AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
>

Critique de cardabelle


cardabelle
  28 février 2021
.
Ce portrait de famille ouvrière , brossé au coeur de la société d'après- guerre , nous amène vers un travail de mémoire ou de découverte .

Une chronique autobiographique qui est un témoignage nous rappelant que , malgré le plein emploi , la vie quotidienne était pour beaucoup un parcours du combattant : on a longtemps cruellement manqué de logements , il y avait des pénuries , des rationnements et les tickets d'approvisionnement sont restés plusieurs années après la fin de la guerre .
C'est dans ces conditions que va débuter la vie du jeune Alain en 1948 .

Son père , va d'abord jouer les aventuriers sur les mers pour chercher fortune . Ensuite , il devra rester à terre mais changera sans cesse d'emploi et de région imposant sans état d'âme une vie mouvementée à sa famille de plus en plus nombreuse .
Sa mère , femme au foyer supporte absolument toute la charge de l'intendance et de l'éducation .
Elle supporte tout . Vraiment tout .

La trame du récit est constituée de souvenirs , d'anecdotes personnelles et familiales . Mais , elle s'enrichit en permanence de chroniques historiques , politiques , sociétales , judiciaires , culturelles , se voulant le fidèle témoin d'une époque .
On est au début des "trente glorieuses" .

Glorieuses , enfin pas pour tout le monde . On sent l'auteur fort touché par la condition féminine : la vie de sa mère et de ses soeurs le heurte dès le plus jeune âge .

A travers ce récit , il dénonce les injustices et les difficultés des femmes des classes modestes et moyennes .
Pas de contraception , un mari égocentrique et en 20 ans environ , il en résulte 6 ou 7 grossesses et dix-huit avortements clandestins !
Bref , la famille n'a pas rigolé tous les jours même si , peu à peu , le confort s'améliore .

C'est une lecture très riche qui va surtout ravir les alsaciens , les marseillais ou les stéphanois . Ils pourront y retrouver détaillés par le menu rues , quartiers , écoles etc...
Mais , moi , ne connaissant pas du tout ces villes , j'ai parfois un peu peiné à poursuivre la lecture . de même , trop souvent , j'ai regretté que le récit se soit encombré d'anecdotes et de précisions trop personnelles , importantes pour l'auteur sans doute mais sans intérêt apparent pour le lecteur .
Dommage , le texte s'en trouve un peu alourdi .

Mais , dans l'ensemble , j'ai aimé l'écriture d' Alain Rustenholz .
Derrière un apparent détachement , beaucoup de finesse , de sensibilité , de profondeur aussi et parfois , c'est une trop forte émotion qui va mal se dissimuler derrière la dérision ou l'humour .
Un beau portrait de femme . Un grand hommage à sa mère .
Voilà ce que je retiens de cette lecture émouvante .
Sans oublier de saluer , bien entendu , le minutieux travail d'investigation .

Lu dans le cadre de Masse Critique , c'est avec plaisir que je remercie les Editions La Déviation et l'équipe Babelio .
Commenter  J’apprécie          610



Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Ont apprécié cette critique (60)voir plus