AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet

François Maspero (Traducteur)
EAN : 9782221116524
306 pages
Robert Laffont (01/01/2011)
  Existe en édition audio
3.8/5   1749 notes
Résumé :
« Pour une raison bizarre, sans qu'on sache se l'expliquer, on se sent parfois plus proche d'un de ses enfants. De tous les livres que j'ai écrits, Marina est l'un de mes favoris. Au fur et à mesure que j'avançais dans l'écriture, tout dans cette histoire prenait peu à peu le goût des adieux, et quand je l'eus terminée, j'eus l'impression que quelque chose était resté au fond de moi, quelque chose qu'aujourd'hui encore je ne peux définir mais qui me manque chaque jo... >Voir plus
Critiques, Analyses et Avis (313) Voir plus Ajouter une critique
3,8

sur 1749 notes

Attention, Pépite ! Comme à chaque fois, ma critique sera bien pâle face à ce que j'ai pu éprouver à la lecture de ce petit chef-d'oeuvre. C'est bien simple, je ne l'ai pas lâché ! Ce roman - très agréable à lire car la plume est aisée - fascine, envoûte, à tel point que j'ai eu bien souvent la chair de poule et qu'il a même hanté mes nuits ! Je n'exagère absolument rien.

Je découvre cet auteur et je ne le regrette pas. Il sait rendre les descriptions magiques, jouer avec la psychologie des personnages (et la nôtre !), et c'est en n'abusant pas du fantastique qu'il parvient justement à faire adhérer le lecteur. Car celui-ci avance dans le récit à pas feutrés, par petites touches successives, oubliant qu'Oscar n'est qu'un personnage. le lecteur EST Oscar !

Ce livre me fait penser aux films d'horreur espagnols, très bien faits par ailleurs et jouant, justement, non sur le gore mais sur l'indicible et les nerfs du spectateur. A mi-chemin entre REC (de Jaume Balaguero et Paco Plaza), pour ceux qui connaissent, et L'Échine du diable (de Guillermo del Toro), il met en scène une atmosphère jouant sur l'étouffement, le sombre. On sait qu'il va se passer quelque chose, on attend, tapi(e) au fond de son canapé ou de son lit, on tourne les pages frénétiquement, on se dérobe soudain, perdant toute notion de réalité...

Bref, j'ai adoré ce roman et je vais mettre un certain laps de temps avant d'en retrouver un de cette trempe.


Lien : http://www.lydiabonnaventure..
Commenter  J’apprécie          14017

Quelques lignes à peine me suffisent pour entrer dans l'univers baroque de Carlos Ruiz Zafón, de pénétrer dans son aventure par une porte dérobée et de suivre, ému, inquiet, forcément amoureux, ses personnages lumineux.

Par quoi commencer pour vous parler de « Marina » ?

C'est d'abord un amour de jeunesse qui ne diffère en rien de tous les autres, mais il est raconté par Carlos Ruiz Zafon. Cet amour est impétueux, torrentiel, exclusif, naïf. Il est rempli de rires qui élèvent, et de doutes qui font mal. C'est le même que le vôtre : celui que vous gardez bien au chaud dans votre coeur, et que vous sortez à l'occasion, avec un sourire épanoui.

C'est ensuite l'histoire de deux gamins, Marina et Oscar, qui croquent la vie à pleines dents et, l'imagination enflammée, se mettent à jouer à un jeu dangereux. On ne devrait jamais réveiller les ombres du passé, surtout quand elles n'en ont pas terminé avec la vie, et qu'elles ont encore des comptes à régler. de chasseurs, nos deux jeunes héros deviennent proies.

Mihail Kolvenik, personnage de légende noire ; la sublime Eva Irinova, magicienne des scènes ; l'inspecteur Florian consumé par les ombres qui peuplent ses souvenirs, et ce papillon noir aux ailes déployées gravé sur une tombe anonyme dans le vieux cimetière de Sarria…

Marina et Oscar, à leur manière, maladroite et bouillonnante, permettront à ces spectres de reposer enfin en paix, et de clore à jamais un flamboyant et douloureux récit.

C'est German, le père de Marina, artiste aux doigts d'or, feu follet élégant et courtois, qui accueille à bras ouverts Oscar dans une grande demeure délabrée, mais où il fait bon vivre.

Ce sont ces héroïnes, si belles, si fragiles, si déterminées qu'on croirait des rêves. Est-ce pour cela qu'elles s'éteignent comme flamme au vent ?

