AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontres
EAN : 9791037105196
400 pages
La Table ronde (27/08/2020)
3.82/5   409 notes
Résumé :
Le 1er décembre 1969, Teddy, Lincoln et Mickey, étudiants boursiers dans une fac huppée de la côte Est, voient leur destin se jouer en direct à la télévision alors qu'ils assistent, comme des millions d'Américains, au tirage au sort qui déterminera l'ordre d'appel au service militaire de la guerre du Vietnam. Un an et demi plus tard, diplôme en poche, ils passent un dernier week-end ensemble à Martha's Vineyard, dans la maison de vacances de Lincoln, en compagnie de... >Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura
Critiques, Analyses et Avis (150) Voir plus Ajouter une critique
3,82

sur 409 notes

Kirzy
  21 novembre 2020

°°° Rentrée littéraire 2020 # 38 °°°
La scène d'ouverture est superbe. 3 amis, étudiants boursiers dans une université huppée du Connecticut regardent la télévision depuis la cuisine de la sororité dans laquelle ils travaillent. Nous sommes le 1er décembre 1969 et c'est la draft lotery, le tirage au sort par dates de naissance pour l'enrôlement dans l'armée américaine avec la guerre du Vietnam comme horizon. Mickey se retrouve avec le numéro 9. Aucune chance d'y échapper alors que Teddy et Lincoln devraient pouvoir éviter la boucherie.
A partir de là, Richard Russo nous immerge dans les destins croisés de ces trois amis dont la vie, façonnée par le hasard, la chance mais aussi les décisions de chacun – judicieuses ou pas – est présentée rétrospectivement. Ils ont désormais 66 ans, c'est la fin de la présidence Obama, et ils se retrouvent une dernière fois dans la maison de Martha's Vineyard avant que Lincoln ne la mette en vente.
Et l'auteur prend son temps. Comme narrateur omniscient, il présente longuement ces trois personnages, alternant les points de vue, passé / présent, pour révéler, couche après couche, tous les secrets d'une vie, les regrets, les souvenirs obsédants. A chaque fois que je lis Russo, je suis frappée par son oeil infaillible pour parler des hommes, et toujours avec un humour doux et intelligent  : rarement un auteur parle aussi bien d'eux, de ce qu'ils pensent, de leurs failles autour de thématiques comme l'amitié masculine, la relation père-fils, les idéaux envolés et le déterminisme social. Les trois univers masculins sont observés avec une délicatesse classieuse et une empathie humaniste remarquable qui rend compte de toutes les textures d'une vie. A ce propos, Teddy est sans doute le personnage le plus intéressant car le plus complexe.
A cette intrigue très intimiste, Richard Russo adjoint un mystère : celui de la disparition de Jacy lors d'un week-end à Martha's Vineyard, en 1971 pour fêter les diplômes obtenues et convaincre Mickey de fuir au Canada pour éviter le Vietnam. Jacy, c'est une femme « magique », celle dont les trois amis sont éperdument amoureux et espèrent qu'elle les choisira. Elle disparaît sans jamais reparaître et plus de quarante ans après, ils ne l'ont jamais oublié. S'est-elle suicidée ? A-t-elle été assassinée ? Un accident ? Au départ, ce mystère tourne autour du récit, sur ses marges, puis il s'infiltre au coeur du roman comme un révélateur des trajectoires de vie qui se croisent. Son dénouement n'est pas le plus réussi dans le roman, je ne l'ai pas trouvé crédible du tout pour tenir ainsi sur plus de quarante ans.
Mais peu importe. Ce n'est pas cela qui intéresse l'auteur, ni le suspense que cet arc narratif aurait pu introduire. Ce qu'on retient, c'est le questionnement constant de personnages fouillant dans leur mémoire afin de savoir qui ils sont et comment ils sont devenus ce qu'ils sont en 2015. A l'issu du roman, ces multiples questions restent non résolues. Mais une porte s'est ouverte. Celle de l'acceptation qui surmonte les regrets et la résignation. Celle d'une rédemption qui libère, pourtant pleine de désenchantement et de nostalgie. Celle d'une possible réinvention, même tardive, teintée de mélancolie douce amère.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          13112
michemuche
  04 octobre 2020
Lincoln, Teddy et Mickey se sont connus à l'université de Minerva, tous les trois issus de milieux sociaux différents travaillent comme serveurs dans une sororité du campus. Jacy membre des Thêta va se lier avec les trois garçons. la devise du groupe " un pour tous tous pour un ".
1969, la guerre du Vietnam bat son plein, les quatre mousquetaires sont devant la télé pour assister aux tirages au sort des futurs appelés.
1971, la remise des diplômes veut dire l'incorporation pour les étudiants et le voyage vers l'enfer. Un dernier week-end sur l'ile de Martha's Vineyard dans la maison familiale de Lincoln. L'ambiance est plutôt morose, la fin du parcours, les chemins qui se séparent, l'amour que partagent secrètement les trois garçons pour Jacy.
