AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet
EAN : 9791038803800
168 pages
Ex Aequo (21/07/2022)
4.03/5   17 notes
Résumé :
« Les yeux fermés, Vincent et moi, nous nous retrouvons en secret à l'abri des rochers. Nous profitons de la brise marine qui murmure. Elle nous susurre des douceurs au creux de nos oreilles. L'huile solaire à la bergamote s'acharne à tanner notre peau nue. Sur le dos ou sur le ventre, nous nous imaginons être des fakirs grillés sur des tapis volants en grève. Le rire des mouettes nous berce et nous accompagne vers la trêve. Le temps est suspendu sur cet embryon de ... >Voir plus
Que lire après Seth et le Garçon-SirèneVoir plus
Critiques, Analyses et Avis (16) Voir plus Ajouter une critique
4,03

sur 17 notes
5
8 avis
4
1 avis
3
4 avis
2
0 avis
1
1 avis
Voilà un roman qui, depuis le mois de novembre (argh !), se languit d'être ouvert, faisant office de décoration sur ma table de chevet. En attendant, il a eu le temps de gagner, ex aequo avec deux autres ouvrages, le Prix du roman gay 2022 dans la catégorie Découverte (voir le palmarès ici). Enfin, j'ai avancé dans ma pile à lire, et il était le prochain sur la liste. Je ne savais pas à quoi m'attendre (à vrai dire, j'ai fait l'impasse sur la 4e de couverture), et… Pour couper court au suspense, j'ai été impressionné, touché en plein coeur, bouleversé, captivé. Un très beau livre, une histoire à première vue simple mais avec des enchevêtrements, des entrelacements, des passages oniriques, du beau et du douloureux, le tout servi par une plume raffinée et poétique au plus haut point.

Le narrateur se présente à la première personne. Il s'appelle Seth – une première croix à porter dès sa plus jeune enfance. Il est roux flamboyant – deuxième croix. Il ne se sent pas désiré, aimé, ce qui constitue probablement son plus grand handicap, qui va le hanter toute sa vie. Ses parents, trop occupés à s'entredéchirer dans un mariage tellement toxique qu'il devrait être classé SEVESO, le parquent rapidement chez ses grands-parents quelque part dans un trou perdu montagnard. Ses seuls moments de bonheur, il les vit de temps à autre avec son oncle, un marin, et le meilleur ami de celui-ci, Sandro, sur leur voilier. Là, c'est la liberté, non seulement celle de se sentir vivant et entouré, mais surtout celle de se sentir sans les jugements et railleries habituels.

Ah, il y a aussi Tino. C'est un jeune garçon, fils de fermiers, vivant juste à côté des grands-parents. À deux, ils font les quatre cents coups, ils se protègent mutuellement, ils se soutiennent, ils découvrent une amitié pure et vraie, et ils font l'expérience du merveilleux basculement de cette amitié vers quelque chose de plus fort. Enfin, Seth se sent aimé, et il arrive à exprimer son propre amour aussi. Mais la vie, toujours faite de contraintes que l'on a l'impression de ne pas maîtriser, les sépare. Seth retourne dans sa région natale de Montpellier, maintenant très jeune adulte, où il tombe sur Vincent. C'est un étudiant en médecine, qui tombe fou amoureux de Seth. L'attirance est mutuelle, mais pour vivre heureux, mieux vaut vivre caché. N'empêche, avec Vincent, Seth se découvre une grande passion pour le voyage. Et une passion encore plus grande pour un être légendaire, qu'il tentera désormais, presque désespérément, de retrouver dans la vie réelle : la sirène mâle, le garçon-sirène, qui allie douceur, érotisme, beauté, amour, protection ultime des méchancetés du genre humain. Tout semble réuni pour rendre Seth enfin heureux. Mais, comme toujours, l'existence sur terre a d'autres projets…

Ce court récit, tout en méandres et flash-backs, vit avant tout des mots, que l'auteur égrène tels des perles trouvées au fond de l'océan. Amateurs de phrases vides et de clichés lus et entendus ad nauseam, allez chercher votre bonheur ailleurs. Yves Rozier est adepte de juxtapositions nouvelles, d'analogies et paraphrases inouïes, de trouvailles splendides. Ainsi arrive-t-il à évoquer les tumultes extérieurs – les arbres qui rougissent en automne, les différents états de la mer, les senteurs d'une étable poussiéreuse en montagne – avec autant de poésie et justesse que les agitations intérieures. le phrasé est souvent court, parfois même elliptique, avec des répétitions qui se ressentent comme des mantras, des prières de protection, des évocations. Il s'en dégage une grande douceur en même temps que j'ai été envahi, plus d'une fois, d'une énorme mélancolie.