C'est enfin Barcelone. La Barcelone de Carlos Ruiz Zafon sortie tout droit de son âme. Une Barcelone fantasmée, enveloppée de brumes, ensorceleuse, avec ses lacis de ruelles où l'on s'égare, et ses vieux palais fatigués, étonnés d'être encore debout.

C'est encore cette antique Tucker oubliée sous les arbres qui attend paisiblement le retour des jours heureux.

J'ai fini ce livre en versant ma larmichette. Comme d'habitude. Puis j'ai regardé autour de moi à la recherche d'un coin de brume où je pourrais m'enfoncer pour retrouver Marina, Oscar, German et l'insupportable et dédaigneux chat Kafka.

Commenter  J’apprécie          919

Lors de ses nombreuses escapades au-dehors de son pensionnat de Barcelone, Oscar, quinze ans, fait la connaissance de Marina, une adolescente qui habite le quartier avec son père âgé. Les déambulations des deux jeunes gens les mènent jusqu'à un cimetière oublié, où une femme vient pourtant se recueillir sur une tombe anonyme, uniquement orné d'un papillon noir. Des sous-sols de la ville à un vieux théâtre désaffecté, la curiosité des deux amis les entraîne dès lors dans une succession de terrifiantes découvertes, liées à un mystérieux drame survenu il y a plusieurs décennies.

Certes ce livre classé jeunesse cumule les invraisemblances. Pas seulement parce qu'il verse dans le fantastique, mais surtout parce qu'il traite les deux adolescents en adultes, libres et autonomes, et que tout le monde leur confie les plus noirs secrets avec une improbable facilité. Il serait pourtant dommage de laisser cette critique oblitérer les autres qualités du roman et de ne le réserver qu'à un jeune public ravi de sa promotion chez les grands. Ce serait se priver d'un excellent moment de mystère et d'aventure, remarquablement écrit, serti dans une Barcelone ensorcelante, gothique et baroque, qui fait tout le charme et la singularité du récit.

C'est pendant le premier tiers de l'histoire que l'ambiance s'avère la plus envoûtante, alors que le lecteur se retrouve à vagabonder aux côtés d'Oscar et de Marina dans de vieux quartiers d'une Barcelone surannée et bucolique. Les grandes et anciennes demeures plus ou moins abandonnées, qui y cachent mélancoliquement les lambeaux de leur exubérante splendeur passée sous l'enchevêtrement d'une végétation envahissante et le poids d'un oubli silencieux, enveloppent bientôt le promeneur de leurs ombres et de leurs mystères, suscitant chez lui un mélange de curiosité et d'angoisse. Les vieilles silhouettes qu'on y croise laissent subodorer le secret de vies enfuies et c'est bien un étrange passé qui va bientôt remonter à la surface.

L'enquête prend alors son essor dans des développements rapidement fantastiques, de veine gothique, qui transforment la menace jusqu'alors diffuse en péripéties qui, pour être rocambolesques, n'en tiennent pas moins le lecteur sous l'emprise de leur rythme et de leur suspense. Moins réceptive à cette partie, j'ai néanmoins pris plaisir à ces rebondissements plein d'imagination, encore une fois mis en valeur par les perspectives offertes sur la ville de Barcelone, sur ses quartiers contrastés et sur son architecture exubérante.

De l'angoisse à l'effroi et du rire aux larmes, ce prenant conte fantastique empreint de nostalgie est l'occasion de réunir tous les publics, jeunes et moins jeunes, par la magie d'une excellente plume, amoureuse d'une Barcelone secrète et multiple, que l'on aura ensuite envie de (re)découvrir pour de bon.


Lien : https://leslecturesdecanneti..
Commenter  J’apprécie          8912

Allez savoir pourquoi moi, j'entamais ce Marina, forte d'une bienveillance et d'un a priori plus que positif à son égard... Il aurait été dommage de ne pas lire un roman dont l'héroïne s'appelle Marina.

Avec ces première et quatrième de couverture si séduisantes, ce roman m'a tout de suite attirée. Mais, finalement, je ne m'attendais pas à une histoire aussi surprenante, rocambolesque et mystérieuse.

Oscar vagabonde dans les rues de Barcelone. Pénétrant dans une maison qu'il croyait abandonnée, il fera la connaissance de Marina, la fille du propriétaire, German. Ensemble, ils veulent élucider un mystère: qui est cette femme voilée de noir qui se rend au cimetière, devant une tombe où est gravé un papillon noir ?

