AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 1091365571
Éditeur : Le Realgar (06/03/2018)

Note moyenne : 4/5 (sur 2 notes)
Résumé :
Mais où sont-elles ces racines et ces souches que vous avez toujours à la bouche ?
vous ne savez faire qu’une chose : couper, trancher, délimiter
vous avez réduit vos paroles à ce gazouillis d’un homme face à son écran
vous revendiquez tout le temps vos racines mais en réalité vous parlez aujourd’hui la langue de vos machines
et vous n’avez pas plus de racines que nous
et vous n’êtes pas moins nomades que nous, vous qui vivez touj... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (2) Ajouter une critique
vibrelivre
  31 août 2018
Terminus Schengen, Emmanuel Ruben, éd. le Réalgar, Poésie

Pour qui ne connaît pas Emmanuel Ruben (comme moi qui ne l'avais écouté qu'à la radio, mais l'émission avait suscité le désir de lire l'ouvrage dont il est question) ce recueil de neuf poèmes avec en plus quelques photos de bouleaux prises d'un train par l'auteur, donne envie de le connaître davantage, d'autant plus qu'il aime le vélo et Julien Gracq. C'est un poète qui se soucie de l'humanité et de ce que c'est qu'être homme, à savoir quelqu'un que ne dirige pas l'appétit de l'argent et du pouvoir, et qui revendique ses origines non-conformes, une arrière grand-mère paternelle Allemande et fille-mère, le scandale. Le livre lui est dédié, à elle qui prit l'habitude et Ruben à sa suite de vivre entre deux villes et deuxpays.
Ruben donne à penser à deux types d'hommes, celui qui peut mourir à tout bout de champ comme un chien/ et qui sait pour cela qu'il est un homme et celui qui rêve d' être ramifié et veut l'être . C'est un errant de l'Est (cet Est qui attire S. Tesson et C. Gras, mais aussi l'écrivain polonais Stasiuk) qui s'indigne des barbelés hongrois. On pense également à Blaise Cendrars et à sa Prose du Transsibérien, même si ce poème fait entendre une exaltation positive.
Terminus Schengen peut aussi se dire Kaputt Schengen, Kaputt pour reprendre le titre du livre de Malaparte qui disait la destruction de l'âme de l'Europe, précise Ruben, c'est dire que l'espace Schengen n'existe plus, que l'époque des frontières est revenue, ainsi que celle du chacun chez soi et de la mesquinerie d'esprit. Les migrants ne sont pas les bienvenus, et l'on ne pense pas plus loin que le bout de son nez, les migrants climatiques, on ne veut pas en entendre parler, et ressurgissent quasi mécaniquement les idées mal pensées des nationalistes.
le bouleau a une valeur symbolique, dont l'écorce servait de papier aux prisonniers politiques. Ruben écrit et dessine sur des écorces de bouleaux. Le Ruben dessinateur a assuré la couverture du livre.
Pour ce qui est de la forme, je parlerais de versets, au rythme irrégulier, accordé au cri de la colère et à la vitesse du train. Ce qui est en italique est la reproduction des dires de l'autorité policière, et des pensées du narrateur qui ressent, à qui répond un double, la raison ? qui s'adresse à lui en disant tu et formalise le réel et le vécu.
Ruben ne parle pas de poésie engagée. Comme Camus, il est embarqué dans la galère du temps, et il se veut « le géopoliticien des lieux tus ».

