AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2278059416
Éditeur : Didier Jeunesse (05/03/2014)

Note moyenne : 3.63/5 (sur 60 notes)
Résumé :
Roméo
Moi, tout a commencé quand j'ai appris que Juliette allait faire du latin. Véridique. Le latin m'a paru d'un coup une langue pas si morte que ça, encore très vivante.

Anna
Quand nous avons appris qu'un voyage en Italie était organisé, avec Zoé et Juliette, nous étions remontées comme des pendules. Nos trois regards se sont croisés. Mon Dieu, quel trajet !

La prof
Nous ne serons pas en vacances, nous transplant... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (28) Voir plus Ajouter une critique
orbe
  16 juillet 2014
28 élèves partent à la découverte de Rome, Naples et Pompéi avec trois de leurs enseignants et un chauffeur surnommé Tarzan. Ce sera en définitive, une rencontre avec eux-mêmes, leurs secrets, leur histoire, leurs espoirs.
Roméo est fou amoureux de Juliette. Pravda ne se lave jamais. Anna a été adoptée. Zoé veut devenir Nonne. Merlin est capable de tout faire disparaître...
C'est à travers la voix de cinq de ces élèves que nous suivons les périples de ce voyage hors norme, des préparatifs au retour. Chacun a ses secrets, ses failles que le voyage va révéler. Les adultes ne seront pas épargnés par cette métamorphose collective.
La construction du livre forme un puzzle avec une fin qui éclaire différemment les péripéties qui auraient pu paraître gratuites. L'humour n'est jamais loin et certains passages sont très drôles.
Nous profitons aussi du voyage pour nous balader à travers l'Italie Antique : le Colisée, la fontaine de Trévise, les thermes ou encore le jardin des Fuyards de Pompéi.

