AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782764802137
Éditeur : Libre Expression (01/01/2005)

Note moyenne : 3.48/5 (sur 49 notes)
Résumé :
Et si c'était ça, le bonheur ? raconte les aventures d'une jeune quinquagénaire. " Autobiographie parfois ", diront certains, roman d'humeur et d'humour serait le véritable genre de cet ouvrage au rythme enlevant.

Olivia Lamoureux vient d'acheter la maison de ses rêves. En compagnie de sa chatte Bouboulina, elle emménage à la campagne, certaine d'y trouver la tranquillité et de connaître les joies de la nature. Olivia ignore alors qu'avant d'y parveni... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (10) Voir plus Ajouter une critique
book-en-stock
  24 juin 2017
Dire que les trois tomes réunis faisaient plus de 800 pages... mais je m'arrête avant la moitié du premier tome car je n'en peux plus!!!
L'idée de départ est bonne, le style amusant. Hélas au bout de 100 pages on commence à "tourner en rond " avec trois idées et il n'y a plus rien d'autre...
Tellement d'autres livres à lire nous attendent!! Pourquoi s'infliger des lectures si affligeantes?
Commenter  J’apprécie          103
LiliGalipette
  25 juin 2010
Roman de Francine Ruel.
Olivia Lamoureux décide quitter son bel appartement du Vieux Montréal pour une grande maison à la campagne, dans un cadre superbe. Il y a des travaux, mais Olivia est confiante. Elle ne devrait pas l'être autant... Elle découvre rapidement qu'en matière de construction et de rénovation, les ouvriers n'aiment pas traiter avec une femme, et qu'ils demandent sans cesse l'homme de la maison. Mais le voilà le hic, il n'y a pas d'homme, ni dans le coeur ni dans la maison d'Olivia, à part les amis homosexuels et son fils. À l'orée de la cinquantaine, célibataire, avec son chat Bouboulina, Olivia part néanmoins enthousiaste dans ce grand projet immobilier.
Vraiment très drôle! Les déboires d'Olivia sont hilarants! Les personnages sont un peu caricaturaux, mais ça passe inaperçu tellement la narration est bonne. Un bon moment de détente!
Commenter  J’apprécie          30
Sophielis
  16 juillet 2012
Un roman très léger.
Ce n'est pas un coup de coeur, mais ayant passé les étés de mon enfance à l'endroit ou se déroule l'histoire, j'ai tout de même été charmée par ce roman de Françine Ruel.
C'est l'histoire pleine de péripéties d'une femme dans la jeûne cinquantaine qui décide de quitter la grande ville de Montréal pour aller s'installer dans une maison de campagne dans les cantons de l'est. Cette maison est remplie de rénovations à faire et étant seule, ce n'est pas de tout repos.
Étant beaucoup plus jeune que l'héroïne, peut-être parce que ma vie n'est pas ressemblante à la sienne, mais j'avoue avoir eu de la difficulté à m'attacher à elle et à l'histoire. Par contre l'intérêt commun pour cette belle région m'a tout de même charmée et je lirai la suite..mais pas tout de suite.
Je trouves que ce roman est parfait pour décrocher et lire quelque chose de léger en vacances ou pour faire une lecture différente de l'habituel.
Commenter  J’apprécie          20
isallysun
  17 août 2011
5/10
Bon, je viens tout juste de terminer ma lecture de ce roman. Je dois dire que même si la lecture est facile, ce roman m'a un peu ennuyé. Les personnages secondaires ne sont pas assez approfondis; il y en a plusieurs que même à la fin je n'arrive pas à distinguer qui est qui parmi les amis gais notre narratrice Olivia. Bien sûr, il est intéressant de suivre les affres de la rénovation d'une femme seule venant d'acheter une maison qui doit complètement être rénovée, mais il manque un léger quelque chose dans ce roman qui aurait pu réellement me plaire. Ce ne fut pas une perte de temps comme lecture, mais comme il ne m'en reste pas une impression de joie et de bien-être, ce livre sera en quelque sorte sorti de ma mémoire dans quelques semaines. Somme toute un bon moment de détente, malgré le peu de sentiments ressentis à la lecture... et pas assez d'humour, bien que certaines anecdotes auraient pu être amplifiées et amenées à un statut humoristique. À lire seulement si vous aimez parler réno et déco, je crois...!
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Cielvariable
  03 août 2013
J'ai trouvé ce roman plutôt long et sans grand intérêt même s'il est bien écrit. C'est peut-être parce que je suis trop éloignée, en âge et en situation, du personnage principal que je ne me suis pas sentie concernée par l'histoire.
Commenter  J’apprécie          20

