AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 222113379X
Éditeur : Robert Laffont (18/04/2013)

Note moyenne : 4.3/5 (sur 139 notes)
Résumé :
Elle a tout oublié, il se souvient de chaque instant.
Depuis l’origine des temps, ils se retrouvent pour former le Phænix et faire perdurer la légende.

Mais pour que l’oiseau mythique renaisse ce ses cendres, pour qu’ils puissent se rejoindre, elle doit regagner la mémoire, et le chemin qui la mènera à sa moitié.

Anaïa a découvert qu’elle était détentrice d’un secret oublié depuis longtemps. Deux garçons qu’elle a rencontrés à l... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (59) Voir plus Ajouter une critique
Melisende
  12 mai 2013
Attention, spoilers sur le premier tome !
Deuxième et dernier tome du diptyque baptisé Phaenix, le Brasier des souvenirs fait partie de ces livres qui déchaînent les coups de coeur sur la blogosphère et qui semblent indispensable à toutes bibliothèques qui se respectent. Malheureusement, comme ça a pu être le cas avec d'autres titres grandement appréciés par le plus grand nombre, je suis grandement déçue. La fin du premier tome m'avait laissée sceptique malgré une introduction prometteuse et je suis dans le regret d'avouer que ce deuxième opus est dans la lignée du dénouement précédent.
Si la mythologie offerte par Carina Rozenfeld n'est pas inintéressante, les personnages qui la mettent en oeuvre m'ont particulièrement agacée, sans parler de leur histoire à laquelle je n'ai jamais cru. Au final, malgré des bases originales et intrigantes, j'ai eu l'impression que l'auteure choisissait la facilité ; je n'ai été ni surprise, ni touchée. Dommage, il y avait du potentiel !
Alors qu'Anaïa, l'héroïne, m'avait complètement charmée dans les toutes premières pages de ce diptyque - violoncelliste, étudiante en arts et lettres -, je ne l'avais plus du tout comprise à la fin du premier tome et malheureusement, dans ce deuxième tome, elle n'est pas remontée dans mon estime. Alors qu'elle vient d'apprendre deux ou trois choses assez claires, notamment sur les deux garçons qui l'entourent : Eidan et Enry, elle continue, aveuglément, à suivre celui qu'il ne faut pas. Certes, elle ouvre enfin les yeux sur la vraie nature du « gentil » mais elle continue, malgré tous les éléments qu'elle a entre les mains, à fréquenter le « méchant ». Oui, le lecteur étant extérieur à l'histoire, il peut peut-être plus facilement voir les choses clairement… mais je crois juste qu'Anaïa est un peu neuneu et qu'elle aime bien foncer droit dans la gueule du loup ! Je modère légèrement mon propos en reconnaissant que tout de même, au bout d'un moment, la demoiselle ouvre ses mirettes et « grandit » un petit peu. Mais il en aura fallu du temps !
Eidan et Enry, les deux -E qui lui courent après. L'un a toute l'apparence de la vertu, tandis que l'autre, malgré son caractère discret et taciturne, semble sincère (non non, ce n'est pas un mauvais remake d'Orgueil et préjugés…). J'avoue qu'aucun des deux ne m'a véritablement convaincue. Enry est définitivement trop dans la caricature pour que j'ai cru un seul instant à son personnage et son histoire avec Anaïa (la vraie, l'ancienne), ne m'a finalement pas touchée (c'est trop tranché, pas assez subtil). Eidan est quant à lui… du genre parfait. Belle gueule, riche, il en a dans le ciboulot, c'est un musicien (guitare et piano) et un chanteur accompli… et en plus, il est gentil. Mouais… ça existe vraiment ? Je pense qu'il incarne l'idéal de pas mal d'adolescentes (l'ancienne adolescente que je suis y compris) mais il est tellement parfait qu'il en devient fade, lisse. Par contre, quelle patience il a ! Face à une gourde comme Anaïa, je ne suis pas sûre que j'aurais résisté à l'envie de me barrer… :p
Le trio entretient donc des relations amoureuses, amicales, fraternelles… qui m'ont laissée assez de marbre et ne m'ont pas du tout surprise. Lorsqu'Anaïa - et donc le lecteur - comprend qui sont véritablement Eidan et Enry pour elle, ça n'a pas été désagréable parce que c'est ce que j'imaginais. Mais j'aurais aimé plus de surprises, des retournements de situation… quelque chose de moins « attendu ».