Un beau voyage, de ceux qui changent les hommes !
Lien : http://cdilumiere.over-blog...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          250
murielan
  26 juin 2014
Depuis la maternelle, Roméo est amoureux de Juliette. Au collège, il a ainsi décidé d'étudier le latin pour être dans la même classe qu'elle mais il n'ose pas lui avouer. A l'occasion d'un voyage scolaire de fin d'année en Italie, Roméo à quatre jours pour séduire sa belle. Mais les choses ne vont pas vraiment se dérouler comme prévues...
Comme toujours dans les romans de Pascal Ruter, il y a dans cette histoire beaucoup d'humour, des dialogues inoubliables, une galerie de portraits assez déjantés mais je dois dire tout de même que je suis un peu déçue car ici, ça se traine un peu en longueur.
Pas mon titre préféré, en somme. Je préfère de loin "Le coeur en braille" et "Du bonheur à l'envers" !
Commenter  J’apprécie          120
whiteaker
  12 mars 2016
A la base c'est un livre que j'ai acheté pour 2 euros dans une boutique qui fait des prix (Non ce n'est pas un bouquiniste ^^), juste en me fiant à sa 4 éme de couverture qui avait l'air plutôt marrante.
Eh bien, il faut croire que je ne me suis pas trompé. Je vous mets un petit extrait qui, à mon sens n'est pas un spoil, car c'est la première page et puis, vous vous doutez bien en lisant la quatrième de couverture, que ce ne sera pas un voyage ordinaire. ^^
EXTRAIT:
Bref, il va falloir tout de même falloir vous expliquer parce que je constate une chose : il y a une petite semaine, on vous a mis dans le car avec 3 de vos professeurs et hier matin, vous êtres rentrés seuls en train […] Je sais bien que l'Italie, un début de printemps, ca peut faire un peu tourner les têtes […] Mais tout de même, Oui, tout de même, j'aimerais savoir ce qui a bien pu se passer.
Comme vous le voyez, le ton est donné. :D
Les enfants sont ainsi tous hauts en couleurs, attachants, chacun avec leur petit particularisme (1 qui est adopté et qui cherche donc ses parents, 1 qui est kleptomane, 2 amoureux qui s'ignorent, etc). J'ai trouvé que leur psychologie correspondait plutôt à leur âge, même si, pour les besoins de l'histoire, il y avait quelques dissonances. En même temps, l'auteur est professeur dans un collège ^^.
Au niveau des adultes, ils sont délicieusement timbrés. Bien sûr, si les enfants sont plutôt vraiment bien pensés, les adultes ne sont pas excessivement réalistes, mais tel n'est pas le propos de l'auteur. On sait très vite que cette histoire n'a pas pour but d'être absolument réaliste.Et c'est justement tout ce qui fait le sel de l'histoire.
Entre le chauffeur également philosophe, macho, érudit, …, les enfants qui s'intéressent à tout sauf aux monuments et les professeurs qui dérivent , cela donne une petit histoire bien sympathique, un peu loufoque, mais très drôle.
On suit ainsi le point de vue de 4 des enfants, qui si vous l'avez compris, racontent ce qui s'est passé, à travers le prisme particulier de leurs intérêts propres.
Le plus curieux reste que comme une vraie enquête policière, on ne sait pas comment cela va finir. Bien sûr, au fur et à mesure de la lecture, un chemin se dessine de plus en plus nettement, mais cela n'empêche pas de prendre plaisir à les suivre.
Il faut préciser aussi, que derrière ces apprêts enchanteurs et désinvoltes, se cachent des thèmes beaucoup plus poignants comme la perte d'un être aimé et la manière de réagir à cela quand on est enfant, la question de l'identité de chacun quand on n'a ni père ni mère, la question de nos rêves d'enfants évanouis à la lueur des réalités d'adulte et enfin, la question sempiternelle de l'Amour.
Bref, derrière cette joyeuse comédie, se joue en arrière-plan quelques drames qui ne se résoudront pas sans quelques larmes.
Les enfants adoreront en pensant à leur prochain voyage et les parents se rappelleront les propres voyages qu'ils ont effectués.
Conclusion :
C'est un petit bijou d'humour, de simplicité et surtout, de joie de vivre. Il vous fera passer un petit moment de bonheur, même si quelques fois, on peut tiquer à telle ou telle scène incongrue, mais on est vite happé de nouveau par le rythme de l'histoire. C'est une ode à la vie sous toutes ses formes qui vous fera, en plus, réviser vos conjugaisons. Avouez que c'est un plus appréciable. :P
Lien : http://aventures-livres.blog..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
c.brijs
  07 juillet 2014
"Quinze ans, rappelez-vous : le moindre événement qui sort du quotidien déverse dans vos veines des torrents d'eau-de-vie en perfusion."
Après avoir lu avec plaisir le coeur en braille de Pascal Ruter, sélection du prix Farniente 2014, il était temps que je découvrisse celui-ci. Allais-je y retrouver ce cocktail d'humour et d'émotion qui m'avait particulièrement séduite ?
Dans L'amour au subjonctif, il est question d'amour, de subjonctif imparfait... et d'un voyage scolaire en Italie. Rien de bien original sauf lorsque les personnages se lâchent, que les situations frôlent le surréalisme et que tout part en vrille : "l'autorité, le planning, les profs... et les sentiments".
Côté distribution, on a droit à des personnages hauts en couleur. du côté des élèves, il y a Roméo, fou amoureux de Juliette (il ne pouvait en être autrement) depuis la maternelle, qui voit dans ce voyage son ultime chance de concrétiser ; Juliette qui, malgré son sens aigu de l'observation, reste aveugle à ses tentatives de rapprochement et, pour qui, ce voyage est synonyme d'heures de papote avec ses copines, Anna et Zoé ; Merlin, cleptomane attiré par tout ce qui brille et accro à une photo mystérieuse ; etc.
Du côté des adultes, madame Kroc, la prof de latin qui, au fil du voyage, va finir par le perdre tout à fait ; monsieur Gentil, le prof d'histoire qui passe son temps pendu au téléphone ; madame Triolet, la prof de musique qui parle en vers et ne peut pas s'empêcher de marquer le tempo, et le dernier mais non le moindre, Tarzan, le chauffeur de car balèze au coeur tendre, et son chat prénommé "Tête de con" ! Véridique comme dirait l'un des personnages.
