épaisseur . Adossé à un scénario au cordeau , l'écriture acérée de l'auteur nous embarque dans une descente vers l'enfer sur Terre. L'enfer pour quelques jeunes hommes et femmes qui ont eu la malchance de se trouver au mauvais endroit au mauvais moment, futures victimes de terribles prédateurs. Nos deux personnages principaux sont bien les seuls à se démener afin de faire éclater la vérité. L'auteur parvient à nous baigner dans une atmosphère de plus en plus oppressante et angoissante avant de dévoiler l'infâme réalité qui se cache derrière les mystérieux agissements de ce Monsieur Étienne et de son équipe.
Un bon polar dont le manque de relief sera réparé dans le prochain roman !
Commenter  J’apprécie          151
Tout d'abord, je tiens à dire que cela m'a fait plaisir de retrouver le commandant Nathalie Lesage, non de la retrouver juste après sa dernière enquête, mais quelques temps après, ce qui lui a permis de se faire véritablement sa place dans le commissariat lyonnais où elle a été nommée, et où plus personne ne songe à contester la place qu'elle y occupe. Tout va donc bien dans sa vie professionnelle, quand un ami, surgi du passé, vient lui demander son aide. Il s'agit de Samir, que nous avions rencontré dans Lésions intimes, la première enquête du commandant. Nathalie Lesage n'hésite pas, puisqu'elle a maints jours de congé à prendre, eh bien, elle les prend pour partir avec Samir à la recherche de sa soeur disparue.
Ce que j'ai aimé dans ce roman, c'est le fait que l'on a envie de découvrir la suite – pour faire court, l'intrigue est bien construite. Pour faire plus long, l'intrigue nous emmène dans une direction que l'on n'aurait pas pensé prendre. Nathalie Lesage est une policière aguerrie, et elle ne sait que trop comment la disparition d'une jeune fille peut se terminer. Seulement, plus elle avance dans ses recherches, plus elle découvre qu'elle ne savait pas tout encore tout ce dont un être que l'on dit « humain » est capable de faire à un autre être humain. Seulement, même si nous sommes dans un thriller, j'ai trouvé que la manière dont les faits étaient racontés n'en rajoutaient pas à l'horreur – ou comment la montrer sans complaisance.
Les personnages sont bien caractérisés, y compris ceux qui sont imbuvables, parce qu'imbus d'eux-mêmes. Il est également des rencontres qui sont lumineuses, comme celle de Lucie, une vieille dame qui est elle aussi partie à la recherche de sa petite fille, disparue depuis bien trop longtemps, dans l'indifférence de ses parents. J'ai l'impression que les familles dysfonctionnelles sont un thème qui tient à coeur à l'auteur, qui n'en oublie pas pour autant de parler des familles ordinaires, celles où l'on se préoccupe les uns des autres, où l'on prend soin les uns des autres, comme celle de Samir.
Nereides – un bon polar, tout simplement.
Lien : https://deslivresetsharon.wo..
Commenter  J’apprécie          160
Bonjour amis lecteurs,
Aujourd'hui je vous propose le nouveau livre de Christophe Royer : « Néréides ». J'ai beaucoup aimé ce redoutable thriller saupoudré d'une touche d'ésotérisme. L'auteur nous accompagne à Albi où un commandant de la PJ de Lyon, Nathalie Lesage, vient aider un amour de jeunesse à retrouver sa soeur. Voici un thriller sombre et rythmé aux multiples rebondissements. Vous baignerez dans une atmosphère angoissante et vous retrouverez le personnage principal dans sa troisième enquête. Une fois de plus, j'ai succombé au charme de la plume fluide, percutante et incisive de l'auteur. Un très bon moment de lecture !
Commenter  J’apprécie          160

