AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782371776166
128 pages
Éditeur : publienet (15/09/2021)
5/5   3 notes
Résumé :
Non : Claire, disparue à 27 ans, ne renaît pas sous la plume de Camille Ruiz. Cela, même l’écriture ne peut aller contre. Il serait tout aussi déplacé de dire qu’elle lui rend hommage.
Perdre Claire, c’est autre chose. Dans ce journal de deuil, en vers libres, comme dans une suite de chansons pop bouleversantes, rejaillissent la lumière, la chaleur et la vitalité non d’une personne mais d’un lien allant au-delà même des personnes, des époques.
En cela,... >Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura
Critiques, Analyses et Avis (1) Ajouter une critique
EvlyneLeraut
  15 septembre 2021
« Perdre Claire ». Approuver les ricochets. Quêter les reflets, regards réminiscence. Tremblant de magnificence, une aurore boréale, litanie macrocosme. le chant est triste, intime. Une porte invisible à mille lieux de la sérénité. Intrinsèque et grave, les échos sont les larmes, port, ancre et attache à jamais. le langage tel un papillon aux ailes sublimes et voluptueuses. Rappels pavloviens et soupirs, front à front, main dans la main encore pour un temps avec Claire, disparue, morte à vingt-sept ans.
« Ils ne le savent pas, ils ne le savent pas, ils ne le savent pas. Hier dans la voiture en sortant de la cérémonie, j'ai réalisé qu'on était toutes des adultes. Avec notre douleur, nos habits sombres, nos souvenirs. »
Camille attise les flammes. Ce n'est pas l'heure encore des braises finitude. Son amie, aimante, l'alliée gémellaire, si proche encore, si tactile. le dos collé aux parois de l'impondérable, voile noir sur le visage pâle de Claire. Plus rien ne vit, mais tout palpite et ce tout toujours.
« Il faut qu'elle sache, que ce n'est qu'une parenthèse. Il y a tout ailleurs. »
Les souvenirs célestes, les rêves chapelles, épiphanies, les siamoises d'amour et de concorde. Écrire un journal. Défier jour après jour le silence et ses risques. Intuitivement, l'écriture saigne, pleure, oeuvre à la rédemption. le temps liane qui efface les empreintes incommensurablement. L'advenir d'une ombre blonde, claire, Claire, qui résistera coûte que coûte au contre-jour, aux sous-bois, aux clairières faussées et chimériques. L'aura sublime de Claire fauchée en plein vol, la jeunesse en arrêt cardiaque.
« Ça y est Claire, c'est notre anniversaire. »
Camille souffre, se débat, boit la tasse. Elle appelle de toutes ses forces la voix de Claire. Elle sait déjà que ce sera elle la première à s'éteindre. Les saisons s'étirent, heure après heure, les plaies fleuves, les résistances pour ne pas faillir. L'irrévocable et le risque de vaciller du mauvais côté.
« Nous nous réunissons avec en nous toutes ces choses graves. On peut les poser sur une chaise comme des manteaux. Elles nous regardent. »
Camille construit pierre après pierre l'arche pour demain. Les moments fusionnels, la concorde citadelle, corde à noeuds, dont Claire sera souveraine. le gouvernail d'un deuil qui vient d'éclore.
« Il y a aucune différence entre mes souvenirs et les rêves. »
Camille est agissante. Elle combat le vide devenu, lames de fond, en littérature théologale.
« Tout ce que je touche se transforme en histoires, et en retour, elles me rendent triste. C'est quelque chose qu'il faudrait à la fois, taire et écrire. C'est quelque chose que je garde comme un trésor gorgé de soleil. »
Camille cherche l'issue de secours. Rester dans le nid. Couver les oeufs qui feront d'elle, l'échappée du gouffre. Retenir les grains d'un regain, sentir le souffle du vent jouer de la flûte depuis la voûte lactée. Imaginer Claire en robe du soir, celle de ces vingt-sept ans où les fiançailles étaient éternelles.
« Claire de toi j'essaye de garder le courage, la méthode, la détermination. »
Renaître sans Claire. Savoir la belle devenue guide.
« Et voilà je suis de nouveau sur le seuil, les bras tirés par ce que j'emporte. »
« Perdre Claire » est un edelweiss à flanc de rocher en haute montagne. Ce journal est céleste, grandiose, vivifiant aussi envers et contre tout. le deuil est lumière et capacité.
Pour vous amis, la plus belle étoile en offrande dans vos mains :
« Cette nuit la lune était proche et ronde / j'ai envie de croire à une magie qui serait bienveillante. »
« Perdre Claire » est un flambeau magistral.
Publié par les majeures Éditions Publie.net.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10


autres livres classés : poésieVoir plus
Notre sélection Littérature française Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura





Quiz Voir plus

Testez vos connaissances en poésie ! (niveau difficile)

Dans quelle ville Verlaine tira-t-il sur Rimbaud, le blessant légèrement au poignet ?

Paris
Marseille
Bruxelles
Londres

10 questions
976 lecteurs ont répondu
Thèmes : poésie , poèmes , poètesCréer un quiz sur ce livre