AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontres
EAN : 9782344023372
80 pages
Glénat (20/11/2019)
3.04/5   12 notes
Résumé :
La vengeance est un art
Au royaume de Vendhya, alors que le roi vient de mourir terrassé par les sortilèges des prophètes noirs de Yimsha, sa sœur, Yasmina, décide de le venger… Elle décide, pour s’en charger, de prendre contact avec Conan, alors chef de tribu afghuli. Mais tandis que plusieurs de ses guerriers viennent d’être tués par les hommes du royaume de Vendhya, celui-ci a d’autres plans en tête. La princesse croyait pouvoir se servir du cimmérien, c’e... >Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura
Critiques, Analyses et Avis (7) Voir plus Ajouter une critique
Alfaric
  20 novembre 2019
R.E. Howard adorait les récits noirs où tout le monde trahissait le monde. Il aurait pu se perdre en soaps nobiliaires en je ne sais pas combien de tomes de complots et d'intrigues, mais il est resté dans le cadre du récit d'action et d'aventure : même si "Le Peuple du Cercle Noir" est l'un de ses récits les plus longs, il reste très court à l'aune de la fantasy d'aujourd'hui…
Donc dans "Le Peuple du Cercle Noir" nous suivons des trahisons en série qui s'entremêlent les unes et les autres : Bhunda Chand de Vendhya est trahi par Yezdigerd de Turan, Yezdigerd de Turan est trahi par le maître des prophètes noirs qui joue au « kingmaker » comme naguère le le Vieux de la Montagne grand chef de la Secte des Assassins, et le maître est trahi par son apprenti (car toujours par deux les Sith vont)… Gitara qui a trahi sa maîtresse presse son amant Khemsa de trahir son maître, et Yasmina qui voulait manipuler Conan se fait manipuler par Conan, tandis que Kerim Shah agent turanien trahit son roi pour devenir roi à sa place ! On aurait pu se vautrer dans le grimdark martinien qui ne sert à rien avec du sexe, de la violence, de l'amoralité et de l'injustice, mais bien au contraire l'auteur déploie tout la palette des émotions humaines : oui tout le monde trahit, mais par amour ou par haine, par envie ou par jalousie, par fierté ou par ambition et qui ne sont prêts à tout et au reste uniquement par volonté de monter quelques marches de plus sur l'escalier du pouvoir dans l'espoir d'exploiter et d'écraser encore plus de monde…
R.E Howard adorait les récits de Talbot Mundy et Harold Lamb, et après s'être régalé en leur rendant hommage dans la saga "El Borak" il recycle son travail pour d'autres créations… La princesse Yasmina de Vendhya a mis fin aux jours de celui qui mourant qui était à la fois son frère et son roi, et elle est persuadée qu'il n'a pas été empoisonné mais ensorcelé. Sa vengeance sera terrible et elle prête à tout tuer le Maître de Yimsha ! Pour cela elle fait enlever sept lieutenants des pillards afghulis, et elle se déplace incognito à la frontière pour obliger leur chef à lui ramener sa tête. Sauf que ce chef c'est Conan le Cimmérien, qu'il n'a ni Dieu ni Maître, et qu'il n'hésite par une seconde à l'enlever pour réclamer rançon selon ses propres termes.
Dans un 1ère partie pleine de rebondissements, Conan et sa prisonnière sont en cavale. Ils sont poursuivis par les Afghulis, les Iraksais, les Vendyaens, et Conan est toujours prêt à diviser pour régner en s'alliant avec les uns pour combattre les autres. Car en parallèle Khemsa et Gitara font tout pour leurs mettre des bâtons dans les roues et jeter de l'huile sur le feu. Ils forment des duos inversés : la bouillante Gitara influe sur le froid Khemsa alors que le bouillant Conan influe sur la froide Yasmina (deux personnages féminins de premier plan dans un récit d'action écrit en 1934 : il y a encore aujourd'hui des intellos élitistes pour taxer l'auteur de machisme et de sexisme, donc je ne sais pas s'il faut rire ou pleurer devant tant d'aveuglement et de stupidité !).
Dans une 2e partie le Maître de Yimsha siffle la fin de la récré, et court-circuite tout le monde pour se réserver la Devi de Vendhya. Conan et ses alliés forcément de circonstances se lancent à sa poursuite, mais traverser son domaine constitue une suite d'épreuve mortelles. Leur opération commando prend la forme d'une quête, et cette quête n'est étonnamment pas très éloignée de celle Lancelot dans "Le Chevalier à la Charrette" : Conan / Lancelot doit délivrer Yasmina / Guenièvre du Maître de Yimsha / Méléagant, et dans un territoire appartenant à « l'autre monde » le héros ici anti-héros doit résoudre des énigmes dont il ne peut triompher qu'avec les indices que son rival lui a laissé pour accomplir d'outre-tombe sa vengeance.
La fin est génialement ouverte : Yasmina et Conan promettent de se revoir pour régler leur histoire commune de rançon. La la froide princesse a au contact du bouillant prolétaire évolué, elle a décidé de devenir reine de ses propres mains, et elle ne précise par si elle veut le tuer, l'épouser ou repartir à l'aventure avec lui... (et pour ne rien gâcher la dernière page de la BD est d'une grande supracooltitude : et pan dans les dents des intellos élitistes d'aujourd'hui qui taxent l'auteur de machisme et de sexisme, et qui feraient mieux de se poser des questions en se regardant dans la miroir !)

