AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Jean-Luc Piningre (Traducteur)
ISBN : 2264043806
Éditeur : 10-18 (05/12/2006)

Note moyenne : 4.01/5 (sur 121 notes)
Résumé :

Avant d'être contraint de s'occuper de son fils, Sam Hall ne lui avait pas prêté beaucoup d'attention. Plus souvent dans les bars qu'après de sa famille, ce buveur, joueur et séducteur invétéré avait laissé à sa femme le soin d'élever seule le petit Ned.

Mais désormais, il n'a plus le choix, et le voilà flanqué d'un nouvel acolyte, haut comme trois pommes, qu'il va tenter d'élever sans renier son mode de vie. Commence alors pour Ned une drôle... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (13) Voir plus Ajouter une critique
tamara29
  03 juin 2017
Après « le déclin de l'empire Whiting », je poursuis ma découverte des romans de Richard Russo. Et autant le déclarer de suite, « 4 saisons à Mohawk » confirme que je ne vais pas m'arrêter de sitôt.
Dire que ce roman est une plongée dans l'Amérique profonde fait un brin cliché. Mais, c'est pourtant un peu le cas et ce n'est en rien un jugement négatif. « 4 saisons à Mohawk » raconte la relation entre un fils et un père, et ce, par les yeux de Ned, le fils.
De retour de la seconde guerre mondiale, le père Sam Hall est un homme différent, en proie aux démons de l'alcool et du jeu. Les parents finissent par se séparer, le père par quitter le domicile familial. La mère, fragile psychologiquement, en perdant ensuite son boulot, finit, elle, peu à peu, par sombrer dans la dépression, se bourrant de cachets. le père récupère alors l'enfant.
Et Ned va mettre le pied dans un autre monde, bien différent de ce qu'il avait vécu auparavant avec sa mère. Pas de règles. Les repas ne se passent plus dans le foyer mais dans des bars alentour où le père est un habitué apprécié ou parfois encore chez Eileen, la nouvelle petite amie de Sam. Pas d'obligation de se laver, de porter des habits propres, de faire ses devoirs, d'aller se coucher à l'heure. Des soirées souvent seul dans l'appartement quasi vide, le paternel étant avec ses potes à faire la tournée des bars. La vie de Sam Hall tourne autour de l'alcool, de cuites, de jeux et de paris en tout genre (poker, billard, etc.) et, de temps en temps, de nuits au poste de police. L'argent va et vient selon les saisons. le père est généreux avec ses amis, ne s'encombre pas de comptabilité ou de remboursement de dettes (qu'il doit ou qu'on lui doit).
Le monde de Sam est sans contrainte, libre et fier aussi. Pas le genre de père responsable ni modèle qu'il faudrait à l'éducation d'un petit garçon. Mais le choix de vie du père est peut-être aussi comme une sorte de bouffée d'air, une façon d'apprécier le quotidien, sans trop de prises de tête parce que la vie est assez compliquée comme ça pour s'imposer trop de règles strictes.
Le « P'tit Sam » est d'abord déstabilisé et intimidé par ce père taiseux, fort en gueule, avec un humour un peu pète-sec ou sarcastique, qui ne semble pas trop s'inquiéter du fils, qui l'emmène dans ses virées avec ses potes piliers de bar, sans vraiment trop s'occuper de lui. Assez rapidement, Ned s'habitue à ce nouvel environnement, faits de cette solitude, de son indépendance, des expériences qu'il fait par lui-même, de ces silences aussi peut-être moins mensongers que les paroles de sa mère, qui tente, elle, de se raconter des histoires ou que cela ne va pas si mal.
Les saisons passent, le fils grandit, apprend, se forge un caractère. Ned n'est pas toujours tendre quand il parle de ses parents, de ces deux mondes bien distincts. C'est cela aussi une famille.