Et c'est avec cet adjectif que j'ai envie de qualifier l'intrigue : « attendue ». Certes c'est mignon et on est content de lire que machin est en fait le grand amour d'Anaïa, que truc est entre les deux mais que finalement, malgré les embuches, tout est bien qui finit bien… mais où est la folie là-dedans ? Où est le suspense ? Je dois être complètement blasée, mais le plan d'Enry et le dénouement le concernant étaient courus d'avance à mon goût ! J'ai l'impression que Carina Rozenfeld joue la carte de la facilité pour ne pas se tromper. Alors oui, ça fonctionne, oui ce n'est pas désagréable… mais ça manque grandement de subtilité, il manque une étincelle... J'attendais beaucoup plus de cette intrigue, c'est dommage.
En revanche, et c'est un peu le point positif de ce diptyque (et notamment de ce deuxième tome), j'ai aimé la mise en place du mythe du Phaenix. Pourquoi cette graphie pour commencer ? En quoi est-ce que ça un rapport avec Anaïa et les deux garçons qui l'entourent ? J'ai aimé en apprendre un peu plus au fil des pages et j'ai apprécié les flash-back (bien que rares). Encore une fois, certaines choses auraient pu être davantage développées (l'implication du Phaenix dans l'Histoire avec un grand -H par exemple) mais ce n'est pas si mal. Et ça a le mérite d'être assez original et de mettre en avant une créature merveilleuse qu'on ne rencontre que trop peu dans la littérature (à part à Poudlard !). Par contre, le coup des oiseaux géants qui volent comme ça, en pleine journée, mais qui n'inquiètent personne parce que « les gens ne regardent plus le ciel »… euh, mouais.
J'avais déjà apprécié le style de l'auteure dans le premier tome et c'est à nouveau le cas ici. J'aime assez la plume de Carina Rozenfeld et j'ai été heureuse de retrouver des références très contemporaines, aussi bien au niveau de la musique que dans l'utilisation systématique (entre chaque chapitre) de Facebook. Malgré tout, certaines conversations entre Anaïa et ses amis paraissent un peu (beaucoup) superficielles, mais soit.
Je salue aussi le choix de l'auteure qui offre quelques scènes dénudées à ses lecteurs. C'est assez rare en Young Adult (où je vous rappelle qu'on ne va pas plus loin que le baiser… naméoh !) pour être souligné. Et j'ai été surprise devant la relative maturité qui ressort des descriptions de ces scènes. Et c'est tout le paradoxe de ce tome : certains passages - aussi bien dans le fond que dans la forme - peuvent sembler très enfantins (voire « simplistes » puisqu'ils choisissent la solution de simplicité… cf quelques lignes plus haut) et d'autres, comme ces scènes amoureuses, font preuve d'une belle dextérité.
Cela résume bien mon sentiment général concernant ce diptyque : un beau potentiel, une plume qui a ce quelque chose d'agréable mais un texte « gâché » par le public visé, définitivement jeunesse. Les personnages sont donc à la limite du caricatural et l'intrigue - bien qu'offrant un moment non-désagréable - est tellement attendue qu'elle laisse penser que l'auteure a préféré jouer la sécurité. Dommage, dommage !
Lien : http://bazardelalitterature...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
iz43
  12 mars 2017
J'ai eu beaucoup de mal à lâcher mon livre tant je l'ai trouvé passionnant.