Sylvain Runberg est excellent en scénariste de thriller, mais a bien souvent soufflé le chaud et le froid en tant que scénariste de fantasy. Je ne sais ici à quel point les plotmasters Patrice Louinet et David Morvan veillent au grain, mais toujours est-il qu'on est en face qu'une adaptation très réussie sur le fond. J'ai pesté qu'on le fait le fait que les phylactères soient un peu bavard avant de comprendre que c'était la seule manière de tout faire rentrer dans un stand-alone de 65 pages. Et c'est peut-être là que le bât blesse : le rythme est trépidant voire épuisant, donc peut-être qu'une adaptation en 2 tomes aurait été plus judicieuse…
Sur la forme, je suis persuadé que le travail du dessinateur coréen Jae Kwang Park va être très clivant. Moi qui suis un habitué de la Planète Manga j'ai trouvé tout ce qu'il faisait très cool, très fun et très original. Autant je suis dubitatif sur les auteurs occidentaux qui adopte un style oriental, autant j'ai toujours trouvé très intéressantes les collaborations entre artistes occidentaux et artistes orientaux. Car il y a toujours d'horripilants barbons perpétuellement en croisade contre « les conneries orientales en noir et blanc qui se lisent de droite à gauche qui ne sont pas foutues de faire comme tout le monde » : on ne peut plus rien pour ces cas désespérés de racisme et de xénophobie culturelles, donc on ne va pas s'appesantir sur leurs cas (les intéressés se reconnaîtront, j'ai plein de noms, et je suis très gêné pour ceux qui les soutiennent). C'est très fluide et c'est très dynamique, mais parfois il se perd en gimmicks « wu xia » (aka la low fantasy orientale) et « shenmo » (aka la high fantasy orientale), du coup il y a quelques scènes qui ne dépareilleraient dans la saga vidéoludique "Dynasty Warriors". le charadesign est très voire trop expressif, donc fatalement 2 ou 3 protagonistes semblent changer de morphologie selon leurs sentiments. Après entre des graphismes riches en crayonnés et une colorisation à 6 mains nippo-italiano-française, je ne suis pas loin de me demander si la version en noir et blanc n'aurait pas plus de gueule que la version en couleurs...
Lien : http://www.portesdumultivers..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          462
tchouk-tchouk-nougat
  19 février 2020
Au royaume de Vendhya, le jeune roi se meurt d'un étrange maléfice de magie noire. Sa soeur, Devi Yasmina, est prête à tout pour le venger et pour cela elle a besoin d'un guerrier sans peur.
Pour cette adaptation, nous retrouvons Conan à la tête d'une troupe armée. Il cherche à libérer sept de ses compagnons capturés au combat. Ces derniers sont en fait une monnaie d'échange pour Yasmina qui espère faire plier ainsi Conan à ses desseins vengeurs.
Encore une fois je trouve que ce sont les deux personnages féminins de l'histoire qui tirent au mieux leur épingle du jeu. Je ne sais pas s'il en est ainsi dans le roman de Howard mais nous avons à faire avec deux femmes fortes. Tout d'abord Yasmina bien sur, femme de pouvoir femme de vengeance. Elle n'hésite à se mettre au premier plan pour venger son frère, faire plier Conan et par la suite garder son royaume. Un autre personnage féminin a un rôle important, c'est Gitara. Elle renie sa maitresse par amour et convainc son amant de partager ses ambitions. Une vision plutôt moderne de la femme qui est appréciable pour un roman datant des années 30.
Le point noir de cette histoire c'est que je l'ai trouvé un peu confus entre les différentes peuplades et royaumes se faisant la guerre, des fois pour le comptes de d'autres personnes. Avec tous ces noms propres, je ne savais plus qui voulait envahir qui par l'entremise de qui.
Il est ressort tout de même une histoire assez dense et riche en aventure.
J'ai eu beaucoup de mal à accrocher au dessin. le trait est beaucoup trop proche du manga. Alors je pense qu'il plaira à tous les amateurs du genre mais moi je n'ai jamais réussi à aimer ce genre de trait. Liberté anatomique pour forcer les mouvements, trait anguleux aux yeux surdimensionnés, mimiques déformants les visages pour appuyer les expressions...
L'autre point un peu désagréable à mon sens c'est l'effet hachuré pour créer des ombres. En crayonné c'est super sympa et cela donne du beau dessin. Mais avec une colorisation par dessus c'est pas très joli et cela nuit à la lisibilité des cases.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          171
Meygisan
  22 janvier 2020
Ce tome ci non plus ne fera pas parti de mes favoris. Un tome long, un texte dense, à l'image de la nouvelle dont il est issu, une nouvelle bien plus longue que toutes les autres et qui préfigure Howard à l'écriture d'un futur roman. mais c'est justement dans la longueur et la densité que je me suis perdu.
