AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2371020885
Éditeur : Lumen (16/02/2017)

Note moyenne : 4.09/5 (sur 154 notes)
Résumé :
Fille du plus célèbre général d'un empire conquérant, Kestrel n'a que deux choix devant elle : s'enrôler dans l'armée ou se marier. Mais à dix-sept ans à peine, elle n'est pas prête à se fermer ainsi tous les horizons. Un jour, au marché, elle cède à une impulsion et acquiert pour une petite fortune un esclave rebelle à qui elle espère éviter la mort. Bientôt, toute la ville ne parle plus que de son coup de folie. Kestrel vient de succomber à la " malédiction du vai... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frMomox
Critiques, Analyses et Avis (95) Voir plus Ajouter une critique
Mikasa34
  28 avril 2017
Ce livre est carrément génial ! Énorme coup de coeur ! Peut-être mon plus gros coup de coeur depuis ce début d'année 2017…
J'ai découvert « The curse » en lecture commune avec mon amie Saiwhisper. Et nous sommes toutes deux tombés sous le charme d'Arin… euh non… de « The curse », je voulais dire « The curse » ;-) (C'est qui ce « Arin » d'abord…? lol)
Je ne sais pas quoi vous dire pour vous convaincre, ce livre est G.É.N.I.A.L. Je l'ai déjà dit ? Pas grave il est génial ! Genre vraiment génial. Bon ok j'arrête lol (Quelle argumentation Mikasa!)
Un bon livre addictif comme je les aime. La romance est à tomber, Arin est à tomber (non non je ne suis pas à fond…). L'univers est riche et intéressant. C'est une dystopie dans un contexte médiéval que nous offre Marie Rutkoski. Jeu de rôles et guerre du pouvoir sont au rendez-vous. C'est fort, c'est prenant et c'est éprouvant. Autant pour les personnages que pour nous lecteurs. Je n'ai ressenti aucune longueur, le récit est riche en actions et rebondissements et j'ai complètement adhéré à la plume fluide de l'auteure. Je trouve qu'elle a une belle capacité à retranscrire les émotions des personnages avec subtilité.
Tout cela sans parler de la fin… Non mais… Non mais… Non mais… Non mais c'est quoi cette fin !!!??? Pour le coup ça m'a achevé ! Et la dernière phrase… Alala, elle m'a brisé le coeur. Fort heureusement le tome 2 sort fin septembre, nous n'aurons donc que quelques mois à patienter. Ce sera long, car vraiment si nous avions eu le 2 en notre possession je sûre qu'avec Saiwhisper nous aurions toutes deux sauté dessus pour enchaîner, mais il y a pire comme attente.
Je crois qu'après « Illuminae » de Jay Kristoff et Amie Kaufman j'ai rarement autant écarquillé les yeux pendant ma lecture et dit autant d'onomatopées… Mais quel livre !
En plus d'une histoire bien ficelée, les personnages sont hyper attachants. Absolument pas manichéens, ils ont leurs failles et sont tiraillés dans leurs choix. Même les personnages secondaires sont intéressants. On va suivre principalement deux protagonistes, Kestrel et Arin, qui tous deux balancent entre le coeur et la raison.
Kestrel est une femme forte et intelligente qui veut s'affirmer et s'affranchir. Elle se sent opprimée et contre les règles dans ce monde où les femmes sont brimées. Grande stratège, elle fait rarement ses choix au hasard mais parfois le coeur a ses raisons que la raison n'a pas…
Arin quant à lui est, disons le, carrément canon (Kestrel n'étant pas en reste). Par moment, il m'a fait un peu songer à Elias du livre « Une braise sous la cendre ». Même si le contexte dans lequel chacun évolue est bien différents, ils se battent tous deux pour ce qui est juste et sont tous deux déchirés entre coeur et raison. Humble et courageux, il est, comme Kestrel, un grand stratège à la réflexion fine. J'ai également beaucoup apprécié sa répartie.
Nos deux protagonistes principaux lisent l'un dans l'autre comme dans un livre ouvert et à juste titre car finalement chaque adjectif qualificatif utilisé pour l'un est valable pour le second. Ils se ressemblent tellement, et pourtant, tout les oppose. Mais la stratégie rentre également en jeu et laisse donc de la place à une part d'inconnu dans leurs réactions respectives.
