AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2756073725
Éditeur : Delcourt (20/05/2015)

Note moyenne : 3.88/5 (sur 52 notes)
Résumé :
Nobody Owens serait un garçon normal. S'il ne vivait pas dans un cimetière, élevé par des fantômes, avec un gardien qui n'appartient ni au monde des vivants, ni à celui des morts. De nombreuses aventures attendent le petit garçon dans le cimetière : un homme Indigo, un portail vers une cité abandonnée envahie par des goules, l'étrange et terrible Sleer. Mais à l'extérieur, Jack attend pour le tuer.
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (19) Voir plus Ajouter une critique
Presence
  16 décembre 2015
Il s'agit de la première moitié d'une adaptation d'un roman de Neil Gaiman initialement paru en 2008 : L'étrange vie de Nobody Owens. Elle a été réalisée sous la houlette de Philip Craig Russell qui se charge de la transposition en bande dessinée, de l'adaptation et des dialogues, ainsi que des dessins du deuxième chapitre. La mise en couleurs a été assurée par Lovern Kindzierski. Cette adaptation est parue en 2014.
Chapitre 1 (dessiné par Kevin Nowlan) – Jack est un tueur professionnel agissant pour le compte de quelqu'un d'autre. Il vient de tuer une famille : la mère, le père, la fille. Seul le jeune garçon (18 mois, marchant à peine) a réussi à lui échapper en s'enfuyant dans le cimetière proche. Jack s'y rend et est accueilli par Silas, un individu vêtu d'un long manteau noir, très persuasif. Pendant ce temps, le jeune marmot fait la rencontre des fantômes du cimetière qui le nomme Nobody Owens (le nom de famille du couple qui le prend en charge). Il s'écoule un intervalle de 2 ans entre chaque chapitre.
Chapitre 2 (dessins de P. Craig Russell) – Bod (le diminutif de Nobody) grandit à l'abri dans le cimetière, apprend à lire avec Silas, y rencontre une jeune demoiselle Scarlett qui vient s'y promener, et fait la connaissance du plus vieil habitant du cimetière. Chapitre 3 (dessins de Tony Harris et Scott Hampton) – Miss Lupescu sert de tutrice à Bod qui croise un groupe de goules. Chapitre 4 (dessins de Galen Showman) – Bod fait la connaissance de Liza Hempstock, condamnée pour sorcellerie, et enterrée dans la fosse commune. Chapitre 5 (dessins de Jill Thompson) – Une fête se prépare pour la Danse Macabre. Interlude (dessins de Stephen B. Scott) – Jack n'a pas oublié ce marmot qui lui a échappé.
Dans des interviews, Neil Gaiman a expliqué que l'idée lui est venue d'écrire le livre original en voyant son fils faire du vélo dans un cimetière. Il s'est dit qu'il y avait matière à écrire le pendant du Livre de la Jungle de Rudyard Kipling, mais dans ce lieu saugrenu, à destination de jeunes lecteurs, ou des lecteurs adolescents. Cette adaptation a de quoi attirer l'oeil du lecteur de comics puisqu'elle est confiée à P. Craig Russell, collaborateur régulier de Gaiman, ayant déjà adapté plusieurs de ses nouvelles, dont une consacrée au personnage de Morpheus.
Qui plus est, parmi les artistes choisis pour réaliser cette adaptation, le lecteur familier de comics salive à l'avance. Effectivement, P. Craig Russel dessine des pages avec un dosage en parfait équilibre. Son trait est fin et aérien et très évocateur. Il sait choisir le bon niveau de détail pour ne pas surcharger les images, et pour donner corps aux scènes du romancier, sans rien perdre de la fragile poésie de son récit. Nobody Owens ressemble vraiment à un enfant, tout en étant assez éloigné pour que le lecteur n'éprouve pas un moment de recul en le voyant interagir avec des fantômes, ou d'autres créatures surnaturelles. L'artiste arrive à amalgamer tous les éléments dans une réalité légèrement onirique, rehaussée d'une pointe de romantisme discret (les feuillages), et d'un soupçon de gothisme effacé (les pierres tombales, le cimetière). Il y ajoute une ironie si diaphane (quelques sourires en coin) qu'elle dédramatise le récit, sans nuire à son intensité.
Le chapitre 2 est donc un délice visuel raffiné qui enchante même les coeurs les plus endurcis. le lecteur peut également apprécier l'élégance de l'adaptation qui garde la tonalité des phrases de Neil Gaiman, sans pour autant recopier des paragraphes entiers du texte original. Certes P. Craig Russell bénéficie d'une pagination confortable pour réaliser sa transposition en BD, et toutes les descriptions se transforment en dessin. Pour autant il est assez délicat de transposer les nuances des descriptions (qui ne sont jamais simplement factuelles), sans rien perdre de la sensibilité de la narration.
