AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782278085651
256 pages
Éditeur : Didier Jeunesse (09/05/2018)
3.16/5   34 notes
Résumé :
La vie est parfois surprenante. Voire carrément époustouflante.
Andréas n’avait pas vraiment prévu de passer quinze jours de vacances en compagnie de sa correspondante anglaise, et encore moins de troquer la fréquentation du skate-park contre celle des musées. Direction l’aéroport.
« Merci papa, merci maman, j’ai juste envie de vous tuer ! » Remarquez, il n’avait pas non plus prévu de rentrer de l’aéroport sans ses parents, et encore moins de devoir se... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (23) Voir plus Ajouter une critique
3,16

sur 34 notes
5
2 avis
4
7 avis
3
6 avis
2
3 avis
1
1 avis

domi_troizarsouilles
  06 avril 2021
Je n'ai pas encore fini ce livre, j'en suis à 48%, mais mon avis est déjà (en grande partie) fait ! … et après être arrivée à la fin : je confirme ! Ce livre est un concentré d'aventures rocambolesques, tout à fait improbables, loufoques, invraisemblables. Deux ados qui prennent un avion intercontinental sans aucun adulte avec eux : mais oui c'est normal ; ils n'ont même pas une égratignure après le crash du petit monomoteur qu'ils ont réussi à piloter eux-mêmes : ça aussi c'est normal ! Ce ne sont là que deux exemples, a priori rédhibitoires, et pourtant on les accepte, car tout se passe à un rythme super-accéléré ! Nos deux héros, bien sympathiques au demeurant, n'ont pas une seule seconde pour respirer, ça va de rebondissement en rebondissement sans la moindre opportunité de se poser, et on a envie de les suivre, de découvrir quelle nouvelle tuile irréaliste va leur tomber dessus – au final on ne s'inquiète pas : aucune n'est vraiment grave, puisqu'ils parviennent à s'échapper de toutes ces situations dramatico-irréelles.
L'écriture est donc très entraînante, mais je ne parlerais pas de fluidité… On dirait que cet auteur s'efforce de « parler jeune », et ça ne passe pas tout à fait. C'est un peu comme s'il considérait que les jeunes lecteurs ne sont pas capables de s'intéresser à de la vraie littérature, et dès lors aurait écrit quelque chose qu'il juge à leur niveau depuis sa hauteur de prof de français : alors oui, c'est sympa, mais c'est vraiment dommage. le rythme et la cadence de ce livre, en plus de toutes les situations incroyables que vivent les deux héros, se suffisent à eux-mêmes, il n'y avait pas besoin en plus de s'exprimer comme un ado pré-pubère – pour des protagonistes qui sont sensés avoir 15-16 ans, soit dit en passant.
Mais pour moi ce n'est pas là le pire… En fait, ce livre est aussi sous-tendu d'un certain humour, relevé dans la majorité des commentaires que j'ai lus à son sujet. Mais moi, cet humour à l'emporte-pièce, sans aucune finesse, il ne me fait pas rire… et encore moins ici, car souvent ces tentatives d'esprit (si on peut dire…) prennent leur source dans des clichés extrêmement stéréotypés. On se moque de tout et surtout de tous, mais à coups de grosses louches : le mauvais goût des Anglais à travers le look de Mary la première fois qu'elle apparaît à Andréas, les méchants touristes américains qui donnent une piécette aux pauvres petits mendiants Brésiliens, les indiens de la forêt amazonienne qui pratiqueraient encore les sacrifices humains – non mais sérieusement, c'est sensé être marrant, tout cela ? ou est-ce moi qui suis mauvaise joueuse ? Oh ! un peu de temps en temps, j'aurais souri, peut-être même vraiment ri… mais c'est ainsi sans arrêt, à toutes les pages (ou presque). L'auteur donne l'impression de lancer des salves d'humour à tort et à travers alors qu'il ne sait pas viser, et ça éclate sur les murs en dégoulinant d'un certain national-nombrilisme de bas-étage… Et bien sûr, ce qui me fait particulièrement bisquer : « Sur l'échelle des performances, faire sourire une Anglaise, c'est comme faire se tordre de rire une Belge. » Ah mais c'est certain : avec un soi-disant humour aussi grossier, moi la Belge, je ne risque pas de me tordre de rire, tant je suis consternée ! Seule la « réflexion » sur le foot pourrait me réconcilier avec tout cela : « Un sport stupide, joué par des crétins milliardaires pour des débiles qui n'ont rien à bouffer. » Là, je suis plutôt d'accord – mais hélas, la forme me paraît particulièrement inappropriée, même (et surtout !) quand on s'adresse à un public « Jeunesse »…
