AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet
EAN : 9782234090002
432 pages
Stock (17/08/2022)
3.89/5   80 notes
Résumé :
Décembre 2017, banlieue de Lyon. Samuel Vidouble retrouve sa famille maternelle le temps d’un dîner de Hanoukkah haut en tohu-bohu et récits bariolés de leur Algérie, de la prise de Constantine en 1837 à l’exode de 1962. En regardant se consumer les bougies du chandelier, seul objet casé dans la petite valise de Mamie Baya à son arrivée en France et sujet de nombreux fantasmes du roman familial – il aurait appartenu à la Kahina, une reine juive berbère –, il déci... >Voir plus
Que lire après Les MéditerranéennesVoir plus
Critiques, Analyses et Avis (23) Voir plus Ajouter une critique
3,89

sur 80 notes
5
7 avis
4
8 avis
3
7 avis
2
0 avis
1
0 avis
Samuel part à la conquête de l'histoire de sa famille, juive et originaire de Constantine en Algérie . A travers cette quête , qui l'amènera dans le pays de ses ancêtres , lui le prof d'histoire du 93, on replongera dans celle de l'Algérie , du XIX ème à nos jours.

Roman ambitieux qui, comme d'autres mêlent la grande et la petite histoire.
Un roman qui met quelques éclairages sur l'histoire de l'Algérie et notamment les relations entre juifs et arabes . Et le rôle , allez disons ambigu, de la France .
L'auteur a pour moi réussi, avec un regard qu'il a essayé de rendre le plus neutre possible, a montré l'évolution des relations entre communautés . Quelle est belle cette image de fraternité sur une place ombragée de Constantine entre des artisans arabes et juifs.
Alors bien sur, on navigue sur les faits inscrits dans les livres , l'annexion française , la discrimination entre arabes et juifs par rapport à la France, les pogroms de 1934, les émeutes du 8 mai 45, la guerre d'Algérie. On vit ces événements à travers les membres de la smala de Samuel, notre narrateur.
Il y a un coté L'art de perdre de Alice Zeniter même si la période française est moins traitée.

Un roman dense , on s'attache à ces personnages que la structure du roman nous oblige sans suspens à voir mourir.
Naviguant entre dialogues et narration , le style ne soulève pas les foules certes mais rend la lecture très fluide et agréable .
Et si les références à la religion juive sont nombreuses , elles ne sont pas envahissantes.
Une très belle découverte.
Commenter  J’apprécie          603
L'Algérie et son histoire constituent la trame de fond du roman qui met en scène la communauté juive de Constantine du 19e siècle la fin de la guerre d'Algérie, ensuite s' y mêle l'histoire individuelle, personnelle du présent du narrateur Samuel.
La communauté musulmane est évoquée en miroir, les colons sont présents dans le récit et détestés, les liens d'amour et de haine qui sont tissés ou pas entre les différents groupes qui se côtoient dans la ville aux ponts suspendus.
Ce sont des récits familiaux intergénérationnels, les femmes de la famille, la tante, la grand-mère, se succèdent et transmettent à Samuel, les légendes, les histoires familiales les incluant dans la grande histoire.
C'est l'éternel questionnement de l'identité et des origines de la communauté juive d'Algérie, le rôle des femmes et des hommes qui ont façonné L Histoire à la lumière des histoires familiales.
Le récit et l'écriture sont très denses, une logorrhée, c'est alors l'occasion pour le narrateur de mettre en scène toute une galerie de portraits de personnages qui défilent sous nos yeux, en grand nombre (on peut parfois s'y perdre), c'est tantôt le récit de la fameuse Kahina, femme berbère, rebelle et guerrière, d'autre fois la circoncision du petit enfant devenu l'oncle, métèque accoutré de son fidèle caméléon qui se fond dans le décor et se confond avec lui, les tantes, les grands-mères sont aussi de la partie et bien d'autres par la suite, et bien sûr les ponts suspendus de Constantine sans oublier les chandeliers symboliques.
Pour la partie historique du roman, certaines scènes sont bourrées d'humour, d'autres moins, notamment quand il est question de la grande guerre et les violences commises de part et d'autre durant le 20e siècle en Algérie, la guerre, les rivalités, les meurtres, les conséquences de la colonisation.
En 2019, après les récits historiques, Samuel part en quête de ses origines, il nous fait découvrir la Constantine actuelle et les traces laissées par ses aïeux, témoins de l'Histoire. Se mêlent alors le présent et le passé qui resurgit au détour d'une ruelle en ruine, d'un monument, d'un ancien bâtiment, d'un édifice religieux.
A travers cette quête on découvre un roman qui nous fait découvrir une partie peu connue de l'Histoire de la communauté juive, les rapports de force avec l'assujettissement des uns dans une Algérie dont l'histoire est traversée par la violence, la domination des autres et l'histoire individuelle et familiale de certains.
Commenter  J’apprécie          310
Une formidable fouille généalogique, en couleurs, en saveurs et en drames, dans les plis et replis d'une ascendance juive algérienne, et dans les failles mémorielles qui l'affectent aujourd'hui, ici et ailleurs.