En découvrant le premier chapitre, le lecteur reconnaît immédiatement le trait si particulier de Kevin Nowlan, à la fois un peu gras, très élégant, avec des prolongations tout en finesse, et quelques aplats de noir consistants. Les contours des formes tracés par Nowlan sont plus fluides que ceux de Russell, moins romantique, affirmés, avec toujours cette touche subtile de second degré qui dédramatise les situations risquées, sans qu'elles ne perdent leur tension. Cette introduction graphique au monde du Livre du Cimetière est d'une grande évidence, malgré les événements improbables qu'elle décrit. le lecteur comprend immédiatement qu'il doit assimiler ce récit à conte, et accorder sa suspension d'incrédulité pour l'autonomie de cet enfant de 18 mois qui atteint sans coup férir le coeur du cimetière, sans pleurer, sans avoir faim, etc.
Arrivé au chapitre 3, le lecteur note immédiatement que les lignes se font plus épaisses, et moins fluide que celles de Nowlan, moins gracieuses que celles de Russell, plus lourdes, mais tout aussi amusées. le dispositif narratif fait que 2 ans séparent chaque chapitre, ainsi le lecteur peut mettre cette différence sur le compte du temps écoulé. Globalement, Tony Harris s'en tient aux apparences graphiques conçues par Russell, et à l'environnement légèrement épuré pour ne pas perdre cette sensation entre réalité et onirisme, propre aux contes. Ce chapitre est également l'occasion de pénétrer dans un autre monde, différent de celui du cimetière, ces pages étant alors illustrées par Scott Hampton, à la peinture. À nouveau cet artiste se coule dans le moule conçu par Russell, sans rien perdre de ses particularités. Il dépeint un monde légèrement éthéré (en cohérence avec l'endroit où a abouti Bod), un peu plus onirique, sans rien perdre de la sensibilité de ce jeune garçon.
Arrivé au chapitre 4, le lecteur vérifie 2 fois qu'il ne s'est pas trompé. Non, P. Craig Russell n'est pas revenu pour dessiner un deuxième chapitre. Galen Showman reproduit avec fidélité la forme de ses traits, avec les légères arabesques, sans donner l'impression de le singer ou d'une application laborieuse et servile. Il retrouve la même légèreté et le même sens très sûr du bon dosage d'information dans chaque case. Il perd un peu en nuances, et en parfum amusé, mais pas de beaucoup. Dans le chapitre 5, le trait de Jill Thompson est un tout petit peu plus lourd, mais sa vision artistique est très sûre, alors qu'elle doit mettre en images l'une des scènes les plus visuellement ambitieuses du récit. le résultat est à nouveau époustouflant dans la justesse de sa sensibilité, un raccord parfait avec P. Craig Russell.
Tout du long de ces 5 chapitres, le lecteur prend conscience du travail de conception et de transposition effectué par P. Craig Russell qi permet d'assurer une cohérence narrative, malgré le changement d'artiste à chaque chapitre. Entièrement conquis par la qualité de ce monde immergeant un jeune enfant au milieu des fantômes, pour un conte d'une grande qualité visuelle, il peut en apprécier l'intrigue. L'une des règles implicites de la narration est que le lecteur ne doit pas s'attacher aux détails matériels de la vie de Bod dans le cimetière, sous peine de rompre le charme du conte (même si Gaiman fournit de temps à autre quelques éléments matériels, tels que l'apport de nourriture par Silas, l'éducation de Bod, ou encore la présence d'un médecin parmi les fantômes).
Il convient alors d'apprécier chaque chapitre comme un conte dans le conte, une suite d'aventures survenant à Nobody Owens. La narration de P. Craig Russell et des dessinateurs assure une fluidité et une cohérence à l'ensemble. le premier chapitre permet de prendre connaissance des circonstances qui ont abouti à la prise en charge d'un jeune enfant dans un cimetière, et le lecteur apprécie le passage d'une cavalière singulière. Par contre, il est prié de ne pas trop s'interroger sur l'existence de fantômes, de le prendre comme un fait établi, indépendamment de toute question sur l'âme, ou tout autre dimension spirituelle.
Le deuxième chapitre constitue un conte dans lequel un enfant confronte une de ses peurs, face à un individu réputé terrible. Gaiman développe des circonstances divertissantes, et les présente de manière élégante et originale. Dans le troisième chapitre, Bod est extrait de force de ce milieu rassurant qu'est le cimetière car il succombe à un accès de mauvaise humeur et à la tentation (toute ressemblance avec ce qui arrive à un célèbre pantin de bois étant manifeste). La leçon (ou la morale de cette partie) ne joue pas sur la culpabilisation (ce qui est appréciable), mais sur l'importance de l'éducation, et d'écouter ses aînés.