J'y ai retrouvé ce que j'ai apprécié dan le tome 1: une histoire très romantique sur fond de mythologie et d'amour éternel, beaucoup de musique, d'extraits de chansons extrêmement bien choisis par rapport à l'intrigue (l'auteure s'y connait vraiment bien), les cours à la fac...
Anaïa retrouve progressivement la mémoire et à partir de cet élément cela devient vraiment passionnant puisqu'elle se met à comprendre un tas de choses et surtout qu'elle retrouve l'amour véritable. J'ai adoré le personnage d'Eidan, rock n roll romantique ténébreux et en même temps d'une délicatesse et d'une tendresse infinies Chouette lecture.
Commenter  J’apprécie          140
Archessia
  31 mai 2013
J'avais a-do-ré le premier tome, et j'attendais donc avec impatience cette suite et fin, avec beaucoup de confiance d'ailleurs, me disant que, en reprenant la recette du premier, ce deuxième volume ne pouvait qu'être savoureux.
Et bien ... pas de suspens, j'avais raison =D

On se replonge directement dans l'ambiance onirique et musicale qui fait tout le charme de ce récit. Ce sont d'ailleurs sûrement les deux éléments que j'ai préféré dans ce titre, tellement ils sont maîtrisés à la perfection et confèrent à l'ouvrage une saveur toute particulière qui lui est propre.
J'ai retrouvé avec énormément de plaisir Anaïa, torturée par une situation qu'elle a du mal à comprendre et encore plus à accepter.
Bon, alors, on vous dit que vous êtes une part primordiale du Phénix, la créature fantastique, et que vous avez besoin de retrouver la mémoire à ce sujet pour arranger tout plein de choses.
C'est bien beau tout ça, mais un peu difficile à avaler. Et comment retrouver la mémoire si on ne vous donne aucun indice à son propos?
Dur à encaisser et à croire, hein ?
Et bien, pour Anaïa aussi, et j'ai vraiment aimé que Carina Rozenfeld parle de ces doutes, ces questions, car on aurait tous eu les mêmes, dans une telle situation.
Ça, et le fait qu'il y ai toujours ces statuts Facebook en début de chapitre, et je trouve que ça ajoute beaucoup de crédibilité à l'histoire, en plus de bien appuyer le fait que c'est un évènement extraordinaire qui se déroule à notre époque moderne.
C'est un moyen vraiment intéressant et intelligent pour faire des références à la culture populaire, j'ai beaucoup apprécié !

On en apprend plus sur le phénix en lui-même, sur sa mythologie, la façon dont Anaïa est une part de lui, tout ça. C'est écrit de façon détaillée et claire, c'est très compréhensible et le concept en lui-même est vraiment superbe et réellement émouvant.
Je ne vais pas trop m'étaler là-dessus, mais grâce à quelques intrusions dans certains souvenirs, on a des scènes, des histoires de toute beauté, touchantes, enivrantes et magique.
Encore une fois, j'ai été 100% séduite par ce récit très musicale. La musique a en effet une place de choix dans ce livre, et on trouve souvent des paroles de chansons pour illustrer une scène ou des sentiments.
Rajoutez à ça une écriture très visuelles, utilisant des métaphores variées d'un esthétisme littéraire incroyable et vous avez des moments d'émotion bouleversants qui vous entraînent dans un tourbillon vibrant de couleurs, de sons et de sensations.

J'ai adoré la direction qu'a pris ce titre, et quelques craintes lors de ma lecture du tome 1 concernant certains personnages ont complètement été effacées avec celui-là ! C'est avec soulagement et émerveillement que j'ai vu le récit se développé et éclore de la plus géniale des manières. Et j'ai également eu mon quota de surprises, jamais je n'aurais imaginé que ça se passerait (et finirait) comme ça que j'avais commencé Les cendres de l'oubli.
Ce bouquin, sérieux, c'est un bonbon. On a envie de fermer les yeux pour le savourer pleinement, on laisse ses saveurs exploser en nous et, quand on l'a terminé, on soupire de satisfaction en affichant un sourire béat.
