AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 1028102526
Éditeur : Bragelonne (18/01/2017)

Note moyenne : 3.71/5 (sur 19 notes)
Résumé :
Hallucinations collectives ou fin du monde imminente… ?
Du jour au lendemain, une vague d’hallucinations balaie le monde : visions, spectres, flashbacks du passé… Au début, ces visions n’ont rien de remarquable. Il s’agit souvent d’objets égarés dans le temps, d’ombres distinguées du coin de l’œil ou encore d’aperçus d’amis ou de parents depuis longtemps décédés. Mais progressivement, ces manifestations ont tendance à se prolonger et à se répandre, à devenir ... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (11) Voir plus Ajouter une critique
kuroineko
  03 mai 2017
Livre lu dans le cadre de Masse Critique. Merci à Babelio et aux Éditions Bragelonne.
Je ressors de cette lecture tout à la fois fascinée, frustrée et perplexe. Voyons le côté positif de cet état: le livre ne m'a pas laissée indifférente. Loin de là.
Tout commence par une sorte d'épidémie de sensation de déjà-vu, puis d'hallucinations altèrant tous les stimuli sensoriels. Plusieurs suicides collectifs surviennent de par le monde. Aucune des victimes ne présentant d'antécédents psychiatriques. Incompréhension, peur, panique, déroute des autorités à enrayer le phénomène. Les thèses complotistes et eschatologiques s'épanouissent dans ce climat.
En parallèle, de grandes avancées scientifiques et technologiques sont en passe d'aboutir. le psychiatre John Macbeth travaille d'ailleurs sur le projet P1, destiné à recréer neurone par neurone une intelligence artificielle.
Pour parachever le cadre, des groupes religieux fondamentalistes s'attaquent de plus en plus souvent aux scientifiques par la voie d'actes terroristes extrêmement violents. Ils dénoncent une science qui aspire à s'élever au rang de Dieu.
Craig Russel, alias Christopher Galt, dirige son intrigue avec efficacité et, malgré les altérations de la réalité qui s'enchaînent, avec un tempo plutôt modéré. Chaque chapitre correspond à un point de vue, certains récurrents comme John Macbeth, d'autres non et servant plutôt d'illustrations.
A travers ses différents personnages, qu'ils soient psychiatres, physiciens, neurologues, etc, il aborde une somme considérable de sujets très riches. La place de la religion face à la science bien sûr (et inversement). Mais il est aussi question de transhumanisme, de posthumanisme, du caractère réel ou non de la réalité (mieux vaut le lire en étant sobre...), l'intelligence artificielle dotée d'une conscience, la physique quantique, et j'en passe. Autant de sujets passionnants et fascinants. Pour (heureusement) avoir lu quelques petites choses là-dessus, je ne me suis pas sentie trop perdue quoique de formation pas du tout scientifique. Et vive le dictionnaire en ligne pour des termes très spécifiques tels que "éidétique", "haptique", "gemütlichkeit" et autre "psychotomimétisme". Tout de suite, ça fait sérieux, ce vocabulaire. Pour le replacer dans la vie de tous les jours, c'est pas gagné...
Je tournais donc les pages du roman avec un enthousiasme croissant, avide d'en découvrir plus sur ces questions qui se posent également sous un angle éthique et philosophique (un exemple :est-ce que la réalité existe ou n'est-elle que le point convergent d'une majorité?). Tout ce que j'aime.
Et c'est là qu'arrivent frustration et perplexité. Peut-être le romancier s'est-il montré trop ambitieux dans son projet? Il a souhaité aborder des thèmes diversifiés et complexes. Au final, il m'a donné l'impression de n'avoir qu'effleurer le champ de ses possibilités. Non seulement le contexte mais également l'intrigue proprement dite auraient mérité d'être plus approfondis. Si parfois ce type d'ouvrages souffre de longueurs dispensables, ici au contraire, quelques dizaines de pages supplémentaires pour mieux étayer son matériau de base auraient été bienvenues à mon avis.
Le roman reste néanmoins prenant. Les descriptions de certaines hallucinations sont formidablement rendues. le personnage principal est intéressant. La fin surprend à demi. L'auteur a le mérite indéniable de nous amener à nous interroger sur l'avancée technologique sans limite et son impact sur l'humanité. Vaste sujet qui divise la communauté scientifique si j'en crois les articles lus.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          100
verobleue
  28 novembre 2017

Acheté à l'occasion de la Grossop de Bragelonne, « Biblical » est écrit par Craig Russel, sous le pseudonyme de Christopher Galt. Auteur britannique qui m'était inconnu.