Quarante cinq ans plus tard Lincoln Teddy et Mickey se retrouvent sur l'ile, ils ont vieilli, la vie ne les a pas épargné, seule Jacy manque à l'appel.
Dans ce dernier roman de Richard Russo " Retour à Martha's Vineyard " on découvre avec bonheur une nouvelle écriture de l'auteur de " le déclin de l'empire Whiting " . Un roman Chorale comme je les aime, des voyages dans ces trois décennies où l'on découvre la psychologie des personnages, dans la complexité à s'ouvrir aux autres. Une ambiance très sixties, l'amour et l'amitié se côtoient et le fantôme de Jacy qui les hante.
Une fois de plus j'ai été mené par le bout du nez par Richard Russo, le don qu'a l'écrivain de nous questionner sur notre propre existence. C'est difficile de quitter un livre qui nous a absorbé, où l'on est emporté par l'histoire, l'empathie des personnages.
" Quand on découvre que la vérité n'est que mensonge" Some body to love de Jefferson airplane.
La vérité vous la découvrirez mais à quel prix ?
Je trouve que la fin du roman pourrait laisser penser à une suite, ça n'engage que moi.
Merci à Babelio et son opération masse critique et je remercie la maison d'Edition de la table ronde pour le joli cadeau qu'est ce livre.
,
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10510
Melpomene125
  26 octobre 2021
Chances are… Il y a des chances… Tel est le titre original de Retour à Martha's Vineyard, comme dans la chanson de Johnny Mathis :
Chances are, 'cause I wear that silly grin
The moment you come into view
Chances are you think that I'm in love with you
Il y a des chances, car j'ai ce sourire idiot
Au moment où tu es en vue
Il y a des chances que tu penses que je suis amoureux de toi […]
Guess you feel you'll always be
the one and only one for me
and if you think you could,
well, chances are your chances are awfully good
The chances are your chances are awfully good
Je suppose que tu sens que tu seras toujours
Le seul et unique pour moi
Et si tu penses que tu en es capable
Alors il y a des chances pour que tes chances soient terriblement bonnes
Il y a des chances pour que tes chances soient terriblement bonnes
Dans ce roman, le personnage de Jacy inspire à trois amis des sentiments amoureux qu'ils n'osent s'avouer car ce serait trahir les deux autres.
La figure de Jacy, jeune femme fougueuse, qui chantait sur scène avec un charisme presque similaire à celui de Tina Turner, domine ce roman. Elle brille par son absence car elle a disparu au début des années soixante-dix. Que lui est-il arrivé ?
Plus de quarante ans plus tard, Teddy, Lincoln et Mickey sont réunis sur l'île de Martha's Vineyard, comme le jour de la disparition de Jacy. Lincoln veut vendre la maison familiale. Les trois sexagénaires demeurent hantés par cette jeune femme, même si chacun a construit plus ou moins sa vie de son côté.
C'est le premier roman de Richard Russo que je lis et j'ai beaucoup aimé la manière dont il dresse le portrait de ses personnages, la finesse de l'analyse psychologique. Il émane de ce texte bien écrit, bien traduit de la nostalgie, de la mélancolie, mais aussi, vers la fin, une impression d'apaisement, de paix retrouvée.
Les souvenirs de la jeunesse sont parfois source de douleur, d'anxiété car, à l'époque, la guerre du Vietnam faisait rage et les jeunes hommes étaient tirés au sort pour aller se battre. Les différences de statut social sont aussi évoquées avec justesse, ainsi que les problèmes qu'elles peuvent générer.
Retour à Martha's Vineyard est un roman que j'ai trouvé captivant sur l'amitié masculine. Richard Russo sait créer une atmosphère autour de ces sexagénaires, dont Mickey, le rockeur, qui rend hommage à Jacy sur scène en chantant à tue-tête, en « braillant », comme à l'époque, « Nutbush City Limits », le « vieux standard de Tina Turner ». Ce passage, vu à travers les yeux de Teddy, est festif, malgré la mélancolie qui habite ce dernier. C'était lui le plus amoureux de Jacy, lui qui se souvient de leur brève et fugace étreinte, marquée par le sceau d'une tragédie intime, contre laquelle Teddy ne peut rien.
« Euphorie si lointaine, et si brève. Et, à l'instar de la vie elle-même, terminée avant même que l'on puisse la comprendre totalement. Une arnaque, en fait. »
Ce roman tantôt poignant et émouvant tantôt enjoué et joyeux offre une belle réflexion sur la fatalité, le hasard et la place du libre arbitre dans nos existences.
« Ça force à s'interroger. Supposons que les secondes chances existent. Si on disposait tous de plusieurs vies, seraient-elles différentes ? » Lorsque la voiture qui le précède avance au ralenti, Lincoln enclenche la première. «Ou bien exactement semblables ?»
Merci aux ami(e)s lecteurs, lectrices qui l'ont lu et, par leurs chroniques, m'ont donné à mon tour envie de le découvrir! 😀

