AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 9782711201297
224 pages
Éditeur : Les Arènes (20/02/2019)

Note moyenne : 3.84/5 (sur 99 notes)
Résumé :
Emmanuel Macron et François Ruffin ont grandi derrière les mêmes grilles, celles du lycée La Providence à Amiens.

Très vite, leurs chemins se séparent.

L’un devient reporter en Picardie, porte-voix des « gens contre l’argent », réalisateur de Merci patron ! et député de la Somme.

L’autre choisit Paris et l’Ena, la commission Attali, la banque Rothschild, le palais de l’Élysée… Une vie entière dans le cocon des institution... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (27) Voir plus Ajouter une critique
Arthemyce
  26 février 2019
Ruffin, c'est le député-reporter, modèle de représentation parlementaire, tant il à tissé de liens avec la France, « notre » France - Oligarchie auto-bannie. C'est le mec qui fait rentrer le peuple, en maillot de foot, à l'Assemblée ; ce qu'on lui a vivement reproché, retenue sur salaire en prime.
Ruffin, c'est aussi un homme de coeur. Ça crève les yeux comme une balle de LBD40. Un coeur à Gauche pour équilibrer un esprit droit. Un coeur capable de saigner des blessures du peuple, innervé qu'il est, pour mieux en dénoncer les causes, tenter quelque chose.
Ruffin écrit, Ruffin décrit. La vie de ces « Jojo » en gilet jaune et des autres ; sans gilet de sauvetage eux, mais dans la même galère. Ça rame dans la cale, sécession sur le pont.
Éparpillées aux quartes vents, des fragments de vie dépeignent une France omise des capitaines, invisible même, haut-perchée qu'est la vigie Elyséenne.
Ruffin accuse, Ruffin excuse. Tantôt cynique, tantôt critique, c'est aussi la vie du jeune M-o-n-a-r-c* qu'il décortique.
Cette France, il tente de lui faire comprendre pourquoi il ne peut pas la comprendre. Comprendra-t-il ? Lira-t-il au moins ?
Rien n'est moins certain...
Enarque, Banquier, Ministre… du Candidat au Chef d'Etat, une collection de titres, un palmarès sinistre pour un tel cuistre.
Tout ça bien sûr, au seul mérite.
« -Merci copain.
-De rien Lapin ».
Insatiable séducteur, accumulateur de sponsors. Arnaud, Niel, Drahi… bien pratiques pour l'arène médiatique. Hermand, Jouyet, Attali... bien pratiques pour l'arène étatique.
Ruffin, c'est pas de la littérature, c'est le cri des vies qu'on rature.
* Anagramme fortuit
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          767
Dionysos89
  27 mars 2019
Après dix-huit mois de mandature et un événement social considérables (le mouvement des Gilets Jaunes), François Ruffin a décidé de publier un nouvel essai journalistique, Ce pays que tu ne connais pas, écrit comme un appel à la raison et au réel adressé au président de la République Emmanuel Macron.
Une construction duelle
François Ruffin a décidé de construire ce nouveau récit politique par un face-à-face entre deux personnalités liées par un même lieu : un lycée d'Amiens, où se sont côtoyés sans se connaître Emmanuel Macron et François Ruffin justement. L'un est devenu président de la République, l'autre son opposant. Comment est-ce possible et qu'est-ce qui les différencie tant ? alors qu'on pourrait supposer qu'un parcours similaire aurait pu les rapprocher, c'est l'inverse qui se produit. Dans ce face-à-face sociologique, l'auteur se met en scène, comme il le fait dans ses deux films (Merci patron ! et J'veux du soleil !, ce dernier co-réalisé avec Gilles Perret), mais met en lumière un troisième personnage, qui est la constante référence pour jauger l'un et l'autre à l'aune de l'actualité : le peuple. Comment Emmanuel Macron et François Ruffin pensent-ils leur rapport aux classes populaires ? L'avantage d'une telle construction est qu'elle permet de mettre facilement en perspective des prises de position différentes sur des événements communs (cet ouvrage est publié en plein mouvement des Gilets jaunes, ce n'est évidemment pas anodin) et des moments personnels de chacun des deux protagonistes.