J'ai adoré la relation qu'entretiennent ces deux personnages, ils se titillent, se cherchent, se protègent, se résistent, s'apprivoisent, se détestent et s'aiment. Ce n'est jamais niais et jamais mièvre. Ils ont une jolie complicité qui se développe au fil du récit. J'ai plein de beaux moments qui me restent en tête même encore plusieurs jours après ma lecture. Ils m'ont fendu le coeur à plusieurs reprises et m'ont achevé à la fin.

Connaissez-vous « la malédiction du vainqueur »…? Non ? Et bien, je vous invite à la découvrir à travers ce premier tome particulièrement réussi.
« The curse », le livre qui rend fou ses lecteurs/lectrices…
Foncez, vous ne le regretterez pas.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          152
Saiwhisper
  28 avril 2017
Vous connaissez le fameux « Nooooon ! » de Luke Skywalker lorsque Dark Vador lui avoue qu'il est son père ? Et bien, c'est à peu près le même cri que j'ai poussé lorsque j'ai vu que j'étais arrivée au bout de ce roman… Bon sang, il me FAUT la suite ! Ce roman est l'un de mes coups de coeur de l'année. Avec Mikasa, qui a lu avec moi cet ouvrage, nous avons dévoré chaque chapitre avec passion. On n'en pouvait plus : on ne pensait qu'à la suite de l'intrigue, à un potentiel rapprochement entre les deux héros ou à un retournement de situation imprévu. On s'est fait totalement happer par l'ambiance de « The Curse » !
À mes yeux, ce qui fait la force de ce roman Young Adult, ce sont ses deux protagonistes. Kestrel correspond vraiment au type d'héroïne que j'apprécie : elle est attentive, stratège, réfléchie, forte mais pas trop (elle se fait souvent maîtriser au combat, donc elle n'est pas badass), jolie, douée pour un instrument de musique et taquine à travers ses dialogues. Chose rare dans la littérature YA, elle est également adepte des jeux d'argent et de pari : elle pratique le « Crocs et venin », un jeu inventé par l'auteure. Par ailleurs, elle forme un joli duo avec son amie Jess. Leur relation complice fait plaisir à lire et permet au lecteur de découvrir la personnalité douce et affectueuse de Kestrel… Arin, un esclave surnommé « Forgeron » est un personnage qui m'a vraiment plu. C'est un homme observateur, plein de mystère, franc, direct et engagé envers ses semblables. Les quelques chapitres permettant de comprendre son point de vue ou de mieux le cerner m'ont plu. Je suis totalement tombée sous son charme… Mais comprends également les sentiments partagés de Kestrel. Leur relation va être terriblement difficile avec tout ce qu'il s'est passé. Pourtant, je les trouvais terriblement mignons tous les deux… Hélas, je crains le pire pour la suite. Avec Mikasa, nous nous sommes fait quelques hypothèses et espérons que, malgré les embûches, ce joli tandem se retrouvera… Marie Rutkoski retranscrit à merveille les émotions. C'est touchant, subtil et loin d'être niais. Les autres personnages comme Enai la nourrice, Ronan le frère de Jess, La Triche le vendeur d'esclave, Irex un rival sont également intéressants. Quel plaisir d'être touchée par certains et d'en détester d'autres !
Le monde inventé par l'auteure m'a séduite. Suite à une guerre passée qui a renversé la tendance, il y a deux classes sociales : les Valoriens (les riches/nobles qui ont gagné la bataille) et les Herranis (les esclaves/la main d'oeuvre). On ressent bien la tension qui règne entre ces deux peuples. Malheureusement pour nos deux héros : l'une est une belle valorienne fille de générale et l'autre un esclave herrani… On a là une sorte de Roméo et Juliette, mais en mieux ! Les rebondissements sont nombreux et, bien que l'on connaisse les desseins secrets de chaque protagoniste, on a envie de savoir la suite. Que ce soient les rapprochements de Kestrel et Arin ou les scènes d'action, j'ai tout aimé ! Et quelle fin ! Rahhhh ! Je ne l'avais pas vue venir. À ce merveilleux cocktail mêlant stratégie, jeux de pouvoir, romance et action s'ajoutent les thématiques de la guerre et de la rébellion. Pour un premier tome, je trouve que Marie Rutkoski a bien creusé son univers. Tout est clair et intéressant. Je n'ai pas ressenti de manque particulier. L'intrigue est maîtrisée et bien menée. On ne décroche pas. Bref, tout m'a conquise…
J'ai mis plusieurs jours à me remettre de cette lecture tant j'ai aimé ce que j'ai lu : j'imaginais ce qu'il pourrait se passer dans le second tome ou me ressassais certaines scènes… J'ai hâte que la suite sorte ! Nul doute que ce sera encore une belle future lecture prometteuse et addictive avec Mikasa ! Hiiii ! J'ai hâte !