Le récit traite d'une foule d'évènements étranges : des gens qui sautent en masse du Golden Gate Bridge de San Francisco, une adolescente persuadée d'avoir vu Jeanne d'Arc brûler sur le bûcher et un kidnapping suivi du meurtre d'un généticien. Des gens qui s'arrêtent comme hypnotisés. On les appelle « les rêveurs ». Ensuite, les graffitis qui apparaissent proclamant "nous nous transformons". le monde semble être en danger.
D'une part, John Macbeth est un psychiatre qui travaille au Danemark sur un grand projet scientifique sur l'intelligence artificielle : créer une représentation virtuelle de l'activité neuronale d'un cerveau humain, une simulation complète, générée par ordinateur, capable de penser. Et qui génère la peur de conduire à une « singularité » où l'intelligence artificielle engloutirait la nôtre.
D'autre part, une femme, une rescapée du premier suicide de masse, persuadée de ne pas exister, de vivre dans un des innombrables univers alternatifs existants. le livre parle donc aussi de la nature de la réalité et comment elle est perçue par notre propre conscience.
« Biblical » contient des éléments de thriller, de science-fiction, de philosophie, de religion. L'auteur, Craig Russel tresse une trame avec une multitude de fils qui vont des recherches sur l'intelligence artificielle, de la physique quantique, de la cosmologie etc… mais au lieu de passionner, il affaiblit son récit. le lecteur est inondé de commentaires scientifiques censé expliquer la trame de ce roman compliqué et tiré par les cheveux.
L'auteur nous fait rencontrer une multitude de personnages dont beaucoup n'ont aucun rôle dans l'intrigue. Par contre, l'agent du FBI, aux yeux hétérochromes et à la peau marquée, personnage complexe aurait pu être mieux développé et utilisé.
J'ai essayé d'aimer ce livre, je n'ai pas réussi. Plusieurs fois, j'ai pensé abandonner et j'ai continué dans l'espoir que le prochain chapitre serait plus captivant.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          110
Annabelle19
  25 juillet 2017
Je dois dire que j'ai beaucoup beaucoup aimé ce roman. C'est complexe, approfondi, ça touche à plein de sujets passionnants comme le fonctionnement du cerveau, la question de savoir si notre perception de la réalité est neutre ou la transforme...
L'histoire pourrait se résumer ainsi : alors qu'une équipe de scientifique est sur le point de parvenir à créer la première entité consciente de toutes pièces, des phénomènes étranges se produisent. La population, à travers le monde se met à avoir des hallucinations ultra réalistes et semblent comme propulsée dans le passé l'espace de quelques instants.
L'intrigue est morcelée entre l'évolution du personnage de John Macbeth et celle d'autres personnages plus secondaires. On va par exemple pouvoir assister à l'expérience de tout un tas de personnages en marge de l'intrigue principale. Certains revivent leur propre jeunesse, d'autres sont propulsés au temps des nazis, des vikings ou même à la préhistoire...
L'intrigue très mystérieuse permet au lecteur de se poser un tas de questions, et j'adore ça dans un livre. On pense à Matrix et on se demande si tout cela n'est pas dû à un bug, si, comme certains personnages membres d'une secte nouvellement formée dans le roman le pensent, on ne se trouverait pas dans une sorte de simulation en proie à des dysfonctionnements. Se pose la question de savoir si ce phénomène arrive uniquement dans l'esprit des gens ou bien si c'est le monde qui ne tourne plus rond.
J'ai aimé aussi le fait qu'on apprenne un tas de petites choses, comme le fait que, aux débuts du monde, l'oxygène était bien plus important que maintenant sur terre, ce qui permettait l'existence d'insectes géants. Ou bien le fait que la Terre telle qu'on la connaît était le résultat de sa collision avec une autre planète, qui en explosant a créé la lune.
Le roman oppose sans cesse science et religion : à mesure que les hallucinations se répandent, ces deux courants tentent de l'expliquer à leur manière. Tandis que les scientifiques s'efforcent de trouver une explication rationnelle, les religieux y voit un message divin, un signe de la fin des temps, peut-être. Cette opposition tourne à la confrontation quand la religion commence à rendre la science responsable de ces catastrophes, à travers lesquelles Dieu nous punirait pour essayer de nous élever à son rang. le roman souligne en effet le fait que l'être humain ait fait preuve, en quelques siècles, d'une évolution technologique exponentielle. On parle de la "Singularité", ce moment supposé où l'homme aura atteint un tel stade de développement qu'il sera in-différenciable d'un dieu.
