AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 9782895971689
240 pages
Éditeur : LES EDITIONS DAVID (22/02/2011)

Note moyenne : 3.68/5 (sur 14 notes)
Résumé :
Un soir, Sophie revient de ses cours à l'Université, quand elle est soudainement éblouie par une lumière intense. Prise de vertige, et sans trop savoir pourquoi ni comment, elle se retrouve en plein coeur de Paris... en l'an 1767 ! Ne pouvant retourner chez elle, elle est recueillie par Nicolas et Élyse, qui l'aideront à s'intégrer à la vie du 18e siècle, dans un milieu dont elle ignore tout des convenances et des règles.

Au cours d'un bal, François, ... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (4) Ajouter une critique
pops74
  16 juillet 2012
Sophie, jeune étudiante québécoise se retrouve un soir d'hiver 2009 transportée dans une sombre ruelle parisienne en 1767 par on ne sait quel enchantement, emportant avec elle son sac de cours contenant entre autres son IPod, une calculatrice et son livre de chimie. Dans ce passé dans lequel elle arrive, Nicolas, un jeune bourgeois est témoin de son transfert de siècle et voit en elle une apparition de la Sainte Vierge. Aidée de Nicolas et de sa soeur Elyse, Sophie va devoir s'adapter au mode de vie de ses ancêtres, les coutumes vestimentaires, les bals, le vocabulaire, les idées, tout y est nouveau. Surtout pour une jeune femme qui connait les points importants de l'avenir de la France et qui fait des études en Chimie, chose inadmissible en ces temps lointains. Elle parvient tant bien que mal à s'intégrer dans cette société. Seul François, comte de Besanceau n'est pas dupe et tente par tous les moyens de percer son secret.
Louise Royer livre ici un sympathique roman mêlant romance et fantastique avec le côté retour dans le passé. Moi qui suit plutôt rationnelle, j'avoue qu'une explication à ce mystérieux et irréversible voyage dans le temps m'a manqué. Peut être vient-elle dans le second tome, Culotte et redingote au 21ème siècle, dont je viens de découvrir l'existence. Même si on se doute de la fin assez rapidement, quelques rebondissements peuvent surprendre agréablement le lecteur et casse le rythme de l'histoire.
C'est un roman qui se lit facilement et qui attirera sans doute les ado passionnés d'histoire et / ou de chimie puisque notre héroïne passe ses journée à tenter des expériences qui seront résolues des années voire des siècles plus tard.
Une lecture numérique accompagnée d'un dossier sur la France du 18 ème siècle, le siècle des Lumières et quelques mots sur les inventions scientifiques abordées dans le roman. Vous pouvez dés à présent allez feuilleter les premières pages sur le site des Editions David.
Lien : http://actualitte.com/blog/q..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
annemariefournier
  08 avril 2015
Un soir, Sophie est projetée mystérieusement au 18e siècle à son retour de l'université. Incapable de trouver la recette magique qui la ramènera à son époque, elle s'allie à Élyse et Nicolas qui l'accueillent chez eux. Elle fait ensuite la rencontre du comte François de Besanceau, qui veut percer son secret si bien gardé.
Au début de l'histoire, le personnage de Sophie me semblait un peu invraisemblable, surtout à cause de son vocabulaire hautement littéraire et peu moderne (c'est peut-être pour cette raison qu'elle s'est intégrée au milieu culturel du 18e siècle sans problème?). Aussitôt que François a été présenté dans l'histoire, mon impression s'est transformée. J'ai (enfin!) découvert une Sophie fougueuse, revendicatrice, curieuse et déterminée. Elle ne tolère pas qu'on lui dise quoi faire et ne se gêne pas pour le dire. J'ai apprécié les clins d'oeil historiques et les parties d'échecs. L'histoire de Sophie et François était mignonne comme tout et progressait à un rythme "normal", jusqu'à ce que...(je ne veux pas révéler la suite!).
Je ne suis pas certaine que ce livre intéresserait un vaste public adolescent (collection 14/18), mais j'ai apprécié ma lecture, puisque je suis une adepte d'histoire et les personnages étaient intéressants.
En somme, j'ai bien aimé cette histoire, que j'ai découvert grâce aux Éditions David. J'ai hâte de lire la suite et le troisième tome, j'espère que Sophie continuera de m'épater! 4 étoiles pour ce premier volet!
Lien : http://avoslivres.ca/product..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
KilianC
  03 novembre 2011
L'intrigue amoureuse pimente évidemment la lecture, avec ses élans d'orgueil qui rappellent Jane Austen, mais ce qui séduit encore plus, à mon avis, c'est l'habileté avec laquelle l'auteure met en relief le choc des cultures, qui fait comprendre le chemin parcouru depuis près de 250 ans, particulièrement aux plans social et politique.
[...]
De facture agréable, ce premier roman de Louise Royer est réussi. Il apporte finement une leçon qu'on a tendance à oublier : ce qu'on tient aujourd'hui pour acquis n'a pas toujours été.
Isabelle L'Italien-Savard, Québec français, n° 162, été 2011, p. 92-93
Commenter  J’apprécie          00
Aemilia_Magistra
  12 août 2016
Nous avons ici affaire à un thème de science-fiction classique, celui du voyage dans le temps. Sophie, une jeune étudiante québécoise se retrouve mystérieusement propulsée à Paris presque 250 ans en arrière, avec dans son sac un iPod, un manuel de mécanique quantique et Les Misérables de Victor Hugo prédisant la Révolution française. Évidemment, sa minijupe et ses cheveux courts ne manquent pas de susciter l'interrogation des gens qu'elle rencontre. Je ne vous en dis pas plus pour ne pas gâcher votre plaisir de lecture, mais sachez qu'il sera question de perruques, d'expériences scientifiques et d'amour !
J'ai aimé le fait que le roman commence directement par l'apparition de Sophie en 1767, on entre ainsi tout de suite dans l'histoire, et c'est exactement ce que j'attends de ce genre de livre. Bref, une écriture efficace, un récit assez prévisible mais bien mené : iPod et minijupe au 18e siècle est une parfaite lecture d'été, fraîche et divertissante !
Critique à lire en intégralité sur FORTY-FIVE WEEKS ;-)
Lien : https://fortyfiveweeks.wordp..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00