Sur le blog Charybde 27 : https://charybde2.wordpress.com/2022/09/12/note-de-lecture-les-mediterraneennes-emmanuel-ruben/

Depuis presque une dizaine d'années maintenant, Samuel Vidouble, l'alter ego malicieux, torturé et doté d'une imaginative curiosité sans bornes, de l'auteur Emmanuel Ruben, nous entraîne sur les chemins savoureux et néanmoins fort sérieux de ses aventures personnelles dans les méandres de la géopolitique contemporaine et de l'Histoire, intime, familiale ou mondiale. Après avoir arpenté les pays baltes (« La ligne des glaces », 2014) et l'Europe de l'Est (« Sur la route du Danube », 2019), fréquenté les eaux ambiguës d'un archipel nommé Israël et Palestine (« Sous les serpents du ciel », 2017) et enfin exploré les lignages et les fantasmes fondateurs de la branche paternelle, protestante et grenobloise, de son ascendance (« Sabre », 2020), le voici propulsé en quête d'une meilleure compréhension, peut-être, de la branche maternelle, juive algérienne (constantinoise, pour être précis, et ce lieu-là sera particulièrement important) désormais ramifiée un peut partout en France. Bien sûr, cet héritage-là était déjà central dans le magnifique et fondateur « Kaddish pour un orphelin célèbre et un matelot inconnu » de 2013, mais l'enquête généalogique n'y était pas de même nature : il s'agit désormais (même si le prétexte saisi, comme souvent chez Samuel Vidouble, est celui d'une tentation amoureuse) de chercher dans l'histoire familiale les ressorts d'une situation mémorielle qui la dépasse, et qui englobe ainsi bon nombre de failles contemporaines et de traumatismes résistants même lorsqu'ils ne s'avouent pas comme tels.

Il faut un grand talent de conteur et d'imagination des interstices, précisément, pour faire ainsi revivre, en transmutant les souvenirs familiaux racontés par les grand-mères et grand-tantes, elles-mêmes dépositaires d'une tradition qui confine souvent, mi-joueusement mi-sérieusement, à la mythologie, une histoire intime ainsi inscrite méticuleusement dans la « Grande », où elle exprime toute son humanité, dans les bons et dans les mauvais jours.

La conquête de l'Algérie par la France (traitée dans les chapitres « Constantine novembre 1836 » et « Constantine novembre 1870 »), s'attachant à ce berceau que fut la ville des ponts suspendus, où Juifs et Arabes partagèrent longtemps ensemble le joug colonial, sans animosité particulière entre eux, fait bien figure de fondation oubliée (ou occultée), que le rappel de la dénaturalisation des Juifs algériens par le gouvernement pétainiste, malgré le sang patriotique largement versé au préalable (« Constantine août 1914 »), ne suffit pas à réveiller vraiment – car le terrible pogrom de l'entre-deux-guerres a déjà alors laissé sa marque quasi-indélébile (« Constantine août 1934 »).

À cette échelle, les étapes suivantes du chemin familial ne sont déjà plus que des formes de conséquences (même si elles ne comportent sans doute pas, intrinsèquement, de fatalité), celles d'un ajustement des perceptions de l'histoire qui survient à un ciment préalable désormais solidifié autour de nouvelles fondations mentales partagées : les massacres de musulmans à la fin de la deuxième guerre mondiale (« Guelma mai 1945 », comme en écho à ceux, beaucoup plus massifs, perpétrés au même moment à Sétif – et dont beaucoup d'historiens s'accordent désormais à faire un ferment essentiel de la « guerre d'Algérie »), l'insurrection elle-même (« Guelma juillet 1957 ») et l'exode final (« Algérie France avril 1962 », où déjà le rôle central de l'OAS s'efface dans la mémoire familiale devant celui du FLN), retrouvant les accents si poignants et cruels, dans le même contexte, appliqué à des populations différentes, du Mehdi Charef du « Harki de Meriem » ou de « 1962, le dernier voyage », voire, de manière plus surprenante mais désormais comme logique, la guerre du Kippour (« France Israël octobre 1973 »), la décennie noire algérienne (« Banlieue lyonnaise décembre 1997 ») et les attentats de l'État Islamique en France (« Paris janvier-novembre 2015 »), ne seront plus lus, essentiellement, qu'à l'aune d'un prisme familial mêlant indissociablement histoire objective et mythologie subjective.