Oui, pour beau que j'ai trouvé Seth et son histoire, je les ai surtout trouvés touchants dans le sens que des vagues de tristesse m'ont envahi çà et là. J'aurais voulu forcer le destin à sourire à Seth, à lui faire cadeau de cette quiétude, cette sérénité, ce bonheur qu'il cherche avec tant de mal. La fin ne m'a pas plus surpris que ça, et c'en était encore une que j'aurais souhaitée bien différente tout en sachant qu'elle ne pouvait l'être. Elle était logique, inscrite dès le départ dans le grand livre du Destin.

En tout et pour tout, c'était un livre qui ne m'a pas laissé indifférent. Un livre que j'ai lu, puis digéré en toute lenteur, comme on déguste un festin savoureux. J'aurais du mal à le mettre dans une case ; je peine même à trouver les mots qui lui feraient justice, dans ce court article. Ainsi soit-il. Je vous dirai juste que le prix que ce roman a remporté est entièrement justifié, que le lire est une belle expérience, et que j'exhorte les amoureux.ses des belles phrases et des belles images de s'en repaître sans délai.
Lien : http://livresgay.fr/seth-et-..
Commenter  J’apprécie          30
En étant fan de tout ce qui se déroule sous l'eau, je ne pouvais clairement pas passer à côté de ce livre !

La première fois que je l'ai croisé, c'était sur Instagram, je ne sais plus de quelle manière je suis arrivée sur la publication de l'auteur, mais c'est que cela devait être ainsi après tout !

Je l'avais d'ailleurs ajouté dans cette si minuscule liste de livres que je veux absolument lire.. Si si si, je vous jure qu'elle est tellement petite que je ne sais même pas pourquoi elle n'est pas vide !

Bon, faisons comme si vous aviez envie de me croire 😂

Et, si je vous parlais un peu quand même de l'objet de votre visite, c'est-à-dire, ce que j'ai à vous partager après ma lecture.

Déjà, il faut savoir que dans ce livre, il y a peu de dialogues, même très peu d'ailleurs, personnellement, cela ne me gêne pas, mais c'est vrai que cela aurait pu donner une autre impulsion au récit. Quoi qu'il en soit, c'est le choix de l'auteur et je le respecte, et franchement, même si moi j'aurais aimé en avoir un peu plus, le fait de se retrouver principalement avec Seth, cela en devient moins gênant, après tout il ne va pas se parler à lui-même juste pour nous faire plaisir !

Bref, passons ce point et allons voir un peu plus loin. Parlons un peu de ce récit dans sa globalité, ensuite, je vous parlerai un peu de Seth.

Nous rencontrons donc notre personnage principal alors qu'il est encore un enfant, nous assistons à ses espoirs, à ses désespoirs, à ses envies, à ses chagrins, à ses incompréhensions. Nous passons tellement de temps avec lui que nous le voyons vieillir au fil des chapitres. L'auteur nous parle de plusieurs choses, non seulement le fait de s'accepter tel que nous sommes, que ce soit une couleur de cheveux un peu trop hors normes, que ce soit l'orientation sexuelle, ou encore les choix que nous faisons, au final, peut-on plaire à tout le monde ?

Un de mes regrets vis-à-vis de ce livre, c'est que nous passons parfois d'un âge à l'autre sans forcément le comprendre directement. Nous avons des souvenirs, mais pas spécialement bien définis au départ. C'est un peu perturbant au début, bien que je m'y sois finalement faite au fil des pages.

Un point hyper bien pensé, c'est le fait de donner des références à tout ce qui touche de près au SIDA à plusieurs moments de notre lecture. L'auteur nous donne des titres de films, des événements, des choses un peu plus triste également. Mais personnellement, je me suis noté quelques films que je ne connaissais absolument pas au passage.

Pour vous parler un peu de Seth, déjà que son prénom peu paraître étrange dans son village, il a en plus une particularité, il est roux, ce qui ne le lui donne pas le plaisir de parfois passer inaperçu, ce qu'il aurait pourtant bien eu besoin par moments. Je trouve que l'on s'attache facilement à lui, on a envie de le comprendre, de l'aider, parfois même de le protéger, voir aussi de lui montrer qu'il devrait suivre un tel chemin plutôt que celui qui semble évident pour tout le monde. Comme je le disais plus haut, nous le suivons finalement tout au long de sa vie, de jeune enfant, nous le voyons devenir ado puis adulte, pour enfin le retrouver avec les cheveux gris.

