AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2365690122
Éditeur : 10-18 (23/08/2012)

Note moyenne : 3.5/5 (sur 111 notes)
Résumé :
Roman d’une famille, Quand la lumière décline retrace l’ascension et la chute de trois générations d’intellectuels d’Allemagne de l’Est. Fervents communistes, les grand-parents Charlotte et Wilhelm décident de rentrer de leur exil mexicain dans la jeune RDA, en 1952, pour participer à la construction de l’État socialiste. Le fils Kurt rentre, lui, de Sibérie, après avoir fui le nazisme à Moscou et frôlé la mort dans un goulag stalinien. Ramenant avec lui son épouse ... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (34) Voir plus Ajouter une critique
GeorgesSmiley
  12 février 2019
Ils sont communistes, par conviction, par choix ou parce qu'ils ne l'avaient pas, ces sept membres d'une même famille, moitié russe, moitié allemande. On les suit sur cinquante ans et quatre générations qui défilent et nous parlent de l'automne. L'automne : de la vie, des illusions, des souvenirs, des sentiments et des ressentiments. On y vit et on y pense au passé. Au Mexique d'abord, où les grands-parents communistes s'étaient exilés dans les années trente (on pense à Trotski qui n'en rentra pas). Eux sont rentrés en 52 car le Parti avait besoin d'eux pour reconstruire. En URSS ensuite, car les fils s'y étaient réfugiés après la prise du pouvoir par les nazis. L'un des deux en est revenu avec une épouse russe. Il ya peu de place pour l'avenir et les rêves. Difficile de rêver quand on vit en Allemagne de l'Est, celle qui est du mauvais côté du Rideau de Fer. Les rêves offerts par le Parti ressemblent à de pieux slogans un peu fanés et, même si on y croit, on sait bien que les lendemains ne chanteront que pour les générations qu'on ne verra jamais.
Ils ont lutté, ils ont survécu tant bien que mal à la guerre, à l'exil ou au camp, ils ont construit ce qu'on voulait qu'ils construisent, se sont aimés puis peu à peu éloignés. Peu de rêves, peu d'espoir, des vies étriquées formatées par la guerre, les pénuries et dirigées par le Parti.
Ca va mieux, beaucoup mieux que pendant la Grande guerre patriotique comme on l'appelle en Russie, mais, au fond, ça ne va pas fort dans cette Allemagne d'après-guerre quand on est à l'Est. On s'ennuie, on fait attention à tout. Ce qu'on dépense, ce qu'on dit et ce qu'on pense. On regarde l'Amérique, si loin et si près, car derrière le Mur, comme le dit un personnage, c'est déjà l'Amérique. Plus tard, le Mur tombé, vient le temps des bilans, des renoncements, des déchirures et des souvenirs qui reviennent à l'occasion d'un anniversaire, d'un mot, d'un objet, d'une histoire que racontait une grand-mère ou d'une odeur en cuisine.
« Il faisait très clair dehors quand elle leva les yeux, tellement clair que c'en était douloureux. Les bouleaux avaient un éclat jaune, l'automne serait chaud cette année, bon pour les récoltes se dit Nadejna Ivanovna. A Slava, on faisait en ce moment les pommes de terre, les premiers feux fumaient, les fanes de pomme de terre brûlaient, et quand les fanes de pomme de terre commençaient à brûler, c'était le signe qu'il était arrivé de façon inexorable : le temps où la lumière décline. »
Au-delà du bel hommage rendu aux cinq générations du vingtième siècle, perdues dans cette partie du monde, à travers ces destins individuels aux trajectoires aussi modestes que tragiques, c'est l'émotion qui domine. Les rapports intergénérationnels sont particulièrement réussis et finement décrits avec des personnages très consistants. On s'attache à eux, la grand-mère russe en particulier ou sa fille, et, en tournant les pages, les souvenirs affluent, les leurs bien sûr, mais aussi et surtout les nôtres, ceux de notre enfance, adolescence ou jeunesse et c'est ce qui fait le charme et la réussite de ce magnifique roman, puissant déclencheur de nostalgie.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          200