Comme le Mathias Énard de « Zone » ou le Sébastien Ménard de « Soleil gasoil », quoique d'une manière radicalement différente, Emmanuel Ruben nous offre ici à lire et à ressentir un pourtour méditerranéen tissé de liens et de constantes partagées, de l'Algérie à Israël et du sud de la France aux confins italo-balkaniques, convergence de facto, inscrite dans les pratiques intimes et la vie matérielle, et pourtant convergence que les récits déchirent au fil du temps. Les horreurs réelles, les causes objectives et les causes reconstruites, les aveuglements de la mémoire individuelle et collective concourent à bâtir de solides légendes qui n'ont souvent plus grand-chose à voir avec les faits et leur agencement de hasard et de nécessité.

En confrontant Samuel Vidouble, côté maternel, au pouvoir mythologique du chandelier, après l'avoir exposé, côté paternel, à celui du sabre, Emmanuel Ruben nous offre non seulement un magnifique et terrible récit familial – où l'imagination vient opérer sa magie salutaire – mais aussi une décapante leçon d'écriture de l'Histoire, intime et politique, et de la manière dont les souvenirs devenus évidences, quel que soit leur degré de véracité, mais par leur seule force qui va, structurent notre contemporain.
Lien : https://charybde2.wordpress...
Commenter  J’apprécie          150
Chronique vidéo https://www.youtube.com/watch?v=P6mI8se1dW0