+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Charybde2
  07 mai 2018
Une poésie acérée aux confins de la moderne forteresse Europe.
Sur le blog Charybde 27 : https://charybde2.wordpress.com/2018/05/07/note-de-lecture-terminus-schengen-emmanuel-ruben/
Lien : https://charybde2.wordpress...
Commenter  J’apprécie          10
Citations et extraits (4) Ajouter une citation
Charybde2Charybde2   07 mai 2018
Regarde là-bas ce grand peuplier couché dont untel a ramassé les branches et tel autre les racines
le premier les a jetées au feu comme on se débarrasse d’un fagot alors qu’il aurait pu faire de ces branches une
torche pour éclairer le monde
le second les a brandies comme on brandit un glaive
racines chrétiennes de l’Europe
racines chrétiennes de l’Europe
Mais où sont-elles ces racines et ces souches que vous avez toujours à la bouche ?
vous ne savez faire qu’une chose : couper, trancher, délimiter
vous avez réduit vos paroles à ce gazouillis d’un homme face à son écran
vous revendiquez tout le temps vos racines mais en réalité vous parlez aujourd’hui la langue de vos machines
et vous n’avez pas plus de racines que nous
et vous n’êtes pas moins nomades que nous, vous qui vivez toujours entre deux trains et deux avions, peuple des pas perdus et des tarmacs, peuple des bretelles des échangeurs et des ronds-points
et de cette grande affaire humaine dont on nous hache la forêt
– le peuple européen, il ne nous reste plus rien
que le tronc décharné
d’un peuplier
et l’écorce lacérée sur laquelle nous pourrons graver
les premières figures
d’un alphabet futur.
Mais regardez par terre toutes ces feuilles mortes en forme de cœur
qui macèrent et pourrissent sous vos pieds
et deviennent l’humus de la mélancolie
vous ne les reconnaissez pas ? Vous ne voyez pas que ce sont là vos bulletins de vote
et vos référendums
ils sont tombés du ciel comme des
tracts
obsolètes
ils s’enfoncent dans la terre grasse et gorgée d’humour noir
cela fait vingt-sept ans que vous les foulez des pieds.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Charybde2Charybde2   07 mai 2018
Sur les quais de Novi Sad
le train freine en accordéon dans le brouillard
c’est un vieux train yougoslave
venu de Bucarest ou de Sofia, venu d’Istanbul ou de Salonique
un vieux train rouillé qui tortille vers le nord
à travers les ors vieillis de l’arrière-automne
dans l’air cruel et frisquet d’un matin d’octobre
sur la carrosserie de la locomotive on devine encore les symboles du monde d’hier
le J de la Yougoslavie, le Ж des chemins de fer et l’étoile rouge qui a vaincu la croix gammée
mais aujourd’hui sur les vitres du vieux train fourbu
des écriteaux gravent les lettres noires de son
ter-
minus
WIEN
Et dans le compartiment tu apprendras qu’il faut changer de place
car à la frontière le vieux train se scindera en deux
tron/çons
une moitié pour l’Autriche
l’autre moitié pour la Hongrie
la Mitteleuropa n’est pas l’Europe du milieu
c’est une Europe encore coupée en deux
vingt-sept ans après la chute
DU
MUR
qu’on croyait unique et qui n’en finit pas d’enfanter
ces fils de fer barbelés
ces fossés moyenâgeux
derrière les miradors plantés dans les champs comme des échassiers.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Charybde2Charybde2   07 mai 2018
Nous sommes les vrais juifs d’aujourd’hui
et c’est l’homme-juif que vous haïssez en nous – vous dites Migrants, c’est notre nom d’oiseau, comme vous disiez autrefois Youpin, vous dites ils sont des millions, ils viennent, ils nous envahissent
vous nous appelez « migrants » comme on parle d’oiseaux migrateurs ; mais ce n’est pas la mort des saisons que nous fuyons, ce n’est pas l’approche de l’hiver qui nous jette sur les routes, c’est la destruction de nos villes et la négation de nos vies, c’est cette interminable saison en enfer qu’on appelle la guerre.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
vibrelivrevibrelivre   31 août 2018
la Mitteleuropa n'est pas l'Europe du milieu
c'est une Europe encore coupée en deux
vingt-sept ans après la chute
;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;DU
;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;MUR
Commenter  J’apprécie          10
Videos de Emmanuel Ruben (7) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Emmanuel Ruben
Le samedi 3 août 2019, dans le cadre du banquet d'été "Transformer, transfigurer" qui s'est déroulé à Lagrasse du 2 au 9 août 2019, Emmanuel Ruben lisait, accompagné de Jacques Bonnaffé d'extraits de son dernier livre "Sur la route du Danube"
L?Europe existe mais ne se limite pas à la fiction européenne. En 2019, plus de la moitié de l?Europe continentale se situe en dehors de notre Europe communautaire. C?est l?Europe gazeuse, nomade et tzigane, l?Europe des autres, qui n?ont pas besoin de monnaie commune et de traité constitutionnel pour se sentir exister. Le livre est paru en mars 2019 aux éditions Rivages.
+ Lire la suite
autres livres classés : poèmesVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Testez vos connaissances en poésie ! (niveau difficile)

Dans quelle ville Verlaine tira-t-il sur Rimbaud, le blessant légèrement au poignet ?

Paris
Marseille
Bruxelles
Londres

10 questions
754 lecteurs ont répondu
Thèmes : poésie , poèmes , poètesCréer un quiz sur ce livre