Mais, au fil des mois et des années, sans que les choses soient vraiment dites, sans qu'il n'y ait jamais de vrais gestes tendres mais, à l'inverse, plutôt maladroits, on sent la relation se nouer entre eux. En filigrane, ils s'attachent l'un à l'autre, comme nous, on s'attache à ces deux-là. On reconnaît par de petites touches ce lien qui se fortifie, qui se bonifie. On reconnaît leur besoin l'un de l'autre. Une relation forte, protectrice, vraie. Un amour entre un père et un fils évident. Il suffit de gratter un tout petit peu la surface, de savoir lire les silences ou les plaisanteries faites entre eux, pour le voir apparaître, cet amour éclatant, vibrant.
Russo est de ces auteurs que j'apprécie particulièrement, comme les David Lodge, Paul Auster ou encore Russel Banks. Ces écrivains qui savent raconter des histoires, montrer la vie telle qu'elle est, peindre des portraits d'hommes et de femmes simples, du quotidien, avec parfois ces revers de fortunes, avec toutes ces failles et ces faiblesses, ces relations pas toujours évidentes, un peu brinquebalantes, quelque fois violentes. Mais, ce sont aussi des vies emplies de tout un tas de belles choses : une large dose d'humour (des anecdotes truculentes, dont je me suis régalée avec notamment Wussy, le pote de Sam), des moments de tendresse et de sensibilité, des moments émouvants partagés ensemble qu'on n'oublie pas… Et avec tout cet amour qui fait du bien, qui nous amène la petite larme à l'oeil ou le sourire jusqu'aux oreilles.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          300
GeorgesSmiley
  19 février 2020
Rares sont les livres qui, le dernier chapitre avalé, la dernière phrase lue et le dernier verre bu (autant le dire tout de suite, on boit beaucoup dans ce roman) vous tirent une larme. C'est le cas de ces Quatre saisons à Mohawk dans lequel le narrateur paye une dernière tournée à ce père, tellement éloigné de l'archétype idéal du pater familias, qu'il n'a pas choisi, mais qu'il a fini par aimer.
« Contrairement à beaucoup de soldats, mon père savait très bien ce qu'il voulait faire une fois la guerre finie. Il voulait boire, courir les filles et jouer aux courses. »
Entre ce père volage, fuyant, joueur et alcoolique, et une mère aimante mais dépressive et solitaire, l'enfance d'Ed, le narrateur, avait tout pour tourner au cauchemar. Ce roman, et c'est un tour de force, échappe à la noirceur d'un quotidien à priori désespérant pour dérouler la chronique, souvent gaie, toujours admirable de finesse et de sensibilité, de l'enfance et de l'adolescence d'un gamin de la classe populaire américaine des années soixante qui avait tout pour mal tourner et qui retombera sur ses pieds.
« Pendant un court moment, je suis redevenu son fils, le fils de cette curieuse femme qui avait fait de son mieux pour me sauver du probable. »
On retrouve, comme dans La Chute de l'empire Whiting, certains des thèmes et des décors chers à l'auteur. En premier lieu, il y a les femmes, dont on a tellement besoin, qu'on ne comprend pas, qui finissent par faire peur et dont on s'éloigne en s'accrochant à son verre et en se la racontant avec les autres piliers de bar. Ces femmes qui s'éloignent et qui ne sont plus là lorsqu'on se rend compte, bien trop tard, seul et prêt à crever comme un chien, qu'elles étaient une bénédiction.
« Mon père et Wussy étaient des hommes de Mohawk, c'est à dire que l'un et l'autre avaient un jour tourné le dos à une femme. Leurs compagnons étaient nombreux à en avoir abandonné plus d'une. La plupart se rendaient compte maintenant qu'ils avaient fait une connerie. Certains l'admettaient même au bout du énième verre. »
Il y a aussi le décor. L'action de l'Empire se passait beaucoup dans un grill-bar, institution tellement emblématique de l'Amérique populaire. Ici aussi, les Quatre saisons de Mohawk se déroulent la plupart du temps « Chez Mike », autour de Sam, le père, juché sur son tabouret au centre des discussions fumeuses des autres boit-sans-soif.