Dans ce roman, Emmanuel Ruben retrace l'histoire de sa famille. La littérature est d'abord orale, et c'est une oralité souvent sortie de la bouche des femmes — c'est la note d'intention qui apparait assez vite, celle de faire honneur aux talents de conteuse de sa grand-mère Baya. « Mais toi, n'oublie jamais de dater et de signer, mon fils. Car ceci sera ton oeuvre où tout sera réinventé, pour consoler ta tribu d'avoir tout perdu. »
Je l'ai senti un peu comme une réconciliation entre les juifs et les arabes. Parce que finalement, ce que nous dit Ruben, c'est qu'il y a plus de ressemblances entre les musulmans du Maghreb et des juifs séfarades qu'avec les ashkénazes — et cela se voit bien dans une scène très belle vers la fin où on est en Israël, la greffe ne semble pas prendre, quand il y retrouve l'une de ses tantes, ça sonne faux, il y a quelque chose d'artificiel dans sa nouvelle culture.
L'hommage aux contes arabes, les contes des milles et une nuits est évidente (plaisir de conter, qui narre le destin de femmes princesses ou suppliciées.) Mais, malheureusement, on a l'impression que malgré sa structure assez originale, le texte n'évite pas les passages obligés, déjà, le mélange de la petite et la grande histoire, le bataclan, le retour aux origines, le couple à la roméo et juliette, le reflet qui se diffracte dans la vitre du Ter, le regard qui se cherche lors de la manif, paradoxalement, les scènes dans le présent sont celle qui me parlaient le plus, mais accumulent les clichés, les scènes déjà-vu.
Parfois, je me demande si on ne frise pas un orientalisme un peu daté, un peu impersonnel, l'auteur cite Delacroix, ça m'a justement fait plusieurs fois penser à ses tableaux —l'eau de rose, les fritures, les gens qui parlent fort, la sensualité des femmes avec les caftans qui épousent les formes, les narguilés, etc, etc. S'il y avait eu de temps en temps une note dissonante, surprenante, ça aurait pu faire un moins carte postale. Mais je remarque que plus on s'approche de notre époque, plus cette Algérie quitte le fantasme, plus l'auteur se l'approprie : « oui, à première vue, c'est bien la Suisse, si l'on veut, la Suisse ou le Vercors de mon enfance, se dit Samuel qui ne s'attendait pas à retrouver là, sur la rive sud de la Méditerranée, cette sensation de vert, intense et vivifiante ». Sans toutefois toujours éviter l'orientalisme, voire la fétichisation, avec le personnage de Djamila par exemple. En effet, c'est sa maîtresse, et déjà, j'ai trouvé que les scènes de sexe tranchaient avec le reste, qu'elles ne s'y mélangeaient pas très bien, on dirait du Herbet Léonard « […]nue comme la pierre, avec les mamelons noirs de ses seins durcissant dans la fraicheur de l'aurore parisienne, avec ses yeux berbères virevoltant sous ses longs cils recourbés, avec les gouttes de nuit de ses cheveux ruisselant sur son visage apaisé, tout son beau corps couleur d'argile dressé devant lui ».
Bon, et si je ne peux nier le travail certain de documentation, de recherches historiques, ben, j'ai trouvé qu'on survolait trop les époques et les personnages —au début, on serait tenté de les confondre, et en tout cas, s'il s'agit comme je l'ai lu d'une véritable quête généalogique, il y a le même défaut que pour l'Enfant de salaud de Sorj Chalendon de l'an dernier. Je m'explique : l'an dernier, je trouvais une inadéquation entre ce que l'auteur voulait nous faire ressentir, et ce que l'on ressentait vraiment — la haine à ce moment là (et je supposais que les affects familiaux avaient du mal à se traduire. En gros il haïssait son père, voulait qu'on ressente la même chose mais sans s'en donner les moyens — comme si ça devait couler de source). Ici, c'est la même chose, mais pour l'admiration — sauf que nous, lecteurs, on ne connait pas ces gens : donc nous dire très succinctement pourquoi ils le sont, admirables, sans vraiment prendre le temps de le mettre en scène, ben on ne ressentira jamais les émotions aussi fortement que l'auteur, qui parle de sa famille, de gens qu'il aime. Il raconte l'histoire comme si on le connaissait, comme si on était naturellement concernés par ses histoires de famille — or ce n'est pas le cas — le lecteur est toujours méfiant quand il commence un livre, il a toujours mieux à faire. Mais, plus le livre avance, et plus il prend le temps, comme si la proximité temporelle permettait, justement de mieux peindre les personnes, et comme pour l'Algérie, de sortir du fantasme. C'est une quête identitaire, et aussi une quête du réel, raison pour laquelle le texte devient plus tangible, plus réaliste.
Mais il faut bien attendre la moitié du bouquin, parce que le début me fait penser aux passages de l'ancien testament, où l'on détaille la lignée d'Abraham — ça part dans tous les sens, comme des centaines de lignes qu'on balance par-dessus bord, et qui ne sont pas reliées suffisamment bien entre elles pour le plaisir du lecteur. Bref, le style assez soigné d'Emmanuel Ruben me donne une impression de perte, de gâchis presque.
Lecture tout de même gênée par des clichés littéraires « soeur courage » »silhouettes flottantes » « joyeux lurons »gorgée de soleil » « se promener bras dessus bras dessous » « les rues grouillaient de monde » « armés jusqu'aux dents », « droit comme un I » « à tombeaux ouverts », « faire table rase du passé », etc, etc, etc.
Des tics désagréables (les « histoire de » « histoire que » souvent répétés. Et c'est dommage, parce qu'Emmanuel Ruben, on sent qu'il aime le verbe, qu'il aime les mots pour leur beauté-même, qu'il aime jouer avec les différents registres, les différentes tonalités de la langue, et même les sonorités, on le sent en lisant à haute voix, les mots s'enroulent autour de notre langue — c'est le moment où on aurait envie de reprocher ces petites maladresses plus à son éditeur qu'à lui — après tout, c'est leur boulot : mettre en valeur le texte, en dégager tout le potentiel, et là, c'est dommage, ça griffe un peu les phrases.
Ce qui est intéressant, c'est la symbolique du chandelier, chaque branche correspond à une branche généalogique — finalement, juif ou non, c'est le lot de toute famille. En effet, sous la ménorah est gravé un mot — mot presqu'illisible qu'ils essaient tour à tour d'interpréter : et ça montre bien comment l'histoire d'une famille s'écrit, une sorte de grand téléphone arabe ou chacun ajoute, retire, un travail à la fois collectif et personnel. Il symbolise aussi l'identité juive, qui leur file entre les doigts à chaque guerre, un trésor à protéger. Mais ce qui peut être pesant, à la lecture, c'est la distinction quasi-systématique qui est faite entre le peuple juif et le reste de l'humanité — voici un exemple « Elle comprit ce jour-là, dans la gueule du four en terre, ce que signifiaient le mot juif et le mot femme — être juive, c'est craindre à tout instant le déshonneur et la mort. Oui, elle comprit qu'elle était doublement vulnérable, car être juive, cela signifiait pouvoir être violée avant d'être égorgée ». A ce passage, j'ai juste envie de répondre que ça peut-être le lot de toutes les femmes à un moment donné, quelle que soit leur religion, quelle que soit leur nationalité, leur couleur — en tant de guerre, en tant de crise, le corps de femme est une denrée comme une autre, on le voit encore récemment en Ukraine. J'ai pris cet exemple parce qu'il est parlant, mais ça revient à d'autres moments cette notion d'élection, négative ou positive d'ailleurs. Mais j'ai trouvé que cette fresque sur l'exil du peuple juif, et puis sur l'histoire de France aussi, à travers cette famille, était intéressant.
Même si, l'impression finale que j'ai, c'est d'avoir lu une belle biographie familiale, une belle biographie familiale qui n'a pas su dépasser le particulier de l'auteur et de ses proches.

