AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
3,89

sur 99 notes
5
8 avis
4
4 avis
3
3 avis
2
1 avis
1
0 avis

Critiques filtrées sur 3 étoiles  
ErnestLONDON
  27 mars 2017
Bien qu'élevé selon le principe que l'oisiveté est mère de tous vices, Bertrand Russell affirme que l'on travaille beaucoup trop de par le monde et que la voie du bonheur et de la prospérité passe par une diminution méthodique du travail.(...)
De quoi inspirer bien des réflexions.

Article complet en suivant le lien.
Lien : http://bibliothequefahrenhei..
Commenter  J’apprécie          40
Apoapo
  06 février 2016
Autre plaquette souvent citée par les critiques du travail et par les théoriciens de la décroissance (en réalité ceci est le texte d'un article de 1932, repris en 1935 pour en faire un essai - que j'ai lu il y a très très longtemps, dans une période d'idolâtrie pour Bertrand Russell : les ados ont tous besoin d'idoles...).
Là aussi une phrase est immanquablement citée :
"La morale du travail est une morale d'esclave, et le monde moderne n'a nul besoin de l'esclavage." (p. 15)
... à laquelle ont peut aussi ajouter :
"[...] le fait de croire que le travail est une vertu est la cause de grands maux dans le monde moderne, [...] la voie du bonheur et de la prospérité passe par une diminution méthodique du travail." (p. 11)
... ou encore, et ceci est particulièrement pertinent pour nous qui consacrons une certaine énergie à apporter notre contribution à notre site bien-aimé (!) :
"L'idée que les activités désirables sont celles qui engendrent des profits a tout mis à l'envers." (p. 31).

Le contexte de ces cit. est le suivant : BR affirme que l'inoculation de la morale du travail représente un acte de pouvoir des classes oisives (propriétaires terriens, prêtres et guerriers) dont le seul but mystificateur est la conservation du privilège de leur propre oisiveté. [Vision très sociologique et très moderne des rapports sociaux]. La révolution industrielle a permis techniquement au loisir de cesser d'être la prérogative des classes privilégiées minoritaires, comme l'a prouvé l'économie de guerre de la Première guerre mondiale. de tous temps, le progrès de la culture et de la civilisation, outre le bonheur et la joie de vivre individuels, ont été le fruit de l'oisiveté (le fameux "otium" latin - jamais cité expressément, car BR était un homme de culture classique et non un pédant !), appelée désormais à remplacer "la fatigue nerveuse, la lassitude, la dyspepsie" (p. 37). [Vision positiviste hélas tombée en désuétude, au moins provisoirement]. J'ajouterai (en relation avec l'une des mes lectures de ces derniers jours) :
"A présent, les universités sont censées fournir, d'une façon plus systématique, ce que la classe oisive produisait de façon accidentelle comme une sorte de sous-produit. C'est là un grand progrès, mais qui n'est pas sans inconvénient." (p. 35)
Quel inconvénient ? Mystère... Ce clin d'oeil à notre propre temps est authentiquement bouleversant - même si le reste n'a rien perdu non plus de sa pertinence (sauf peut-être la première citation, la plus connue, celle sur le besoin d'esclavage... - mais là, je vais me faire lyncher).
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          41
lemillefeuilles
  27 février 2018
Ce livre m'a été offert par une amie qui l'avait beaucoup aimé et qui tenait visiblement absolument à ce que je le lise. Je comprends pourquoi maintenant. Et c'est parfaitement la lecture dont j'avais besoin. J'admets que j'avais quelques craintes, ne connaissant rien en philosophie (je n'avais pas de philo au lycée, et je ne lis pas ce genre de livres), je me disais que je n'allais peut-être rien comprendre. Au final, c'était bien plus accessible que ce que j'imaginais.

Dans un court texte, Bertrand Russell a écrit, en 1930, un éloge de l'oisiveté... Nous pourrions dire de la paresse, même, mais non, c'est plutôt un éloge aux loisirs. Il dénonce les problèmes causés par le travail, et surtout par l'importance que nous lui donnions. Aujourd'hui encore, une personne qui n'effectue pas un travail rémunéré est mal considérée... J'irais même jusqu'à dire : si nous n'effectuons pas un travail rémunéré qui ne nous passionne pas, ce n'est pas vu comme un travail. Et les personnes qui aimeraient consacrer plus de temps à leurs loisirs sont vues comme fainéantes.

Je réfléchis de plus en plus au rapport que j'entretiens avec l'emploi. Actuellement, j'ai un boulot que je trouve inintéressant, et qui ne m'apporte rien d'enrichissant, et absolument aucun plaisir. Juste de l'argent, et sûrement un moyen de ne pas être cataloguée comme une personne qui profite de la société. Je trouve ces idées malsaines, et je pense qu'il n'est pas bon de ne voir la vie que par le travail.

Alors, cet essai m'a fait cogiter encore plus. Les réflexions de Bertrand Russell sont intéressantes, ces analyses sont pertinentes et réalistes. C'est un essai que tout le monde devrait lire, pour repenser son rapport au travail, et se laisser la possibilité de faire plus de choses qui nous font plaisir.
Lien : http://anais-lemillefeuilles..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          12
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Philo pour tous

Jostein Gaarder fut au hit-parade des écrits philosophiques rendus accessibles au plus grand nombre avec un livre paru en 1995. Lequel?

Les Mystères de la patience
Le Monde de Sophie
Maya
Vita brevis

10 questions
364 lecteurs ont répondu
Thèmes : spiritualité , philosophieCréer un quiz sur ce livre