C'est une histoire tout simplement merveilleuse, reprenant un mythe d'une façon novatrice et unique, et nous offrant des moments d'émotions et de romantisme à faire chavirer le plus endurci des coeurs.
Un titre à retenir, sans aucun doute, à lire et à relire avec délice.
Lien : http://archessia.over-blog.c..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
Anne-C
  22 mai 2013
Le Brasier des souvenirs, suite des Cendres de l'oubli, était un livre que j'attendais avec beaucoup d'impatience. J'avais été totalement conquise et transportée par le premier tome ! La fin de ce dernier a d'ailleurs rendu l'attente de cette suite très longue. Je dois dire que j'ai eu un peu peur que cette suite ne m'emporte pas comme avait réussi à le faire le premier. Et bien c'était totalement injustifié. Une fois encore, Carina Rozenfeld a réussi à m'émerveiller ! le Brasier des souvenirs, tout aussi bien que Les Cendres de l'oubli, est un livre prenant, surprenant et totalement captivant de la première à la dernière page !
Nous quittions Anaïa, Eidan et Enry en pleine confusion à la fin du premier tome. En effet notre héroïne peinait à comprendre ce qu'il lui arrivait, elle commençait à peine à faire le lien entre tous les éléments qu'elle possédait, ses rêves, ses grains de beauté, Enry, Eidan, … Pourtant juste quand elle découvrait qu'elle avait peut-être fait des erreurs d'interprétation … FIN. Enry commençait alors à révéler sa véritable nature et Eidan quand à lui disparaissait. Anaïa se retrouve donc dans une situation assez embêtante, coincé entre son ressenti pour les deux jeunes hommes. Pourtant, malgré tous ses efforts elle n'arrive pas à se rappeler, à se souvenir. Elle sait qu'un lourd mystère plane autour d'elle mais rien n'y fait … Mis à part ses rêves étranges, elle n'arrive toujours pas à comprendre ! le jeune homme de son sommeil revient encore et toujours, inlassablement elle rêve de lui … Elle comprend alors que Eidan est ce jeune homme. Celui qu'elle attend, celui à qui elle est liée, celui qu'elle doit retrouver, celui qui depuis le début essaye de lui faire comprendre, celui qu'elle a rejetée encore et encore. Parallèlement à ses partiels, elle se lance à la recherche du jeune homme sachant qu'il devient essentiel qu'elle lui parle pour comprendre ce qu'il lui arrive. Il est la clé de tout, grâce à lui elle pourrait enfin se souvenir … C'est grâce à la musique qu'Anaïa découvre des messages du jeune homme. Ainsi elle va devoir avancer, faire face et découvrir ce dont elle devrait se souvenir … Nous la suivons dans cette quête, dans sa compréhension progressive des choses.
Si dans le premier tome le mystère était omniprésent tout du long, nous nous posions beaucoup de questions, beaucoup de non dit planaient … Ce deuxième et dernier tome est celui des révélations. Dès le début nous comprenons ce qu'il se passe. Très vite les révélations sont au rendez-vous, on comprend mieux ce dont Anaïa devait se souvenir. Les personnages dont la place était jusqu'alors un peu incertaine commence à révéler leur véritable nature. Même si Les Cendres de l'oubli donnait une idée des choses, dans cette suite tout devient très clair et très vite. Les révélations ne se font vraiment pas attendre … Mais en plus de tout ça, Anaïa doit aussi gérer le danger. Cette suite nous révèle une Anaïa beaucoup plus mature, elle-même le réalise, elle comprend que beaucoup de chose la dépasse et qu'elle aurait du faire plus attention à ce qui l'entourait. Cette jeune femme est une héroïne merveilleuse. Elle me semble tellement réelle que je me suis encore plus attachée à elle ! Elle est déterminée et intelligente tout en sachant garder de la douceur. C'est une jeune femme dont le beauté intérieur comme extérieur enflamme l'histoire tout du long. Enri et Eidan sont quand à eux très présent chacun à leur manière … Notre héroïne commence à faire la part des choses les concernant et comprendre qu'elle a fait une grave erreur. Qu'elle aurait du plus réfléchir. Enry progressivement révèle son vrai visage que nous avions commencé à voir à la fin du premier opus, sa psychologie se révèle progressivement et dangereusement au lecteur. Quand à Eidan … Je l'adorais déjà mais ce tome ne fait que renforcer ça ! Sombre et lumineux en même temps, c'est un héros qui ne peut pas laisser indifférent. Les amis d'Anaïa ont eux aussi leur place dans cette aventure, s'ils ne sont que secondaire, ils sont tout de même très présent tout du long. Que se soit Garance ou Juliette, l'une comme l'autre soutienne Anaïa dans sa recherche de la vérité.