Lien : https://www.youtube.com/watc..
Commenter  J’apprécie          60
Le roman s'ouvre sur la fête de Hanoukkah, la fête des lumières en décembre 2017 à Lyon dans une famille juive exilée. A cette occasion le chandelier familial s'illumine bougie après bougie, moment pendant lequel des membres de la famille se remémorent leur histoire.
Samuel, le petit-fils de Mamie Baya, écoute religieusement tous ces récits, et cinquante sept ans après l'exode des siens, il s'envole en décembre 2019 vers cet arrière pays qu'il ne connaît pas. Est-ce là l'archipel intérieur qu'il cherche depuis ses jeunes années ?
Ce roman, comme nous confie Emmanuel Ruben, est "partiellement et librement inspiré de l'histoire réelle de sa famille maternelle. "
J'ai dévoré ces pages sur l'histoire de cette famille s'inscrivant dans la grande histoire des juifs d'Algérie. de multiples informations sont venues compléter mes lacunes sur le sujet, thème si tabou encore j'ai le sentiment !
Merci Emmanuel Ruben pour ce travail colossal d'écriture et de recherche, merci, votre livre devrait être lu dans tous les lycées d'ici et d'ailleurs.

" Ce livre qui rend la parole à toutes les femmes juives de la famille, à toutes ces Méditerranéennes qui portaient le monde sur leurs épaules et le pays perdu dans leur ventre. "
Lien : https://www.facebook.com/lec..
Commenter  J’apprécie          230


