AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
>

Critique de Erik35


Erik35
  22 février 2019
«JE NE VEUX PAS TRAVAILLER»

Chantait sur un air délicatement jazzy avec son délicieux accent américain, la chanteuse China Forbes des Pink Martini dans les dernières années du siècle révolu. Et même si la suite de la ritournelle n'a plus grand rapport avec l'essai, considéré comme un classique sur le sujet, intitulé Éloge de l'oisiveté (bien mal traduit, mais on y reviendra) du prix Nobel Bertrand Russell, cet extrait pourrait presque en être le sous-titre !

En effet, avec un art consommé de la concision qui n'a d'égal que son style aussi direct qu'immédiatement compréhensible même au plus commun des mortels (une des marques de fabrique, pourrait-on dire, de ce philosophe détestant le jargon de sa spécialité) et souvent entremêlé d'un humour que l'on pourrait assez bien qualifier de "so british", l'auteur de la Conquête du bonheur, que l'on a d'ailleurs parfois surnommé le "Voltaire anglais" nous explique sans ambages que :

- le travail n'a pas de valeur morale en soi. Que cette valeur morale qui lui est cependant adjointe date de temps anté-civilisation industrielle et n'avait d'autre sens que de permettre à une toute petite classe d'oisifs d'asseoir leur pouvoir sans partage sur une très large majorité d'individus besogneux. C'est donc d'un processus à la fois historique et culturel qu'a émergé cette valorisation du travail. Qu'aujourd'hui comme hier, la plupart des tâches accomplies par les individus sont plutôt laborieuses, sans grand intérêt, quand elles ne sont pas tout bonnement dévalorisantes voire dégradantes ! Mais que les classes dominantes ont pourtant réussi à maintenir en faisant glisser la notion de travail-nécessité vitale à travail-devoir, où l'on constatera d'ailleurs que cette domination relève du "faites ce que je dis, pas ce que je fais" en résumant d'une sentence assassine cette supercherie qui saute aux yeux de notre philosophe : « il faut bien en faire en sorte que les pauvres soient contents de leur sort, ce qui a conduit les riches, durant des millénaires, à prêcher la dignité du travail, tout en prenant bien soin eux-mêmes de manquer à ce noble idéal ».

- Par ailleurs, le niveau de production et de technologie de la société industrielle est tel que l'on peut désormais produire en un rien de temps ce qui mettait des jours à l'être avant l'avènement de cette civilisation.

- Ainsi, nous en sommes arrivé à un moment de notre histoire où il serait parfaitement envisageable (Bertrand Russell le souhaite même fortement) que chacun travaille beaucoup moins pour un résultat amplement satisfaisant en terme de bien à acquérir pour vivre convenablement. C'est ainsi un véritable plaidoyer pour la diminution drastique du temps de travail - il l'estime à quatre heures par jour - que Bertrand Russell se livre. Remarquons que, quoi que l'on puisse le classer parmi les "utopistes" (en ce sens où il essaie d'imaginer une société meilleure), le fondateur de la philosophie analytique conserve toutefois une bonne part de réalisme en ne promouvant pas la fin pure et simple du "trepalium" (dont on fait abusivement la racine du mot travail. Mais cet abus est fort de signification) car il sait que, même fortement réduit, celui-ci demeure nécessaire au fonctionnement raisonnable de toute société et qu'aucune machine ne saurait le remplacer tout à fait, du moins en l'état des connaissances et progrès de son époque.

- Mais, rétorquera-t-on, que faire de tout ce temps libre ainsi dégagé, une fois que le travail aura perdu de sa superbe et sera relégué au seul rang qu'il mérite : un moyen (de subsistance) et non une fin en soi (l'activité "noble" par excellence), ce qui est l'une des causes, sinon la principale, de toute l'horreur économique, entre autre de cette absurdité, de cette totale aberration que dans un monde technicisé où le travail demeure cependant un dogme ne souffrant aucune diminution, et reprenant à sa manière l'exemple des aiguilles d'Adam Smith, tiré de la richesse des nations, il constate que cette conjonction entraîne inévitablement surproduction donc baisse des prix avec faillite des entreprises les plus faibles donc chômage. Ce que Bertrand Russell conclue ainsi : «Au bout du compte, la somme de loisir est la même dans ce cas-ci que dans l'autre [NB : un monde raisonnable versus le monde réel] sauf que la moitié des individus concernés en sont réduit à l'oisiveté totale, tandis que l'autre moitié continue à trop travailler.»