Lecture finie : ce malaise à propos des clichés trop faciles et/ou sans queue ni tête, répétés à l'envi, se confirme dans la deuxième moitié de la lecture : les nuits anglaises qui seraient plus sombres que les autres (ah bon ?) ou les chauves qui seraient plus gentils que les chevelus (re-ah bon ?) … et, bien sûr, quelques autres fournées de blagues belges inutiles. Au risque de me répéter : suis-je donc tellement susceptible ? Voyons voir : vous habitez Strasbourg ? remplacez « Belges » par « Alsaciens » ; vous êtes Rennais ? remplacez « Belges » par « Bretons » ; vous êtes Ajacciens ? remplacez « Belges » par « Corses » ; vous êtes Montréalais ? remplacez « Belges » par « Québecois »… ok, vous avez compris l'idée. Alors lisez cet exemple parmi d'autres, en adaptant : « Vous êtes frère et soeurs tous les trois. Et belges. Personne ne se méfie des Belges. » et ça continue encore un peu plus loin, dans tout un dialogue. Sans arrêt, des piques déguisées envers l'un ou l'autre, sous le prétexte de l'humour. Ce n'est même pas méchant, on est bien d'accord, c'est juste complètement agaçant, sentiment accentué par la répétition, et stupide. Pour le dire autrement : que vous me croyiez ou non, j'ai apprécié (à leur juste valeur) les bonnes vieilles blagues belges de Coluche, sur scène, de la part d'une personnalité qui pouvait se le permettre ; mais ce genre de dérive n'a rien à faire dans un livre, encore moins destiné à la Jeunesse, encore moins de la part d'un prof de français.
Avec ça, la fin ne m'a pas du tout convaincue, elle est encore plus farfelue que tout le reste et fait voler en éclats les quelques garde-fous que l'auteur avait vaguement veillé à mettre en place, à propos des dérives d'une recherche scientifique hors de tout contrôle éthique. Mais là, pif paf pouf ! on fonce allègrement dans le grand n'importe quoi. Une fin que, par ailleurs, on sentait venir à plein nez dès les 75% du livre, c'était amené avec des clignotants gros comme des potirons, sans aucune subtilité. Ainsi donc, malgré ses nombreux rebondissements plein d'entrain, malgré les personnages principaux à qui on s'attache e dépit de l'invraisemblance de leurs aventures, tout ce potentiel qui a été exploité en grand n'importe quoi fait que ce livre n'est rien d'autre qu'un torchon.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Gaoulette
  04 juin 2018
Je remercie Babelio et les Editions Didier Jeunesse pour cette masse critique. Comme à chaque fois, la sélection est une surprise et cette fois elle est double. Pascal Ruter je l'ai découvert avec mon énorme coup de coeur pour Barracuda For ever. Une plume burlesque. Je voulais le lire à tout prix et Babélio l'a fait. Encore merci.
Pour un retour, l'humour Pascal Ruter est toujours présent et les crises de rire aussi.
Le synopsis : Andreas ne vit que pour son skate. Ses parents vont lui présenter une correspondante anglaise pour deux semaines de vacances. Vacances qui se résumeront à musées, bateau mouche, tour eiffel.... A l'arrivée de l'énigmatique Mary, tout part en cacahuète. de petit adolescent un brin plan plan , il se retrouve dans la peau d'un James Bond miniature.
Alors l'idée de cette aventure burlesque original, je valide à 100%. Ca change , ça fait du bien au moral. J'ai passé un super moment à enchainer les péripéties de ce gosse qui n'a pas la langue dans sa poche. Mais je me suis parfois perdue car Pascal Ruter aligne les aventures abracadabrantes à un rythme effréné. Mais ça se lit facile et on passe un moment très divertissant.
Mais voilà, j'ai une grosse déception. le roman rythmé est tombé comme un soufflet. Andréas revient en France et j'attend toujours une fin exploitable. Un roman pour ado parfait mais en tant qu'adulte j'attend un happy end, une note d'espoir, un message fort comme dans Barracada for ever.
J'adore la plume de Pascal Ruter et avec son précédent roman, il a mis la barre haute. Mais avec celui-ci je reste malheureusement sur ma faim surtout avec l'histoire de la soeur.... Y'aura t'il une suite?
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          100
coquinnette1974
  06 juillet 2018
Dis au revoir à ton poisson rouge ! de Pascal Ruter est un roman jeunesse découvert grâce à net galley et les éditions Didier Jeunesse.
Andréas n'avait pas vraiment prévu de passer quinze jours de vacances en compagnie de sa correspondante anglaise, et encore moins de troquer la fréquentation du skate-park contre celle des musées.
Il n'avait pas non plus prévu de se retrouver sur les traces de ses parents (enlevés ?), avec sa correspondante et de s'envoler.. pour le Brésil !
Dis au revoir à ton poisson rouge ! est un roman jeunesse sympathique, il plaira aux amateurs d'aventures.
J'ai bien aimé mais j'ai trouve ça un peu trop. Pas assez crédible, il se passe vraiment beaucoup de choses en peu de temps et pour nous adultes c'est difficile à croire :)