Un style pamphlétaire
Afin de réaliser ce duel politique, François Ruffin a opté pour un style franc et direct, comme il en a l'habitude en fait dans d'autres publications qu'il a déjà réalisées. Cet ouvrage se veut une adresse directe au président Macron afin de régler le principal problème de son pouvoir « jupitérien » : son éloignement constant de la vie quotidienne de la plupart des gens, des classes populaires. Pour montrer cet état de faits, l'auteur use donc de phrases parfois crues, parfois alambiquées, mais toujours dans un but précis : démontrer la déconnexion chronique du pouvoir présidentiel d'avec ses administrés. Faisant partie de la classe moyenne intellectuelle qui sait que le basculement de sa classe doit se faire d'abord dans les esprits, l'auteur fait acte militant avec cet ouvrage et nous fait réfléchir, en tant que lecteur et citoyen, à notre proximité très relative avec M. Macron et notre proximité bien plus réelle avec ceux que François Ruffin vient faire témoigner par son discours.
Du pur journalisme de terrain
On peut détester le personnage, trouver le style trop direct même, mais par contre il est difficile de ne pas voir dans cet ouvrage une belle forme de journalisme de terrain. Bien sûr, le député-reporter est parti sur le terrain avec un angle de reportage, mais il a surtout accumulé chiffres accablants, anecdotes croustillantes et interviews en masse. On en apprend de belle, évidemment. Les lecteurs du journal Fakir (« Journal fâché avec tout le monde. Ou presque ») ne seront pas perdus, puisqu'on retrouve ici le ton volontairement roublard du reporter amiénois. C'est ainsi l'occasion de faire se côtoyer au sein d'un même récit et de pages communes l'aide-soignante au bord du burn-out et le banquier d'affaires qui oublie qu'il y a des gens derrière les millions d'euros qu'il administre, l'ouvrier et le représentant politique qui lui rend visite sans piger un broc de qu'il fait toute la journée, ou même le chômeur et l'homme politique qui va l'enjoindre à ne pas attendre tout de l'autre. L'ensemble est efficace par son caractère implacable.
Ce pays que tu ne connais pas est donc un bon essai d'actualité qui saisit la portée des structures dans notre prise en compte de la réalité ; dommage bien sûr que l'auteur lui-même fasse ce comparatif instructif avec le président Macron, mais il n'empêche que l'exercice fait mouche et est bien utile en ce moment.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          370
Renod
  08 mars 2019
Les portraits de deux adolescents sont extraits de vieilles photos de classe et sont associés dans un montage. A gauche, François Ruffin, les épaules voûtées, semble réservé et mal à l'aise. A droite, Emmanuel Macron affiche sous les boucles de ses cheveux un sourire enjôleur. Les deux hommes ont fréquenté le même établissement privé à Amiens mais leurs destins ont suivi des voies diamétralement opposées. Dans « Ce pays que tu ne connais pas », François Ruffin s'adresse directement à Emmanuel Macron. Ses propos sont – on s'en doute – féroces. Il lui reproche son arrogance, son mépris et son manque d'empathie. Des défauts qu'il cherche à comprendre, parfois avec maladresse quand il tente de fouiller la psyché de l'élu. Heureusement, l'auteur quitte rapidement la veine pamphlétaire. Il est bien plus redoutable quand il retrace la trajectoire éclair de son rival qui ne doit rien au hasard ou à la chance. Emmanuel Macron a travaillé pendant des années* à se construire un réseau, à additionner les amitiés, à fréquenter les grands patrons et les cercles du pouvoir. Autant de soutiens précieux pour sa future campagne qu'il saura remercier une fois élu. L'auteur dénonce une élite politique et économique solidaire, organisée et cupide qui nage dans le grand bain du conflit d'intérêt. Je connaissais mal le travail de François Ruffin (je n'ai jamais lu son journal et je n'ai pas vu son documentaire). Ce livre semble se nourrir des articles et des ouvrages préalablement publiés. Il rappelle ses combats menés comme journaliste ou député (Whirlpool, Goodyear, le scandale de la Dépakine). Il nous fait part de son goût pour le réel et de sa volonté de plonger dans l'arrière-cour de la «mondialisation heureuse», de partir sur les routes à la rencontre des « laissés pour compte » pour les écouter et leur donner la parole. Dans « Ce pays que tu ne connais pas », François Ruffin poursuit son projet de représenter le « pays réel » et de dénoncer l'imbrication du pouvoir politique, du pouvoir de l'argent et du pouvoir des médias. Une entreprise qu'il mène avec passion (depuis vingt ans), talent et... désintérêt.