Lien : https://lespagesquitournent...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          181
marinesbooks
  01 mars 2017
The Curse me faisait de l'oeil depuis un certain moment, lorsque j'avais vu cette magnifique couverture tourner sur Bookstagram. Lorsque j'ai su qu'il sortait en France, j'étais aux anges ! Je remercie donc énormément Lumen de m'avoir permis de chroniquer ce premier tome qui est devenu un coup de coeur de façon assez évidente pour moi.
Je dois avouer que je ne m'attendais pas à accrocher autant avec ce roman et que je me suis laissée tentée parce que je l'avais vu sur de nombreux blogs anglophones et que Lumen ne me déçoit jamais ! En revanche, dès les premières pages j'ai adoré le style très fluide et l'univers dans lequel nous sommes transportés et il m'est apparu comme une révélation que j'allais l'adorer. Après avoir lu un roman futuriste juste avant, cela m'a fait du bien de voyager dans un univers situé davantage dans le passé. Comme l'explique l'auteure, elle s'est inspirée de l'Antiquité et de l'époque gréco-romaine après la conquête de la Grèce par Rome. Ici, nous sommes transportés dans un univers imaginaire où les Valoriens ont envahi les Herranis qui ont été réduits en esclavage. le contexte assez sombre de cet empire et extrêmement bien expliqué dans le roman et j'ai vraiment bien compris les enjeux de chaque peuple et leur culture, ce qui m'a étonnée car il est rare d'en apprendre autant sur le contexte d'un univers dès le premier tome. En revanche, j'ai été très attristée de ne pas retrouver la jolie carte qui existe dans la version originale du roman. Je trouve toujours qu'il est plus facile de visualiser un univers qui a été imaginé par l'auteur lorsqu'il est accompagné d'une carte.
Kestrel, l'héroïne, qui est la fille du général de cet empire, achète au début du roman un esclave Herrani sans vraiment savoir pourquoi. Il s'agit d'un jeune homme de dix-neuf ans nommé Arin. Vous me direz, vous voyez de suite la romance arriver. Eh bien non, c'est à peine s'ils s'adressent la parole sur les 150 premières pages. Au fil du temps, c'est une relation complexe et des mieux développées que j'ai eu l'occasion de lire qui va s'établir peu à peu entre les deux personnages, sans jamais tomber dans la niaiserie. Une relation entre la maîtresse de maison et son esclave, entre crainte, mépris et fascination, qui va faire beaucoup parler d'eux en ville et mettre la réputation de Kestrel en péril. Une relation tout en subtilité qui m'a fait vibrer comme je n'en avais eu l'occasion depuis longtemps.
Avec toutes les dystopies que l'on voit actuellement sur le marché young adult, je pense que j'ai vraiment apprécié voir ce roman qui s'approche plus de la fantasy sortir du lot. On y découvre des stratégies de guerre, des batailles et un empire sans pitié. On découvre également une toute autre facette de cet empire avec l'aristocratie, dont font partie Kestrel et ses amis, qui ne se préoccupent que du prochain bal, leur prochaine tenues, leurs jeux, etc., une facette qui nous montre l'oisiveté des conquérants. Loin de faire rêver, malgré ses richesses, l'empire n'est pas un lieu de liberté car les femmes doivent ou s'enrôler dans l'armée ou se marier à l'âge de 20 ans et il vaut mieux y mourir qu'y être déshonoré. J'ai juste regretté de n'avoir pas très bien compris le jeu de Crocs et venin. Je dois avouer que depuis le quidditch, je n'ai pas trouvé qu'un jeu nous soit aussi bien expliqué dans un roman et je trouve ça dommage car il s'agit d'un jeu qui revient souvent dans le roman et que j'aurais apprécié pouvoir mieux suivre. Il m'a vaguement rappelé le poker mais, étant donné que je ne sais pas y jouer, difficile de le dire.
En revanche, Kestrel sort vraiment du lot et j'ai adoré ce personnage qui ne supporte pas l'injustice envers les Herranis, et qui a même libéré sa nourrice de son esclavage. Fille du général, elle devrait déjà être enrôlée dans l'armée, mais elle refuse de prendre des vies et elle nourrit une passion pour le piano, une activité qui devrait être réservée aux esclaves. C'est son caractère particulier et sa force intérieure qui lui permettent de développer cette relation avec Arin, car les Valoriens n'ont pas pour habitude de s'adresser aux Herranis. Arin est également un personnage qui m'a touchée, même si les actions qu'il entreprend m'ont parfois brisé le coeur. On comprend bien pourquoi il veut défendre son peuple, mais peut-être que le fait d'avoir commencé l'histoire avec Kestrel, qui appartient au camp ennemi, nous rend les choses plus difficiles pour choisir un camp. Certains passages nous donnent accès à ses pensées, ce que j'ai beaucoup apprécié car il est très difficile de comprendre ce personnage et ses motivations au début du roman.