Je ne sais pas comment vous expliquer mon ressenti sans vous faire de révélations. Tout au long de cette lecture, je me suis vraiment laissée emporter. Si j'avais compris à l'avance plusieurs choses grâce au premier tome, je dois dire que pour le gros des révélations j'ai été totalement surprise. Carina Rozenfeld a réussi à rendre son histoire attrayante du début à la fin, il n'y a pas une minute pour s'ennuyer. le suspense et le danger plane tout du long. J'ai vraiment eu peur pour Anaïa à plus d'une reprise … La musique est elle aussi omniprésente ! Elle nous transcende sous toutes ses formes. C'est une part vraiment non négligeable car pour Anaïa comme pour le lecture la musique est source de nombreuses choses. Mais encore plus que ça … La musique semble être un lien entre Anaïa et Eidan. Car autre chose à savoir sur le brasier des souvenirs, c'est que si avant la romance était déjà présente précédemment elle est ici beaucoup plus marqué ! Elle enflamme le roman de toutes les manières possible et inimaginable. L'histoire d'amour d'Anaïa et Eidan nous coupe le souffle et nous entraîne vers un autre monde. Leur histoire fait partie de celle si évidente et si éternelle qu'on ne peut que s'émerveiller face à cela.
J'ai donc trouvé cette fin à la hauteur des Cendres de l'oubli. Ce qui avait commencé a été dans cette suite bouclé. Toutes les questions que l'on pouvait se poser ont trouvé leur réponse. Une fois ce roman terminé, nous ne pouvons n'en sortir que comblé et émerveillé. Carina Rozenfeld nous emporte dans son monde et nous offre la une magnifique conclusion.
Lien : http://galadelivres.blogspot..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
EnjoyBooks
  09 novembre 2013
Phaenix – Tome 2 : le Brasier des Souvenirs de Carina Rozenfeld. (Genre : Fantastique, Jeunesse).
Editions : Robert Laffont
Prix : 17,90€
Année de parution originale : 2013
.Résumé (SPOILER SUR LE TOME 1 !) : Au cours de sa première année de fac dans le Sud de la France, Anaïa a appris qu'elle était détentrice d'un secret profondément enfoui en elle. Deux garçons qu'elle a rencontrés, Eidan et Enry, attendent d'elle qu'elle se souvienne, et recouvre sa véritable identité. Une série de rêves troublants la hante, un mystérieux visiteur lui laisse des messages la nuit à travers des paroles de chansons… Grâce à ces indices, elle pourra renouer le fil coupé de son existence et découvrir que l'amour est la seule étincelle capable d'allumer le brasier de ses souvenirs. Celui qui est son âme soeur est là, près d'elle, tout près d'elle… Réchauffée par les flammes de leur passion, Anaïa devra encore affronter les démons de son passé. Leur fusion suffira-t-elle à réparer ce qui a été brisé et à écarter le péril qui les guette ?
