AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontres
EAN : 9782080278890
220 pages
Flammarion (13/04/2022)
3.77/5   168 notes
Résumé :
" Il y a un an, je suis tombée amoureuse comme on tombe malade. Il m'a regardée, c'est tout. Dans ses yeux, dans leur promesse et ma renaissance, j'étais soudain atteinte d'un mal incurable ne laissant présager rien de beau ni de fécond. Son regard était la goupille d'une grenade, un compte à rebours vers la mort programmée de ma famille. "

Ariane, heureuse en mariage et mère comblée de trois enfants, fait la rencontre de Sandro. Cette passion se prop... >Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura
Critiques, Analyses et Avis (56) Voir plus Ajouter une critique
3,77

sur 168 notes

Ladybirdy
  20 mai 2022
Deux livres, j'en retiens deux, de ces livres qui réveilleraient n'importe quel mort et soufflerait le baiser de l'amour fou, de la passion. La Plus que vraie d'Alexandre Jardin l'année dernière et cette année, L'homme que je ne devais pas aimer d'Agathe Ruga.
Qui n'a jamais rêvé d'aimer comme un fou/une folle, qu'on me donne l'envie scandait le crooner, je l'aime à mourir pleurait le français, puis résonnent ces vers,
comme à un rocher
comme à un péché
je suis accroché à toi
tu m'as privée de tous mes chants
tu m'as vidée de tous mes mots
pourtant moi j'avais du talent
avant ta peau…
Comme Lara ou Serge, comme bon nombre d'entre nous, Ariane est tombée malade en tombant amoureuse. Tout se gangrène, toute sa vie devient intox, un combat de boxe contre un paradoxe dans sa vie réglée à l'inox, son coeur une box à trémolos, joue contre jour au son d'une juke-box qui pleure Je suis malade.
Malade d'amour malade de toi.
Pourquoi une femme mariée mère de jolies petites filles se met-elle à fantasmer sur ce bellâtre italien qui sert au bar d'à côté ? Ariane nous le raconte en dévoilant quelques pans de sa jeunesse où les hommes ont toujours eu un pouvoir immense dans la vie de sa propre mère.
Tout homme devrait lire ce roman car oui messieurs, vous y avez ici le premier rôle. On se fout de votre carte de crédit, nous ce qu'on veut, c'est qu' « un homme attrape nos tripes sans nous parler ni même nous toucher, sentir les fibrillations cardiaques de notre époque, son insouciance et ses idéaux on veut écouter du rap opaque dans des bras déraisonnables. »
Alors si un jour vous rencontrez une femme à qui vous demandez « qu'est ce que tu veux? » et qu'elle vous répond «Je voudrais juste être un beau voyage dans ta vie. », ne la laissez pas partir.
Quand Agathe Ruga parle d'amour, elle le fait avec ses tripes et sa chair, avec ses doigts humides, elle glisse sur les courbes de l'amour, elle s'arrête sur le séant de la passion, elle appuie sur le manque, la faim, elle reprend l'ardeur dans le regard, elle s'arrête bien après l'épuisement, ça sent la bête, ça sent la folie, mais qu'importe car oui, Agathe, c'est dans le brasier de l'amour fou qu'on se sent vivant comme jamais.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10434
ALDAMO21
  16 avril 2022
Subtil et enivrant ! Comme un bon cru de Bourgogne.
Agathe Ruga a vraiment une très jolie plume. Elle maitrise surtout l'art de la narration, pareille à un superbe solo de guitare joué par un Carlos Santana inspiré et endiablé.
Le roman est un magnifique portrait de femme, des plus vivantes et des plus bouleversantes. Un roman qui a eu une grande résonance en moi, parce qu'il est plein de frénésie, de vivacité, d'audace et d'emportement. Un roman qui est aussi de surcroit émaillé de jolies réflexions poétiques, de petites phrases inspirantes qui m'ont interpellé car je les ressentais d'une grande justesse.
*
Il y a tout ce que j'aime dans le roman d'Agathe.
Le récit des grands sentiments. le récit des passions, les vraies parce qu'elles sont intemporelles et qu'elles vous font sentir vivants, celles des incommensurables vertiges de l'amour qu'elle procurent, celles des sentiments amoureux, les plus titubants pour l'âme, les plus incendiaires pour le coeur.
Les passions vécues, bues et consommées parfois à l'excès, par tous ces êtres qui ont un grain de folie en eux.
Les passions, celles qui nous happent, nous arrachent comme ça, par un seul regard à notre propre réalité, à notre existence. Celles où nous devenons tout feu tout flamme pour retrouver un murmure entendu, un souffle perçu. Celles où un volcan se réveille violemment en nous, par l'éclat d'un sourire. Celles qui par un geste troublant, nous envoient nous cogner brutalement la tête dans les étoiles.
Les passions, celles qui nous donnent la sensation d'être irrésistibles et indestructibles.
Les passions, celles qui deviennent des douces obsessions, qui effacent le passé et le futur. Celles parfois cruelles, qui nous consumeront entièrement, qui nous dévoreront le corps et l'esprit, sans que nous nous en rendions compte.
*
Agathe s'est faite narratrice de cette histoire.
Agathe est Ariane, le personnage du roman ou Ariane est Agathe. On en perd parfois le fil !
On se questionne laquelle des deux a inspiré l'autre tellement elles se confondent parfois. Comme deux soeurs, qui se regardent, qui s'interrogent, qui se confient entre elles.
Serait-ce pour mieux nous séduire ?
Peut-être était-ce pour éviter de décrire la beauté d'Ariane. Cette envoutante femme brune aux yeux magnifiques, à la couleur du ciel immense.
C'est à ce moment-là que l'homme que je suis, aurait voulu être à la place de Sandro. Juste un court instant, pour pouvoir me noyer dans l'océan de ce regard si bleu.
*
C'est l'histoire d'une femme libre et indépendante, à la fois mère et épouse. Une femme qui avait tout pour être heureuse.
Elle évoluait magnifique et rayonnante dans sa sphère paradisiaque, avec son travail captivant d'écrivaine et de blogueuse adulée, avec son mari beau et sécurisant, avec ses trois enfants bruyants et pleins de vie, avec ses diners huppés, avec sa grande bibliothèque.
Je pensais qu'une femme comme elle, demeurerait à jamais épanouie, sereine et comblée.
Et qu'aucun « démon de midi » aurait une quelconque emprise sur elle.
Vous savez ce petit diable, celui qui prend subitement la possession des âmes.
Ce petit diable, celui qui s'infiltre aussi dans les corps pour les rendre fiévreux et avides de désirs charnels.
Ce petit diable qui transforme une mère de famille, sage et responsable, en séductrice audacieuse d'un soir, en amante incandescente d'une nuit.
*
J'ai accompagné Ariane, sur le chemin de ses passions, jusqu'au bout de sa nuit, juste au bout de ma propre nuit.
Je l'ai sentie mélancolique, lorsqu'elle me faisait part de l'absence des êtres chers qu'elle avait perdu de vue.
Je l'ai vue nostalgique lorsqu'elle me confiait ses souvenirs de sa famille recomposée.
Je l'ai écouté parler de sa solitude, de ses silences et de ses souffrances.
J'aurais voulu la consoler et lui dire ces quelques mots :
« En Amour, même à deux on est plusieurs :
Il y a Toi,
Il y a Moi,
Il y a celle que je pense que tu es,
Il y a celui que tu crois que je suis,
Il y a celle que tu voudrais être,
Il y a celui que je pense être,
Et puis il y a tous ceux qu'on aurait pu être. »