critiques presse (2)
Marianne_
16 septembre 2022
Emmanuel Ruben poursuit son exploration des légendes familiales avec « Les Méditerranéennes », un récit entre imaginaire et grande histoire, dans une Algérie mythifiée. Une quête des origines épique et foisonnante.
Lire la critique sur le site : Marianne_
LeFigaro
15 septembre 2022
Au-delà des questions historiques et politiques, ce roman écrit dans un français somptueux qui coule comme un fleuve, raconte une quête des origines.
Lire la critique sur le site : LeFigaro
Citations et extraits (45) Voir plus Ajouter une citation
Banlieue lyonnaise, 20 décembre 2017
Demain déjà, ce sera trop tard pour leur poser les bonnes questions, se répète Samuel dans le train qui l’emporte vers le nord et l’éloigne à nouveau des siens. Dans le crépuscule inquiet du solstice d’hiver, il voit défiler les silhouettes fantomatiques des peupliers couchés sous la pluie battante – les pylônes et les crucifix se tordent sous l’effet de la vitesse, les petits bourgs trapus aux clochers bourguignons s’enfuient entre les plis des collines, histoire qu’on les oublie pour de bon. Son visage scindé en deux se reflète dans la vitre du train, son front de trentenaire qui laisse percer les premières rides est comme hachuré par les fragments bousculés de cette campagne à grande vitesse, ses cheveux bruns et frisés qui ne sont plus aussi vivaces et fournis qu’hier s’effilochent dans les envolées des derniers feuillages, son long nez busqué qu’il a toujours cru juif alors qu’il pourrait être berbère se tient là, au milieu, tel un point d’interrogation, ses grands yeux sensuels qui le faisaient passer pour une fillette jusqu’à l’âge de neuf ans brillent d’une lueur inconnue. Des lampadaires s’allument à l’approche d’une gare anonyme que le TGV traverse en un éclair, sans laisser le temps de lire les lettres blanches sur les panneaux bleu nuit et Samuel se dit qu’au fond il est un étranger, que la vie est comme cette campagne française que l’on croit connaître par cœur mais que l’on traverse toujours trop vite, un agrégat de chiffres et de lettres s’égrenant dans la nuit, et pour se détourner de cette idée, pour oublier son visage dédoublé qui le toise à travers la vitre et se penche sur l’écran de sa tablette, il tâche de se raccrocher à la seule image nette et précise qu’il emporte du vacarme de la veille.
C’est l’image de la tante Déborah se levant sans cesse pour rallumer, au milieu des rires et des larmes, dans le tohu-bohu des blagues juives et des engueulades familiales, la dernière bougie du chandelier de Hanoukkah, qui symbolise la présence divine et compte autant de branches que la smalah. C’était un vieux chandelier à neuf branches de facture assez classique, un vieux chandelier comme on en voit dans toutes les familles juives, un de ces objets sans âge, transmis de père en fils, de mère en fille, et qui pouvait tout aussi bien provenir de fouilles archéologiques et donc de la plus haute antiquité que de la sombre échoppe d’un artisan juif de Constantine. Perdu mille fois et mille fois retrouvé, incrusté d’arabesques et de lettres mystérieuses patinées par les siècles, par les paumes qui l’avaient caressé, par tous les chiffons qui l’avaient astiqué, il était en bronze ou en laiton, mais Samuel savait que pour eux tous il était en or pur, il était en diamant, il changeait les bougies de suif en torches ou en flambeaux pour éclairer le monde.
Toutes sortes de légendes l’entouraient. On disait tantôt que c’était l’œuvre d’un orfèvre jadis réputé dans tout le Maghreb, tantôt qu’il avait traversé plusieurs fois la Méditerranée, venu du Portugal ou d’Italie avec les Granas, les Juifs livournais de la branche séfarade, tantôt qu’un rabbin libyen vénéré l’avait rapporté de Rome, de Jérusalem ou de Constantinople, tantôt qu’il avait appartenu à la Kahina, la reine juive de Bernérie dont Mamie Baya aimait raconter les exploits. La seule certitude étant que la dernière branche de ce chandelier ballotté d’une valise à l’autre à travers les siècles et les continents s’était abîmée au gré des traversées – aucune bougie ne tenait en place sur sa coupelle, il fallait sans cesse repositionner la chandelle sur la branche torve et rallumer la mèche au risque de foutre le feu à la maison.
Cela fait des années que Samuel n’a pas assisté à une fête juive et il n’a accepté l’invitation de la tante Déborah que dans l’espoir de poser enfin les bonnes questions. Mais il s’est contenté de répondre à celles que ses tantes et ses cousines lui ont posées, sur sa vie de prof d’histoire-géo en banlieue parisienne, sur les élèves de banlieue parisienne – ils sont gentils tes élèves ? ils travaillent bien tes élèves ? il y a beaucoup d’Arabes dans ton lycée ? -, sur sa compagne dont elles ont oublié de nouveau le prénom – Neva ? Dvina ? Swannie ? Astrid ? (il faut dire qu’il ne leur a jamais parlé de Djamila, pourtant la vraie raison de son attirance soudaine pour l’Algérie) mais tu ne veux pas en trouver une avec un nom bien de chez nous, mon fils, tu ferais mieux de quitter la banlieue parisienne – et lorsqu’elles disent les mots banlieue parisienne, c’est avec une grimace de dégoût, comme si elles disaient La Mecques, Damas ou Téhéran, oubliant ou feignant d’oublier qu’elles aussi vivent en banlieue – banlieue lyonnaise, stéphanoise ou marseillaise.
Commenter  J’apprécie          10
Bref, Besançon était l’envers de Constantine. Mais la tante Myriam ne regrettait pas sa ville natale. Constantine était perdue depuis longtemps, depuis le 5 août 1934, depuis le vol du chandelier. La famille n’avait pas attendu la guerre ni l’exil pour déménager de la vieille ville. Le pogrom sonnait le glas de toute une époque révolue. Des siècles de coexistence pacifique avec les musulmans, émaillée parfois de quelques heurts, mais qui n’avaient jamais atteint l’atrocité du 5 août. Or, pour qu’une telle atrocité fût possible, il suffisait qu’intervînt un nouveau ferment de haine et de division : après cent ans de violence coloniale, cent ans de sabre et de goupillon, l’antisémitisme à la française, extatique et véhément comme un torrent de boue, avait fini par réveiller les eaux dormantes de l’antijudaïsme proverbial des musulmans qui se souvenaient de l’éternel bouc émissaire : s’ils vivaient dans la misère, s’ils étaient exploités, s’ils crevaient de faim, si les récoltes étaient mauvaises, c’était comme toujours la faute des juifs.
Commenter  J’apprécie          80
Si tu cherches sur internet quand a eu lieu le dernier pogrom en France, Samuel, tu trouveras1848 dans un village d'Alsace. Mais ce sont des foutaises ! Le dernier pogrom en France a eu lieu à Constantine le 5 Aout 1934. Car l'Algérie, mon fils, c'était la France. Mais ce jour là, la France était absente.
Commenter  J’apprécie          244
Personne n’avait jamais peint l’Algérie de ses ancêtres. Personne n’avait raconté leur vie d’avant l’exode, et les films ou les livres qu’il connaissait parlaient exclusivement de la guerre. Certes, il y avait dans le salon de Déborah, suspendus aux murs jaunes ou empilés sur des étagères, des tas de bibelots poussiéreux que les cousins lui rapportaient des souks de Marrakech ou de Tunis. Mais personne dans la famille n’avait fait le voyage en Algérie, et le seul objet que sa mère et sa grand-mère avaient emporté, en 1962, à bord du navire qui les arrachait au sol natal, c’était ce chandelier à neuf branches – neuf branches et non pas sept, lui répétait la grand-mère quand Samuel le dessinait enfant, si tu dessines sept branches c’est péché, le seul chandelier qui en comptait sept était la menorah d’or pur commandée par l’Éternel, il est interdit de représenter le flambeau de l’Éternel, comme il est interdit de représenter Son visage ou de prononcer Son nom.
Et l’enfant n’osait pas contredire sa grand-mère. Il savait pourtant que sous le socle du chandelier familial était gravée une minuscule menorah à sept branches entourée d’une étoile, d’un croissant et suivi des quatre lettres suivantes : 𐤉𐤄𐤅𐤄