litolff
  15 octobre 2012
L'ex RDA comme on ne l'avait encore jamais lue, et pour moi, le meilleur de la rentrée littéraire 2012 à ce jour !
Il y a d'abord Charlotte Umnitzer, intellectuelle communiste réfugiée au Mexique pendant le 3e Reich, qui décide de revenir en Allemagne en 1952 pour participer à la construction de la RDA et servir l'idéal communiste, accompagnée de son 2e mari, Wilhelm, hâbleur professionnel immédiatement mis sur une voie de garage, tandis que ses deux fils, Kurt et Werner sont déportés en Sibérie pour avoir critiqué le régime. Il y a Kurt qui revient seul du Goulag, après 20 ans passés en URSS, et accompagné de son épouse Irina. de retour de Sibérie, Irina s'échine à transformer leur maison en un cocon confortable alors que sa mère, Nadejda Ivanovna, également rapatriée de Sibérie en RDA, continue imperturbablement à fabriquer ses cornichons, que Kurt devient historien du mouvement ouvrier, et qu'Alexander, alias Sacha, leur fils, a du mal à trouver sa place dans cette famille marquée par l'histoire. Quant à Markus, le fils de Sacha, il se détachera très vite du mode vie est-allemand pour s'intéresser à l'OUEST
Il s'agit donc de l'histoire d'une famille sur quatre générations qui se retrouve en RDA au retour d'exil, Mexico pour les uns, l'URSS pour les autres, où ils commencent une nouvelle vie. Au-delà de la politique qui n'est évoquée que pour son impact sur leur vie familiale (plutôt important au demeurant !), il s'agit plutôt d'une mosaïque de perspectives et d'histoires fondées sur les points de vue des 7 principaux personnages, dans une chronologie éparpillée qui évite la monotonie d'une histoire linéaire. Une histoire pleine de faits, de douleur, d'idéologie, de drames, de ressentiment, d'humour aussi, mais exempte d'amour et d'affect, comme si le rouleau compresseur du totalitarisme avait anéanti les sentiments. Passionnant.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          190
Kittiwake
  05 janvier 2013
Pour dresser ce portrait d'une famille allemande au cours du siècle dernier et jusqu'à nos jours, l'auteur prend le parti de créer un puzzle, dont les pièces constituées d'une tranche de vie de chacun des personnages sont savamment mélangées dans le temps. D'où l'utilité de l'arbre généalogique proposé avant de démarrer la lecture...Il est préférable de le lire isolément (ce que je n'ai pas fait, au risque de se retrouver un peu largué à la reprise
Le propos est intéressant à plus d'un titre : témoignage d'un mode de vie et de son évolution avec le temps et les régimes politiques, points de vue multiples s'éclairant mutuellement avec la progression de l'exposé, interactions entre les protagonistes qui met bien en valeur le poids de l'Histoire sur les destinées, ravages inéluctables des ans.
L'austérité de la vie en RDA avant la chute du mur, et la perte de repères qu'a occasionnée celle-ci n'exclut pas l'humour, auto-dérision et critique déguisée des absurdités de ce régime. La truculence des personnages clés ajoute au pittoresque de cette saga.
Un coup de chapeau pour le traducteur, qui jongle avec l'allemand, éventuellement parlé par des russes et inversement, le tout retranscrit en français avec une crédibilité parfaite.

