AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet

Pascal Loubet (Traducteur)
EAN : 9782253119128
347 pages
Le Livre de Poche (14/03/2008)
3.73/5   71 notes
Résumé :
Quand le cadavre ensanglanté d'une avocate est retrouvé sur l'autoroute du Crépuscule, dans l'Oregon, les soupçons se portent tout naturellement sur son ex-mari, Brad Cunningham. Mais pour bâtir un dossier d'accusation solide, il faut des preuves matérielles, et la police n'en a pas. Les années passent, Brad Cunningham refait sa vie avec Sarah, une femme médecin qui adopte ses trois fils. La famille s'installe dans une propriété superbe, conçue pour un bonheur sans ... >Voir plus
Que lire après Mourir au crépusculeVoir plus
Critiques, Analyses et Avis (11) Voir plus Ajouter une critique
3,73

sur 71 notes
5
3 avis
4
4 avis
3
3 avis
2
0 avis
1
0 avis
Après avoir été inspecteur de police à Seattle, Ann Rule s'est lancée dans le journalisme d'investigation. Spécialisée dans les affaires criminelles, elle a retracé dans "Un tueur si proche", l'histoire de Ted Bundy, célèbre tueur en série qu'elle avait d'ailleurs côtoyé sans le connaître. J'avais beaucoup aimé "La rivière rouge sang" consacré à Gary Ridgway, le meurtrier au plus gros "palmarès" des États-Unis. Avec "Mourir au crépuscule", elle nous offre ici encore un "roman vrai" basé sur l'histoire de Brad Cunningham.

Quand elle le rencontre, Sara, médecin sans enfant, pense avoir trouvé le prince charmant (même si pour elle, c'est le troisième mari). Quant à Brad, en l'épousant, elle deviendra sa cinquième épouse. Peu importe, cet homme d'affaire est charmant, séducteur, prévenant et Sara ne demande qu' à prendre soins des nombreux enfants qu'il a eus de ses précédentes relations, principalement des trois plus jeunes qu'il a eus de sa dernière femme, une avocate célèbre, Cheryl Keeton, dont il est séparé.
Quand le 21 septembre 1986, la police de Portland, alertée par un témoin, découvre le cadavre de Cheryl, dans une voiture abandonnée sur l'autoroute, elle ne met pas longtemps à comprendre les intentions du meurtrier. Dans le carambolage qui ne devait pas manquer d'arriver, l'assassinat de la jeune femme serait passé inaperçu dans l'accident. Rapidement, les enquêteurs soupçonnent l'ex-mari Brad avec lequel elle était en guerre pour la garde des enfants. Son changement de comportement alerte même sa nouvelle épouse Sara qui va découvrir sa vraie personnalité sous ses airs de séducteur. Violent, manipulateur, profiteur, pervers, l'individu se sert de ses enfants comme monnaie d'échange et méprise en réalité les femmes qu'il utilise à son avantage surtout lorsqu'elles sont riches.

Dès le départ, le lecteur connait le coupable mais la police va mettre des années à prouver sa culpabilité et c'est ce cheminement très détaillé que l'on va suivre, depuis l'enfance de Brad jusqu'au procès final en octobre 1994 qui va enfin le conduire en prison, en passant par le témoignage de toutes les femmes, mère, soeurs, épouses, qui l'ont côtoyé au cours de leurs existences. Le pouvoir qu'exerce cet homme sur les femmes, pour la plupart intelligentes, professionnellement et socialement indépendantes, est totalement hallucinant. Son talent de manipulateur est démoniaque, la réalité dépasse toute imagination.
Je n'apparenterai pas cette lecture à un roman même "vrai" car l'amoncellement de détails, la précision dans l'étude des personnages sont dignes de figurer dans une véritable procédure judiciaire. L'auteure ne s'en éloigne pas, elle ne s'embarrasse pas de superflu qui apporterait du romanesque. C'est un peu ce qui m'a manqué, la journaliste d'investigation est beaucoup trop présente. Entre les nombreux déménagements et les multiples conquêtes du suspect, j'ai trouvé énormément de longueurs.
Parce qu'il m'a quand même fait découvrir les rouages de la justice américaine, j'accorde 11/20 à ce livre.
Commenter  J’apprécie          160
Un polar aux allures de true crime, ça vous dit ? Dans ce cas, lisez Ann Rule !