Citations et extraits (19) Voir plus Ajouter une citation
La bonne humeur habituelle des gardiens s'était évaporée. Leurs visages étaient fermés, mais ce qui détonnait le plus, c'était leur silence. Alexandra serra l'épaule de Julien.
- J'aime pas ça, lui glissa-t-elle dans l'oreille.
Les tendons du cou du jeune homme étaient durs comme la pierre.
- Reculez ! ordonna Pierrot. Le grand chef veut discuter avec le champion. Nous allons avancer le fauteuil dans la cellule et tu vas gentiment t'asseoir dessus et mettre les bracelets.
- Tu rêves mon gros ! Il va falloir que tu viennes me chercher.
Polo soupira et se tourna vers son acolyte, qui sortit un pistolet de derrière son dos.
- Ne nous complique pas la tâche, gamin ! Sois raisonnable. Si tu joues au con, mon ami va t'envoyer une dose d'anesthésiant... Miss blonde, va rejoindre ta copine sur le lit.
Le monde s'écroula autour d'elle. Ils avaient été naïfs de les sous-estimer.
Commenter  J’apprécie          20
Juste à côté, assise sur une chaise, une autre prisonnière à la longue chevelure blonde surveillait sa camarade d’infortune. Son visage exprimait l’anxiété et la détresse.
Commenter  J’apprécie          50
Cyrille résista cinq minutes avant de retirer le casque virtuel. Temps suffisant pour se faire une idée précise de l’objectif d’un tel procédé. Il avait vu beaucoup de films et lu assez d’articles pour discerner le but recherché au travers de cette sournoise technologie. C’était celui de plonger son utilisateur dans un état d’esprit particulier afin d’atteindre son subconscient. À partir de là, manipulation et conditionnement pouvaient commencer…
C’était une succession d’images et de sons, tous avec une même connotation, la même orientation : l’apologie de la supériorité et de la grandeur. Le message était clair : « Grâce à votre intelligence et à votre position sociale, tout vous sera possible, accessible. » La Magia Sexualis leur promettait d’acquérir la faculté de provoquer des réactions et d’influencer le comportement des autres, forcément plus faibles, inférieurs. Que ce soient des collègues de travail, des personnes lambda ou des proches.
Commenter  J’apprécie          00
Quand approche la fin, certains moines décident de se préparer à la mort et de faire l’expérience poussée de l’oubli du corps. Cette pratique est appelée sokushinbutsu. C’est une sorte de suicide ritualisé conduisant à la momification progressive et naturelle d’un homme de son vivant.
Elle se déroule en quatre étapes : pendant mille jours, il va se nourrir exclusivement de noix et de graines afin de faire disparaître toutes les graisses de son corps. Puis, pendant encore mille jours, son régime sera uniquement composé de racines et d’aiguilles de pin conduisant à la perte de la majorité de ses fluides. À l’issue de cette période, il va s’empoisonner en avalant de la sève d’un arbre spécial, un urushi, qui va achever sa déshydratation et le rendre imputrescible. On va enfin l’emmurer vivant dans une petite cavité avec une clochette qu’il devra faire sonner tous les jours jusqu’à sa mort…
Commenter  J’apprécie          00
“Qu’est-ce qui se passe, Lucie ?
– Ne t’en fais pas, c’est juste un coup de fatigue. Ça va passer.”
Ses yeux se remplirent de larmes.
“Tu es sûre?
– Oui”, mentit-elle en lui tapotant les cuisses.
Assise juste à côté, Nathalie avait les mains serrées entre ses jambes. Elle avait tout de suite deviné à qui était destiné cette pièce et comprenait la tristesse de Lucie. Elle était complètement désemparée et ne savait pas comment réagir ni comment la réconforter… Elle n’avait jamais su exprimer ses émotions, on ne lui avait pas appris. Pas plus que d’en recevoir. C’était une handicapée des sentiments, une écorchée vive pleine de haine envers ses parents, qui n’avait pas joué leur rôle. Elle souffrait de ne pas pouvoir prendre spontanément Lucie dans ses bras pour amoindrir sa peine. Non. À la place, elle restait là, posée comme une potiche, à attendre que ça se passe…
Commenter  J’apprécie          00

Videos de Christophe Royer (5) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Christophe Royer
« Famille décomposée », le booktrailer. Un roman de Christophe Royer.
À Lyon, au cimetière de Loyasse, un homme est retrouvé assassiné près de la tombe d'un célèbre guérisseur. Découvert par sa mère, tout porte à croire que ce meurtre n'est que le début d'une longue cabale déclenchée contre la famille Daventure. De par sa complexité, cette nouvelle affaire est un défi de taille pour le commandant Nathalie Lesage et son équipe. Dans les rues d'un Lyon aussi secret que mystérieux, où la petite histoire va croiser la grande, cette enquête va bouleverser la vie de notre héroïne…
Un thriller percutant sur lequel plane l'ombre de Raspoutine, personnage historique qui continue à intriguer et stimuler l'imaginaire collectif…
Roman disponible le 18 janvier 2024 (papier & numérique).
Infos & précommande ici https://www.taurnada.fr/fdcr/
+ Lire la suite
autres livres classés : thrillerVoir plus
Les plus populaires : Polar et thriller Voir plus


Lecteurs (210) Voir plus



Quiz Voir plus

Retrouvez le bon adjectif dans le titre - (6 - polars et thrillers )

Roger-Jon Ellory : " **** le silence"

seul
profond
terrible
intense

20 questions
2854 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , thriller , romans policiers et polarsCréer un quiz sur ce livre

{* *} .._..