En bref, j'ai été passionnée par ce roman, que j'ai trouvé complexe, riche, vraiment fouillé dans ses explications sur la construction de la réalité, le fonctionnement du cerveau humain, l'histoire du monde... Un grand nombre de concepts intéressants sont abordés, reliés entre eux, le roman interroge sur beaucoup de choses qui font partie de nous et qui pourtant restent un mystère.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
Jipi
  14 janvier 2019
Créer des supers simulations de monde et d'univers indiscernables de la réalité. Et ceux-qui vivront dans ces simulations ne sauront pas qu'elles ne sont pas réelles. Ainsi nous devenons les dieux d'autres réalités.
Christopher Galt Biblical.
Un ordinateur cognitif rempli de ressources artificielles programmées pour subir les dysfonctionnements les plus déstabilisants.
Des neurones, cellules virtuelles sans corps semblables à un cerveau humain incorporées dans un simulateur capable de penser et de reproduire leurs propres psychismes.
Des esprits interrogatifs ou hallucinés évoluant dans une fausse réalité.
Un monde électronique factice nécessaire à l'étude du potentiel de nos troubles psychiatriques devenus de la matière numérisée.
Dont les apparitions sont toujours de fausses images dévoilant le temps d'une crise la perception dramatique de plusieurs cobayes en présence de la restauration subite et violente d'un événement de leur histoire.
Plongeant au plus près de l'interprétation de quelques entités volontairement déséquilibrées par plusieurs phénomènes afin de découvrir leurs troubles les plus profonds.
L'effondrement quantique de l'univers à l'aide du rembobinage de son parcours le ramenant vers sa molécule originelle dans des images éprouvantes dont l'amenuisement progressif et programmé n'est certainement que la spirale négative de sa propre réalité.
.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
MariePoone
  15 février 2017
Le cerveau est l'une des dernières terra incognita du chercheur. La conquête avance mais très lentement et ce fabuleux organe reste très méconnu dans son fonctionnement global.
L'Union Européenne finance actuellement deux projets de simulation de cerveau, le Humain Brain Project – HBP notamment, pour faire progresser les neurosciences. Les possibilités sont infinies : diagnostiquer et traiter les maladies (Alzheimer, épilepsie, dépression...), créer l'intelligence artificielle etc...
Mais il faut être patient ; une annexe du HBP, le Blue Brain Project, vient tout juste de reconstruire un pan de cerveau de rat (14000 neurones) et cela a demandé près de vingt ans d'efforts.
L'auteur, qui écrit sous pseudo (le mystère de son identité bat son plein), a donc compilé l'état des recherches en physique et neurosciences de ces quinze dernières années et les avis – tranchés – qui se dessinent autour du transhumanisme (l'optimisation de l'être humain par la machine grosso modo).
La singularité, la cognition, la réalité augmentée, tous ces sujets interconnectés sont vulgarisés pour que le lecteur puisse comprendre quels en sont les enjeux.
Alors évidemment dans ce roman, outre les scènes alternant aussi régulièrement qu'un métronome action et introspection, face à ce qui semble être une « épidémie mentale », les pouvoirs publics sont impuissants à rassurer les peuples ; les religieux condamnent ces satanés scientifiques qui jouent aux démiurges en manipulant des concepts qui les dépassent et qui devraient rester du domaine du divin.
Cela reste quand même un thriller de facture classique ; des indices sont disséminés et si l'on suit bien, logiquement, la fin n'est pas une complète surprise. A posteriori, le prologue devrait être supprimé à mon avis.
Comme dans beaucoup de romans de techno-SF, le mysticisme (scientifique et/ou religieux) est un peu trop prégnant pour moi ; en même temps, le titre – Biblical – ne pouvait pas annoncer grand chose d'autre. A ce sujet, la plupart des pays l'ayant traduit a choisi le titre le Troisième Testament (qui est assez faible je trouve).