.Phaenix est une duologie qui me faisait envie depuis sa sortie. le 1er tome m'avait beaucoup plu, même si j'en attendais plus. Mais comme tout 1er tome, il installait des bases solides. Et puis cette fin du 1er tome, j'avais eu envie de crier contre Anaïa, de lui dire de courir et j'ai détesté l'auteure pour ce final. Avec ce tome 2, on rentre plus dans les détails, c'est le tome des révélations, tout va se concrétiser et j'ai adoré me replonger dans cet univers. Pour moi, « le Brasier des Souvenirs » est bien au dessus du tome 1, « Les Cendres de L'oubli ». J'ai donc passé un excellent moment.
.Dès le début de ce 2nd tome, je me suis senti happé par l'histoire que nous racontait Carina, par sa plume, par son phrasé spécial, mélodieux, chantant et particulier. Elle a une manière de nous faire part de son histoire, qui me plait et qui nous embarque indubitablement. Sa manière d'écrire est un point fort pour cette duologie. Elle a ce petit quelque chose en plus qui fait qu'on se sent attiré, qu'on plonge dans les pensées d'Anaïa. On a ce côté intimiste très bien retranscrit avec elle, que j'apprécie beaucoup. On est au coeur de ses pensées, de son bonheur, de ses tourments et j'adore cela. Être au centre même de la psychologie de notre héroïne, est assurément un point ultra positif pour le roman.
.Ce tome 2 monte crescendo dans les révélations et dans le rythme. Bien que ce dernier soit quand même assez disparate. C'est-à-dire qu'à certains moment j'ai trouvé que le rythme s'affaiblissait pour le retrouver dans le chapitre d'après. Mais ce n'est pas un point négatif, vraiment important tellement on est pris par l'histoire. Ce récit commence doucement avec le rêve d'Anaïa, puis vient le moment des révélations, une petite intrigue parallèle voit ensuite le jour après le chapitre 13. Tout cela est très bien ficelé dans le roman et tout se passe à merveille.
.J'ai adoré retrouver le personnage d'Anaïa, qui évolue d'une grande manière dans ce tome. Dès qu'elle va se souvenir (chose très frustrante dans la 1ère partie du roman d'ailleurs, de ne pas savoir ce dont elle doit se souvenir), on va la sentir changée, grandit, ayant plus d'assurance et de courage. Ce renouveau et cette renaissance, fait que je me suis d'autant plus attaché à elle et à son histoire. Eidan, bien qu'il soit au début peu présent à cause de la fin du tome 1, m'a beaucoup plu. Il se fait de plus en plus présent dans le récit et c'est ce qu'on attendait. Quant à Enry, j'étais toujours en retenu avec ce personnage dans le tome 1, de même dans le tome 2 et… je ne vous dirai pas grand-chose concernant ce personnage ! Juste vous dire qu'à la fin, il m'a beaucoup ému. Carina Rozenfeld fait de ses personnages un atout essentiel dans son roman. Elle crée quelque chose d'intime, une sorte de cercle avec les mêmes personnages que j'apprécie. Elle ne s'éparpille pas avec une multitude de personnages et c'est agréable. En tout cas, Anaïa, Eidan et Enry sont des personnages très bien travaillés et les personnages secondaires sont tout aussi sympathiques à suivre.
.L'univers du phénix, « phaenix » est magnifiquement bien trouvé. J'ai adoré les transformations modernes qu'a pu en faire Carina dans son histoire. J'ai été absolument conquis par ses descriptions au coeur même de l'oiseau mythique, par l'histoire qu'elle nous propose de ses personnages, par la renaissance inévitable du Phénix de ses cendres. Tout m'a plu, tout est très bien expliqué et je n'ai plus de question. de telle sorte que l'auteure a complètement jouée son rôle, en nous amenant les réponses qui nous manquaient. le phénix est peu abordé dans les livres et Carina l'a fait d'une manière qui pour moi est magistrale. Ce qu'elle nous propose est inédit et son imagination est ouahhh !