Leur périple en Italie : Rome et Naples, nous est conté par les jeunes. Chacun apportant sa pierre à l'édifice avant qu'il ne s'écroule, pour notre plus grand bonheur. de leurs déboires culinaires et autres (ils ont droit à l'escalope panée à tous les plats alors qu'ils rêvent de pizza au mètre) à leurs découvertes culturelles marquantes (de taille si j'ose dire *) en passant par les rapprochements divers et une séance de confession improvisée dans les douches, on vit ce voyage avec eux.
Et, c'est bien connu, les voyages forment la jeunesse ! Ce titre en est une parfaite illustration. Bien au delà des visites, des carnets à remplir ("le truc qui transforme une jolie surprise et une belle déambulation hasardeuse en un inventaire de musée poussiéreux"), c'est surtout l'aspect humain qui prime. le fait de quitter ses parents, de vivre 24 heures sur 24 avec ses copains, on finit par se découvrir soi-même. Au bout du voyage, tous rentreront transformés, un peu plus grands, plus mûrs qu'avant...
Le côté fun du récit c'est que cette folie douce touche également les adultes de l'histoire qui vivent une seconde jeunesse, ouvrent les yeux sur une vie qui ne leur convenait pas et prennent un nouveau départ. Bien évidemment, dans la réalité, les points d'ancrage sont bien plus résistants et nos trois profs seraient revenus, au moins pour un temps, à bon port. La fiction permet heureusement d'autres scénarios, plus improbables, plus déjantés ! Ce trait grossi fait bien sûr sourire mais aussi réfléchir sur nos choix de vie où prime souvent la sécurité plutôt que le bonheur.
Bref, saupoudrez le tout avec quelques subjonctifs imparfaits bien placés ; l'une ou l'autre réplique du grand Shakespeare ; des histoires tout aussi croustillantes de "Coeurs déchirés", la série que ne manque sous aucun prétexte Tarzan ; quelques références cinématographiques de poids et d'un brin de philosophie à la Roméo et vous obtenez un ouvrage qui parle aux jeunes comme aux adultes un peu nostalgiques de leurs 15 ans ! Et, pour revenir à ma question de départ, c'est oui, cent pour cent séduite oui, même si, à mon sens, le côté décalé du récit prime de loin sur l'émotion. Et puis, comment, en tant que prof, ne pas fondre devant ce qui suit ?
"Elle était à cheval sur la grammaire. Exactement comme moi, parce que je pense que la grammaire, c'est le noeud papillon du langage."
Lien : http://lacoupeetleslevres.bl..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
Cielvariable
  12 octobre 2014
J'ai vraiment détesté le premier tiers du roman et j'ai abandonné ma lecture par la suite (il y a trop de bons livres à lire dans le monde pour perdre mon temps avec celui-ci). C'est avant tout l'écriture qui m'a dérangée (en plus du fait que c'était vraiment ennuyant) et le vocabulaire que je trouvais très pauvre (ce n'est pas parce que les personnages principaux sont adolescents que c'est une raison pour diminuer la qualité littéraire d'un roman).
Commenter  J’apprécie          100
Citations et extraits (41) Voir plus Ajouter une citation
JumaxJumax   20 février 2014
La grammaire latine.
Franchement.
Vous me direz que je ne suis pas un spécialiste, que j'y connais pas grand-chose, et que des beautés m'échappent. Peut-être, mais quand même. Je veux bien être tolérant et ouvert, mais apprendre une langue qu'on ne parle plus, n'allez pas me soutenir que celui qui a inventé ça tournait tout à fait rond. Ou qu'il n'avait pas décidé d'enquiquiner les autres. Le sacrifice, je voulais bien. Mais le sacrifice inutile, à moins d'aimer la souffrance, je ne vois pas l'intérêt.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          210
JumaxJumax   23 février 2014
- Alors, a demandé maman, qu'est-ce qu'il a ?
- Il est amoureux.
- C'est que ça ? a dit papa. C'est une bonne nouvelle, non ?
- Mauvaise. Très mauvaise.
- Mais ce n'est pas une maladie.
- C'est vous qui le dites, a dit le psychologue.
- C'est toi qui le dis papa.
Commenter  J’apprécie          160
JumaxJumax   25 février 2014
- Combien je vous dois, monsieur ?
Il a paru réfléchir, comme s'il ne connaissait pas bien le prix.
- Hummm... Faites tout pour être heureux, ça sera bien payé !
- Effectivement... c'est pas donné. J'espère que ça va rentrer dans mon budget.
Commenter  J’apprécie          150
xnewloxnewlo   27 septembre 2014
Quand le lendemain de ma naissance, mon père s'est présenté devant l'employée de la mairie, il a déclaré fermement (mon père aime être ferme dans ses propos et inébranlable dans ses décisions):
- Il s'appellera Merlin.
- Vous êtes sûr ? J'inscris Merlin ?
- Certain, Merlin. C'est un prénom... enchanteur ! Hihi !
A leur décharge, mes parents avaient des ailes sur le coeur.. Ils n'avaient pensés à la chose que dans un sens. Ce n'est que quelques semaines plus tard, en poussant un chariot sur le parking en vue d'acheter du carrelage pour refaire la salle de bain, qu'ils ont réalisés:
- Putain... Leroy-Merlin... C'est pas vrai ! Tu te rends compte de ce qu'on a fait ?
Oui, mon nom c'est Leroi.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
AnalireAnalire   18 février 2017
C'est à cette occasion qu'on a appris que monsieur Gentil s'appelait Ludo. Vic, sûrement. Ludovic. Je n'ai jamais compris l'acharnement des profs à dissimuler leur prénom par tous les moyens ; alors que le moment le plus émouvant qu'on vit avec eux, c'est justement la minute où on découvre leur prénom, comme s'il devenaient un peu humains à nos yeux.
Commenter  J’apprécie          70
Videos de Pascal Ruter (5) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Pascal Ruter
Interview de Pascal Ruter, parrain de l'édition 2017-2018. Concours Je Bouquine en partenariat avec les éditions Didier Jeunesse.
autres livres classés : voyage scolaireVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Le coeur en braille

Quel est le personnage principal ?

Haiçam
Victor
Marie-José

10 questions
46 lecteurs ont répondu
Thème : Le coeur en braille de Pascal RuterCréer un quiz sur ce livre
.. ..