* Ruffin cite l'ancien secrétaire d'Etat Christian Eckert qui révélait dans son livre qu'à Bercy, les Macron organisaient simultanément un apéritif et deux dîners dans trois salles de réception avant de rejoindre une autre sauterie en seconde partie de soirée. Tout ça sur le budget du ministère et pour préparer une campagne personnelle…
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          352
boudicca
  07 mai 2019
En ce début d'année 2019, l'actualité est chargée pour François Ruffin ! Après l'annonce de la sortie de son nouveau documentaire intitulé « J'veux du soleil » et consacré aux Gilets jaunes (vu et avant-première, à voir absolument !), le député de la Somme sort en parallèle un livre surprise consacré cette fois au président. Une sorte de biographie non officielle de Macron, dont Ruffin oppose le parcours au sien. Ce n'est aujourd'hui un secret pour personne, bien que les deux hommes se connaissent depuis peu, le hasard fait qu'ils ont grandi dans la même ville (Amiens) et ont fait leurs études dans le même lycée privé (la Providence) à peu près au même moment (il s'agissait en fait d'un camarade de classe de sa soeur aînée).
Les similitudes s'arrêtent toutefois là : Ruffin opte rapidement pour une carrière de reporter en Picardie et se met au service de tous « ces gens qu'on ne voit pas » : les intérimaires, les aides-soignants/aides-soignantes, les chômeurs/chômeuses, les ouvriers/ouvrières… du journalisme (il créé son journal « Fakir » en 1999 et écrit pour le Monde diplomatique ou encore Acrimed), il passe à l'écriture (« Les Petits Soldats du journalisme », « Leur grande trouille »…), puis au cinéma (avec son documentaire consacré à Bernard Arnoult : « Merci patron ! »), puis à la politique, avec son élection en 2017 en tant que député de la première circonscription de la Somme. Si la méthode change, l'objectif reste toutefois le même : donner de la visibilité à cette « France d'en-bas », celle qu'on ne voit ni à la télévision, ni dans les journaux, et encore mois dans les institutions : « 88 % des personnes montrées dans les sujets d'information appartiennent au CSP+. La même chose qu'à l'Assemblée : les ouvriers-employés comptent pour 2,7 % des députés. Quand les diplômés – médecins, avocats, DRH, consultants, enseignants, journalistes… - trustent les sièges. Et ce Parlement se prétend « représentation nationale » ! Étrange démocratie où la majorité est invisible. ». Avec beaucoup d'humilité et de lucidité, Ruffin nous parle de son travail, de son long combat sur le terrain auprès des travailleurs en passe d'être licenciés, des précaires, des oubliés, bref, de « ceux qui ne sont rien ». Il nous parle aussi de ses prises de consciences depuis son accession au statut de député, de la quasi-absence de contre-pouvoir (« Je ne veux plus de président, tout court, plus de président-soleil, astre autour duquel la vie tourne, avec sa cour et ses députés-toutous, président qui concentre en lui (presque) tous les pouvoirs, plus intelligent que soixante millions d'habitants, et qui se prend tantôt pour « la figure du roi absent », tantôt pour « quelque chose de napoléonien », le président-despote, comme Montesquieu définissait le despotisme : ce régime « où un seul entraîne tout par sa volonté et par ses caprices »), à la parodie de débat et de démocratie qu'offre cette Assemblée qui vote au pas et à des cadences infernales (« Avec les missions et les commissions, les projets de lois, dont vous nous gavez, à nous faire siéger du lundi au dimanche, sept jours sur sept, et des sessions extraordinaires l'été, tous les jours et parfois la nuit, à faire passer le glyphosate à 2 heures du matin. Quel temps me reste-t-il pour les gens ? Pour respirer ? Pour lire ? Pour écrire ? Pour penser ? »).
