AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2344009256
Éditeur : Glénat (26/08/2015)

Note moyenne : 3.81/5 (sur 34 notes)
Résumé :
Dans un futur dystopique, le gouvernement est un concept archaïque, les richesses du monde sont farouchement acquises par quelques familles qui règnent de façon despotique. Forever Carlyle est l’ange gardien de sa famille... son « Lazare » !

Dans cet épisode : Forever démasque une rébellion prenant source dans les rues de Los Angeles. Dans le même temps, les Barret, une famille de Déchets tombée en disgrâce, part pour un voyage de 500 miles pour Denve... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (7) Voir plus Ajouter une critique
Presence
  31 août 2015
Ce tome fait suite à Famille (épisodes 1 à 4) qu'il faut avoir lu avant. Il contient les épisodes 5 à 9, initialement parus en 2013/2014, écrits par Greg Rucka, dessinés et encrés par Michael Lark (avec l'aide de Brian Level), et mis en couleurs par Santi Arcas.
Dans le secteur South Central de Los Angeles, Forever Carlyle va s'enquérir de la santé de Cady Rosales, après avoir ordonné l'exécution de son père (voir le tome précédent). Johanna Carlyle s'atèle à la tâche de gérer ce même secteur, dont elle a la responsabilité au sein de la famille (pour essayer de se faire pardonner son alliance peu glorieuse avec son frère (voir le tome précédent).
Quelque part dans une ferme du Montana, Bobbie et Joe Barret ne peuvent que constater que l'aide (payante) de la famille Carlyle n'arrivera pas à temps pour protéger leur domaine des inondations. le lendemain, ils ont tout perdu. Ils décident d'emmener leur fille Leigh et leur fils Michael au recrutement de l'Ascension (Lift), organisé par la famille Carlyle, auquel des milliers de gens tentent leur chance. Les prétendants subissent une batterie de tests physiques, biologiques et psychologiques. Seuls les individus les plus parfaits peuvent après coup faire valoir de leurs compétences professionnelles en espérant être embauchés par la famille Carlyle (= rémunération assurée, couverture santé, etc.).
À Los Angeles, Forever Carlyle enquête sur des vols de matériel et réussit à appréhender Emma, une femme ayant distrait l'attention de gardes en leur pratiquant des faveurs sexuelles. Ces différents fils narratifs sont entrecoupés de quelques retours en arrière sur l'entraînement de Forever Carlyle, par Marisol, et la supervision sporadique de son père.
Dans le cadre de la politique éditoriale d'Image Comics, le premier de tome la série était sorti très rapidement, avec une pagination assez faible (< 100 pages) correspondant aux quatre premiers épisodes. Ce point de départ était accrocheur, mais sans que les personnages n'acquièrent assez d'épaisseur, conduisant à un défaut d'empathie de la part du lecteur. du coup c'est presque par acquis de conscience qu'il se plonge dans ce deuxième tome.
Dans les premières séquences, Greg Rucka se contente de poursuivre son récit, avec les doutes qui commencent à faire mollement surface dans l'esprit de Forever Carlyle, sur sa réelle ascendance génétique, sur la forme oppressive de la justice expéditive qu'elle met en oeuvre. Parallèlement, Rucka montre une ou deux séquences d'entraînement de Forever enfant, assez classiques. Enfin il introduit un nouveau fil narratif, celui de cette famille de fermiers qui est obligé de tout miser sur une sélection peu probable pour accéder au statut privilégié d'employés de la famille Carlyle. À nouveau, cette lecture est assez divertissante, avec des dessins de types réalistes, avec un bon niveau de détail, et un encrage légèrement soutenu pour appuyer le côté désespéré de la situation.
Le lecteur découvre ainsi les 2 premiers épisodes de manière tranquille, en se disant que le niveau de divertissement est satisfaisant, sans que le récit ne déchaîne les passions. Toutefois, au fil de la découverte de l'intrigue, le malaise se fait de plus en prégnant, au point qu'il finit par s'interroger sur sa véritable nature. Pourtant à bien y regarder, il n'y a rien que de très classiques : une justice expéditive, un environnement post catastrophe écologique, l'oppression des masses laborieuses par une classe dirigeante, des espoirs qui reposent sur une bonne dose de chance, etc. Tout ça participe d'un récit d'aventures, avec une pincée de survie en milieu dégradé, sauf que...
Sauf que la composante relative au capitalisme est prégnante et utilisée avec une rare adresse. Des individus qui passent leur vie à essayer de s'en sortir, en remboursant leur emprunt, en rêvant de ne pas laisser de dette à leurs enfants. Des individus qui passent d'innombrables tests de sélection en espérant accéder à un emploi stable. Des individus qui sont prêts à utiliser leur corps comme une marchandise sexuelle pour obtenir un passe-droit. Des individus qui quittent tout, dans l'espoir fallacieux d'un avenir meilleur. Avec un tout petit peu de recul, le lecteur constate que Greg Rucka a écrit une métaphore sur le capitalisme comme outil d'asservissement, d'une rare puissance.
Tous les individus qui peuplent le récit deviennent autant de personnes asservies au système en place, que presque personne n'ose remettre en question du fait de la pénurie des ressources. Sous des dehors de récit d'anticipation, Greg Rucka dresse le portrait d'un prolétariat réduit à l'état de ressource humaine surabondante. le pire est qu'il n'y a pas vraiment de méchants dans cette histoire. Tout le monde accepte le système tel qu'il existe, faute d'alternative (ce qui ressemble furieusement à la situation politique actuelle où l'alternative au capitalisme peine à émerger). Même la famille Carlyle n'est pas mauvaise en soi ; elle essaye de redémarrer une économie de pénurie.
Avec ce point de vue en tête, les dessins de Lark deviennent encore plus désespérés et factuels, dans la façon dont ils montrent simplement le dénuement des individus, les barrières physiques érigées pour protéger les zones de richesse, etc. Tous les personnages sont représentés de la même manière descriptive, sans que les images ne donnent l'impression de favoriser l'un ou l'autre. Au fur et à mesure que le récit progresse, le constat devient de plus en plus terrifiant. Lorsque le lecteur se rend compte qu'Emma n'a d'autre choix que de capituler devant la pression des Carlyle, il pend conscience que tout adulte est dans l'obligation de s'inscrire dans un système qui lui assure l'assouvissement de ses besoins primaires (se nourrir, se loger, se soigner) de manière pérenne, que s'il ne le fait pas pour lui son altruisme le conduira à le faire pour ses proches.