Il y a adaptation et adaptation. Ici, j'ai le sentiment d'être en possession "seulement" d'une transposition et non d'une véritable adaptation. Sylvain Runberg, que je commence à connaître pas mal ( enfin son oeuvre, pas lui!) pour avoir lu pas mal de ses oeuvres ( Orbital, le chant des runes, Les carnets de Darwin, Konungar,, Drones, L'ombre des Shinobis) me semble mal à son aise dans l'exercice qui consiste à adapter le personnage d'Howard, mais surtout mal à son aise dans un genre qui ne lui correspond pas forcément.
J'ai eu l'impression d'avoir affaire à une fuite, une course poursuite incessante, menée tambour battant. le rythme effréné de ce récit m'a finalement laissé en plan.
Le peuple du cercle noir est pratiquement considéré comme un roman. Sans doute eut il fallu un second tome à cette adaptation, afin d'y apporter un minimum de souffle, permette au lecteur de reprendre sa respiration, lui permettre de se poser afin d'en apprécier toutes les facettes. Car on a bien là un chouette récit d'aventure et d'action, qui traite de trahison ( c'est bien simple, tout le monde trahit tout le monde) et de vengeance, deux thèmes profondément et intimement liés l'un à l'autre, ou l'un découle souvent de l'autre.
Graphiquement j'ai été assez surpris par l'aspect oriental de Conan mais je m'y suis fait et ai finalement trouver cela cool. C'est surprenant mais pourquoi pas!!
Pour ce tome, il vous faudra faire preuve d'endurance pour parvenir jusqu'à sa conclusion, magistrale, soit dit en passant, une conclusion aux accents féministes prononcés, révélant ô combien l'oeuvre d'Howard est loin d'être sexiste. Un petit doigt aux grands penseurs, qui pensent tout savoir et avoir raison...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          90
Erik_
  16 mars 2021
Le cadre de ce récit se passe dans une version orientale du monde de Conan. Il y a d'ailleurs des noms de pays très proche de la réalité comme l'Iran, l'Irak ou encore l'Afghanistan. Un peu d'originalité aurait sans doute mieux convenu.
Par ailleurs, j'ai trouvé le scénario assez alambiqué pour une fois avec du mal à suivre entre toutes ces trahisons. On ne sait plus très bien où on en est tant il y a une espèce de surcharge d'intrigues assez inhabituels. Je retiens surtout que la menace vient de ces fameux nécromanciens noirs de la montagne que doit combattre notre héros à la fin. La conclusion offrira d'ailleurs un peu plus de lisibilité.
Au niveau graphique, j'ai déjà vu mieux pour cette série car le trait est assez nerveux même si j'apprécie son dynamisme. le découpage n'est pas non plus exempt de défauts.
Il faut dire que c'était presque un sans faute dans cette série qui sortait du lot. Là, je ne peux pas dire cela mais ce n'est pas déplaisant à la lecture pour autant si on aime les aventures de Conan. On se situe juste un cran en dessous car il y a une véritable saturation à tous les niveaux.
Pour autant, on retrouvera tout le charme de la furie guerrière de Conan, la belle princesse exotique enlevée et les inquiétants pouvoirs de ces sorciers. L'essentiel est sauf.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
NofSet
  19 février 2021
Sylvain Runberg adapte "Le peuple du Cercle Noir" une aventure du célèbre barbare "Conan le Cimmérien" une nouvelle crée par Robert E. Howard. Sur un rythme régulier Glénat continue les adaptations, qui sont dans la majeur partie de bonne facture. Fidèle à la nouvelle cet album est agréable à lire, le scénariste a su garder le caractère fort des deux personnages féminins de cette aventure, l'intrigue est captivante. C'est une des rares fois qu'une femme ne tombe pas dans les bras de Conan il faut dire que la la personnalité de Levi Yasmina est mis en avant et qu'elle à plutôt un caractère bien trempée. le barbare et la princesse, non rien en commun, ils vont devoir lutter contre un mage et ses sbires, un grand classique...
Pour les dessins Park Jae Kwang fortement influencé par la bande dessinée coréenne, amène un graphisme particulier, le Conan massif et imposant avec ses cheveux au vent est loin d'être à mon gout, de plus le style ultra hachuré et la colorisation donne un résultat peu convaincant qui nuit à la lisibilité. Peut-être aurait-il fallu des pages en plus à cet album pour aboutir car le récit est assez dense et il semble parfois incéré aux chausse-pied.
Comme d'hab...., on a droit à un texte de Patrice Louinet sur l'oeuvre et à un beau cahier graphique d'une dizaine de pages.
Une bonne adaptation malgré tout surtout grâce au talent de Sylvain Runberg et une lecture agréable même si le graphisme n'est pas en adéquation avec la narration.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40