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
Citations et extraits (22) Voir plus Ajouter une citation
kuroinekokuroineko   02 mai 2017
Nous sommes d'une arrogance terrible quant à notre technologie moderne; tout le monde essaie de développer un ordinateur quantique, mais nous en avons déjà un depuis la révolution paléolithique supérieure : le cerveau humain. L'antiquité foisonne d'individus "invraisemblables" -  des gens qui, par la seule puissance de leur pensée, ont proposé des idées scientifiques et philosophiques qu'on ne parvient enfin à prouver qu'aujourd'hui. Zénon d'Élée vivait au Ier siècle avant Jésus-Christ, mais ceux qui tentent de résoudre ses paradoxes spatio-temporels de nos jours ne sont pas des philosophes, mais des physiciens quantiques. On prétend qu'avant Christophe Colomb tout le monde croyait que la Terre était plate, mais c'est un mythe. Il y a plus de deux mille ans, Eratosthène est sorti sous le soleil de midi, a planté des bâtons dans le sol et mesuré leurs ombres. Il en a déduit la circonférence de la planète à deux pour cent près. Pas de technologie, juste de l'intelligence - c'est peut-être ça, la technologie ultime.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
kuroinekokuroineko   01 mai 2017
- S'élever contre la diffusion de pornographie pédophile juste parce qu'il existe un marché pour cela n'a rien d'élitiste. C'est du simple bon sens et de la décence. Dans ce métier, si ce n'était pas illégal, rien ne retiendrait certaines personnes de satisfaire des besoins de ce genre. Dieu sait ce qui arriverait si la loi ne mettait pas le holà.
- Vous n'êtes pas sérieux, Jack...
- Vraiment? Quand leur liberté est sans limites, les gens dépassent les bornes. Dans le Colisée, à Rome, on trouvait très amusant d'organiser des combats à mort entre gladiateurs aveugles ou infirmes, entre des gamins même. Et dans les galeries sous le Colisée, on pouvait acheter n'importe qui, pour n'importe quel usage, y compris des enfants. Voilà jusqu'où le public est capable de s'abaisser... La seule différence entre hier et aujourd'hui, c'est que la technologie nous permet de tout diffuser plus vite, et mieux. L'Internet est notre Colisée, mais la télévision rattrape son retard. Nous devons adopter une sorte de position morale.
- Une position morale? répéta Elmes d'une voix incrédule.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
kuroinekokuroineko   02 mai 2017
Ari n'avait que mépris pour le passé, ce fardeau qui avait pesé sur ses épaules dès sa naissance, à l'instar de tous ceux qui avaient vu le jour à son époque dans cette région du monde [Israël]. L'histoire avait bercé son adolescence, et elle commençait sérieusement à lui casser les oreilles. Elle le définissait davantage que s'il avait été italien ou finlandais, grec ou américain. Ari aurait tout donné pour être né avec n'importe laquelle de ces nationalités au passé moins encombré. Aussi loin que remontaient ses souvenirs, il avait toujours dû assumer le fardeau de ce que d'autres considéraient comme son histoire - Masada, les accusations de meurtres rituels d'enfants, les bobards antisémites, les pogroms, l'Holocauste, la guerre israélo-arabe de 1948. Comme une étoile jaune. Eh bien, il n'avait aucune envie de la porter.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
rkhettaouirkhettaoui   26 février 2017
En fait, notre intelligence est une menace en termes d’évolution, pas un avantage – elle nous a conduits au bord de l’extinction en quoi ? Deux cent mille ans d’homo sapiens ? cinquante mille ans de modernité comportementale ? À peine un clin d’œil à l’échelle de l’évolution. Mais dans ce très bref laps de temps, nous avons pratiquement réussi à ruiner la planète de laquelle nous dépendons et inventé les armes nécessaires pour nous rayer de sa surface – plusieurs fois. Vous pouvez me croire, Pete… les dinosaures étaient bien meilleurs que nous.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
kuroinekokuroineko   01 mai 2017
Tu veux que je te donne ma définition de la réalité? Chacun de nous erre dans les ténèbres, braquant sa petite lampe de poche sur une portion réduite de l'univers. Quand nous sommes assez nombreux à pointer nos lampes dans la même direction, on obtient la réalité objective. Les gens que tu soignes, les délirants et les schizoïdes... ils éclairent simplement... ailleurs.
Commenter  J’apprécie          30
autres livres classés : hallucinationsVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

Les plus grands classiques de la science-fiction

Qui a écrit 1984

George Orwell
Aldous Huxley
H.G. Wells
Pierre Boulle

10 questions
2721 lecteurs ont répondu
Thèmes : science-fictionCréer un quiz sur ce livre
.. ..