Cheryl Keeton et Brad Cunningham sont en instance de divorce et se battent pour obtenir la garde de leur trois jeunes fils, chacun étant persuadé qu'il sera un bien meilleur parent que l'autre. D'après ce que Brad raconte à sa petite amie, le docteur Sara Gordon, Cheryl est une traînée, qui entretient une relation avec 8 hommes différents et qui est incapable de s'occuper des enfants vu son penchant pour la boisson.
Un soir, Cheryl est retrouvée morte dans sa Toyota. Pour la police, Brad est le premier suspect, d'autant que le portrait qu'il dresse de sa défunte épouse n'est pas vraiment identique à celui dressé par les collègues, amis et proches de la jeune femme. Ces derniers affirment que Cheryl était une femme bien et qu'elle était terrorisée par Brad...

Les féminicides sont malheureusement "à la mode" de ces temps-ci : de trop nombreuses femmes meurent (que ce soit en Belgique, en France ou dans d'autres pays) sous les coups de leur compagnon (ou ex-compagnon) chaque année.


Mourir au crépuscule est écrit comme un dossier de presse. du début à la fin, on a l'impression de lire l'enquête qu'un journaliste d'investigation aurait menée sur le meurtre de Cheryl Keeton et sur la personnalité de Brad Cunningham.
C'est particulier pour un polar/thriller, mais ça fonctionne très bien ! le récit est percutant et passionnant et on se sent tout de suite révolté par le destin de ces femmes et de ces enfants qui souffrent le martyr aux mains de certains hommes.

Pour un première lecture d'Ann Rule, c'était donc plutôt réussi.
Commenter  J’apprécie          190
Ann Rule propose dans Mourir au crépuscule une biographie de Brad Cunningham, de sa naissance à son procès. Il ne s'agit pas d'un roman mais d'une enquête journalistique sur un fait divers retentissant, true crime story en français.


Mourir au crépuscule débute le 21.09.86, jour où Cheryl Keeton est découverte dans sa voiture, battue à mort. Cheryl est une avocate brillante, mariée à Brad Cunningham dont elle tente douloureusement de divorcer tout en obtenant le droit de garde de leurs 3 enfants. Menacée, harcelée, aux prises avec un procédurier qui conteste toute tentative de conciliation, lui intente des procès, exige des compensations financières ruineuses, n'hésite pas à enlever et à cacher ses enfants, salie dans sa réputation de femme et d'avocate, Cheryl a décidé de “le coincer pour qu'il ne s'en sorte pas une fois de plus”. Au prix de sa santé mentale puis de sa vie, elle a protégé ses enfants et stoppé les agissements du tortionnaire. Elle savait qu'elle allait mourir, ses proches et amis étaient informés de son calvaire. Bien que soupçonné, aucune preuve ne peut confondre le mari, qui durant des années après le décès de Cheryl, continue à épouser, procréer, torturer psychologiquement et physiquement ses femmes et enfants. Au cours de l'enquête, se dessine le portrait fascinant d'un prédateur sadique aux parfaites apparences. Parce que certains policiers et amis-avocats de Cheryl ont décidé de ne pas l'oublier, Brad comparaît le 14.11.94, enfin, devant un jury populaire.


Né en 1948, Bradly révèle dès son enfance des aptitudes exceptionnelles pour la cruauté sur des animaux, qu'il affinera ensuite sur sa soeur et sa mère. Devenu un homme séduisant, intelligent, brillant, manipulateur, menteur, que les femmes se disputent tant il est charmant, enjôleur, amant attentif, il se marie à 20 ans pour la 1ère fois avec Loni, qui refusera de témoigner au procès, toujours terrorisée. Brad épouse 5 femmes et fait 6 enfants qu'il considère comme des objets servant de moyen de pression lorsque ses femmes veulent s'enfuir. Il persuade ses épouses, généralement riches, de financer ses caprices, voitures, yachts, villas luxueuses... Procédurier pathologique, il collectionne les procès, retournant toute critique à son encontre vers son auteur. Brad contrôle tout, à l'exception des catastrophes naturelles, et se comporte en sultan au milieu de son harem.