« A sa façon, le Grill a participé à mon éducation. J'y ai tout appris sur les chevaux et les pronostics. »
Mais il y a aussi, et c'est le thème principal du roman, ce père démissionnaire, capable de disparaitre sans un mot et de réapparaitre dix ans plus tard sans crier gare. Ce père qui vit au jour le jour, sans projets, sans attaches, et qui a toujours plus soif que faim…
"Fils !" a gueulé le pater lorsqu'il m'a aperçu. Il avait devant lui un verre de whisky vide et la bière qui va avec, à moitié pleine. Plein, lui, il l'était vraiment. »
…ce père, sans illusions sur lui-même (« Smooth lui a demandé : « Comment t'as fait pour avoir un fils aussi intelligent ? _ J'ai confié son éducation à sa mère. »), est tout de même attachant. Et le fils s'attache, de silences en réflexions amères (« j'ai quand même fait deux guerres, une contre les Allemands et une avec ta mère. »), l'affection est bien là, silencieuse mais réelle et solide quand les temps deviennent plus durs. Elle s'affirme et va grandissante jusqu'à la pirouette finale, la dernière phrase du roman, celle qui doit normalement, si vous êtes un père et que vous avez été un fils, déclencher votre flux lacrymal.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          173
carre
  14 mars 2012
Sam Hall, père absent se retrouve dans l'obligatiion de s'occuper de son fils Ted, alors que sa mère est hospitalisée. Mis face à ces responsabilités, commence une relation et une éducation loin du modèle familial car Sam, n'a pas l'intention de changer son train de vie (bars, jeux et femmes). Russo n'a pas son pareil pour nous faire aimer ces personnages, du duo aux personnages secondaires tout sonne vrai, Sam le père atypique, Ted, l'enfant en demande de repères et d'affection sont formidablement vivants et humains. Et petit à petit, la relation se tisse et l'éducation de Ted se fait malgré tout car Sam est au fond un être généreux. Russo décrit l'Amérique des petites gens avec une générosité et un talent de conteur hors pair. Bourrés de scènes cocasses, drôles, Russo nous emmène avec une grande virtuosité pour "4 saisons à Mohawk". Plaisir garanti.
Commenter  J’apprécie          220
thedoc
  22 avril 2016
Années 1960. Mohawk est une petite ville comme il en existe tant dans l'Etat de New York et sert de cadre à l'histoire de Ned, dit P'tit Sam, le narrateur.
Les parents de Ned sont séparés. Son père Sam, après avoir fait la guerre dans le Pacifique, est rentré au bercail avec l'intention de profiter de la vie, ce qui se résume à boire des coups avec les copains, courir les filles, jouer aux courses et pêcher. Il se souvient, épisodiquement, qu'il a un fils et lorsque cela lui arrive, il « kidnappe » son garçon de six ans pendant 24 heures. Avant de le ramener et lui faire un petit coucou de temps à autre… A dix ans, la mère de Ned fait une dépression nerveuse et c'est donc son père qui le prend sous sa coupe. Entre Sam et P'tit Sam, c'est une découverte. le jeune garçon découvre une toute autre vie, partagée entre l'école, les bars où l'entraîne son père et les parties de pêche à la truite. Ned garde également ses rêves d'enfant, notamment celui qui lui fait briller les yeux lorsqu'il regarde la « maison de diamants », la plus belle et grande maison de Mohawk, où vit la belle Tria Ward.
Enfance pittoresque et peu banale que celle de Ned, partagée entre un père peu fréquentable et une mère dépressive. Sam Hall, personnage haut en couleur pétri de nombreux défauts, très certainement impossible à vivre pour sa femme Jenny, n'en est pas moins un père généreux et attachant. Il ne sera pas du genre à réclamer à Ned de se laver les mains avant de passer à table mais il lui apprendra les plaisirs de la pêche et autres amusements divers. Entre deux taloches pour remettre les idées en place… Les dialogues entre le père et le fils ne sentent pas la guimauve et c'est tant mieux. Ils sont avant tout savoureux, drôles et naturels.
Entre fresque sociale et chronique familiale, Richard Russo sait avec talent et sensibilité dépeindre la vie de la middle-class et décrire les joies et revers des paumés de la grande Amérique. La vie quotidienne des habitants de cette petite bourgade ne nous ennuie pas un instant et on entre de plain pied à leur côté. Personnages touchants, humains et réalistes, Ned, son père et les autres nous offrent un très bon moment de lecture.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          130
Aurobindo
  27 janvier 2015
Le véritable héros de ce livre est le père du narrateur.