J'ai trouvé ce roman d'aventure hautement addictif et plein de rebondissements. Il n'a pas laissé mon coeur se reposer un instant et je suis allée de surprises en surprises, parfois bonnes, parfois beaucoup moins bonnes même si elles servent à merveille l'histoire. Une superbe plume, qui m'a amenée à être captivée par l'histoire du début à la fin. J'ai eu le coeur serré à de nombreuses reprises et je n'aurais pas aimé être à la place de Ronan ou de Kestrel qui doivent faire des choix extrêmement compliqués à plus d'une reprise. Un roman plein d'action dont les 200 dernières pages se lisent d'une traite ! Une intrigue intelligente, bien menée et extrêmement bien écrite. Une seule envie : découvrir la suite au plus vite.
Lien : https://marinesbooks.wordpre..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          71
Sanguine
  09 juin 2018
Difficile de ne pas avoir entendu parler de ce premier tome tant il a fait de bruit à sa parution. du coup, je n'avais pas du tout envie de découvrir ce bouquin. J'ai donc attendu que le battage se calme avant de me lancer enfin, j'ai profité d'une lecture commune pour me lancer à mon tour. Je crois bien que sans cette lecture commune, je n'aurai pas encore sauté le pas.
Fille du plus célèbre général d'un empire conquérant, Kestrel n'a que deux choix devant elle : s'enrôler dans l'armée ou se marier. Mais à dix-sept ans à peine, elle n'est pas prête à se fermer ainsi tous les horizons. Un jour, au marché, elle cède à une impulsion et acquiert pour une petite fortune un esclave rebelle à qui elle espère éviter la mort. Bientôt, toute la ville ne parle plus que de son coup de folie. Kestrel vient de succomber à la " malédiction du vainqueur " : celui qui remporte une enchère achète forcément pour un prix trop élevé l'objet de sa convoitise.
Inutile de faire trainer les choses, j'ai été déçue par cette lecture. Je n'avais pourtant pas mis la barre très haut puisque je n'attendais pour ainsi dire rien de ce livre. J'avais juste envie de découvrir le phénomène et pourquoi pas me laisser embarquer à mon tour. Mais maintenant, je ne suis même pas certaine de lire la suite.
On m'avait promis de la fantasy, un genre que je lis assez peu souvent alors c'était le genre idéal pour combler un peu ce manque. Sauf que je me suis retrouvée dans un univers dystopique un peu "classique" et surtout dans une romance horrible que j'ai trouvé juste gonflante au possible ! L'univers dans lequel les personnages évoluent m'a plutôt convaincue, on se retrouve dans une sorte de fausse Rome antique et c'est quelque chose que j'aime assez.
Non, le souci que j'ai rencontré c'est surtout les personnages principaux. Je n'ai pas spécialement été conquise par Kestrel, la fille du grand chef de la cité. On nous la présente comme une jeune fille forte qui semble savoir se battre comme un bonhomme et qui semble être bien éloignée de tout ce qui tourne autour des affaires de coeur. Total, elle n'a pas l'air très douée avec des armes (puisqu'elle participe à un duel au cours du roman) et surtout, elle se comporte juste comme une midinette. J'ai trouvé ce personnage complétement incohérent et ça ne m'a pas plu.
Je n'ai pas non plus apprécié le personnage de Arin, l'esclave que Kestrel achète à une vente aux enchères. Je l'ai trouvé sans charisme, même le mystère qui semble l'entourer est trop vite révélé et ça gâche un peu. Il est moins pire que Kestrel mais franchement, il ne fera pas partie de mes personnages de roman favoris.
L'histoire est un peu simplette, je ne suis même pas curieuse de savoir ce qui va advenir de ces deux personnages. On baigne dans la romance jusqu'au cou alors que j'aurai aimé qu'on me parle d'intrigues politiques, de complots et tout ce genre de trucs. Là j'ai eu la sensation de me retrouver avec deux adolescents maladroits qui découvrent leurs premiers émois. Je suis déçue.