+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          4517
JIEMDE
  02 mai 2022
Je ne connais pas Agathe Ruga. Sauf à juger que suivre quelqu'un sur Instagram et liker certains de ses posts revient à se connaître. Je ne l'ai jamais rencontrée et n'avais pas plus lu son premier livre. Mais l'écho – assourdissant et donc un peu intriguant - de la sortie du deuxième m'a interpellé.
Je ne connais pas Agathe Ruga. Mais j'ai acheté puis lu L'homme que je ne devais pas aimer, ce livre que je n'imaginais pas aimer. Bonjour les a priori… Car j'ai été agréablement surpris. Si, si. Vraiment. Alors aimé ? Pas aimé ? Pas mon genre d'esquiver. Mais le livre mérite mieux qu'une approche aussi binaire.
Je ne connais pas Agathe Ruga. Et je ne suis pas forcément la cible, ou en tout cas le bon client pour cette histoire d'amour et de passion provinciale, dont l'originalité du thème n'est pas la qualité première. Pas grave, car le livre en a d'autres. Il parlera à beaucoup, et pas qu'aux femmes (je vous vois venir…). Voilà pour le retour général s'il vous faut vraiment une tendance.
Je ne connais pas Agathe Ruga. Mais en dehors de sa folle passion, j'ai apprécié la façon dont elle lui permet d'explorer et de raconter son rapport aux hommes. du grand-père au père, aux beaux-pères et aux maris, en passant donc par l'amant, devenu synthèse des traces marquantes ou imparfaites des hommes l'ayant précédé. Une « arborescence des hommes » qui ne résout rien mais apaise. Alors on plonge dans l'intime de l'auteure, aux effluves nostalgiques ou douloureuses d'un passé insouciant, disparu et incomplet.
Je ne connais pas Agathe Ruga. Mais j'ai été frappé et séduit par la sincérité qui émane de son livre, réussissant là où tant d'autres ont échoué avant elle sur le même thème de l'autofiction à peine masquée, à se mettre à nu sans jamais être impudique. En cela, L'Homme que je ne devais pas aimer est un livre courageux ; très courageux.
Je ne connais pas Agathe Ruga. Mais dans cette histoire grave au style classique, de nombreuses fulgurances auront égayé ma lecture. Une entame réussie ponctuée de zeugmes enlevés : « Il martèle le sol, mon coeur et ma vie » ou plus loin, « Je n'ai pas perdu tout de suite mes cheveux ni ma joie de vivre » ; quelques aphorismes bien tournés : « Il y a des hommes qui aiment les femmes, le vin et le jeu. Ce sont les hommes auxquels on succombe ». Ou cet aveu terriblement poétique et mélancolique : « Je voulais écouter du rap opaque, dans des bras déraisonnables ».
Je ne connaissais pas Agathe Ruga, la blogueuse. Je ne la connais toujours pas. Mais j'ai juste l'impression de connaître un petit peu mieux Agathe Ruga, l'auteure.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          374
diablotin0
  03 septembre 2022
Que mettre en avant dans ce billet ?,la force de l'amour et du désir que la narratrice , Ariane, éprouve, ressent pour Sandro, l'homme qui d'un seul regard l'a fait vibrer, chambouler ?, ou le plaisir mitigé que j'ai eu en lisant ce roman ?
C'est compliqué car Agathe Ruga arrive sans aucun doute à nous faire passer le message de la passion qu'éprouve Ariane pour Sandro au détriment de son couple et ses enfants. Parallèlement, on fait la connaissance avec les autres hommes de sa vie et principalement son beau-père, Lolo l'homme qui a partagé une partie de la vie de sa mère.
Le ton paraît sincère, juste et les thèmes que soulève ce roman comme la reproduction d'un schéma familial, le coup de foudre, le couple et le "dedésir"sont universels et donc parlants.
Je n'ai malgré tout pas été saisie par l'histoire, je l'ai lu sans véritable émotion. C'est du ressenti, je n'ai pas d'explication argumentée à proposer ici.
Commenter  J’apprécie          383
Billie72
  10 avril 2022
Lorsque je lis un roman d'Olivier Adam j'imagine Paul sous les traits d'Olivier.
De même pour la plupart des romans de Philippe Besson, tellement personnels.
Et quelques autres.
L'homme que je ne devais pas aimer est-il une confession ? Un récit ? Une auto-fiction ?
Assurément un roman « personnel » avec beaucoup d'Agathe dans Ariane, la narratrice.
Ariane a épousé un très bel homme mais jamais elle ne vibre sous les mains de son mari.
Ariane est mère mais elle est d'abord femme.
Ariane, qui côtoie le gotha littéraire, flashe sur le sourire et le regard d'un taiseux. D'un barman, un oiseau de nuit, un jouisseur terrien.
D'ailleurs dites-moi, Agathe, ce prénom Ariane… hasard ou choix éclairé ?
Le jour où son regard croise celui de l'homme qu'elle ne doit pas aimer, Ariane réalise que l'existence de rêve que ses amies lui envient est un carcan invisible, un fragile château de cartes. Ce jour-là son coeur s'embrase, et Ariane va continuer à brûler de l'intérieur, à se consumer d'amour et de désir pour Sandro (même initiale que…). Sans chercher à lutter.
Car ce coup de foudre est l'épiphanie de sa vie, depuis ses grand-parents, la figure paternelle et les amants maternels. Ariane s'aperçoit que ses choix, aussi irrationnels et déraisonnables soient-ils, sont en quelque sorte guidés par ces figures tutélaires. On n'écrit pas notre vie sur une page vierge, mais sur un palimpseste gardant la trace de nos expériences passées.
Après Sous le soleil de tes cheveux blonds (également chroniqué sur Babelio si vous êtes curieux ), j'ai retrouvé avec délices la plume sensuelle, fougueuse, piquante et intelligente d'Agathe Ruga.
J'ai adoré ce roman que je recommande à toutes les femmes passionnées, aux amoureuses exaltées, aux tempéraments ardents et romanesques. À offrir et à s'offrir.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          304