Au cours de cette lecture passionnante, il est légitime de se demander comment des femmes belles, d'une intelligence supérieure, riches, deviennent des objets sous l'emprise d'un pervers, leur cerveau lavé, leur libre-arbitre anesthésié. Ann Rule analyse avec minutie ce processus toxique incompréhensible vu de loin, et qui pourtant peut toucher n'importe quelle femme, aussi fûtée et avertie soit-elle. Mourir au crépuscule est un document, une biographie, une enquête journalistique qui se termine sur un verdict authentiquement rendu. Une fois encore : un bon travail d'investigation !


“Il n'y a pas plus convaincant qu'un mari qui maltraite sa femme et pas plus naïf qu'une épouse aimante”.
Commenter  J’apprécie          20
Cheryl est assassinée le 26 septembre 1986. Elle était l'épouse n°4 de Brad, ce séducteur qui avait déjà 5 épouses à son palmarès avant ses 35 ans.
Brad Cunningham traite les femmes comme des objets. Elles doivent faire ses quatre volontés, lui faire éventuellement des enfants (il en aura 6 de 3 femmes différentes), et se laisser faire quand il leur tape dessus.
Brad est violent, très violent, et aussi avec ses enfants, notamment de sexe féminin.
C'est un sadique et un obsédé sexuel.
Les femmes doivent le servir, mais elles ne servent à rien en soi.
Pour lui, ce sont de simples objets interchangeables, tout comme les enfants.
Certes il a été élevé comme ça par son père, mais cela n'excuse rien !
Il a tué Cheryl car elle voulait divorcer, avoir la garde de leurs 3 garçons, et le dénoncer au fisc pour fraude. Brad espérait élever ses 3 garçons à son image de macho sans scrupule, et il les réclamait comme de simples biens qui lui revenaient de droit.
Pourquoi épouser toutes ces femmes pour ensuite les maltraiter et les rabaisser ?
Pourquoi rester en bons termes avec ses maîtresses mais pourrir la vie de ses épouses ?
Il n'aurait pas été le premier à changer de conquête au gré du vent, sans laisser de bagages derrière lui (car les enfants constituent de sacrés bagages pour un homme comme lui ).
Je ne comprends pas du tout ce qui l'a motivé, et je m'en moque. Je plains juste ses naïves compagnes, ses pauvres enfants, et bien sûr Cheryl qui a largement payé le prix en voulant reprendre sa liberté avec ses enfants.
C'est Sarah, sa dernière épouse, qui permettra de l'emmener au procès et de le faire enfermer pour le meurtre de Cheryl, 7 ans après les faits.
La dernière ligne du roman d'Ann Rule m'a bien fait rire: "Ses photos (en parlant de celles de Brad Cunningham) montrent un homme chauve et obèse, bien loin du charmeur qui avait séduit tant de femmes."
Quelle ironie ...
Commenter  J’apprécie          20
Le style de l'auteure est un mélange de docu-fiction, où elle prend un fait divers réel et le transcende à travers sa narration qui se veut à la fois très documentée et respectueuse des personnes, mais laisse aussi la place aux rebondissements pour continuer à tenir le lecteur en haleine, bien que les faits soient disponibles à tous sur internet.

J'avoue avoir été surprise au début de ma lecture car cela donne du coup au récit une certaine froideur du fait que l'auteure colle aux faits, et une coté voyeurisme sur des détails de l'histoire que l'on n'aurait peut être pas eu autrement. N'étant pas habitués à ce style de livre, et même si l'on connait le coupable dés les premières pages, je me suis assez vite prise à la lecture de ce livre et je l'ai finalement lu assez vite et avec plaisirs.
Les histoires ayant lieu aux Etats-unis, nous sommes souvent en découverte totale des intrigues et cela laisse la part belle au suspense. Il faut juste ne pas craquer et ne pas aller voir trop vite sur Wikipédia ce qui s'est passé à l'époque des faits.