Le véritable sujet du livre de Ruffin n'est toutefois pas lui-même, mais sa Némésis : Emmanuel Macron. Macron dont il retrace lui aussi le parcours, en s'appuyant sur les biographies officielles, les interviews, les articles de presse. Un parcours en totale opposition avec le sien, celui d'un homme charismatique qui n'a pas son pareil pour séduire ses interlocuteurs, et qui a toujours gravité dans le même cercle : celui de l'argent et du pouvoir. Les « gens qui ne sont rien », Macron ne les côtoie pas, il ne les connaît pas. Non, son entourage à lui, c'est plutôt « les premiers de cordés » : des milliardaires, des énarques, des banquiers d'affaires et des patrons de grandes entreprises ou de grands médias. Autant de gens qui auront, chacun leur tour, un rôle déterminant dans la carrière de cet homme qui prétend (avec un aplomb formidable) qu'il s'est « construit tout seul ». Tout seul, mais avec l'aide tout de même de ses « amis » du Medef, d'Henry Hermand (c'est lui qui réglera le mariage des Macron au Touquet et qui signera au couple un chèque de 550 000 euros pour l'achat de leur appartement à Paris), de Jean-Pierre Jouyet (ancien secrétaire d'état sous Sarkozy, ancien banquier, ancien inspecteur général des finances qui l'introduira dans l'équipe de campagne de François Hollande), de Xavier Niel (PDG de Free qui court sur toutes les antennes vanter les qualités de ce « super président »), de Bernard Arnault (patron de LVMH et première fortune française avec qui Macron déjeune régulièrement), et puis de Patrick Drahi, de Bolloré, de Lagardère… Bref, le gratin ! C'est édifiant, c'est révoltant, et le pire, c'est l'arrogance, c'est l'hypocrisie qui permet à cet homme qui prétend « s'être fait tout seul » de sortir qu'un chômeur ne doit pas « tout attendre de l'autre » ou que la vie politique doit être moralisée : « Dès votre élection, vous avez promu une « loi de moralisation de la vie publique » Vous ! Vous qui incarnez la corruption d'un système pourri, mité, d'une démocratie décrépite, digérée par l'oligarchie, si sûre de sa force qu'elle installe son banquier à l'Élysée ! Vous, avec votre entourage, qui n'est fait que de ça, de conflits d'intérêts, de stock-options, de conseils d'administration, de collusion avec les firmes privées ! Et « moralisation » ! Vous osez tout ! ».
Avec « Ce pays que tu ne connais pas », François Ruffin signe une tribune à charge contre Macron dont il démystifie brillamment l'image qui nous est vendue depuis des années sur les papiers glacés des magasines et dans les reportages complaisants. D'un petit génie ayant accédé aux plus hautes fonctions de l'état à force de travail et de détermination tout en se prétendant de gauche (« mais la gauche, ça se mérite ! »), Macron est ravalé au rang d'intellectuel raté, charismatique, oui, mais dont le seul mérite réside dans le fait d'avoir bien su s'entourer de gens puissants qui l'ont porté jusqu'au sommet de l'état. Un sommet en haut duquel les Marie, les Peggy, les Zoubir, bref, les gens ordinaires qui constituent la majeure partie de la population française, n'existent tout simplement pas.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          213
anina
  24 février 2019
A mon humble avis, ce livre est une fine et brillante analyse du personnage présidentiel Macron.
Quelle pertinence !
La transition d'un personnage à l'autre se fait tout en justesse, aussi touchante que révoltante.
Ce livre me paraît être d'utilité publique pour tout ce qui est écrit dedans et surtout parce qu'il me fait l'effet d'être une soupape de sécurité, mais jusqu'à quand ?
Du grand François Ruffin !
Commenter  J’apprécie          322
Citations et extraits (31) Voir plus Ajouter une citation
Dionysos89Dionysos89   09 mai 2019
J’ignorais qu’Emmanuel Macron, c’était comme Voldemort dans Harry Potter : « Celui-dont-on-ne-doit-pas-prononcer-le-nom ». Et puis merde. Je suis remonté au créneau, au micro, plus prudent désormais, sans citer le nom interdit : « Je persiste à trouver problématique qu’un inspecteur des finances passe dans une banque d’affaires avec son carnet d’adresses. Que, chez Rothschild, notre inspecteur des finances ait Lagardère comme client, qu’il revienne ensuite dans le public, et pas à n’importe quelle place, en tant que secrétaire adjoint de l’Élysée, et que là, il négocie encore pour Lagardère la cession des parts d’EADS ! Mais cette fois au nom de l’État. Il y a là une confusion des genres. Surtout quand l’industriel en question, M. Lagardère, trouve que le deal a été ‘‘formidable’’. Et enfin, l’ancien inspecteur des finances devient candidat à la présidence de la République : le groupe Lagardère lui prodigue alors des louanges à longueur de colonnes. Il y a là un cas d’école qui marque l’imbrication du pouvoir politique, du pouvoir de l’argent et du pouvoir des médias. Cela rentre donc pleinement dans notre débat sur la moralisation de la vie publique. »
Je pourrais être plus précis sur les négos à l’Élysée, fort détendues, entre les Lagardère boys et vous. Sur les 1,8 milliard de plus-values. Sur la joie de vos partenaires : « Ils ont été for-mi-dables ! Enfin des responsables qui gèrent les participations de l’État comme s’ils étaient un fonds de pension… »
Mais faut-il s’attarder ? On voit l’idée.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          230
SeaSea   21 février 2020
Page deux cent trois :

Vous êtes fou. Je vous écoute et je me dis : « Il est fou ».