Le quatrième chapitre propose une aventure dans la ville voisine, où Gaiman désamorce vite toute angoisse, pour préférer une forme de jeu, incitant le lecteur à se demander comment Bod finira par avoir le dessus sur ses ravisseurs. Jusque-là, les histoires sont charmantes, mais sans beaucoup de conséquence. le cinquième chapitre est d'une toute autre nature, plus onirique, plus poétique, développant le thème de l'importance des morts dans la vie des vivants.
Il est impossible de résister au charme délicat et amusé de cette adaptation garantie sans culpabilisation, mas pas dépourvue de suspense. Chaque artiste réalise un travail exceptionnel, tout en respectant le cadre défini par Philip Craig Russel, le responsable et le concepteur de cette adaptation. Au final, le lecteur adulte a passé un bon moment aux côtés de Nobody Owens tout en trouvant ce conte un peu léger.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
stokely
  15 juillet 2018
Je découvre ce récit par le roman graphique, je fais d'habitude l'inverse mais je suis tombé sur ce roman graphique totalement au hasard à la bibliothèque.
J'ai beaucoup aimé cette histoire du jeune Jack qui échappe à un assassinat et se retrouve dans un cimetière, il est recueilli par des fantômes qui vont se charger de son éducation et de Silas qui va être son tuteur.
Un univers gothique qui m'a plu, de très beaux dessins, un récit captivant sans temps mort. Je suis heureuse d'avoir également emprunté le second tome afin de poursuivre ma lecture et je n'hésiterais pas à lire le livre de Neil Gaiman car je vois de nombreux éloges sur les livres de cet auteur.
Une très belle découverte et un moment plaisant de lecture.
Commenter  J’apprécie          170
murielan
  06 décembre 2015
Quelle drôle de vie que celle du jeune Nobody Owens !
A 5 ans, il est le seul membre de sa famille à échapper au Jack, tueur implacable qui assassine son père, sa mère et sa soeur. Il se retrouve à vivre dans un cimetière, élevé par les fantômes qui hantent le lieu, avec pour seule consigne de ne jamais passer les grilles. Silas, son tuteur, est une étrange créature de la nuit qui pourvoit à ses besoins. Seul humain à vivre là, Nob passe ses journées (et ses nuits) à vivre de nombreuses aventures...
J'ai vraiment beaucoup aimé cette BD fantastique et gothique à souhait.
J'ai trouvé original le fait que les cinq épisodes de ce premier tome soient illustrés par des dessinateurs différents et que pourtant, il y ait une unité tout au long du récit.
Nobody Owens est un jeune garçon très attachant qui côtoie de mystérieuses créatures sans se rendre compte des dangers qui l'entourent. Silas, quant à lui, semble cacher des choses mais reste très protecteur envers le jeune garçon.
Je n'ai pas lu le roman de Neil Gaiman mais je pense que je vais très vite remédier à cela !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          100
Ewylyn
  15 juillet 2015
Je remercie sincèrement les éditions Delcourt ainsi que la Masse Critique organisée par Babelio pour ce partenariat, ce comics adapté du roman de Neil Gaiman est fantastique. Je n'ai pas lu le roman original, mais cet aperçu me rend curieuse. C'est un bel objet, un univers prenant, des coups de crayon singuliers, une intrigue bien menée, il possède des ingrédients qui le rendent fascinant et mystérieux, j'ai hâte de découvrir la suite.
L'histoire se subdivise en cinq parties, avec en prime un interlude qui laisse le lecteur songeur quant au deuxième volume. Les cinq chapitres sont à peu près équitables, ont leur propre intrigue liée à un fil rouge intéressant. Nobody Owens est recueilli bébé par des fantômes suite au meurtre de sa famille par le Jack, ce dernier ne lâche pas l'affaire, et voudra à tout prix terminer ce qu'il a commencé. En attendant, Nobody, surnommé Bod, grandit dans un cimetière et vit de nombreuses aventures dangereuses et morbides, dans une ambiance fantastique propre à Neil Gaiman.
Ce dernier est l'auteur de Coraline, j'avais eu un petit coup de coeur pour ce récit enfantin et pourtant si particulier, si atypique, si proche d'un film de Burton. Entre réalité et fantastique, la mort est là, les créatures de la nuit sont également présentes, le côté adulte et sombre se mêle étrangement à l'innocence et la candeur de Nobody. L'atmosphère aurait pu paraître lourde, elle est teintée d'un voile mortuaire, mais jamais trop glauque, il y a l'aventure, le frisson et l'humour. Il existe aussi le mystère, celui du meurtre de la famille de Bod, l'enfant lui-même, la volonté d'une certaine société à le vouloir mort d'où l'envoi de Jack... Silas est lui aussi un sujet de discussion.