A 13 ans, Ned devra vivre avec celui qui a refusé de divorcer d'avec sa mère et vit une vie d'anarchiste et d'anarchie, dans une petite ville paumée où ne s'est pas arrêté le boom économique.
La mère a bien tiré au pistolet une fois sur Sam Hall, le père, pétant le pare-brise et un pneu d'une grosse voiture qui a de l'allure, même déglinguée et vieille.
Mais l'affaire est sans suite, pas de psys ou de flics. On est aux USA aux années 50, et pas en France, et on a le droit encore de péter un câble sans que toutes les institutions bien-pensantes s'en émeuvent et vous broient.
Y a encore un peu de liberté chez le petit monde que décrit Russo.
Pourtant la mère est fragile, connaîtra la dépression, et finira par ne plus pouvoir assumer la garde du gamin, dès lors confié au père.
C'est-à-dire au mieux livré à lui-même, mais le plus souvent suivant le paternel dans des histoires abracadabrantesques.
C'est un festival ce père, travailleur mais éternel bringueur et anar. Entre deux bières et deux whiskys, entouré de personnages tous plus ou moins fantasques et attendrissants.
J'en dis pas plus.
Russo a l'art de vous faire aimer ses personnages, les petits, les piliers de bar, on dirait l'Amérique profonde, les exploités du système, les laissés-pour-compte. le fils grandit et finit par adorer son père.
J'en écoute Elvis, depuis.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          100
Citations et extraits (32) Voir plus Ajouter une citation
GeorgesSmileyGeorgesSmiley   18 février 2020
Wussy disparaissait sans cesse, parfois jusqu'à une demi-heure de suite. A mon avis, il n'était pas franchement à l'aise de partager cette dernière journée familiale. Ou peut-être pensait-il que nous avions des choses à nous dire, mon père et moi, avant mon départ. Cela ne devait pas être le cas, car nous n'avons parlé de rien, et nous étions l'un et l'autre soulagés quand il revenait. Je m'étais résigné à ce que le pater, invariablement, mette quelqu'un entre nous dès que nous étions censés passer du temps ensemble. Je n'avais pas trop cherché à comprendre, je n'en avais pas envie, mais j'ai toujours pressenti que nous avions peur. Avec de longues heures devant nous, et peu à faire, nous aurions été tentés de discuter. De lâcher des choses. D'évoquer hier, aujourd'hui, de se demander pourquoi, et pourquoi pas. Il incombait à Wussy de nous épargner ça.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
GeorgesSmileyGeorgesSmiley   17 février 2020
"Cet homme est si bon pour moi. Si au moins je pouvais l'aimer.
_ Ca, il est fou de toi, ai-je répondu avec la nonchalance feinte d'une expression soigneusement choisie.
_ Je sais. C'est affreux.
_ C'est affreux d'être aimé ?
_ Oui, a-t-elle dit en regardant ailleurs. Moi, je voudrais ... un amour qui me ressemble."
Un amour qui lui ressemble. Il y avait là un mélange de simplicité, d'impudeur et d'arrogance qui m'a coupé le souffle. Cela paraissait ce jour-là et aujourd'hui encore, un voeu légitime, mais qu'il fallait être idiot au dernier degré, ou d'une naïveté sans borne, pour formuler.
"Ne t'inquiète pas. Je ne suis pas tout le temps comme ça. Je peux remercier ton grand-père."
La remarque m'a pris au dépourvu, bien qu'elle n'aurait pas dû.
"Tu ne te souviens pas ? m'a-t-elle demandé avec un sourire tordu, les yeux mi-clos, comme si elle contemplait une horreur.
_ Non." J'avais pourtant une idée.
"La Fête foraine, Mange-ta-dinde, l'Hiver, a-t-elle prononcé.
_ Tu oublies le Quatre-Juillet.
_ Non. Parce qu'il n'y en a plus. Depuis longtemps."