Dans cet opus, c'est l'histoire du décès d'une avocate, mère de famille et en instance de divorce, visiblement dans un accident de voiture, mais finalement très vite requalifié en meurtre . le récit nous raconte comment les protagonistes en sont arrivés là avec une mise en avant de la psychologie complexe des personnes au fil des pages et surtout, le cheminement des enquêteurs pour confondre le meurtrier, jusqu'à son procès.


Je suis assez curieuse d'en découvrir d'autres ...


Commenter  J’apprécie          10

Citations et extraits (13) Voir plus Ajouter une citation
Le pénal et le civil fonctionnent différemment. Au pénal, le juge ou le jury doivent être convaincus, au-delà d'un doute raisonnable, de la culpabilité de l'accusé. Au civil, l'élément clé est la prépondérance des preuves : le juge ou les jurés comparent les preuves présentées par chacune des parties et déterminent laquelle est la plus convaincante. Il s'ensuit qu'une affaire au civil est plus facile à plaider.
Si la police n'avait pas arrêté Brad, ce n'était pas qu'elle le pensait innocent, bien au contraire. Mais s'il avait été arrêté, mis en examen puis acquitté, il n'aurait pu être rejugé pour la même affaire : le cinquième amendement de la Constitution américaine empêche qu'un individu soit jugé pour le même crime après un acquittement.
Commenter  J’apprécie          30
Le portrait de Brad qui émergeait de leurs recherches était de plus en plus noir. Cet homme avait tout pour lui - séduction, argent, réussite, pouvoir, belles femmes et enfants parfaits - et cela ne lui avait pas suffi. De manière répétée, il s'en était pris aux être qui l'aimaient - épouses, enfants, mère, sœurs. C'était un être cruel et sans conscience, sans doute capable de recourir au meurtre.
Mais seraient-ils en mesure de le prouver ?
Commenter  J’apprécie          50
d'après moi, votre point de vue est déformé, mais je ne vous qualifierai pas de "fou" . En revanche, je m'inquiéterais si vous me disiez que le juge est contre vous parcequ'il reçoit des messages d'extra-terrestres.
Pour la première fois depuis longtemps, il y eut des sourires dans la salle. Et c'est ainsi que Brad continua d'assurer sa défense.
Commenter  J’apprécie          60
Le 21 septembre 1986 était un beau dimanche ensoleillé, à Portland comme dans tout l'Oregon. Randall Kelly Blighton roulait vers Portland sur l'autoroute 26_l'autoroute du crépuscule. Il était de bonne humeur : il avait reconduit ses enfants chez son ex- femme à Beaverton, après avoir passé le week-end avec eux.
Commenter  J’apprécie          60
- Brad était le chouchou de tout le monde, raconte un ancien condisciple.
Charmeur et insolent, il était la bête noire des professeurs et l'idole de ses camarades. Il prétendit un jour que le crime de viol était impossible. Comme l'écrivit l'un de ses condisciples dans l'album de fin d'année : "Aucune fille ne peut être violée, parce qu'une fille à la jupe retroussée court plus vite qu'un garçon au pantalon baissé".
Commenter  J’apprécie          40

Videos de Ann Rule (9) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Ann Rule
Vidéo de Ann Rule
>Histoire, géographie, sciences auxiliaires de l'histoire>Biographie générale et généalogie>Politiciens, économistes, juristes, enseignants (844)
autres livres classés : thrillerVoir plus
Les plus populaires : Polar et thriller Voir plus


Lecteurs (182) Voir plus



Quiz Voir plus

Retrouvez le bon adjectif dans le titre - (6 - polars et thrillers )

Roger-Jon Ellory : " **** le silence"

seul
profond
terrible
intense

20 questions
2886 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , thriller , romans policiers et polarsCréer un quiz sur ce livre

{* *} .._..