Lien : https://laurebarachin.over-b..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          9217
marina53
  10 mars 2022
Mickey, Lincoln et Teddy se sont connus, dans les années 60, sur les bancs de l'université de Minerva, pourtant loin de leur lieu d'enfance. Une très forte amitié les lie malgré leurs différences sociales. Travaillant dans la sororité du campus, Teddy et Lincoln en tant que serveurs et Mickey à la plonge, ils font la connaissance de Jacy, membre des Theta. Si tous les trois en sont épris, aucun ne se déclarera et la jeune femme disparaitra mystérieusement, peu après la remise des diplômes, alors que les quatre amis passent le week-end du Memorial Day sur l'île de Martha's Vineyard...
Quarante-quatre ans plus tard, les trois vieux amis se retrouvent sur l'île, dans la maison de Lincoln, à Chilmark, que celui-ci a hérité de sa mère. Un week-end comme au bon vieux temps... Si chacun a réussi à mener sa petite vie, aucun n'a oublié Jacy...
Du tirage au sort, en 1969, des futurs enrôlés pour le Vietnam qui aura, inévitablement des conséquences sur l'avenir de chacun, à ce week-end de retrouvailles quatre décennies plus tard, Richard Russo déroule une fresque romanesque emplie de tendresse, de nostalgie, d'amitié et d'une certaine mélancolie. Donnant alternativement la voix à Lincoln et Teddy, Mickey n'ayant voix qu'au cours d'un seul chapitre (mais ô combien important), il dévoile, petit à petit, le passé de chacun, leurs souvenirs, les choix qu'ils ont faits, l'influence familiale, les rêves déchus mais aussi les regrets qui les tiraillent maintenant que plus de quarante ans ont passé. Chacun a-t-il fait le bon choix ? A-t-il suivi la voie qu'il souhaitait ? Sur fond de disparition inquiétante, à laquelle Lincoln tentera, enfin, de trouver des réponses, ce roman , profondément humain, dépeint une très belle histoire d'amitié et d'amour au travers de personnages inoubliables.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          800
viou1108_aka_voyagesaufildespages
  30 août 2021
En 1969, Lincoln, Teddy et Max sont étudiants boursiers à Minerva, université huppée du Connecticut. le 1er décembre, ils suivent en direct à la télévision le tirage au sort, selon les dates de naissance, des futurs enrôlés pour l'armée, avec la guerre du Vietnam comme probable destination finale pour les premiers appelés. Max tire un mauvais numéro.
En mai 1971, les trois inséparables fêtent leur diplôme dans la maison de vacances de Lincoln, sur l'île de Martha's Vineyard, avec Jacy, leur amie de fac dont ils sont tous trois éperdument amoureux. Pendant le week-end, sans doute le dernier qu'ils passent ensemble, il règne une atmosphère de fin d'époque, avec la fin des études (et de leur amitié?) et l'entrée dans la vraie vie et les questionnements qui l'accompagnent : qu'en faire, justement, de cette vie, alors que la guerre n'est toujours pas terminée et que Max y sera appelé, et les deux autres peut-être aussi ? Mais surtout il y a l'espoir fou et secret des garçons : que Jacy choisisse enfin l'un d'eux. Espoir déçu, puisque Jacy disparaît sans laisser de traces à la fin du week-end.
Septembre 2015 : Lincoln, désormais agent immobilier à Las Vegas et patriarche d'une famille nombreuse, s'apprête à vendre la maison de Martha's Vineyard, mais veut y passer un dernier week-end avec Teddy et Max. Restés en contact de loin en loin au cours de ces années, les trois mousquetaires se retrouvent et avec eux, leurs souvenirs, et le mystère de la disparition de Jacy. Presque par hasard (mais y a-t-il un hasard?), Lincoln interroge un flic de l'époque et tire ainsi le fil d'Ariane qui les mènera à la vérité.
Mais "Retour à Martha's Vineyard" est bien plus que la captivante résolution d'un mystère après 45 ans d'interrogations. C'est l'histoire d'une amitié inébranlable malgré le temps et la distance. C'est le récit des vies de trois jeunes hommes qui auraient tout aussi bien pu ne jamais se rencontrer et dont les vies auraient pu être totalement différentes, mais que le hasard (le hasard?) a réunis et a fait tomber amoureux de la même fille. L'histoire de trois hommes et une femme, de leur enfance entre des parents qui ont fait du mieux qu'ils le pensaient (mais certains parents pensent très mal), de leurs vies d'étudiants puis d'adultes jusqu'au seuil de la vieillesse. Les choix qu'ils ont faits, ceux qu'ils auraient dû faire ou pas, les causes et les conséquences, le libre arbitre ou le destin, les lâchetés et le courage ordinaire, les renoncements, les espoirs, les désillusions.
Avec un grand souffle romanesque, ce talentueux conteur qu'est Richard Russo nous berce dans la nostalgie et le désenchantement, et nous emporte dans l'intime et la mémoire de ses personnages. Avec le flot de questionnements sur qui ils sont, qui ils ont été et s'ils sont restés les mêmes, sur ce qu'est une vie réussie ou heureuse, ils nous montrent que malgré le prix à payer parfois, il n'est jamais trop tard pour s'accepter, se libérer, et vivre.
En partenariat avec les Editions 10/18 via Netgalley.
#RetouràMarthasVineyard #NetGalleyFrance
Lien : https://voyagesaufildespages..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          630