- le mot est lâché : l'Oisiveté ! Mais n'est-il pas le premier à rappeler dès les premières lignes ceci : «j'ai été élevé selon le principe que l'oisiveté est mère de tous vices. Comme j'étais un enfant pétris de vertu, je croyais tout ce qu'on me disait, et je me suis ainsi doté d'une conscience qui m'a contraint à peiner au travail toute ma vie» ? C'est que cette oisiveté à laquelle songe le moraliste n'a pas grand chose à voir avec la paresse, la fainéantise mais tout avec ce bon vieil "otium" des romains, digne descendant de la scholè des grecs (lire, à ce propos, le grand penseur romain Sénèque et son propre Éloge de l'oisiveté où il dit tout de la différence entre l'Otium et le Negotium, et de l'importance majeure du premier sur le second).

- Il sépare cependant dès ses attendus ce Loisir - dont nos langues traduisent hélas si mal le concept fort et riche de philosophie et d'histoire. Aujourd'hui devrions-nous peut-être évoquer le "développement personnel", si celui-ci n'était pas confisqué par de vulgaires considérations psychisantes "new-age" - qu'il imagine actif, engagé, et surtout, nécessitant un (des) apprentissage(s) pour pouvoir s'accomplir vraiment, de la simple et passive Distraction (qu'il estime d'ailleurs plutôt urbaine). Il le précise lui-même : il n'est nullement question de Loisir comme devant être «pour intellos» (le mot est de lui), prenant à ce propos le plaisir presque disparu des danses paysannes n'existant plus guère qu'au fin fond des campagnes : qui osera dire que le plaisir de danser ensemble ne réunit pas toutes les conditions souhaitées par Russell ? Elle demandent de l'engagement, un certain niveau d'apprentissage pour pouvoir être pratiquées et elles donnent du plaisir, donc un certain niveau de bonheur à qui les pratique. On pourrait même ajouter qu'elle contribuent à un bon état physique et donc à la santé ! le tout en assurant un certain sens de l'échange, du collectif, sans qu'aucune compétition entre les individus ne soit nécessaire. Autant de conditions que l'on ne rencontre finalement pas si fréquemment ! (Les amateurs de "Festoù-Noz" sauront exactement de quoi je parle !). Et de préfigurer, d'ailleurs, la civilisation TV qu'il n'aurait sans doute guère apprécié, bien qu'il en comprenne parfaitement la principale raison : «Les plaisirs des populations urbaines sont devenus essentiellement passifs : aller au cinéma, assister à des matchs de football, écouter la radio, etc ; cela tient au fait que leurs énergies actives sont complètement accaparées par le travail ; si elle recommençaient à goûter des plaisirs auxquels elles prenaient jadis une part active.» Car le Loisir, selon Russell est activité. C'est sans doute même L'Activité.

- Pour que ce loisir ne soit pas que distraction (ce que Russell, à l'instar de Blaise Pascal, devine n'être pas un moteur satisfaisant comme déclencheur de bonheur humain : la société du "loisir" telle qu'elle existe actuellement en est une preuve concrète), il faut invariablement qu'elle ait pour socle l'éducation : « il est indispensable que l'éducation soit poussée beaucoup plus loin qu'elle ne l'est actuellement pour la plupart des gens, et qu'elle vise, en partie, à développer des goûts qui puissent permettre à l'individu d'occuper ses loisirs intelligemment ». Mais il faut aussi pour y parvenir que les élites (même un peu élargie telles qu'aujourd'hui) puissent admettre que loisir des masses ne rime pas invariablement avec fainéantise, alcoolisme, violence, etc. Qu'elles admettent aussi que ces loisirs ne sont pas uniquement intellectuels. Et surtout, qu'il priment, et de loin, cette pseudo "valeur travail" qui, en réalité, n'est que le substitut et la justification à cette domination sans partage des classes dominantes.