Heureusement, la plume de Marie Rutkoski est fort plaisante. C'est assez fluide alors les pages se tournent rapidement mais malheureusement, ça ne fait pas tout et c'est surtout l'histoire qu'on me raconte qui est essentielle et non pas la simple forme. C'est dommage parce que j'aurai bien aimé moi aussi devenir accro à cette série.
Pas sûre encore de lire la suite ... je suis tellement loin du coup de coeur pour ce premier tome !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          31
Bislys
  09 mai 2017
Sur une impulsion, Kestrel, une jeune fille issue de la haute société valorienne achète Arin, un esclave herrani. Mais quand un esclave est acheté beaucoup trop cher, il y a toujours des conséquences. Et Kestrel va le découvrir à ses dépens.
Après avoir lu de nombreuses critiques sur ce livre, j'avais de très grandes attentes le concernant. Attentes qui ont toutes été réalisées. le roman démarre de suite et l'auteur nous distille peu à peu les tenants et les aboutissants de la conquête valorienne, ce qui permet au récit d'avancer rapidement et de ne pas s'enliser dans des explications trop longues (ce qui est souvent le cas dans les 1ers tomes de sagas fantasy). L'auteur nous offre deux personnages que tout oppose au premier abord: Arin, l'esclave herrani et Kestrel la fille d'un général valorien victorieux. Evidemment ces deux là vont se trouver des points communs. Aucune histoire d'amour ne vient parasiter le récit. le rythme est fluide, enlevé et il est difficile de refermer le livre avant de l'avoir terminé. L'auteur met en place une intrigue passionnante dans un univers dont on ne discerne pour l'instant que les contours. Il me tarde d'en savoir plus dans le prochain tome.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          130
Citations et extraits (21) Voir plus Ajouter une citation
MelascMelasc   18 juin 2018
Kestrel avait beau connaître la plus grande partie de l'histoire, ce qu'elle en savait jusque-là avait tout d'une sculpture mal dégrossie, que les mots acérés de son père ciselaient comme autant de petits coups de burin, découpant dans le marbre une infinité de détails jusqu'à ce que la jeune fille commence à percevoir la véritable forme dissimulée sous l'ébauche de pierre.
Commenter  J’apprécie          00
MelascMelasc   18 juin 2018
La nuit était tombée pour de bon. La musicienne allait-elle relever les yeux? Arin en doutait - et puis les ombres du jardin dissimuleraient sa silhouette, de cela il était certain.
Il connaissait la loi qui gouverne toutes choses : quiconque se tient dans un endroit baigné de lumière ne peut voir ce qui se passe dans les ténèbres.
Commenter  J’apprécie          00
MelascMelasc   18 juin 2018
Kestrel s'étonnait toujours de voir les hommes se tendre à eux-mêmes leurs propres pièges.
Commenter  J’apprécie          20
MelascMelasc   18 juin 2018
Bien sûr, les éloges de son vieil ami n'étaient que des artifices, des subterfuges attendus. Il les lançait l'un après l'autre comme autant d'oiseaux de papier, pliés avec assez d'adresse pour flotter en l'air quelques instants, rien de plus.
Commenter  J’apprécie          00
SaiwhisperSaiwhisper   22 avril 2017
Porte ces boucles au prochain dîner où tu seras invitée. Raconte à tout le monde que tu les as payées une somme scandaleuse, et personne n'imaginera que ce sont des imitations. N'est-ce pas là la magie des histoires : rendre vrai ce qui est faux et faux ce qui est vrai ?
Commenter  J’apprécie          120
Videos de Marie Rutkoski (3) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Marie Rutkoski
Livre Paris, c'est déjà le week-end prochain ! Comme vous le savez, vous pourrez nous retrouvez sur le stand G33. Nous aurons le plaisir d'y accueillir Marie Rutkoski, l'auteur de The Curse, qui a tourné une petite vidéo pour l'occasion à destination de ses lecteurs français !
Vous pourrez ainsi faire dédicacer votre exemplaire de The Curse aux dates et horaires suivants :
Le vendredi de 15h30 à 16h45 Le samedi de 10h45 à 12h, puis de 14h à 15h15 Le dimanche de 13h45 à 15h00
Venez nombreux !
autres livres classés : esclavageVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frMomox





Quiz Voir plus

La fantasy pour les nuls

Tolkien, le seigneur des ....

anneaux
agneaux
mouches

9 questions
1092 lecteurs ont répondu
Thèmes : fantasy , sfff , heroic fantasyCréer un quiz sur ce livre
. .