C'est une histoire touchante, que je vous conseille de découvrir. Seth poursuis un garçon-sirène, nous avons également envie de le voir évoluer dans son élément, que cela soit pour nous ou pour Seth, nous avons cette envie de le voir surgir hors des flots.
Commenter  J’apprécie          10
Seth et le garçon-sirène

J'avais lu le premier livre de Yves Rozier, Takotsubo, que j'avais beaucoup aimé et dévoré en une après-midi. J'ai donc voulu lire son second roman Seth et le garçon-sirène, mais quand j'ai compris qu'il s'agissait du même personnage dans les deux livres, j'ai hésité un instant de peur d'une redite. Mais j'étais aussi trop intrigué. Je l'ai donc lu et ce sont bien deux livres différents. En fait, il s'agit de deux points de vue sur une même histoire et c'est absolument enthousiasmant. Dans Seth et le garçon-sirène on suit Seth le personnage central dans son évolution, ses rencontres, ses amours, ses drames, sa quête de lui-même et du garçon-sirène. Les pièces oniriques s'y mêlent à une chronologie obstinée de l'évolution de l'épidémie de sida. Dans Takotsubo on suivait l'interrogatoire par un policier de toutes les personnes ayant connu Seth. de l'intérieur du cercle à sa périphérie. Voici deux livres qui se lisent séparément, et qui réunis, en font un troisième et donnent corps à un être : Seth. Bravo !
Les parties oniriques sont particulièrement réussies, troublantes, envoûtantes, effrayantes parfois. Les chapitres qui ont trait à l'enfance peuvent être déchirants mais avec cette légèreté de la plume qui fait qu'on ne sombre jamais dans le pathos. Attention, enfant en colère ! Voici une écriture parfois douce et parfois brutale. Y alternent les descriptions rassurantes de détails quotidiens et le vertige et la force des émotions. Yves Rozier a un don pour donner vie en deux mots aux objets, aux paysages, aux animaux, aux astres, aux vagues, aux êtres marins ou célestes, pour leur prêter sentiments et comportements. Beaucoup de poésie, des images qui restent. Et un personnage central attachant en quête de lui-même et de sa propre chimère océanique. du droit à être ce que l'on est, à le vivre et à partir.
Commenter  J’apprécie          40
En premier lieu je voudrais remercier Yves Rozier pour ce service presse et sa confiance.
Ce roman retrace les 60 années de la vie de Seth, jeune garçon aux cheveux roux et au prénom particulier. On suit son parcours, ses déceptions d'enfants, ses rencontres, ses amours, ses tragédies avec un fils rouge le SIDA où l'auteur nous donne des dates clés du début de l'épidémie à nos jours. Seth est un personnage attendrissant à tous les âges, tout au long du livre j'ai eu envie d'être à ses côtés, de le réconforter, de panser ses blessures, d'être son amie.
On peut dire qu'il n'a pas eu de chance, enfant déjà souvent délaissé par ses parents, moqué par ses camarades, abandonné par ceux qu'il a aimés même de façon involontaire : Tino, David, Vincent.
Accroché à son rêve de rencontrer le garçon-sirène Seth va nous emmener dans un monde onirique où le lecteur troublé ému va se laisser porter par cette histoire à la fois envoûtante et brutale.
La plume de l'auteur est délectable, pleine de poésie, ses mots sont percutants, les moments de souffrance limite supportables sont tellement bien transcris que l'on a le coeur brisé avec Seth, on ressent ses chagrins mais aussi ses bonheurs, ses envies. Les larmes à l'orée des yeux, le lecteur va voyager, sentir et découvrir au fil des pages toute une palette d'émotions fortes.
Et enfin le garçon-sirène, cette chimère que Seth aura cherchée toute sa vie, comme si le fait de le rencontrer enfin le libère, lui laisse le droit d'être ce qu'il est et de le vivre. le bonheur de l'amour exacerbé. Puis la paix, celle de l'âme, du coeur et du corps. Seth emporte avec lui tous ses souvenirs, des plus déchirants aux plus joyeux.
On referme le livre avec délicatesse, des images plein la tête, on le laisse un temps à portée de main voyant encore la crinière flamboyante de Seth flottée au vent du haut de son phare.
Je vous invite à vous régaler de cette friandise savoureuse et vous laisse avec quelques phrases qui m'ont touchée au coeur et à l'âme.

« Je me suis longtemps demandé si je pourrais un jour être Moi. Si un jour, j'aurais le droit de dire : je suis moi ! »

« Sachez que, seule, la souffrance creuse le tunnel à travers le mur, c'est elle qui crée la porte vers l'autre côté…le vrai monde, celui où, vous le savez, on ne peut qu'être ce que l'on est, sous peine de ne plus être du tout. »

« Laisse-moi t'aimer ! Laisse-toi aller ! »




Commenter  J’apprécie          20
Ce livre est un témoignage d'une vie, d'une époque. le sida est présent en toile de fond. Les différents chapitres nous rappellent d'ailleurs les dates clefs, les chiffres douloureux de cette pandémie, les évolutions de la recherche, les films clefs témoins d'une période si clivante et l'espoir...