J'ai gardé mon âme d'enfant mais là j'ai eu un peu de mal à me laisser porter par cette aventure très mouvementée.
J'ai apprécié ce roman qui plaira aux enfants et adolescents. Il y a de l'aventure, des personnages sympathiques, une histoire qui se tient et même de l'humour :)
Un bon moment de lecture pour la jeunesse, j'ai bien aimé.
Je trouve que c'est une bonne idée de cadeau mais je ne mets que trois étoiles et demie car je n'ai pas adoré, même si ça se lit avec plaisir :)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          90
murielan
  05 mai 2018
Andréas pensait passer des vacances barbantes à faire visiter Paris à sa correspondante anglaise, Mary mais lorsqu'il va la chercher à l'aéroport avec ses parents, deux scientifiques de renom, ces derniers disparaissent. Que leur est-il arrivé ? Pourquoi ont-ils pris subitement un avion pour le Brésil ? Avec l'aide de Mary qui se révèle bien différente de ce qu'il imaginait, le voilà entraîné dans une course poursuite haletante sur les traces de ses parents...
Je connaissais Pascal Ruter pour sa série le coeur en braille et je le découvre dans un nouveau genre : le roman d'espionnage.
Le rythme est soutenu, les rebondissements multiples et Andréas pourrait faire figure de futur James Bond mais j'ai vraiment apprécié retrouver les touches d'humour de l'auteur.
Alors certes, comme dans tout bon James Bond, tout n'est pas forcément crédible (mais c'est ce qui fait aussi son charme) et le méchant a vraiment des idées tordues mais je me suis laissée emporter par ce roman ados que j'ai lu d'une traite !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          100
les_lectures_de_rana
  31 juillet 2018
Andréas, un adolescent passionné de skate, va devoir passer ses vacances de Pâques en compagnie de Mary, sa nouvelle correspondante anglaise. Au programme, lecture et visites culturelles ! Pas vraiment de quoi brancher Andréas… Mais il n'avait pas prévu toutes les péripéties qui allaient suivre…
En effet, alors qu'il est avec Mary dans le parking de l'aéroport, attendant que ses parents reviennent, ces derniers ne donnent toujours pas signe de vie. Intrigué, il se lance à leur recherche, et découvre qu'ils ont disparus, comme volatilisés. Andréas ne s'inquiète pas vraiment, habitué à ce que ses parents, scientifiques, se rendent en urgence au laboratoire de recherches sans pouvoir le prévenir. Il décide alors de rentrer à la maison avec Mary, pour vérifier s'il n'y a personne, et, à sa grande surprise, le lieu est bien vide... Mais il semblerait également que quelqu'un s'y soit introduit… Les deux adolescents découvrent ensuite aux informations une terrible nouvelle : un avion, en direction du Brésil, vient de se crasher… Parmi les passagers, ses parents. Selon les sources, il n'y aurait aucun survivant… Mais Mary trouve tout cela louche...
Que s'est-il réellement passé ? Les parents de Andréas sont-ils en danger ? Les deux adolescents parviendront-ils à mener l'enquête afin de mettre fin à tous ces mystères ?
J'ai tout simplement a-do-ré lire le roman Dis au revoir à ton poisson rouge ! aux éditions Didier Jeunesse écrit par Pascal Ruter, un auteur que j'ai lu pour la première fois et qui ne m'a absolument pas déçue !
Tout d'abord, j'ai trouvé l'histoire très captivante. En effet, le lecteur est tout de suite plongé dans l'univers du roman et n'a pas le temps de s'ennuyer puisque les événements s'enchaînent les uns après les autres. On est donc happé par les aventures de Andréas et Mary à travers le monde.
Ensuite, l'ouvrage est très original. Ainsi, en ouvrant le roman, je m'attendais à une aventure comme les autres, mais en réalité, c'est loin d'être le cas…! Il y a une vraie histoire derrière toutes ces aventures, et l'auteur n'a vraiment pas manqué d'imagination !
De plus, les personnages sont attachants, drôles, amusants, ce qui ajoute un point positif au roman ! Et la petite histoire d'amour qui grandit au fur et à mesure des pages entre Andréas et Mary est juste géniale…!
Alors certes, c'est vrai que toutes les péripéties des deux héros qui s'enchaînent sont en trop grand nombre, mais après tout, tout est permis, non ? ;) Personnellement, je n'ai vraiment pas eu de mal à être transportée dans l'histoire !
En définitive, j'ai trouvé le roman Dis au revoir à ton poisson rouge ! de Pascal Ruter aux éditions Didier Jeunesse captivant, à l'univers original et aux personnages attachants ! Les aventures de Andréas et Mary m'ont accompagnée pendant les vacances, et j'avais l'impression d'être partie avec eux au Brésil ! N'hésitez pas à le mettre dans votre valise avant de partir en vacances…! ;)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10