Citations et extraits (12) Voir plus Ajouter une citation
rkhettaouirkhettaoui   25 juin 2013
La décence et la moralité sont des denrées relatives. Elles évoluent avec l’opinion de la majorité. Au 21e siècle, dans mon pays, beaucoup d’entre nous portent de telles jupes, il est normal de le faire sans crise de pudeur ou de conscience. Je suis prête à concéder qu’au 18e siècle il en était autrement. Je ne sortirais pas vêtue de la sorte en plein jour ici, non par décence, mais plutôt par respect de la norme, pour éviter de me faire remarquer.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
rkhettaouirkhettaoui   25 juin 2013
M’abaisser à une activité autre que celle de servir Dieu ou le roi serait déroger à mon rang. Je peux choisir entre l’armée, la marine, la politique et le clergé. J’ai préféré acheter une commission dans la marine.
Commenter  J’apprécie          10
rkhettaouirkhettaoui   25 juin 2013
— Ah, vraiment! Allez. Décrivez-moi votre prince charmant.
— D’abord, il devra me traiter en égale. Il sera un ami, un confident avant d’être un amant. J’aurai totalement confiance en lui, comme lui en moi. Je veux un compagnon de vie. Le véritable amour ne peut être jaloux, possessif et contraignant. Personne ne peut m’empêcher de rêver d’un tel amour. Je ne serai assouvie que lorsque je le trouverai.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
rkhettaouirkhettaoui   25 juin 2013
— Mais j’ai un nom.
— Que vous ne pouvez pas prouver être le vôtre. Un nom que vous avez avoué emprunter d’une lettre. Un nom que vous avez oublié en même temps que votre passé. Il vous faut un nom noble pour calmer les sensibilités de l’aristocratie qui n’aime pas perdre la face.
Commenter  J’apprécie          00
rkhettaouirkhettaoui   25 juin 2013
Ce n’est pas de l’amour que je ressens, c’est de l’amitié. Le fait qu’elle soit une femme n’a pas d’importance. C’est plutôt un accident. J’ai tout simplement rencontré un être des plus intéressants, qui a eu le malheur de naître dans un corps de femme.
Commenter  J’apprécie          00

autres livres classés : costumesVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Pas de sciences sans savoir (quiz complètement loufoque)

Présent - 1ère personne du pluriel :

Nous savons.
Nous savonnons (surtout à Marseille).

10 questions
336 lecteurs ont répondu
Thèmes : science , savoir , conjugaison , humourCréer un quiz sur ce livre