Il y aurait ben entendu encore plus long à dire et à commenter sur ce texte pourtant très bref (trente-cinq pages dans cette éditions pourtant très ramassée). Il est aussi assez évident que certains attendus de même que certaines conclusions de Bertrand Russell sont contingentes de l'époque où il rédigea cet essai qui, par bien des aspects, tient presque autant du pamphlet : nous sommes en 1932 et l'observateur attentif de la société de son temps qu'est notre philosophe britannique fut marqué par les drames sociaux et humains des répercussions incroyables de la crise de 1929. Certes, on pourra toujours rétorquer que les visions politiques (il n'est d'ailleurs pas tendre avec "les politiques"), économiques (ceux-là même qui se targuent d'être mathématiciens pour expliquer l'irrésistible de leurs théories néo-libérales devraient se souvenir que Bertrand Russell fut l'un des plus grands mathématiciens des temps modernes) ou humaines (bien que le moraliste génial des Essais sceptiques n'ait certainement guère de leçons à recevoir de nos moralistes faiblards de la post-modernité) de notre monde sont dépassées - il est vrai que la technique a évolué, que le capitalisme financier a encore marqué des points, que l'idéologie néo-libérale semble être devenue insurpassable depuis que son principal adversaire - le communisme, qui n'est en réalité rien d'autre qu'un capitalisme d'Etat : pour preuve son admiration pour ce qui fut un temps nommé stakhanovisme - est mort.

On pourra évidemment rétorquer à Bertrand Russell, ou à ses continuateurs, que cette pensée peine à trouver son adaptation quotidienne. Et il est vrai que le travail - dire "valeur travail" pour reprendre les mots d'un ancien président de la république, mais qu'aucun de ceux plus récent n'a jamais remis en question - ne souffre aucune contestation, si ce n'est pour rejeter dans les enfers de la crasse "paresse" ceux qui en sont dépourvus. Il n'empêche que son constat, que le labeur relève avant tout d'une servilité acceptée, demeure exact pour peu qu'on y songe. Nos temps contemporains, pourtant plus que jamais technicistes, plus que jamais délivrés du travail physique véritablement pénible (y compris, dans une large mesure, en ce qui concerne les métiers dits manuels), plus que jamais supposés connaître rationalisation et rentabilité au travail n'ont de cesse de se découvrir des "burn out" et autres dépressions - jusqu'au suicide - typiques de notre actuel monde du travail. N'est-ce pas le signe que le travail n'est, définitivement, pas une "valeur" en soi ? Qu'il peut, qu'il devrait y avoir d'autres motivations au bonheur, à la découverte, au développement de soi que la seule production de biens ou de services telle que nos sociétés - et nos élites dirigeantes - nous le promettent sans cesse (et pour mieux nous maintenir sous un contrôle malheureusement massivement accepté et répété) ?

À quelques temps de l'enfer possible du grand effondrement, il serait plus que jamais temps de songer à intégrer cette pensée douce et généreuse de Bertrand Russell, qui ne demande rien moins qu'une frugalité honnête, un monde dans lequel le travail est un bien sans finalité propre et seulement un moyen de subsistance, tandis que la tension vers laquelle l'humanité devrait se rendre réside dans sa capité à être, à réfléchir, à agir collectivement. Plus que jamais Bertrand Russell nous rappelle comme la pensée "socialiste utopiste" des Fourier, des Lamennais, des Proudhon (etc) même si sans doute pas exempte de défauts, même si très largement disqualifiée par le marxisme (c'est à eux que l'on doit l'appellation ironique de "socialisme utopique, elle-même se réservant celle de "socialisme scientifique"...)

Pour mémoire, deux hommes, et quels, ne dirent pas autre chose. D'une part ce génie incroyable que fut Albert Einstein, considérant lui aussi que le travail ne pouvait être une fin en soi. D'autre part (et malgré la mauvaise presse qu'il peut avoir), le grand industriel Henri Ford, plus souvent connu pour la technique de production qui porte son nom, mais qui était aussi pour un temps de travail massivement diminué.

Lire Bertrand Russell ? Oui ! Comme Sénèque, comme Malevitch, comme Lafargue ! Ne jamais considérer la paresse comme un nihilisme, comme un vide, mais au contraire, comme une absolue nécessité de l'être humain, comme l'aboutissement parfait de ce qu'il ne cesse de vouloir devenir depuis 10 000 ans : un être pensant qui ne peut se contenter de se tuer au travail pour une minorité de ses semblables.
Commenter  J’apprécie          4610



Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Ont apprécié cette critique (42)voir plus