critiques presse (3)
LeFigaro   06 septembre 2022
Une femme qui a tout pour être heureuse tombe amoureuse d’un barman. Superbe portrait.
Lire la critique sur le site : LeFigaro
LeParisienPresse   27 juin 2022
Dans son deuxième roman, l’auteure originaire de Nancy raconte comment une femme mariée et mère de trois enfants se jette dans une passion qui va la consumer de l’intérieur. Plus qu’un roman, un diabolique buisson ardent.
Lire la critique sur le site : LeParisienPresse
SudOuestPresse   02 mai 2022
Dans son deuxième roman, l’auteure évoque une passion qui dévore une femme et mère comblée
Lire la critique sur le site : SudOuestPresse
Citations et extraits (59) Voir plus Ajouter une citation
JustinemartinJustinemartin   19 septembre 2022
J'ai vomi ma vie, j'ai vomi cette adoration étrange dont je ne voulais pas et qui me tombait dessus. J'ai vomi celle que j'allais devenir. Je buvais pour partager son monde. Lui, il buvait en travaillant, il fumait autant qu'il buvait. Je voulais m'enivrer avec lui et oublier mon monde.
Commenter  J’apprécie          10
EmilieMercuryEmilieMercury   17 septembre 2022
Et moi je le regardais comme une gamine devant un feu d'artifice.
Commenter  J’apprécie          20
LadybirdyLadybirdy   17 mai 2022
Il incombe à des milliards de femmes d’équilibrer leur joie pour l’offrir à leurs proches. Coupez le rire d’une femme dans une maison et c’est toute la maison qui pleure.
Commenter  J’apprécie          456
LadybirdyLadybirdy   18 mai 2022
Une phrase me revenait en tête : « Quand vous choisissez le prénom d’un garçon, pensez à la femme qui aura à le murmurer plus tard. »
Commenter  J’apprécie          548
LadybirdyLadybirdy   19 mai 2022
J’étais arrivée à un sommet et je repensais à Beigbeder: « La vie d’adulte, c’est construire des châteaux de sable et sauter dessus à pieds joints. »
Commenter  J’apprécie          460