critiques presse (1)
Actualitte   17 mai 2018
Une nouvelle fois, Pascal Ruter, qui avait signé les indispensables Cœur en braille, et Baracuda forever, revient avec un roman formidablement intelligent, too much, burlesque, intrépide, rocambolesque, de grandes questions, de grands élans.
Lire la critique sur le site : Actualitte
Citations et extraits (18) Voir plus Ajouter une citation
GaouletteGaoulette   02 juin 2018
L’avantage avec les gens qui parlent tout seuls, c’est q’ils alimentent la conversation d’eux-mêmes et répondent aux questions que vous n’avez pas posées. Ça a quelque chose de reposant.
Commenter  J’apprécie          90
ColibrilleColibrille   11 août 2018
- Parle-moi un peu de Camilla. Elle travaillait chez vous depuis longtemps ?
- Je te dis qu'elle n'est pour rien dans cette histoire. [...] C'est comme une mère qui aurait une tête de sœur.
- Justement, c'est pas un peu bizarre qu'elle vous ait quittés comme ça, si brutalement ?
- Tu la soupçonnes de quoi ?
- J'en sais rien. Je trouve ça bizarre, c'est tout.
Je ne peux m'empêcher d'éclater de rire. Autant soupçonner mon poisson rouge d'un attentat nucléaire.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
ColibrilleColibrille   18 août 2018
- TU L'AS FAIT !
Je confirme. Parfaitement, je me suis jeté à l'eau, j'ai nagé contre le courant. Le crawl, oui. C'était assez difficile, c'est vrai. Le ton calme et détaché avec lequel je raconte tout ça me stupéfie.
- Et moi, comment tu me tenais ?
- sous mon bras gauche.
- Mais alors tu nageais seulement avec le bras droit ?
- Affirmatif, c'est juste un coup à prendre. Je tournais un peu en rond, mais bon.
- Et mon PC, bizarre, il est sec.
- Je le tenais entre les dents.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
JumaxJumax   13 septembre 2019
Je croise les doigts : Reste plus qu'à espérer un miracle, genre détournement d'avion, amnésie collective des pilotes, pénurie totale de kérosène, ou, (j'ose à peine me l'avouer) le crash du vol Londres-Paris de 15h27 (aucune survivante de préférence).
Commenter  J’apprécie          40
GaouletteGaoulette   31 mai 2018
Elle daigne sourire et je suis content. Je crois que l’himiut est un parachute quand on n’a pas la carrure d’un séducteur.
Commenter  J’apprécie          90

Videos de Pascal Ruter (5) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Pascal Ruter
Interview de Pascal Ruter, parrain de l'édition 2017-2018. Concours Je Bouquine en partenariat avec les éditions Didier Jeunesse.
autres livres classés : brésilVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Quiz sur le livre "Dis au revoir à ton poisson rouge" de Pascal Ruter.

Que fait Andréas au début du roman ?

du vélo
du roller
du skate

10 questions
0 lecteurs ont répondu
Thème : Dis au revoir à ton poisson rouge ! de Pascal RuterCréer un quiz sur ce livre

.. ..