AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Leili Anvar (Éditeur scientifique)
ISBN : 9782757814307
Éditeur : Points (10/02/2011)

Note moyenne : 4.46/5 (sur 24 notes)
Résumé :
Mohammad Jalâl-al-dîn Rûmî (1207-1273) fut l'un des poètes les plus inspirés de la littérature persane et l'un des mystiques les plus incandescents de la tradition de l'Islam spirituel. Il eut un maître qu'il aima plus que tout, qui lui donna accès à la musique des sphères, à la contemplation de l'invisible et à l'expérience de la théophanie. Son oeuvre tout entière, lyrique ou didactique, prose ou poésie, est le reflet de ses découvertes intérieures et de ses extas... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (2) Ajouter une critique
Danieljean
  10 juillet 2016
Que dire de cette anthologie de Rûmî, sinon qu'il s'agit d'une belle oeuvre, proprement inépuisable ? Une oeuvre de pensée et de poésie ; une oeuvre essentielle, dans les deux acceptions de ce mot : elle saisit l'essence d'une voix majeure, cependant qu'elle en configure le séjour : celui de l'absolu. A lire et à relire sans fin.
Commenter  J’apprécie          40
Dia_al_din
  11 octobre 2017
J'ad
Commenter  J’apprécie          00
Citations et extraits (5) Ajouter une citation
nadejdanadejda   29 mars 2011
Extrait de la préface
Mohammad Jalâl al-dîn Balkhî, que les Iraniens désignent sous le titre de Mowlavî ("notre seigneur"), les Turcs sous celui de Mevlana (Mowlânâ) ("notre Maître"), les Occidentaux sous le nom de Rûmî ("l'Anatolien"), et qui s'était choisi Khâmûch ("le Silencieux") comme nom de plume, a laissé derrière lui une oeuvre de plus de 60 000 distiques et l'image d'un homme que l'amour brûla tout entier.
"Toute ma vie se résume en ces trois mots : j'étais cru, je fus cuit, j'ai brûlé."

Cela me rappelle les mots de Blaise Cendrars concernant son nom de plume : J'étais braise et je devins cendres.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          290
DanieljeanDanieljean   11 février 2018
Les hommes sont comme les trois papillons
devant la flamme d’une bougie.

Le premier
s’en approche et dit:
"Moi, je connais l’amour".

Le second
vient effleurer la flamme de ses ailes et dit :
"Moi, je connais la brûlure de l’amour".

Le troisième
se jette au cœur de la flamme et se consume.
Lui seul connait le véritable amour.
Commenter  J’apprécie          250
enkidu_enkidu_   11 novembre 2018
Aussi haut que je remonte, le Seigneur, c'est lui
Quand je cherche le cœur, il est voleur des cœurs
Quand je cherche la paix, il est l'intercesseur
Quand je m'en vais en guerre, le poignard, c'est lui
Quand je vais à la fête, il est le vin et la nourriture
Quand je vais au jardin, le jasmin, c'est lui
Quand je vais à la mine, il est agate et rubis
Quand je plonge dans la mer, la perle, c'est lui
Quand je vais au désert, l'oasis, c'est lui
Quand je monte au firmament, l'étoile, c'est lui
Quand je prends patience, ma tutelle, c'est lui
Quand je brûle de douleur, l'encensoir, c'est lui
En temps de guerre quand je pars au combat
Le protecteur des rangs, le général des troupes, c'est lui
Quand je viens au banquet lors des réjouissances
L'échanson et le musicien et la coupe, c'est lui
Quand j'écris une lettre à l'attention d'un ami
Le papier et la plume et l'encre, c'est lui
Lorsque je me réveille, il est fraîche conscience
Lorsque je veux dormir, dans mon sommeil, c'est lui
Quand je cherche pour mes poèmes une rime
Dans l'esprit, l'épandeur des rimes, c'est lui
Quelque forme que tu imagines
Tels le peintre et la plume, dans la tête, il y a lui
Lorsque tu regardes encore au-delà
Au-delà de ton au-delà, il y a lui
Va, quitte paroles et cahiers
Car bien mieux que tes cahiers, il y a lui
Silence car les six directions regorgent de sa lumière
Si tu dépasses les six directions, l'arbitre, c'est lui
Shams de Tabriz, bonheur, il est la nature solaire
Il est solairement lui-même digne de lui. (pp. 37-38)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
N_MN_M   08 juin 2017
Car le prophète a dit:
"Quiconque garde le secret
Arrivera bien vite à l'union
Avec son Bien-Aimé"
C'est lorsque la graine
Se cache dans la terre
Que son secret devient
Verdoyance du jardin
Et si l'or et l'argent
Ne s'étaient pas cachés
Comment seraient-ils nés
Au creux même de la mine?
Commenter  J’apprécie          200
N_MN_M   08 juin 2017
L'amour est l'eau de la vie
Plonge dans cette eau
Chaque goutte de cet océan
Est en soi un océan de vie
Commenter  J’apprécie          220
Videos de Djalâl-od-Dîn Rûmî (4) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Djalâl-od-Dîn Rûmî
"Rûmî, le saint des derviches-tourneurs", émission de radio diffusée sur France Culture.
autres livres classés : soufismeVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

La poésie en chansonnettes : les comptines enfantines 2/3

"J'ai descendu dans mon jardin". Deux végétaux et un animal. Lesquels ?

chèvrefeuille, marguerite, pinson
arbre, herbe, corbeau
coquelicot, romarin, rossignol
lilas, thym, pie

10 questions
108 lecteurs ont répondu
Thèmes : comptines , poésie , Comptines françaisesCréer un quiz sur ce livre