Il n'y a pas à dire l'univers fascine et je suis restée émerveillée du début à la fin, les yeux rivés sur les images, je l'ai lu d'une traite tant j'ai été happée. Il faut dire que le texte coule tout seul, c'est fluide, très bien écrit, soigné, les mots aident à se plonger dans l'histoire et dans le caractère des personnages grâce à la narration et aux répliques. Comme dans le comics traditionnel, chaque chapitre a son dessinateur, cela se ressent également dans celui-ci. J'ai eu mes petits coups de coeur et ceux avec lesquels j'ai moins accroché, mais tout ceci est une affaire de goût personnel et cette appréciation changera d'un lecteur à l'autre. Toutefois, c'est plutôt beau à voir, le character design reste unifié et l'on reconnaît facilement les protagonistes, les lieux... le cimetière est d'une grande beauté. Quant aux couleurs, elles sont merveilleuses, c'est une palette qui colle à l'ambiance, beaucoup de teintes en référence à la nuit, à la portée sombre et obscure de l'univers. Néanmoins, j'ai remarqué à plusieurs reprises, des nuances plus douces et verdoyantes, qui nous rappellent le caractère innocent de son héros, l'espoir, la vie, c'est une chose importante dans une histoire de ce type.
Et de belles choses, il y en a. Nobody. Ce garçon est totalement attachant et charismatique, adorable, aventureux, naïf et courageux, il a bon fond, même s'il se fourre dans de sacrés traquenards. Sa relation d'amitié avec Silas est très jolie, avec Scarlett, ce fut très beau et la fin est un déchirement. Sa relation avec les Owens est très sympathique et forte, même celle conflictuelle aux premiers abords entre lui et Mlle Lupescu se révèle prenante et incroyable. le personnage est travaillé, tout comme le sont les autres, on apprend à les connaître page après page, à travers les événements vécus. J'ai une préférence pour Silas, en raison de sa dimension curieuse, il est étrange et j'espère en apprendre davantage sur lui. de même que pour la femme en gris sur sa monture, elle a un petit quelque chose de captivant.
En conclusion, je ne saurais dire si l'adaptation est réussie n'ayant pas lu le roman original. Toutefois, ayant apprécié mes premières rencontres avec cet auteur (Odd et les géants de glace, Coraline), nul doute que je me pencherais sur l'étrange vie de Nobody Owens. D'autant plus que ce format comics permet de donner un aperçu riche et passionnant à travers les dessins et sa colorisation. Ma découverte de ce récit me fait dire qu'il a de nombreux atouts pour plaire, un univers atypique marqué par le fantastique, un pied dans l'enfance et un autre dans l'ère adulte en raison de son atmosphère et de son texte soigné. L'intrigue, captivante et sympathique, possède des personnages travaillés et intéressants, certains sont plus mystérieux que d'autres, certains nous promettent de belles révélations par la suite, tous nous fascinent. J'ai passé un très bon moment de lecture et je suis impatiente de découvrir ce que me réserve le volume 2 prévu début 2016.
Lien : http://la-citadelle-des-livr..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
sylvicha
  14 août 2015
J'ai vraiment aimé cette BD qui est très travaillée et suffisamment étoffée pour qu'on ne reste pas sur sa faim. Il s'agit de l'adaptation d'un roman de Neil Gaiman que je n'ai pas lu donc pour moi la découverte était totale. Pour ceux qui comme moi ne connaitrait pas l'histoire, ce sont les aventures du jeune Nobody Owens dit « Bod » qui réchappa très jeune à l'assassinat de toute sa famille par le « Jack », un tueur implacable, et fut recueilli par les fantômes d'un cimetière. Il n'a pas l'autorisation d'en quitter l'enceinte mais cet espace est suffisamment vaste et peuplé de créatures étranges pour lui faire vivre de nombreuses aventures...
Cinq épisodes dans ce premier tome, chacun dessiné par un auteur différent, ce qui ne gêne aucunement la continuité de l'histoire mais bien au contraire l'enrichi avec des graphismes nouveaux. le second tome paraitra début 2016 : nul doute que je l'achèterai ...
Les histoires sont légèrement effrayantes mais peuvent être lues je pense par des enfants à partir de 10 ans. La poésie gothique de l'auteur est bien retranscrite. Une BD de qualité dans un format que j'aime beaucoup que je vous recommande chaudement !!!
Merci à babelio et aux éditions Delcourt pour cette belle découverte.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          90