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
GeorgesSmileyGeorgesSmiley   17 février 2020
Evidemment, mon père l'avait mis à contribution, car Wussy savait arranger un toit, de la même façon qu'il savait réparer à peu près tout. Sauf erreur de ma part, il en savait même plus long que le pater, toujours d'avis pour ces choses que :"Ca peut pas être bien sorcier." C'avait dû être épatant de les voir s'initier à la sorcellerie, tiens. Le torse et les épaules nus, sans compter le goudron brûlant qui ajoutait à la chaleur. Je vois d'ici papa décidé à bâcler les tâches les plus délicates, et Wussy les yeux au ciel, s'efforçant de limiter les dégâts. D'éviter le pire par quelques plaisanteries bien placées. Pendant qu'on lui servait à tout va du "pauvre con de nègre" en guise de récompense. Toutes les demi-heures environ, Eileen sortait de chez elle et faisait quelques pas dans l'allée pour voir où ça en était, écouter leurs invectives. A quoi Wussy répondait qu'il aurait fini depuis une heure s'il n'avait pas eu quelqu'un pour l'aider.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
GeorgesSmileyGeorgesSmiley   18 février 2020
Mon père et Wussy étaient des hommes de Mohawk, c'est à dire que l'un et l'autre avaient un jour tourné le dos à une femme. Leurs compagnons étaient nombreux à en avoir abandonné plus d'une. La plupart se rendaient compte maintenant qu'ils avaient fait une connerie. Certains l'admettaient même au bout du énième verre. Il en était aussi, comme Skinny Donovan, qui avaient essayé de revenir, trente ans après, auprès d'une compagne qui, en fait, n'existait plus, qui était devenue acariâtre, ou lubrique, ou folle d'avoir élevé seule ses enfants, desséchée d'avoir couru d'un job au suivant.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
GeorgesSmileyGeorgesSmiley   19 février 2020
Il avait attendu mon retour au comptoir de chez Mickey, en face. "Ca tient du miracle de se saouler la gueule dans cette ville (New York), a-t-il dit en guise de bonjour quand je l'ai retrouvé à mi-chemin dans l'escalier. Je demande une bouteille de bière, c'est deux dollars cinquante. Je dis au barman que j'en veux une, pas le pack entier, et il me répond tant mieux parce que, à ce prix-là, c'est une bière."
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Videos de Richard Russo (10) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Richard Russo
« David Hedges était vraiment dans une mauvaise passe. Soren l?avait quitté après cinq ans de vie commune, il avait pris du poids, et entre ces deux faits navrants il s?était réveillé un matin en s?apercevant qu?il n?avait plus vingt ans. Ni quarante. La dernière personne dont il s?attendait à avoir des nouvelles, c?était bien Julie Fiske. Oh, Julie. À partir des bribes d?informations qu?il avait pu assembler, il était parvenu à la conclusion qu?elle était heureuse : un mari (le second), une fille adolescente, une grande maison au nord de Boston donnant sur l?océan. La vie avait finalement bien tourné pour elle, semblait-il. Il s?était inquiété par le passé qu?elle n?ait choisi la mauvaise voie et joué de malchance, après l?erreur qu?avait constituée l?expérience aussi brève que malavisée de son premier mariage. Avec lui. » Quand David reçoit un appel de son ex-femme pour qu?il l?aide à planifier l?avenir universitaire de sa fille, lui dont c?est le métier, il n?hésite pas une seconde. Rien ne le retient à San Francisco. Alors il rejoint Julie à l?autre bout du pays, et tous deux reprennent exactement là où ils en étaient trente ans plus tôt : à finir chacun les phrases de l?autre.
« Un mélange à la fois riche et subtil de personnages hauts en couleur, de dialogues hilarants et de critique sociale acérée. » Richard Russo.
+ Lire la suite
autres livres classés : relation père-filsVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Dead or Alive ?

Harlan Coben

Alive (vivant)
Dead (mort)

20 questions
1324 lecteurs ont répondu
Thèmes : auteur américain , littérature américaine , états-unisCréer un quiz sur ce livre