Et l’enfant ignorait comment prononcer ces lettres, quel était cet alphabet, il ignorait le sens de ce cryptogramme, de ce croissant, de cette étoile et de ce chandelier miniature caché dans le chandelier grandeur nature mais il savait qu’il lui faudrait un jour élucider ce mystère, cependant que la grand-mère, tout en rajustant sur ses épaules son châle en cachemire dont les franges étaient aussi soyeuses que ses cheveux gris, lui disait : assieds-toi, prends encore un makroud aux dattes, mon fils, et écoute bien Mamie Baya.
Mais souviens-toi d’abord d’une chose, baba l’aziz : il est inutile de vouloir concurrencer le réel, car la mémoire est toujours infidèle. Ce qui a eu lieu autrefois ne reviendra pas. Le passé est révolu et nos regrets sont inaudibles. Et c’est pour ça qu’il vaut mieux écrire des contes et des légendes que des récits calqués sur le vécu. Et si je savais écrire comme toi – mais ta pauvre mamie est analphabète parce qu’elle n’a pas eu la chance d’aller à l’école -, j’écrirais des romans. Pas des romans guerriers comme ceux que te racontent tes oncles mais des romans pacifiques. La Bible nous parle d’Adam et Ève au Paradis et raconte que nous étions esclaves du Pharaon en Égypte – je ne sais pas s’il est vrai que nous avons été chassés d’Égypte ou du Paradis mais souviens-toi qu’il était une fois un pays dans lequel nous vivions heureux parmi les Arabes et les Français, malgré le turbin, les brimades et la misère. Et promets-moi deux choses : si tu écris un jour l’histoire de ce pays disparu et de ta tribu qui a tant souffert, s’il te plaît, change les noms des vivants, change les lieux, change les dates. Mais toi, n’oublie jamais de dater et de signer, mon fils. Car ceci sera ton œuvre où tout sera réinventé, pour consoler ta tribu d’avoir tout perdu. Notre œuvre à nous fut de vivre et d’aimer, sans amertume et sans rancœur. Ils sont bons, hein, les makroud de ta grand-mère ? Saba baba l’aziz, Dieu bénisse.
Commenter  J’apprécie          10
– De toute façon l’antisémitisme est la grande passion française ! Regardez, tant que les islamistes zigouillaient des Juifs, ça dérangeait personne. Mais depuis qu’ils ont touché à ces salauds de Charlie Hebdo, c’est la guerre ! Alors que tout le monde se fiche des morts de l’Hypercacher !
– Comment ça, ces salauds de Charlie Hebdo ? T’es pas Charlie, tonton ?
– Non, moi je suis Charles de Gaulle !
– Le type qui a vendu aux Arabes ton pays, l’Algérie française ?
– Pour éviter la France algérienne !
– Et tu trouves que ça a marché ?
– Colombey n’a pas encore de mosquée !
– Ha, ha ! Tu es Charles de Gaulle qui nous avait compris et nous sommes le peuple sûr de lui et dominateur…
– D’élite, a corrigé l’oncle Alain, le peuple d’élite sûr de lui et dominateur, n’oubliez jamais d’élite quand vous citez la phrase du Général, lui au moins avait pigé que nous étions le peuple élu, pas comme tous ces gauchistes qui encouragent l’islamisation et le nettoyage ethnique !
Et Samuel a failli se boucher les oreilles et fuir cette maison de fous quand l’oncle Alain a tapé du poing sur la table et franchi les bornes du politiquement correct en tonitruant de sa voix orageuse que Tsahal devrait bombarder le neuf-trois !
– Oui, Baroukh Hachem, je le répète, que si j’étais Premier ministre israélien, je bombarderais Beyrouth, Téhéran, Damas et Saint-Denis.
Voilà ce qu’a dit Alain. Fier de la phrase qui a jailli de sa bouche tel un boulet de canon, il a lissé ses moustaches à la Romain Gary et caressé son crâne aux rares cheveux blancs plaqués sur la nuque.
– Mais tonton, tu sais que j’habite à Aubervilliers ?
– Ah oui c’est vrai que tu es allé jouer les missionnaires en terre étrangère ! Eh bien on fera d’abord évacuer tous les Français !
Il a dit tous les Français et non pas tous les Juifs car il n’a jamais considéré son neveu comme juif, et lui-même dont la mère était bretonne de Douarnenez juge qu’être juif n’est pas une question de sang, mais d’adhésion spirituelle et de soutien sans faille à Israël. Il faut savoir lire la Torah et souffler dans le shofar, avoir fait sa bar-mitsvah et soutenir toutes les offensives contre Gaza. Et Samuel qui ne remplit qu’une seule de ces conditions se sent comme souvent une brebis galeuse, un traître parmi les siens, un demi-juif honteux, le rejeton d’une union contre nature entre un goy et une juive, mais on l’appelle quand même mon fils ou mon chéri, on lui passe le kiddouch dans le calice en argent et le pain trempé dans le sel, on l’embrasse sous le talith, le châle de prière aux couleurs d’Israël, on le bénit en hébreu, on lui dit en arabe saha et meskine, comme tu es maigre, mange, mange, reprend du couscous au beurre, sinon ça va se perdre, tu ne manges pas assez, mon fils !
Et Samuel se demande à nouveau pourquoi il a accepté cette invitation à retrouver toute la smalah dans cette maison de dingues, pourquoi il n’ose pas leur demander de raconter l’Algérie, tout ce qu’il souhaite, c’est qu’ils lui racontent l’Algérie, mais un pays a remplacé l’Algérie dans leur cœur, et ce pays s’appelle Israël.
Commenter  J’apprécie          10