.Pour finir, je dirai que la romance est toute mignonne, toute belle. On sent un travail dans la recherche des sentiments, pour nous les faire apparaitre sous sa plume. Romance qui est d'autant plus renforcée par le lien unique qui unit Anaïa et… (Chut je ne le dirai pas !) Ce que j'ai apprécié aussi, et ce qui renforce les sentiments qu'on peut percevoir dans ce roman, ce sont les musiques qui racontent une histoire à elles seules. C'est un point positif que j'ai adoré et surtout on sent que Carina a une culture musicale, qu'elle veut nous transmettre. D'ailleurs j'ai appris à connaître « Vacant » des Dream Theater qui m'a donné des frissons à la relecture du passage merveilleux, en musique. En bref, j'ai adoré cette duologie, je vous recommande ces romans et je vais de ce pas lire le chapitre 13 du point de vue d'Eidan !
Lien : http://enjoybooksaddict.blog..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Citations et extraits (12) Voir plus Ajouter une citation
sharpaylovessharpayloves   29 avril 2013
Les gens ne regardent plus le ciel, Ana. Ils gardent leurs yeux baissés sur leurs petits soucis, ils oublient que le monde peut être plus vaste, qu'il y a des couleurs, des arcs-en-ciel, des nuages et des oiseaux fantastiques qui pourraient changer leurs vies.
Commenter  J’apprécie          170
MissMymooMissMymoo   10 mai 2013
J'avais conscience que mon univers avait basculé dans une forme de folie : je fréquentais des garçons qui se changeaient en oiseaux géants, et non seulement je n'avais pas peur, mais je courais à travers la forêt comme une dingue pour rejoindre l'un d'entre eux. Où était ma vie calme et rangée ? Elle n'existait plus, bousculée par le fantastique, le mystérieux et l'extraordinaire. C'était complètement absurde et pourtant c'était mon existence à présent.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          90
Ma-ah-n0nMa-ah-n0n   11 juin 2013
L'accord parfait de nos deux instruments résonnait, écho remarquable de nos existences. Deux êtres mêlés pour toujours, vivant pour se retrouver, se croiser, évoluer l'un avec l'autre, afin d'élaborer une mélodie vivante, constituée de deux voix, de deux respirations. Le Phaenix. Anaïa et Eidan. Amour et Eternité.
Commenter  J’apprécie          80
alucinealucine   30 juin 2013
Je souris, rassurée qu'il ne m'en veuille pas d'être aussi aveugle et ignorante.
- J'ai rêvé que tu m'embrassais.
Ma voix était tellement basse que j'espérais qu'il ne m'avait pas entendue. Qu'est-ce qui me prenait de dire une chose pareille?
Hélas, ma remarque ne lui avait pas échappé.
- Vraiment? Et alors?
(...)
- Et alors? C'était bien, murmurai-je.
Il eut un rire amusé.
- Anaïa...
Sa voix vibrait d'affection et d'émerveillement.
Il m'attirait à lui à nouveau.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
yudiyudi   26 août 2015
Les mots restaient figés dans ma gorge, enfouis au fond de mon âme, comme si des ficelles les retenaient a l'intérieur de moi, ficelles qu'il m'avait fallu rompre pour libérer ces paroles. Les prononcer allait leur donner une épaisseur, une réalité qu'ils n'avaient pas jusqu'alors.
Commenter  J’apprécie          50
Videos de Carina Rozenfeld (19) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Carina Rozenfeld
Conférence Fascinantes créatures... Les dragons enregistrée aux Imaginales 2018. Avec Anne Wagner, Jean-Luc Bizien, Carina Rozenfeld et Marie Brennan.
autres livres classés : phenixVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

la quête des livres-mondes

Comment s'appellent les trois héros de l'histoire ?

Louise, éric et ewen
fred, éden et tom
zec, louis et éden
carine, julien et rozenn

8 questions
22 lecteurs ont répondu
Thème : La Quête des Livres-Monde, Tome 1 : Le Livre des Ames de Carina RozenfeldCréer un quiz sur ce livre