Le lecteur est entièrement convaincu par le mode de narration prosaïque qui ne privilégie aucun personnage, et par le récit qui constate l'absence d'alternative viable, l'obligation de renoncer à ses idéaux.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          90
Tatooa
  08 mars 2016
L'excellence scénaristique de ce comics se confirme, même si je ne reste pas fan des dessins, un peu trop brouillons à mon goût.
Les flash-backs sur l'enfance de Forever sont bien distillés, et si le "corbeau" continue à lui envoyer des messages perturbants, pour l'instant elle n'en fait plus cas du tout et ne fait que son boulot, qui consiste à protéger la famille Carlyle.
On a un gros aperçu de la vie des "déchets", et c'est l'horreur, bien sûr, le seul espoir pour eux c'est de "monter" d'un cran dans la hiérarchie sociale très simple : Déchets, Serfs (esclaves de la famille, mais qui ont un toit et à bouffer tous les jours), et "les familles", toutes puissantes.
Bref, une allégorie simplifiée de ce qu'est en train de devenir à plus ou moins long terme notre "chère" société occidentale...
ça décape... Et j'aime ça...
Commenter  J’apprécie          200
Malahide75
  15 septembre 2015
Forever a du pain sur la planche : non seulement elle doit mettre la main sur son traître de frère qui a tenté de la tuer, mais elle doit aussi déjouer un attentat prévu à Denver lors de la Montée, cette épreuve organisée par la famille Carlyle pour sélectionner, dans la population de Déchets, les personnes qui seront habilitées à devenir des Serfs. Elle y croisera la route de la famille Barret, des agriculteurs contraints à quitter leur parcelle et pour lesquels la Montée est le dernier espoir de survie.
Dans ce deuxième tome, les auteurs ont pris un chemin inattendu et s'attachent à nous raconter une autre histoire, d'un autre point de vue. Forever n'est plus seule au centre de la narration, consacrée également à la présentation et aux épreuves que doivent surmonter les Barret en route pour la Montée. Un périple de 500 miles , plein de noirceur et de violence.
Le récit, toujours aussi fort, nous raconte également l'enfance de Forever, son apprentissage / entraînement et la façon dont elle a été formatée.
L'ensemble donne histoire sombre, mais finalement attachante, car le lecteur ne peut rester insensible aux petites lueurs d'espoir qui brillent au loin et que les protagonistes de « Lazarus - Ascension » cherchent désespérément à atteindre.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
yvantilleuil
  22 janvier 2017
e deuxième tome reprend les épisodes #5 à #9 de cette saga imaginée par Greg Rucka (Whiteout, Queen & Country, Gotham Central) et dessinée par Michael Lark (Gotham Central, Daredevil).
Cette série du catalogue Glénat Comics propose une intrigue qui se déroule dans un futur plus ou moins proche, où les territoires sont aux mains de quelques familles. Chaque famille possède un Lazarus, c'est-à-dire un individu issu de manipulations génétiques, entraîné à combattre et capable de se régénérer en cas de blessures. À l'instar du tome précédent, celui-ci se concentre principalement sur Forever, le Lazare de la famille Carlyle. Après avoir montré les capacités hors norme de cette machine à tuer, Greg Rucka met dorénavant l'accent sur ses faiblesses et ses doutes. Suite au message qu'elle a reçu en fin de tome précédent, Forever s'interroge de plus en plus sur ses origines et sur la signification de ses actes. Cette réflexion va par exemple la pousser à aller présenter ses excuses à la fille du scientifique qu'elle a exécuté lors du tome précédent. Elle n'a cependant que très peu de temps pour éprouver des remords car elle se retrouve bien vite sur les traces d'un groupe terroriste qui s'apprête à perpétrer un attentat…
En parallèle, l'auteur revient également sur l'entraînement de Forever, lorsqu'elle n'était encore qu'une petite fille. Ces retours en arrière dévoilent non seulement les (non-)liens entre la jeune femme et son père, mais démontrent également tout le talent de Greg Rucka au niveau de la caractérisation de son héroïne. Force est également de constater que les êtres artificiels qu'il met en scène semblent de loin les plus humains de la série…
Après avoir livré une intrigue riche en trahisons et complots, où les membres de la famille Carlyle n'hésitaient pas à s'étriper pour voler le pouvoir du patriarche, Greg Rucka change son fusil d'épaule lors de cette suite, en nous invitant à suivre une famille de fermiers qui perd tous ses biens suite à une inondation. Leur seul espoir est alors de se joindre à la marée humaine qui se dirige vers Los Angeles, où la famille recrute de nouveaux « serfs ». Les nombreux candidats y subissent une batterie de tests en espérant une vie meilleure, en tant qu'employés de la famille Carlyle…
Ce petit détour par la campagne et la découverte de ce programme très sélectif d'élévation sociale, lèvent encore un peu plus le voile sur ce monde post-apocalyptique impitoyable, où certaines castes sociales sont considérés comme des déchets. Des paysans qui ne parviennent plus à rembourser leur emprunt, des terroristes bien décidés à se révolter contre le régime totalitaire des Carlyle et un système capitaliste qui ne profite qu'aux personnes les plus aptes… le monde imaginé par Greg Rucka n'est finalement pas si éloigné du notre…
Visuellement, Greg Rucka est à nouveau brillamment assisté par son comparse de Gotham Central. D'un trait réaliste, Michael Lark restitue à merveille l'ambiance post-apocalyptique de la saga.
Une excellent tome que vous retrouverez bien évidemment dans mon Top Comics de l'année !
Lien : https://brusselsboy.wordpres..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Catilina38
  13 novembre 2018
Ce second tome intercale l'enfance d'Eve faite d'entrainement très intense et d'amour filial avec son maître de combat et le projet d'attentat d'un groupe de déchets. On sort un peu de l'univers des Familles pour découvrir comment vivent (ou pas) les humains dans ce monde sauvage. La structure du récit et de la rupture attendue se mets en place, nous faisant comprendre progressivement que toute rébellion est vouée à l'échec. Hormis si un Lazare décide de rompre le ban... Vraiment dommage qu'un artiste plus esthétique ne soit pas aux dessins, la lecture donne vraiment très envie d'une adaptation ciné à laquelle cette histoire se prête absolument.