Videos de Emmanuel Ruben (17) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Emmanuel Ruben
Quand les livres nous parlent de la Russie et de l'Ukraine, entre guerre et paix : Giuliano da Empoli, qui publie "Le Mage du Kremlin", et Emmanuel Ruben, qui co-dirige le livre collectif "Hommage à l'Ukraine", sont les invités d'Olivia Gesbert.
#bookclubculture #ukraine #russie
___________ Venez participer au Book club, on vous attend par ici https://www.instagram.com/bookclubculture_ Et sur les réseaux sociaux avec le hashtag #bookclubculture
Retrouvez votre rendez-vous littéraire quotidien https://youtube.com/playlist?list=PLKpTasoeXDrqL4fBA4¤££¤7De l'Ukraine21¤££¤ ou sur le site https://www.radiofrance.fr/franceculture/podcasts/bienvenue-au-book-club-part-2
Suivez France Culture sur : Facebook : https://fr-fr.facebook.com/franceculture Twitter : https://twitter.com/franceculture Instagram : https://www.instagram.com/franceculture TikTok : https://www.tiktok.com/@franceculture Twitch : https://www.twitch.tv/franceculture
+ Lire la suite
autres livres classés : algérieVoir plus
Les plus populaires : Littérature française Voir plus


Lecteurs (265) Voir plus



Quiz Voir plus

Quelle guerre ?

Autant en emporte le vent, de Margaret Mitchell

la guerre hispano américaine
la guerre d'indépendance américaine
la guerre de sécession
la guerre des pâtissiers

12 questions
3280 lecteurs ont répondu
Thèmes : guerre , histoire militaire , histoireCréer un quiz sur ce livre

{* *} .._..