critiques presse (3)
BoDoi   18 août 2015
Il y a beaucoup de tendresse, de la poésie et aussi du suspense dans ce joli conte gothique écrit par un Gaiman jamais aussi bon que lorsqu’il fait se percuter – comme dans American Gods, Neverwhere ou bien sûr Sandman – des univers coexistant habituellement en se tenant à bonne distance l’un de l’autre.
Lire la critique sur le site : BoDoi
Sceneario   01 juin 2015
L'étrange vie de Nobody Owens est une très belle surprise, que ce soit au niveau de l'histoire ou celui du dessin. Du grand art tout simplement.
Lire la critique sur le site : Sceneario
ActuaBD   01 juin 2015
Œuvre atypique et mystérieuse que ce premier tome réussi.
Lire la critique sur le site : ActuaBD
Citations et extraits (5) Ajouter une citation
sabineFsabineF   25 juin 2015
Nous pourrions lui octroyer la latitude du cimetière.
Eh bien, pourquoi pas ? Ce ne serait pas la première fois que nous l'accorderions à un étranger.
Quelle idée ?!
C'est vrai, mais LUI n'était pas vivant.
Effectivement, mais je comprends Dame Owens.
Vraiment, Silas ?

Oui. Pour le meilleur et pour le pire - et je suis convaincu que c'est pour le meilleur - Dame Owens et son époux ont placé cet enfant sous leur protection mais il faut plus que deux bonnes âmes pour élever un enfant.