Citations et extraits (26) Voir plus Ajouter une citation
isallysunisallysun   17 août 2011
Près d'une petite église anglicane à la belle architecture, j'ai constaté avec une certaine tristesse qu'un très gros érable s'était amusé à jouer les effeuilleuses. Le sol était jonché de feuilles. Une mer d'ocre, d'orangé et de rouge feu. L'érable géant avait fait son grand strip-tease durant la nuit - « Show time, show time ! » Je me suis demandé quelle était cette hâte à se retrouver tout nu. Bon! Oui, je sais... Ce n'est pas parce que je ne pratique plus la mise à nu que je ne me rappelle pas comment ça se passe. Mais il y a la manière. Pourquoi ne pas faire durer le plaisir d'un spectacle haut en couleur, une feuille à la fois, au lieu d'une mise à nu en une seule nuit? La manière rapide a tout pour tuer le mystère et le désir. Il faudrait plutôt une séance d'effeuillage de type mille et une nuits. Du grand art à la Lili Saint-Cyr. J'aurais aimé assister à une danse des sept voiles lascive qui n'en finit plus de finir. Tout autour, les arbres s'en donnaient à coeur joie dans un strip-tease langoureux et sensuel en se dénudant d'une bonne partie de leurs feuilles, Le vent doux de cette fin de septembre les y aidait. J'avais envie d'arrêter le spectacle. « On ferme, on ferme! La représentation est terminée. Gardez-vous-en pour demain et pour les jours suivants.» J'avais vraiment la hantise que l'hiver arrive trop tôt, n'ayant pas eu le plaisir de jouir des jours d'été et encore moins de ceux de l'automne.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
isallysunisallysun   17 août 2011
Dans la vie, il n'y a pas que les malheurs qui vous tombent dessus. Parfois aussi - mais assez rarement, il faut dire -, les petits miracles s'empilent les uns par-dessus les autres, pour faire de votre journée un jour d'exception. Une première surprise c'est bien, deux c'est franchement mieux. À la troisième surprise agréable, on n'en croit pas ses yeux, mais quand le quatrième cadeau fait son apparition, et ce, la même journée, on se demande ce qu'on a bien pu faire pour mériter autant de bonnes choses du même coup et l'on tombe à genoux, excité et reconnaissant de tant de bonheur.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
isallysunisallysun   17 août 2011
Une fois débarrassée des angoisses de la nuit, je me suis séchée vigoureusement pour me donner un peu de courage. [...]Ce matin-là, la rugosité de la serviette allait agir comme un gant de crin. Toutes les filles savent qu'une peau frottée avec ardeur redonne de la vitalité. [...]J'avais tout à fait besoin d'être fortement revigorée, J'y allais donc avec fougue en me passant la serviette rugueuse sur le corps. Je n'y allais pas de main morte, je courais après mon souffle.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
isallysunisallysun   17 août 2011
Mais à défaut de pouvoir déguster ce banquet des dieux, si rare et si délicieux, à deux dans un lit, je faisais l'inventaire de mes nappes en prévision d'un autre genre de festin. J'ai toujours trouvé qu'on pouvait établir un parallèle entre la table et le lit. Entre les nappes et les draps. Ne dit-on pas: « Tu es belle à croquer», «Je ne ferais de toi qu'une bouchée», «Tu me plais tellement que je te mangerais!» Et certaines expressions culinaires ne font-elles pas panser aux ébats amoureux, comme «allonger la sauce», «faire monter les blancs d'oeufs», «étendre la pâte», «faire suer», «verser une larme»?
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
isallysunisallysun   17 août 2011
Les hommes sont-ils inconscients au point de croire que les femmes vont les attendre au cas où ils auraient envie de revenir? Ou jusqu'à ce qu'ils soient enfin libres? Je ne suis pas en manque à ce point. Je préfère encore vivre seule jusqu'à la fin des temps plutôt que de me retrouver dans cette valse-hésitation qui m'avait laissée en petits morceaux.
Commenter  J’apprécie          30

Video de Francine Ruel (1) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Francine Ruel

Bonheur, es-tu là ?
Découvrez le livre : http://www.edlibreexpression.com/Bonheur-es-/Francine-Ruel/livre/9782764805015 La sémillante Olivia Lamoureux baigne en pleine félicité ...
Livres les plus populaires de la semaine Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Compléter les titres

Orgueil et ..., de Jane Austen ?

Modestie
Vantardise
Innocence
Préjugé

10 questions
16818 lecteurs ont répondu
Thèmes : humourCréer un quiz sur ce livre