Lien : http://kittylamouette.blogsp..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          240
kathel
  26 août 2012
Roman familial assumé, précédé comme il se doit d'un arbre généalogique, ce roman parcourt en ordre dispersé trois pays et quatre générations, sans perdre un instant le lecteur au gré de l'apparition ou de l'absence de tel ou tel personnage. le portrait de famille s'élabore par touches successives, de 2001 à 1952, puis 1989, les relations entre les uns et les autres se découvrent, s'affinent, se répondent en alternant les points de vue : celui du fils, puis de la grand-mère paternelle, puis du père, de la grand-mère maternelle... le passage des grands évènements historiques du XXème siècle à Berlin Est est plus ou moins présent dans la narration, selon son retentissement sur l'histoire familiale. Pourtant la politique est une affaire d'importance dans la famille Umnitzer, et chacun reste envers et contre tout ferme dans ses convictions, même quand elles ne sont plus au goût du jour. L'auteur lève pudiquement et progressivement le voile sur les chagrins et les ressentiments qui entachent une harmonie familiale assez ténue, jusqu'au jour anniversaire du grand-père, en octobre 1989, où chacun aura l'occasion d'affronter ou de fuir les autres. Wilhem Powileit est en effet un membre politique éminent du régime, et la date de cet anniversaire, précédant de peu la fin dudit régime, permet de scruter l'évènement avec un intérêt particulier.
Certes, toutes les familles se ressemblent, et on peut le constater une fois de plus, tant on se sent tout de suite à l'aise dans celle-ci, mais les individus qui composent la famille Unmnitzer sont vraiment attachants, et j'ai été particulièrement touchée par les portraits des grands-parents, et par leur traversée de la deuxième moitié du siècle dernier. L'écriture pleine de force et de sensibilité leur donne une présence peu ordinaire. Ce premier roman est une réussite, et j'espère que la rentrée littéraire lui laissera toute sa place.
Lien : http://lettresexpres.wordpre..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          210
Drych
  04 juillet 2013
Une intéressante saga familiale ayant pour cadre l'ancienne RDA. Mais pourquoi cette chronologie aléatoire, obligeant à se reporter régulièrement à l'arbre généalogique? Si le but était d'éviter la monotonie et de rendre encore plus chaotique la vie de cette famille, j'ai trouvé cela plutôt exaspérant. Dommage, car pour le reste les personnages sont attachants, le regard humoristique sur le contexte politique des anciens régimes communistes est vivifiant, et le texte, très proche des réalités quotidiennes et de la vie propre de chacun des membres de la famille, est très évocateur. le succès du livre en Allemagne n'est pas étonnant.
Commenter  J’apprécie          193