Lien : https://etagereimaginaire.wo..
Commenter  J’apprécie          20

critiques presse (2)
Sceneario   28 septembre 2015
Lazarus reste une série passionnante, très fortement conseillée.
Lire la critique sur le site : Sceneario
ActuaBD   25 août 2015
Lazarus peut fièrement s’afficher comme l’un des principaux porte-étendards de la nouvelle direction opérée par Glénat Comics et certainement comme l’une des meilleures nouvelles séries de 2015.
Lire la critique sur le site : ActuaBD
Citations et extraits (3) Ajouter une citation
TatooaTatooa   05 mars 2016
- Marisol ? Si Père m'ordonne de te tuer au combat... Qu'est-ce que je dois faire ? (Forever petite)
- Tu obéis aux ordres de ton père.
- Et si Père t'ordonne de me tuer, tu le feras ?
- Oui.
- Lui dis pas que j'ai pleuré.
- Promis.
Commenter  J’apprécie          130
TatooaTatooa   04 mars 2016
- Vous m'avez cherchée jusqu'ici pour venir me dire que vous êtes désolée... désolée que mon père soit mort... parce que vous l'avez exécuté. Donc... ça signifie que vous savez qu'il était innocent.
(Mlle Rosales).
Commenter  J’apprécie          90
Malahide75Malahide75   15 septembre 2015
Forever : Lui dis pas que j'ai pleuré.
Marisol : Promis.
Commenter  J’apprécie          10
Lire un extrait
Videos de Greg Rucka (2) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Greg Rucka
Vidéo de Greg Rucka
autres livres classés : dystopieVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Les plus grands classiques de la science-fiction

Qui a écrit 1984

George Orwell
Aldous Huxley
H.G. Wells
Pierre Boulle

10 questions
2859 lecteurs ont répondu
Thèmes : science-fictionCréer un quiz sur ce livre