Yves Rozier invite le lecteur à suivre, sur de nombreuses années, le personnage principal prénommé Seth. On fait connaissance d'un jeune garçon roux, délaissé par ses parents, avec peu d'amis, cherchant sa place. Il déménagera de nombreuses fois, changera de vie, d'amour, à de nombreuses reprises. On poursuit le récit avec Seth adulte dans sa quête du garçon-sirène, aperçu lorsqu'il était enfant.

Je ne sais pas vraiment quoi penser de cette lecture. J'en suis ressorti un peu perdu. Certains passages sont de toute beauté, ciselés et poétiques. L'auteur travaille son texte tel une partition. L'utilisation de chaque mot est pesée cherchant même parfois la rime. le résultat est beau mais l'ensemble a souffert à mes yeux d'un manque d'attractivité. Je ne me suis pas senti happé par le récit, peut-être trop discontinu pour moi et avec des descriptions me lassant parfois.

Vous l'aurez compris, selon votre goût ce texte pourra vous ravir ou vous perdre. Je ne suis probablement pas le lecteur cible mais cela ne doit pas vous freiner pour autant. le mieux est de lire ce témoignage pour vous en faire votre propre idée.
Commenter  J’apprécie          40

Citations et extraits (6) Voir plus Ajouter une citation
« La cité des Doges est le seul endroit où il se dit qu'on l'a vu vraiment. Le lieu unique où je peux réellement retrouver ses traces. Là-bas au cœur de la lagune dans l'île aux fantômes, dans le centre culturel maintenant ouvert à Poveglia, je vais rencontrer ceux qui ont peut-être croisé son regard. Autour de l'asile, je me rappelle des yeux écarquillés des derniers qui l'ont vu. De la panique dans leur voix à l'évoquer. Je les entends me dire que je ne pourrai jamais le retrouver. Que c'est Satan. Que personne n'a pu apprivoiser un garçon comme lui. Qu'il est trop sauvage. Que je dois être plus que « matto » de vouloir le poursuivre. Que je dois le laisser libre. »
Commenter  J’apprécie          10
« Le puissant sabre lumineux coupe dans la nuit le rideau de pluie. Il balaie sans cesse en rase-motte le port effacé et la mer brouillée. L'orage purge sa colère. Il disperse des éclairs cinglants. Il émet des roulements de tambour assourdissants et des explosions effrayantes. Un temps trop mauvais pour pouvoir surprendre entre deux flots un garçon-sirène. C'est sûr, l'absent doit se reposer au calme de son alcôve au fond des abysses. Le bienheureux ! »
Commenter  J’apprécie          10
Comment m'envoler? Dans quelle direction aller? Comment m'échapper? D'abord, il y a les parents, la société, les autres. On suit. On est paumé. Alors, on est aveugle à ce qui peut briller en nous et autour de nous. La vie s'écoule sans pouvoir être vraiment soi. Et un jour, ça casse.
Commenter  J’apprécie          20
Debout dans l'embrasure de la porte de la masure, je regarde le grand-père et son béret lustré. Dans la famille, c'est le seul à dire qu'il aime mes cheveux. Souvent, il pose sa main sur ma tête et quelque fois même il me recoiffe.
Commenter  J’apprécie          10
La vie s'est déroulée sans que je me sois éveillé. J'ai vécu toutes ces années sans être vraiment complet. J'ai aimé. J'ai travaillé. J'ai voyagé. J'ai bu et j'ai mangé. Je demande pardon à tous ceux que j'ai côtoyés. C'est vrai que j'ai voulu vous leurrer. Mais moi aussi, je me trompais. J'étais bien le seul à y croire.
Commenter  J’apprécie          00

Video de Yves Rozier (1) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Yves Rozier
Yves Rozier présente "Seth et le Garçon-Sirène"
autres livres classés : lgbtVoir plus
Les plus populaires : Littérature française Voir plus

Autres livres de Yves Rozier (1) Voir plus

Lecteurs (25) Voir plus



Quiz Voir plus

Littérature LGBT Young Adult

Comment s'appelle le premier roman de Benjamin Alire Saenz !?

Aristote et Dante découvrent les secrets de l'univers
L'insaisissable logique de ma vie
Autoboyographie
Sous le même ciel

10 questions
33 lecteurs ont répondu
Thèmes : jeune adulte , lgbt , lgbtq+Créer un quiz sur ce livre

{* *} .._..