AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 1095086081
Éditeur : Inculte éditions (07/10/2015)

Note moyenne : 4.6/5 (sur 5 notes)
Résumé :
« Le projet de Jérusalem terrestre était d’accompagner un roman en cours d’écriture, de presser l’éponge lorsqu’elle était trop pleine. Plongé dans le contraire d’un pays sans légendes, embarqué dans le berceau de tous les mythes, craignant d’être peu à peu débordé par l’avalanche d’informations qui me tombait dessus chaque jour, j’ai très vite éprouvé ce besoin de faire le tri entre ce qui pourrait servir au roman et ce qui ne servirait pas, toutes ces petites bris... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (2) Ajouter une critique
Flodopas78
  08 octobre 2016
En 2014, Emmanuel Ruben, géographe de formation, issu d'une famille juive par sa mère et protestante par son père, a séjourné deux mois à Jérusalem pour écrire son prochain roman. Parallèlement, il s'est mis à tenir un journal pour noter tous les faits, les données ou les remarques que lui inspiraient ses excursions dans « cette marmite des origines ». C'est à partir de ce journal que l'auteur a entrepris d'écrire le récit de son séjour à Jérusalem. Pour donner une unité à ce récit et rendre compte de la situation politique d'Israël, l'auteur a utilisé au début de chaque chapitre les cartes de l'OCHAoPt (ONU). Ces cartes rendent visible le découpage du territoire en multitude d'îlots séparés les uns des autres par un mur qui, tel un « serpent d'airain », encercle et isole les territoires palestiniens. le constat est sévère : il est impossible à la communauté palestinienne, scindée, disloquée, parquée, de mener une vie normale : embouteillages monstres pour passer d'une zone à l'autre, routes en mauvais état, check-points, économie locale ruinée... Pour l'auteur, ce mur est le symbole d'une société qui vit dans le déni de l'autre. Cette situation intenable est envenimée par le passé de Jérusalem, ville où mythes religieux et histoire se mêlent de façon inextricable comme nul part au monde. La Jérusalem céleste pèse de tout son poids sur les habitants de la Jérusalem terrestre.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
Charybde2
  21 septembre 2015
Ce que disent les creux et les bosses de la frontière, à Jérusalem.
Sur mon blog : http://charybde2.wordpress.com/2015/09/21/note-de-lecture-jerusalem-terrestre-emmanuel-ruben/