critiques presse (2)
ActuaBD   13 janvier 2020
Le Peuple du cercle noir est un album de très grande qualité : les amateurs du genre ne voudront surtout pas manquer ce récit épique d'Heroic Fantasy. Une bande dessinée que l’on ne saurait qualifier de réellement originale dans son contenu, mais qui pourtant parvient à captiver son lecteur de la première à la dernière case.
Lire la critique sur le site : ActuaBD
Sceneario   17 décembre 2019
Une bonne adaptation grace au talent de Sylvain Runberg et une lecture très agréable qui nous plonge avec plaisir dans la période barbare de Conan le Cimmérien.
Lire la critique sur le site : Sceneario
Citations et extraits (4) Ajouter une citation
AlfaricAlfaric   19 novembre 2019
[Yasmina] Je te dois toujours ma rançon. Je te paierai dix mille pièces d’or…
[Conan] Je viendrai chercher ma rançon à ma façon et quand je l’aurai décidé. Je viendrai la chercher à Ayodhya… accompagné de cinquante mille hommes afin de m’assurer que les plateaux de la balance sont équitables.
[Yasmina] C’est comme cela que tu l’entends, Conan ? Eh bien, qu’il en soit ainsi… Je viendrai à ta rencontre sur les berges de la Jhumda avec cent mille hommes et nous verrons alors ce qu’il adviendra !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          242
Erik_Erik_   16 mars 2021
La barbarie est l’état naturel de l’espèce humaine. La civilisation n’est pas naturelle. Elle résulte d’une fantaisie de la vie. Et la barbarie finit toujours par triompher.
Commenter  J’apprécie          40
MeygisanMeygisan   22 janvier 2020
Peu importent mes blessures, j'ai remporté ce combat et au final c'est la seule chose qui compte.
Commenter  J’apprécie          30
NofSetNofSet   19 février 2021
"Tu prends tes désirs pour des réalités, Cimmérien. Je ne t'appartiens pas, même si tu viens de me sauver la vie !
Ma vie est dédiée à mon peuple. Je ne partirai pas avec toi, quoi qu'il arrive !"
Commenter  J’apprécie          00

Lire un extrait
Videos de Sylvain Runberg (50) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Sylvain Runberg
Patriarchy 1
autres livres classés : adaptationVoir plus
Notre sélection Bande dessinée Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura





Quiz Voir plus

La fantasy pour les nuls

Tolkien, le seigneur des ....

anneaux
agneaux
mouches

9 questions
2080 lecteurs ont répondu
Thèmes : fantasy , sfff , heroic fantasyCréer un quiz sur ce livre