Video de Agathe Ruga (1) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Agathe Ruga
Agathe Ruga vous présente son ouvrage "L'homme que je ne devais pas aimer" aux éditions Flammarion.
Retrouvez le livre : https://www.mollat.com/livres/2614148/agathe-ruga-l-homme-que-je-ne-devais-pas-aimer
Note de musique : © mollat Sous-titres générés automatiquement en français par YouTube.
Visitez le site : http://www.mollat.com/ Suivez la librairie mollat sur les réseaux sociaux : Instagram : https://instagram.com/librairie_mollat/ Facebook : https://www.facebook.com/Librairie.mollat?ref=ts Twitter : https://twitter.com/LibrairieMollat Linkedin : https://www.linkedin.com/in/votre-libraire-mollat/ Soundcloud: https://soundcloud.com/librairie-mollat Pinterest : https://www.pinterest.com/librairiemollat/ Vimeo : https://vimeo.com/mollat
+ Lire la suite
autres livres classés : passionVoir plus
Notre sélection Littérature française Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura





Quiz Voir plus

Les Amants de la Littérature

Grâce à Shakespeare, ils sont certainement les plus célèbres, les plus appréciés et les plus ancrés dans les mémoires depuis des siècles...

Hercule Poirot & Miss Marple
Pyrame & Thisbé
Roméo & Juliette
Sherlock Holmes & John Watson

10 questions
4621 lecteurs ont répondu
Thèmes : amants , amour , littératureCréer un quiz sur ce livre