Lien : http://charybde2.wordpress.c..
Commenter  J’apprécie          10
Citations et extraits (6) Voir plus Ajouter une citation
Charybde2Charybde2   21 septembre 2015
Qui parle de Jérusalem, qui écrit sur Jérusalem, qui marche dans les rues de Jérusalem, sait qu’il lui faut renoncer à distinguer de façon catégorique la part de fiction mythologique et la part de vérité historique. Impossible, à propos de Jérusalem, de se résoudre à une seule version des faits, impossible de toucher du doigt une réalité qui serait totalement débarrassée de sa gangue de légendes. La dichotomie biblique entre une Jérusalem terrestre et une Jérusalem céleste est à l’origine d’une situation paradoxale et mortifère : en aucun lieu de la terre l’imaginaire et le réel ne sont à ce point imbriqués que dans les pierres de la Ville sainte. En aucun lieu de la terre, l’imagination humaine n’a nourri et envenimé à ce point le réel, et nulle part l’enchaînement des faits n’a bafoué avec une telle violence les promesses de l’imaginaire. Si la ville existe au ciel et sur terre, tout se passe comme si cette double existence avait un prix et tout indique que les hommes n’ont pas fini de verser ce trop lourd tribut exigé par un Dieu jaloux de devoir partager son berceau. La glorification de la Jérusalem céleste s’est toujours faite au détriment des habitants de la Jérusalem terrestre : leur histoire n’est qu’une longue suite de sièges, d’exils, de carnages et leur situation actuelle, au regard de cette histoire tragique, pourrait passer pour un moment de répit s’il n’y avait chaque jour des indices qui nous font craindre le pire pour les années à venir.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
Charybde2Charybde2   21 septembre 2015
C’est en retournant me baigner que je comprends : la mer et le soleil n’appartiennent à personne, ni aux Palestiniens, ni aux Israéliens, ni aux Juifs, ni aux Arabes, or c’est ce pays que je voudrais adopter : la mer allée avec le soleil. J’ai horreur de l’expression citoyen du monde utilisée à tout bout de champ pour parler des grands voyageurs – car elle suppose, primo que le monde existe, et secundo que nous pouvons l’embrasser dans son ensemble et sans embûches, bref elle pue l’humanisme nigaud des mondialisateurs sans frontières. Mais pourquoi ne pas se considérer, plus modestement, comme frère du soleil, frère de la mer, frère des dunes et des nuages ? Je comprends soudain Romain Gary, le moins franchouillard mais le plus chauvin de nos écrivains, qui se moquait volontiers de ses lecteurs en racontant comment il avait inventé de toutes pièces sa promesse de l’aube mais qui n’aurait jamais troqué sa vraie mère juive et son passeport trafiqué contre un permis de voter et de verser son sang délivré par des rabbins sourcilleux : si sa grande trilogie romanesque s’intitule Frère Océan, ce n’est pas pour les chiens.
En quittant la plage au coucher du soleil, lequel a suspendu tous les gestes et stoppé les joggeurs – arrêt sur image dans le film Israël -, je pense aux enfants qui ne peuvent plus voir la mer pourtant si proche ; je pense aux enfants de Kalkilya, de Tulkarem, de Qibiya, qui n’ont plus d’autre horizon que la grande muraille de béton.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Charybde2Charybde2   21 septembre 2015
Chez les Israéliens, la mémoire morte occulte la mémoire vive ; chez les Palestiniens, c’est la mémoire vive qui refoule la mémoire morte. Il faudra un jour apprendre à renoncer au rêve du retour, d’un côté comme de l’autre. Abroger la loi du retour israélienne et abandonner le droit au retour palestinien. Ce qui veut dire aussi renoncer au mythe de l’autochtonie. Et ne plus lire la Bible comme un témoignage historique mais comme une leçon destinée aux générations futures pour comprendre et interpréter leur présent.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
Charybde2Charybde2   21 septembre 2015
Ce livre n’est pas un roman ni un récit de voyage. C’est un témoignage ou un reportage ; c’est un journal de débord ou un carnet de déroute ; c’est le journal d’un géographe défroqué que la géographie rattrape dans son apostasie ; c’est une suite de réflexions où la littérature n’entre que par effraction ; c’est le contraire d’un itinéraire de Paris à Jérusalem.
Commenter  J’apprécie          20
Flodopas78Flodopas78   18 septembre 2016
En quittant la plage au coucher du soleil, (...) je pense aux enfants qui ne peuvent plus voir la mer pourtant si proche ; je pense aux enfants de Kalkilya, de Tulkarem, de Qibiya, qui n'ont plus d'autre horizon que la grande muraille de béton.
Commenter  J’apprécie          22
Lire un extrait
Videos de Emmanuel Ruben (6) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Emmanuel Ruben
Reportage sur l?atelier gruppetto. Dans le cadre du banquet d?été 2019 intitulé « Transformer, transfigurer » qui s?est déroulé à Lagrasse du 2 au 9 août 2019
L?écrivain Emmanuel Ruben prix Roger Nimier pour son livre «  sur la route du Danube » Rivages 2019, accompagne un groupe de cyclistes amateurs sur les routes des corbières.
autres livres classés : israëlVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Voyage en Italie

Stendhal a écrit "La Chartreuse de ..." ?

Pavie
Padoue
Parme
Piacenza

14 questions
402 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , voyages , voyage en italieCréer un quiz sur ce livre