critiques presse (1)
LeSoir   07 décembre 2020
Dans un roman mélancolique, l'écrivain américain raconte une histoire d'amitié scellée, à la fin des années 1960, dans une université du Connecticut.
Lire la critique sur le site : LeSoir
Citations et extraits (133) Voir plus Ajouter une citation
marina53marina53   11 mars 2022
Je crois (…) qu'il y a un tas de choses qu'on ignore sur les gens, même ceux qu'on aime. Il y a des choses que je ne t'ai jamais dites sur moi, et il y a probablement des choses qui ne me regardent pas, dont tu ne m'as jamais parlé. Hélas, toutes ces choses que nous gardons secrètes sont souvent au cœur de notre personnalité.
Commenter  J’apprécie          320
ZilizZiliz   22 septembre 2021
« OK, impressionne-moi, dit Mickey à Teddy. Qu'est-ce que tu écoutes ?
- Du rock principalement.
- Genre ?
- The Decemberists. Belle & Sebastian. Mumford & Sons.
- De la musique de pédés.
- On emploie encore ce mot ? s'étonne Teddy. Des types comme nous, qui ont fait des études ? »
Mickey ignore cette intervention.
« C'est de la merde de hipster. Les gens qui écoutent cette daube boivent des 'latte' au potiron et aux épices. Quoi d'autre ? Tu n'écoutes jamais de la VRAIE musique ? »
Teddy hausse les épaules.
« Si, des songwriters. Tom Waits. Leonard Cohen. Josh Ritter. Le Boss, évidemment.
- OK, concède Mickey. Ça, je respecte. »
(p. 96)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          156
michemuchemichemuche   03 octobre 2020
Peut-être était-ce le but non formulé de l’éducation : inciter les gens jeunes à voir le monde à travers les yeux fatigués de la vieillesse ; la déception, l’épuisement et l’échec prenant l’apparence de la sagesse.
Commenter  J’apprécie          423
michemuchemichemuche   25 septembre 2020
S’opposer à son père, c’était comme essayer de mettre un chat dans un sac: il y avait toujours une patte qui sortait, et au bout de cette patte, il y avait des griffes.
Commenter  J’apprécie          482
SeriallectriceSVSeriallectriceSV   09 décembre 2020
Mais voilà le problème avec les mensonges, hein ? Pris séparément, ils ne pèsent pas lourd, sauf qu'on ne sait jamais combien il va falloir en raconter pour se protéger le premier, et bien sûr, ils s'additionnent. Avec le temps, ils se mélangent, jusqu'au jour où on se rend compte qu'ils n'ont plus d'importance en tant que tels. Mentir est devenu notre seconde nature. Et la personne à qui on ment le plus, c'est soi-même.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          182

Videos de Richard Russo (17) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Richard Russo
Vidéo de Richard Russo
autres livres classés : disparitionVoir plus
Notre sélection Littérature étrangère Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura





Quiz Voir plus

Quelle guerre ?

Autant en emporte le vent, de Margaret Mitchell

la guerre hispano américaine
la guerre d'indépendance américaine
la guerre de sécession
la guerre des pâtissiers

12 questions
2675 lecteurs ont répondu
Thèmes : guerre , histoire militaire , histoireCréer un quiz sur ce livre