critiques presse (2)
Liberation   15 février 2013
En Allemagne, où la mémoire est encore à vif, le premier roman d’Eugen Ruge est un best-seller. Dans une fiction au cordeau, il raconte l’histoire de sa famille est-allemande, du goulag à la réunification, en passant par la ville où on a tué Trotski.
Lire la critique sur le site : Liberation
Telerama   07 novembre 2012
Plus qu'une énième histoire d'Ostalgie écrite par un Allemand de l'Est à l'automne de sa vie, Eugen Ruge signe un livre universel sur le temps qui s'enfuit.
Lire la critique sur le site : Telerama
Citations et extraits (30) Voir plus Ajouter une citation
TaraxacumTaraxacum   28 juillet 2016
Lui qui, douze années durant, à toutes les soirées, avait donné l'impression d'être une cane oubliée dans un coin, qui n'avait jamais pu lire le moindre panneau en espagnol et devait à chaque fois appeler Charlotte à la rescousse quand un policier lui adressait la parole, se présentait comme un grand connaisseur et amateur du Mexique, distrayant toute la tablée du capitaine avec des histoires véritablement étonnantes, et alors que, depuis sa période hambourgeoise -Lüddecke Import-Export -, il avait toujours parlé par énigmes et allusions, il n'avait pas tardé à convaincre tout le monde qu'il avait parcouru à cheval la distance entre les deux océans, avait attrapé des requins à Puerto Angel avec une simple petite embarcation et découvert tout seul le temple maya de Palenque enfoui sous la végétation - tandis que Charlotte trempait une biscotte dans une tasse de camomille.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          130
litolfflitolff   15 octobre 2012
Toute son enfance, elle avait fait la queue pour avoir du pain ; toute son enfance, elle avait mangé des pommes de terre à moitié pourries (car il fallait toujours manger d'abord les pommes de terre à moitié pourries, si bien que l'on mangeait toujours des pommes de terre à moitié pourries) ; toute son enfance, elle avait attendu dès le début de l'hiver les premiers grands froids parce que le maigre cochon que grand-mère Marfa nourrissait toute l'année avec des épluchures était tué à ce moment-là -et sans tarder- quand la température extérieure de moins cinquante degrés lui gelait littéralement les pattes dans son abri fait de simples planches clouées.
Pauvre bête, se dit Irina.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          160
ChouchaneChouchane   03 août 2012
C’est sur cette minuscule table que Kurt avait écrit toute son œuvre (…) dix ou douze ouvrages que Kurt avait rédigés seul – son œuvre occupait toujours une longueur d’étagère (…) : un mètre de science. Pour ce mètre de science, Kurt avait travaillé dur pendant trente ans ; il avait terrorisé sa famille pendant trente ans. C’est pour ce mètre qu’Irina avait fait la cuisine et la lessive. C’est pour ce mètre que Kurt avait reçu des médailles et des décorations mais aussi essuyé des réprimandes et même un blâme de la part du parti, qu’il avait marchandé ses tirages avec les maisons d’édition sans cesse aux abois par manque de papier, qu’il avait bataillé pour imposer des formulations et des titres, qu’il avait dû faire machine arrière ou parfois obtenu gain de cause à force de ruse et de ténacité – et maintenant tout cela était bon pour le REBUT.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
GeorgesSmileyGeorgesSmiley   10 février 2019
Non, elle n'avait rien contre Catrin... mais en se disant aussi qu'elle ne comprenait vraiment pas ce que Sacha trouvait à cette femme... Bien sûr, ce n'étaient pas ses affaires. Et elle se gardait bien de faire ne serait-ce que la moindre remarque. Mais elle s'étonnait quand même qu'un jeune homme aussi bien de sa personne, intelligent, ne trouve pas une femme mieux. Actrice, paraissait-il. Il ne voyait donc pas que cette femme était moche ? Des genoux moches, pas de taille, pas de fesses. Et un menton, pour être honnête, qui faisait penser à celui d'un ouvrier de chantier. Elle avait de beaux yeux, ça on devait le reconnaître. Quoique, d'un autre côté : ce regard papillonnant, cette agitation dans les yeux quand on parlait avec elle... Cette femme semblait toujours être ailleurs, en train de réfléchir, avec fébrilité même; il y avait toujours quelque chose qui se passait dans sa tête quand elle était en train de vous sourire.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
litolfflitolff   12 octobre 2012
A Slava, on faisait en ce moment les pommes de terre, les premiers feux fumaient, les fanes de pommes de terre brûlaient, et quand les fanes de pommes de terre commençaient à brûler, c'était le signe qu'il était arrivé de façon inexorable, le temps où la lumière décline.
Commenter  J’apprécie          160
Videos de Eugen Ruge (3) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Eugen Ruge

Quand la lumiere decline par Eugen Ruge aux editions Les Escales en librairie le 23 août
Le dernier Goncourt allemand par le Alexis Jenni berlinois. Odyssée familiale magistrale et voyage passionnant à travers l'histoire contemporaine, ce premier...
autres livres classés : allemagne de l'estVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox

Autres livres de Eugen Ruge (1) Voir plus




Quiz Voir plus

Quiz: l'Allemagne et la Littérature

Les deux frères Jacob et Whilhelm sont les auteurs de contes célèbres, quel est leur nom ?

Hoffmann
Gordon
Grimm
Marx

10 questions
260 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature allemande , guerre mondiale , allemagneCréer un quiz sur ce livre
.. ..