Il faut tout un cimetière.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
sabineFsabineF   25 juin 2015
En fait , je ne sais même pas pourquoi je parle à votre bande de vieux décrépits décervelés et ramollis, alors que ce petit va se réveiller avec une faim de loup. Et comment je fais, moi, pour lui trouver à manger dans ce cimetière, j'aimerais bien qu'on me le dise !

C'est bien là qu'est le problème. Comment allez-vous l'élever ?

Je peux m'en occuper ! Je le tiens bien, non ?

Soyez raisonnable, Betsy. Où va-t-il vivre ?

Ici.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
okkaokka   08 juin 2018
p.116.

"… et qu'il y a toujours des gens qui considèrent que leur vie est devenue tellement insupportable qu'ils hâtent leur transition vers un autre plan d'existence."
- Ils se tuent, tu veux dire ?
- Oui.
- Et ils sont plus heureux une fois morts ?
Parfois. Généralement pas. C'est comme les gens qui croient qu'ils seront heureux s'ils vont vivre ailleurs, et qui s'aperçoivent que ce n'est pas si simple. Où qu'on aille, on s'emmène avec soi, si tu vois ce que je veux dire.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
okkaokka   08 juin 2018
p.122.
" Alors ils m'ont attachée sur la chaise à sorcières et plongée sous l'eau dans la mare aux canards, en disant qu'une innocente se noierait, mais qu'une sorcière n'en aurait cure. "
" Le père de Dame Jémina leur a donné à chacun une pièce d'argent pour m'y forcer plus longtemps, histoire de voir si je me noierais. "
- Et alors ?
- Ben, j'en ai pris plein les poumons. Je me suis noyée.
Commenter  J’apprécie          00
okkaokka   08 juin 2018
p.61.
"Les trésors d'hier ne sont pas ceux d'aujourd'hui."
Commenter  J’apprécie          00
Lire un extrait
Video de P. Craig Russell (1) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de P. Craig Russell
Coffee Talk with P. Craig Russell
autres livres classés : fantômesVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

Les personnages de Tintin

Je suis un physicien tête-en-l'air et un peu dur d'oreille. J'apparais pour la première fois dans "Le Trésor de Rackham le Rouge". Mon personnage est inspiré d'Auguste Piccard (un physicien suisse concepteur du bathyscaphe) à qui je ressemble physiquement, mais j'ai fait mieux que mon modèle : je suis à l'origine d'un ambitieux programme d'exploration lunaire.

Tintin
Milou
Le Capitaine Haddock
Le Professeur Tournesol
Dupond et Dupont
Le Général Alcazar
L'émir Ben Kalish Ezab
La Castafiore
Oliveira da Figueira
Séraphin Lampion
Le docteur Müller
Nestor
Rastapopoulos
Le colonel Sponsz
Tchang

15 questions
3446 lecteurs ont répondu
Thèmes : bd franco-belge , bande dessinée , bd jeunesse , bd belge , bande dessinée aventure , aventure jeunesse , tintinophile , ligne claire , personnages , Personnages fictifsCréer un quiz sur ce livre