À partir de là, tout un tas d'évènements s'enchaine, on est entrainé dans des histoires du passé et des mystères au secret bien gardé.

L'écriture de Carlos Ruiz Zafon est très poétique, très belle, pleine de vie. Il restitue à merveille les venelles de Barcelone en leur donnant charme et mystère.

Les personnages sont vraiment très touchants, notamment la relation qu'entretient Marina avec son papa, German.

L'ambiance est sombre, ésotérique, parfois surnaturelle ou ténébreuse.

Marina, une rencontre étonnante, au charme indéniable...

Commenter  J’apprécie          780

Énorme coup de coeur pour Marina.

Décidement Carlos Ruiz Zafon me plait beaucoup. Il mélange les genres a merveille et a nouveau dans cette histoire l'amour côtoie, le mystère d'une enquête policière, avec un peu de fantastique et beaucoup de suspense jusqu'aux dernières pages.

Barcelone est encore une fois très bien décrite, tellement bien qu'on a l'impression d'y être en compagnie des personnages.

Je ne connais pas tous les romans de l'auteur mais pour l'instant Marina est mon préféré.

Commenter  J’apprécie          800

Citations et extraits (266) Voir plus Ajouter une citation

La vie accorde à chacun de nous quelques rares moments de bonheur total. Ce sont parfois des jours, parfois des semaines. Parfois même des années. Tout dépend de la chance. Leur souvenir nous accompagne à jamais et se transforme en une contrée de la mémoire où nous tentons de retourner le reste de notre existence sans jamais y parvenir.

Commenter  J’apprécie          1010

-Vous avez remarqué, Oscar, que nous n'avons pas l'électricité. A vrai dire, nous ne croyons pas trop aux progrès de la science moderne. En fin de compte, quel est le sens d'une science capable d'envoyer un homme sur la lune, mais incapable de mettre un morceau de pain sur la table de chaque être humain?

- Peut-être le problème ne réside-t-il pas dans la science, suggérai-je, mais dans ceux qui décident de son emploi.

Commenter  J’apprécie          660

Le cimetière de Sarria est un des lieux les plus cachés de Barcelone. Inutile de le chercher sur les plans, il n'y figure pas. Inutile de demander comment s'y rendre aux habitants ou aux chauffeurs de taxi, on peut être presque sûr qu'ils avoueront l'ignorer, même si tous en ont entendu parler. Et si, malgré tout, on s'aventure à le chercher soi-même, le plus probable est qu'on se perdra. Les quelques rares personnes qui possèdent le secret de son emplacement soupçonnent qu'en réalité ce vieux cimetière n'est rien d'autre qu'un îlot du passé qui apparaît et disparaît au gré de son caprice.

Commenter  J’apprécie          373

Enfin de compte, quel est le sens d'une science capable d'envoyer un homme sur la lune, mais incapable de mettre un morceau de pain sur la table de chaque être humain ?

Commenter  J’apprécie          1231

À la fin des années soixante-dix, Barcelone était une fantasmagorie faite d'avenues et de ruelles où l'on pouvait voyager trente ou quarante ans en arrière rien qu'en franchissant le seuil d'un immeuble ou d'un café. Temps et mémoire, histoire et fiction se mélangeaient dans cette ville ensorcelée, comme des couleurs d'aquarelle sous la pluie. C'est là que, lointain écho de rues qui aujourd'hui n'existent plus, des cathédrales et des édifices échappés de légendes ont formé le décor de cette histoire.

Commenter  J’apprécie          390

Videos de Carlos Ruiz Zafón (11) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Carlos Ruiz Zafón
Extrait du livre audio "Marina" de Carlos Ruiz Zafón lu par Frédéric Meaux. Parution numérique le 22 juin 2022.
https://www.audiolib.fr/livre/marina-9791035408978/
autres livres classés : barceloneVoir plus
Notre sélection Jeune Adulte Voir plus




Quiz Voir plus

L'ombre du vent de Carlos Ruiz Zafon

Comment s'appelle le narrateur ?

Daniel Sampare
Daniel Sempare
Daniel Sempere
Daniel Sampare

10 questions
1227 lecteurs ont répondu
Thème : L'ombre du vent de Carlos Ruiz ZafónCréer un quiz sur ce livre