Vous êtes frappés d’Hybris, de la démesure, des héros antiques qui se prenaient pour des dieux. Dans la tragédie grecque, le sort s’acharne alors sur ces vaniteux, le malheur crève la montgolfière de leur ego, bref, les ramène à leur humaine condition, les yeux percés d’Œdipe pour enfin voir. Le ciel est vide, désormais, les dieux sont morts. Mais en démocratie, vox populi vox dei : c’est au peuple de remplir cette fonction, de vous ramener à la réalité et à l’humilité, pseudo-Jupiter qui remet les pieds sur Terre. Les Gilets jaune n’ont pas suffi, semble-t-il, vous avez repris votre envol comme Icare, trop près du soleil.
C’est que vous n’êtes pas seul. Cette hybris, cette démesure, ne vous est pas propre. Elle vous dépasse. C’est celle d’une classe qui s’est coupée du monde commun, qui s’est détachée de la nation. C’est celle d’une caste qui a vu ses revenu exploser, et qui néanmoins défiscalise, optimise, paradise, panamise, caïmanise, qui relègue l’intérêt général derrière celui des multinationales, qui cumule rachats d’actions dividendes golden parachute et autres stock-options, et qui, en même temps, en même temps, sans honte s’en va prôner au peuple des salariés, des retraités, de se serrer la ceinture, de faire des sacrifices. Bref, c’est celle d’une élite qui se place au- dessus de l’humanité, de ses lois, sur un Olympe pour nantis, et qui se croit tout permis, et dont vous êtes une pure expression. Vous êtes fous, collectivement fous.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80
RenodRenod   06 mars 2019
Ça fait vingt ans, vous savez, que j’en récolte, des récits de frigo vide, de chauffage éteint l’hiver, de repas réduits à une biscotte, mais d’habitude ils sont chuchotés dans un appartement, en toute discrétion, quelques phrases jetées, bégayées, retenues, avec la garantie de l’anonymat, que ça ne sache pas au village, ou dans le quartier. Parce que le malheur ne suffit pas : il faut y ajouter la honte, la honte de ne pas s’en sortir, la honte de ne pas protéger sa famille, ou de ne pas lui offrir le bonheur conforme. Les pauvres se cachent pour souffrir.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          201
boudiccaboudicca   01 avril 2019
En dix ans, Sanofi a licencié un tiers de ses chercheurs, quatre mille dans le monde, deux mille en France. Cette année-là, la firme versait 3,8 milliard d’euros (soir cinquante années de Téléthon) à ses actionnaires, et en même temps, en même temps, visait « 1,5 milliard d’économie sur trois ans » passant « notamment par la suppression de 600 postes en France ». Mais comme ministre, ça ne vous choquait pas, cet usage des deniers publics. Vous n’en démordiez pas : heureusement qu’on leur versait des centaines de millions, à Sanofi, sinon…
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          180
michdesolmichdesol   04 mars 2019
Vous menez une politique injuste, si manifestement injuste : comment le corps social n'en serait pas heurté, violenté ? Car il fallait oser : supprimer cet Impôt de Solidarité sur la Fortune, et en même temps, en même temps, relever la CSG pour les retraités, gratter cinq euros sur les APL des locataires, éliminer deux cent mille contrats aidés ? C'est excessif, tellement abusif : ça ne touche pas qu'au porte-monnaie, au « pouvoir d'achat », l'orgueil d'un peuple en est blessé, son honneur : on se moque de lui. Et à cette injustice, à cette évidence de l'injustice, comme on jette du sel sur une plaie, vous ajoutez l'arrogance de l'injustice, à grands renforts de « gens qui ne sont rien », de « feignants », de « Gaulois réfractaires », de « vous n'avez qu'à traverser la rue » et « autres pognon de dingue », comme des provocations renouvelées.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80
Videos de François Ruffin (21) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de François Ruffin
Le gouvernement a transformé sa nullité en "doctrine"
autres livres classés : politiqueVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





.. ..